08/06/2021

Des E-11A additionnels pour l’USAF !

photo_9999_199767.jpeg

L’US Air Force a attribué un contrat de 464,8 millions de dollars à la division spécialisée de Bombardier pour l'achat et la modification de six Global 6000 en tant qu'avions en E-11A « Battlefield Airborne Communications Node » (BACN).

Le Global Express de Bombardier servait déjà dans une version antérieure de E-11A avec quatre exemplaires dans l'inventaire de l’USAF à partir de 2007. Ce nouveau contrat, annoncé par le ministère de la Défense, prévoit des livraisons au cours des cinq prochaines années, jusqu'en mai. 2026. Le Global 600 est modifié avec l’équipement spécial conçu par de Northrop Grumman.

Le Système Battlefield Airborne Communications Node (BACN)

Le Battlefield Airborne Communications Node (BACN) est un relais aérien de communication et de relai de communication. Volant à une altitude très élevée, il  permet des échanges d'informations en temps réel entre les différents systèmes tactiques de liaison de données, et fournit aux décideurs des informations critiques.

Le BACN permet flux d'information entre systèmes disparates tactiques en réseau de données. En outre, il permet de relais de voix et de pont entre les systèmes vocaux tactiques aussi bien dans la ligne de visée et au-delà des situations de la ligne de vue.

Le BACN augmente la conscience situationnelle en corrélation des photos aériennes tactiques et stratégiques. Par exemple, une unité de l'armée sur le terrain voit actuellement une image différente d'un équipage sur zone, mais avec le BACN il est possible voir la même image.
En raison de son altitude opérationnelle ce système permet aux  troupes au sol de  surmonter les difficultés de communication causées par un terrain montagneux complexe.

Les E-11A BACN évoluent notamment en binôme avec les drones EQ-4B « Global Hawk » Block 20 au sein du 451e Tactical Airborne. En Afghanistan, les E-11A ont effectués depuis 2005 plus de 3’000 heures de vol. 

Le Global 6000 :

Le biréacteur Global 6000 offre plus de volume en cabine et plus d’espace de plancher que tout autre avion dans sa catégorie. Aucun autre biréacteur d’affaires de la catégorie des très long-courriers d'aujourd'hui n’affiche pareille autonomie à grande vitesse. Offrant le confort ultime en cabine, cet impressionnant biréacteur peut relier Vienne à Brasilia sans escale avec huit passagers et de trois à quatre membres d’équipage à bord. Il peut franchir 6’000 milles marins (11’100 km) à Mach 0,85 avec jusqu’à huit passagers.

Photo : E-11A de l’USAF @ Asley Wallace

 

07/06/2021

Le premier avion sans pilote a ravitaillé un autre avion !

MQ-25_refueling_2.jpg

Pour la première fois dans l'histoire, l'US Navy et Boeing ont fait une démonstration de ravitaillement en vol à l'aide d'un avion sans pilote avec le drone MQ-25 T1 appartenant à Boeing pour ravitailler un autre aéronef. Au cours d'un vol d'essai le 4 juin, le drone MQ-25 T1 a étendu avec succès le tuyau et la panier de son magasin de ravitaillement en vol (ARS) émis par l'US Navy et a transféré en toute sécurité du carburant à un F/A-18 « Super Hornet » de l'US Navy, démontrant que le MQ- 25 « Stingray » est bien capable de mener à bien sa mission principale de ravitaillement en vol.

Historique

« Cet événement historique est tout à l'honneur de notre équipe conjointe de Boeing et de la Marine qui s'efforce de fournir dès que possible la capacité critique de ravitaillement en vol du MQ-25 à la flotte », a déclaré Leanne Caret, présidente et chef de la direction de Boeing Defence, Espace & Sécurité. "Leur travail est la force motrice derrière l'intégration sûre et sécurisée des systèmes sans pilote dans l'avenir immédiat des opérations de défense."

Au cours de la première partie du vol, le pilote d'essai du F/A-18 a volé en formation serrée derrière le MQ-25 pour assurer les performances et la stabilité avant le ravitaillement en carburant, une manœuvre qui nécessitait aussi peu que 20 pieds de séparation entre le MQ-25 T1 et la sonde de ravitaillement du F/A-18. Les deux appareils volaient à des vitesses et à des altitudes pertinentes sur le plan opérationnel. Une fois l'évaluation terminée en toute sécurité, le panier flottant du MQ-25 a été prolongée et le pilote du F/A-18 s'est déplacé pour se « brancher » sur l'avion sans pilote et recevoir le déchargement de carburant prévu.

Le jalon intervient après 25 vols d’esssais, testant à la fois l'aérodynamique de l'avion et de l'ARS dans l'ensemble du domaine de vol, ainsi que des simulations approfondies de ravitaillement en vol à l'aide de modèles numériques MQ-25. Le MQ-25 T1 poursuivra ses essais en vol avant d'être expédié à Norfolk, en Virginie, pour des essais de manutention de pont à bord d'un porte-avions de la marine américaine plus tard cette année.

L'actif d'essai T1 appartenant à Boeing est un prédécesseur des sept avions d'essai que Boeing fabrique dans le cadre d'une attribution de contrat en 2018. Le MQ-25 assumera le rôle de tank actuellement joué par les F/A-18, permettant une meilleure utilisation des chasseurs de combat et aidant à étendre la portée de l'escadre aérienne du porte-avions.

En pré-commandes 

L’année dernière, la Marine a exercé une option pour trois autres véhicules aériens MQ-25, portant à sept le nombre total d'aéronefs que Boeing produira initialement. La Marine a l'intention de se procurer plus de 70 drones ravitailleurs, qui assumeront le rôle de relais ravitailleurs actuellement joué par les F/A-18, permettant une meilleure utilisation des chasseurs de combat.

 Rappel  

982557872.jpg

L’avionneur Boeing a obtenu le contrat en vue de la fabrication du futur drone ravitailleur en vol MQ-25 « Stingray » de support opérationnel destiné à  l'US Navy.  Ce premier contrat est d’un montant de 805 millions de dollars, doit permettre à Boeing de développer l'ingénierie et la fabrication de quatre premiers aéronefs sans pilote.

Le drone MQ-25 « Stingray » est conçu pour fournir à la marine des États-Unis une capacité de ravitaillement en vol. Selon la US Navy, le MQ-25 « Stingray » permettra une meilleure utilisation des avions de combat en élargissant la gamme de déploiement des Boeing F/A-18 « Super Hornet », Boeing EA-18G « Growler » et des Lockheed Martin F-35C. Le MQ-25 fonctionnera depuis les porte-avions en utilisant les mêmes systèmes de bord communs aux avions pilotés par l’homme, comme la catapulte de lancement et les systèmes de récupération du bâtiment.

Désigné le RAQ-25 dans la phase d’évaluation du projet de drone ravitailleur, la désignation a été modifiée en MQ-25 « Stingray ». Les exigences en matière de furtivité permettent toujours tirer des missiles ou larguer des bombes à partir de pylônes, mais la surveillance et la destruction des cibles ne seront pas sa mission principale du nouvel engin.  Le drone MQ-25 va permettre de prolonger le rayon de combat non ravitaillé des « Super Hornet » à plus de 1’300 km. L'objectif de la Navy est de fournir 6 800 kg de carburant à 4 à 6 avions sur une distance de 530 km.

MQ-25_refueling_1.jpg

Photos : 1 & 3 Premier ravitaillement par un drone MQ-25 2 Le MQ-25 @ Boeing

 

Premier vol d’un H145 au carburant durable !

 

unnamed.jpg


Un hélicoptère de sauvetage a volé pour la première fois avec du carburant d'aviation durable (SAF), franchissant une nouvelle étape dans l'aviation internationale. Exploité par l'organisation allemande à but non lucratif ADAC Luftrettung, l'hélicoptère de sauvetage Airbus H145 a fait le plein de ses moteurs Arriel 2E avec du biocarburant, un type de SAF, à la station de sauvetage aérien de la clinique Harlaching de Munich en présence du conseil d'administration de la Fondation ADAC. 


Le H145 utilisait un biocarburant de deuxième génération, le SAF de choix de l'industrie aéronautique qui réduit les émissions de CO2 jusqu'à 90 % par rapport à son équivalent fossile, car il est produit à partir de matières résiduelles et de déchets de l'économie circulaire comme la cuisine usagée, huiles et graisses. En conséquence, le carburant n'a aucun impact sur la production alimentaire agricole.

Le carburant utilisé pour le premier vol en hélicoptère de sauvetage à Munich a été produit par TotalEnergies dans son usine en France à partir d'huiles alimentaires usagées, sans utiliser d'huile végétale vierge. Avec ce SAF, la flotte ADAC Luftrettung pourrait réduire de 33 % ses émissions de CO2, ce qui, avec plus de 50’000 missions de sauvetage et plus de 3,3 millions de kilomètres parcourus par an, équivaut à une réduction d'environ 6’000 tonnes de CO2.

L'ADAC Luftrettung et le motoriste Safran Helicopter Engines partagent la même ambition de contribuer au développement d'un carburant d'aviation durable. À cet effet, ils lancent un projet avec un hélicoptère de sauvetage ADAC à Cologne. Le projet étudiera tous les aspects de l'utilisation des biocarburants sur le H145, avec une campagne opérationnelle qui démarrera dès l'été 2021.

Suite à la première du biocarburant, les directeurs généraux d'ADAC Luftrettung et de Safran Helicopter Engines, Frédéric Bruder et Franck Saudo, ont signé un accord à long terme sur SAF, qui prévoit d'augmenter le taux de mélange de biocarburant jusqu'à 100 % dans les années à venir et par la suite, promouvant également l'utilisation de carburants électriques synthétiques, également connus sous le nom de Power-to-Liquid (PTL), une autre alternative aux carburants fossiles. La PTL fait référence à la production de carburants liquides produits à l'aide d'énergie électrique à partir de sources renouvelables, qui, avec l'utilisation de biocarburants, permettront à l'aviation de se rapprocher d'une aviation climatiquement neutre.

Le biocarburant est actuellement certifié et approuvé pour une utilisation dans l'aviation dans un mélange maximum de 50 pour cent avec du kérosène conventionnel de type JET-A1. L'hélicoptère de sauvetage ADAC a volé sur un mélange de 40 %.

Le Dr Andrea David, PDG de la Fondation ADAC à but non lucratif, à laquelle appartient l'ADAC Luftrettung, déclare que, « pour nous, le projet pilote Sustainable Aviation Fuel est un premier grand pas sur la voie d'une Fondation ADAC et d'un service de secours et notre contribution en tant qu'organisation à but non lucratif à la réalisation des objectifs de protection du climat de l'Allemagne et de l'Europe."

« Nous voulons être un pionnier dans la réduction du CO2 dans les services médicaux d'urgence avec du kérosène respectueux de l'environnement. Cela signifie que nous devons également développer le sauvetage aérien technologiquement afin que l'utilisation du SAF soit pérenne à plus long terme. Pour y parvenir, nous avons de solides partenaires à nos côtés », ajoute Frédéric Bruder, directeur général d'ADAC Luftrettung. « Il est important de noter que le SAF est un carburant officiellement approuvé, ce qui signifie que la sécurité des vols et des patients reste au plus haut niveau.

Franck Saudo, PDG de Safran Helicopter Engines, déclare : « Safran est à la pointe des efforts de l'industrie des moteurs pour réduire les émissions de dioxyde de carbone des hélicoptères. Parallèlement à ce premier vol historique, nous avons signé un accord avec l'ADAC Luftrettung pour étendre l'utilisation du SAF dans leur hélicoptère propulsé par Safran. Tous les moteurs Safran sont certifiés pour fonctionner avec jusqu'à 50 % de carburant durable, y compris le biocarburant. Notre objectif est d'atteindre 100 %.

Bruno Even, PDG d'Airbus Helicopters, déclare : « Pionnier de l'aérospatiale durable est une ambition claire pour Airbus et permettre l'utilisation de carburant d'aviation durable est une étape importante pour notre industrie. L'événement d'aujourd'hui est la première étape pour renforcer l'ambition d'Airbus Helicopters d'avoir la gamme de produits à plus faible émission de CO2 au monde.

Christian Cabrol, directeur général de TOTAL Deutschland GmbH, ajoute : « TotalEnergies s'est fixé comme objectif d'atteindre zéro émission nette avec la société d'ici 2050. En développant les biocarburants, nous aidons nos clients de l'industrie aéronautique à réduire l'intensité carbone des produits énergétiques qu'ils utilisent. Notre carburant d'aviation durable peut être utilisé sans aucune modification de l'infrastructure logistique de stockage et de distribution et donc aussi directement dans les avions et les hélicoptères. Nous le vivons aujourd'hui dans la pratique. En mars dernier, nous avons lancé avec succès la production de carburants d'aviation durables en France, qui a déjà été mis en service pour un vol long-courrier entre Paris et Montréal il y a deux semaines, et nous le mettrons prochainement à disposition de nos clients allemands.

Photo : H145 utilisant du carburant durable@ Airbus Helicopters

05/06/2021

Intégration de la nacelle Sniper sur le Super Hornet !

mfc-sniper-atp-with-hornet-main-1.jpg

Lockheed Martin en collaboration avec l'US Navy et Boeing, a terminé son premier essai en vol du programme d’intégration de la nacelle Sniper Advanced Targeting Pod (ATP) sur l’avion de combat Boeing F/A-18E/F « Super Hornet » pour l'armée de l'air du Koweït. La Sniper ATP sera située sur la station d'armes 5, une zone de l'avion où des nacelles ou des armes sont attachées et devrait être déployée avec l'avion à la fin de 2023. Cette intégration donne aux flottes de Super Hornet existantes et futures la possibilité d'ajouter la précision de système Sniper ATP de capacités de ciblage et de surveillance, qui sont essentielles à la capacité de survie du pilote.

« L'intégration de Sniper ATP à la station d'armes 5, communément appelée « station de joue », apporte des algorithmes de suivi de pointe, une liaison de données bidirectionnelle et de nombreuses autres capacités aux F/A-18E/F  koweitiens qui auront un impact positif sur le succès global de leurs missions", a déclaré Kenen Nelson, directeur des programmes de capteurs à voilure fixe chez Lockheed Martin's Missiles and Fire Control. "Cela signifie également que tous les clients F/A-18E/F auront l'option d'un pod de ciblage fiable, facile à entretenir et moderne.

Pour vérifier la mécanique du système, des essais en vol avec un Sniper ATP non opérationnel ont été effectués à la Naval Air Station Patuxent River dans le Maryland en mars. Par la suite, des essais en vol avec un Sniper ATP opérationnel ont été effectués à la Naval Air Weapons Station China Lake en Californie en mars. Les deux premiers essais en vol ont été concluants.

"Le Sniper ATP fournit un outil supplémentaire dans le package Koweït F/A-18 Super Hornet déjà robuste", a déclaré Jessica Idleman, responsable du programme Boeing Koweït F/A-18. "Le Super Hornet fournit au combattant une meilleure connaissance de la situation et Sniper ATP est une partie importante de notre plan d'insertion technologique et de la croissance future de la plate-forme."

Actuellement, la Sniper ATP vole sur les F/A-18C/D du Koweït et les CF-18 Hornet canadiens. Au fur et à mesure que l'armée de l'air du Koweït passera au F/A-18E/F « Super Hornet », elle bénéficiera des nouvelles capacités que la dernière configuration Sniper ATP fournit à la flotte de Super Hornet. Il existe actuellement plus de 27 pays et 15 types d'avions différents fonctionnant avec le Sniper ATP indépendant de la plate-forme.

Lockheed Martin Sniper ATP

Sniper_POD-709x641.jpg

Choisi pour sa capacité de ciblage supérieure, le pod Sniper Advanced Targeting Pod (ATP) est le pod de ciblage le plus largement testé au combat utilisé aujourd'hui. Sniper ATP est un système de ciblage électro-optique éprouvé, logé dans un seul pod léger. Il gère les missions air-air et air-sol de ciblage de précision et de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR) les plus difficiles dans les domaines terrestres, maritime et aérien.

Employé par plus de 27 clients internationaux et l'U.S. Air Force, la Sniper ATP est un leader mondial du ciblage et du renseignement de précision, de la surveillance et de la reconnaissance.  Le Sniper ATP est interopérable sur plusieurs plates-formes, y compris l'US Air Force et les avions multinationaux F-2, F-15, F-16, F-18, A-10, B-1, B-52, Harrier et Typhoon, Rafale.

Les fonctionnalités avancées du capteur

  • Détection passive, suivi et télémétrie de pointe pour les cibles air-air et air-sol
  • Capteurs haute définition
  • Suivi de point laser
  • Capacité à fournir de l'énergie laser pour soutenir avec précision les armes à guidage laser contre des cibles en mouvement
  • Désignateur laser avec des longueurs d'onde tactiques et sans danger pour les yeux sélectionnables par l'équipage
  • Liaison de données vidéo full motion bidirectionnelle avec métadonnées
  • Enregistreur de données numérique
  • Génération de coordonnées géographiques de précision à portée étendue
  • Suite logicielle de capteurs avancés Global Scope® pour l'ISR, la lecture de vidéos et de métadonnées, la visualisation avancée de scènes et la planification de points d'intérêt

Rappel :

C’est en avril 2018 que le Koweït a signé avec Boeing un contrat d’une valeur de 3,17milliards de dollars portant sur 22 F/A-18E et 6 F/A-18F « Super Hornet ». Le pays dispose d’une option pour 12 autres appareils. « L'acquisition du « Super Hornet » permettra une plus grande interopérabilité avec les forces américaines, offrant des avantages pour la formation et d'éventuelles futures opérations de coalition à l'appui des objectifs de sécurité régionaux partagés » avait annoncé le Ministère de la Défense koweïtien à l’époque. 

Les premiers Super Hornet aux couleurs du Koweït volent depuis plusieurs semaines, le premier un biplace F/A-18 F et sur les photos disponibles, un monoplace n°169708 de série et le n°803 pour la Force aérienne du Koweït (KAF).  Par rapport aux anciens F/A-18 C/D « Hornet » en service qui doivent être remplacés, le Super Hornet arbore deux tons de gris léger.

Le « Super Hornet » BlockII+ du Koweït : 

2641040700.jpeg

Le standard livré au Koweït est assez particulier, il s’agit du BlockII actuel en service dans l’US Navy, mais avec certaines nouveautés qui seront intégrées sur le futur BlockIII. Selon Boeing ce BlockII+ offre notamment : le nouveau cockpit avec grand écran central, les leurres remorqués à fibre optique ALE-55, ALQ-214 IDECM de contre-mesures de radiofréquence. Les Conformal Fuel Tanks (CFT) seront installés prochainement. 

Pour le reste, les Super Hornet koweïtiens disposent : des pods de ciblage Sniper et ATFLIR.

Le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » BlockII :

Le Super Hornet BlockII est un avion de combat de génération 4++ doté d’une avionique numérique avec système HOTAS. Issus de son petit frère le « Hornet », le Super Hornet dispose d’une structure agrandie qui permet une augmentation de carburant de l’ordre de 33%. La structure et le train d’atterrissage sont renforcés, pour permettre d’augmenter la masse maximale au décollage et à l’atterrissage.

Avion multirôle, le « Super Hornet » peut effectuer les missions suivantes simultanément : supériorité aérienne, interdiction aérienne, suppression de la défense aérienne ennemie (SEAD), soutien aérien rapproché (CAS) et attaque maritime. L’avionique comprend trois écrans couleurs, dont un est tactile ainsi que des éléments numériques additionnels comme la radio et données moteurs. Les améliorations du poste de pilotage permettent de simplifier le travail du pilote. Un système anticollision de type G-CAS et un TAWS (Terrain Avoidance and Warning System) équipent l’avionLe pilote dispose du viseur de casque Boeing JHMCS. Liaison de données tactique Link16.

Photos : 1 essais du Sniper sur un Super Hornet 2 Le Sniper ATP @ LM 3 Super Hornet aux couleurs du Koweit @ Boeing

04/06/2021

Boeing & Alaska Airlines vont tester un B737 MAX plus respectueux de l’environnement !

Boeing_ecoDemonstrator.jpg

Boeing et Alaska testeront un nouvel agent d'extinction d'incendie sans halon qui réduit considérablement les effets sur la couche d'ozone, évalueront une nacelle de moteur conçue pour réduire le bruit et évalueront les parois latérales de la cabine en matériau recyclé, entre autres projets. L'avion utilisé sera un B737 MAX-9. 

« Nous travaillons depuis longtemps avec Boeing pour faire progresser la technologie aéronautique, la sécurité et l'efficacité énergétique », a déclaré Diana Birkett Rakow, vice-présidente des affaires publiques et du développement durable d'Alaska Airlines. « Alaska Airlines dessert certaines des régions les plus belles et les plus diversifiées du monde et nous nous engageons à trouver des moyens de réduire les impacts climatiques sur l'ensemble de notre réseau. Ce travail avec Boeing pour accélérer l'innovation sur le programme ecoDemonstrator nous permet de contribuer à un plus avenir durable pour notre communauté mondiale."

Depuis 2012, le programme ecoDemonstrator a accéléré l'innovation en sortant près de 200 technologies prometteuses du laboratoire et en les testant dans les airs pour relever les défis de l'industrie aéronautique et améliorer l'expérience des passagers.

« Boeing s'engage à améliorer continuellement la sécurité aérienne et les performances environnementales de ses produits », a déclaré Stan Deal, président et chef de la direction de Boeing Commercial Airplanes. "Nous sommes fiers de collaborer avec notre client local et d'autres partenaires dans le monde cette année pour rendre le vol plus durable."

En cinq mois d'essais en vol d'ecoDemonstrator, Boeing et Alaska travailleront avec neuf autres partenaires pour tester de nouvelles technologies. Une fois les tests terminés, l'avion sera configuré pour le service passagers et livré en Alaska.  

Les technologies du programme comprennent

  • Test d'un nouvel agent extincteur pour avion qui réduit considérablement les effets sur la couche d'ozone. Ce matériau est destiné à remplacer le Halon 1301, qui n'est plus produit.
  • Collaborer avec la National Oceanic and Atmospheric Administration des États-Unis pour mesurer les niveaux de gaz à effet de serre dans l'atmosphère afin de soutenir la modélisation climatique et les prévisions à long terme de l'agence.
  • Évaluer les concepts de revêtement acoustique au sein de la nacelle du moteur qui peuvent réduire le bruit sur les moteurs actuels et informeront les conceptions des modèles de prochaine génération.
  • Recyclage du matériau composite de carbone de la production d'ailes de Boeing B777X dans un panneau de paroi latérale de cabine. Ce matériau durable et léger réduirait la consommation de carburant et les émissions de carbone, et soutient les objectifs de Boeing en matière de fabrication durable.

Les avions actuels et futurs de Boeing s'appuient sur un certain nombre de technologies évaluées lors des précédents tests ecoDemonstrator, notamment :

  • Winglets de technologie avancée sur la famille B737 MAX qui réduisent la consommation de carburant et les émissions.
  • Des applications iPad qui fournissent aux pilotes des données météorologiques et d'autres données en temps réel, améliorant ainsi l'efficacité énergétique et réduisant les émissions de CO 2, ces applications complètent les services d'analyse numérique proposés par Boeing pour aider les compagnies aériennes à optimiser l'utilisation de leur flotte.
  • Un système de caméra sur le nouveau B777X qui améliorera la sécurité en aidant les pilotes à éviter les obstacles au sol.

« Boeing a mis davantage l'accent sur le développement durable en 2020 pour s'aligner sur nos priorités commerciales et d'entreprise ainsi que sur nos valeurs », a déclaré Chris Raymond, directeur de la durabilité de Boeing. "Grâce à notre collaboration avec des partenaires de l'industrie, le programme ecoDemonstrator est un excellent exemple de notre engagement à travailler ensemble pour rendre le vol plus sûr et plus durable pour les générations actuelles et futures."

Les vols d'essai ecoDemonstrator sont effectués avec un mélange de carburant d'aviation durable à base de pétrole. Le SAF est couramment utilisé aujourd'hui, réduit les émissions de CO 2  du cycle de vie jusqu'à 80 % et offre le potentiel le plus immédiat et le plus élevé de réduction des émissions au cours des 20 à 30 prochaines années sur tous les marchés de l'aviation commerciale.

En janvier de cette année, Boeing s'est engagé à s'assurer que ses avions commerciaux sont capables et certifiés pour voler sur 100 % SAF d'ici 2030. La société prévoit également de travailler avec les autorités réglementaires et l'ensemble du secteur pour augmenter la limite de mélange actuelle de 50 % pour une utilisation élargie de la SAF. L'ecoDemonstrator B777 Freighter 2018 de Boeing est entré dans l'histoire en tant que premier avion de ligne commercial au monde à voler avec un carburant 100 % durable.

Photo : B737 MAX-9 d’Alaska Airlines @ Boeing