09/09/2021

Inde, feu vert pour l’achat d’Airbus C-295 !

c295-20191212.jpg

Le dossier était en préparation depuis près de sept ans, un grand pas en avant vient d’être franchi avec l’approbation du ministère de la Défense indien pour l’achat de 56 appareils de transport C-295MW pour l'Indian Air Force (IAF) et l'Indian Coast Guard (ICG).

En 2019 les négociations entre le ministère indien de la Défense et l’avionneur Airbus Defence and Space pour l’achat de 56 avions de transport C-295W pour l'Indian Air Force (IAF) et l'Indian Coast Guard (ICG) avait été terminées avec succès, on attendait plus que la décision finale d’achat.

Le contrat est estimé à près de 2,8 milliards d’euros (3,15 milliards d’USD), avec la livraison de 16 appareils construit en Espagne et l’assemblage sous licences des 40 appareils restants dans une usine près de Bangalore appartenant au groupe Tata.

Accélération du processus

Les choses prennent du temps en Inde, mais peuvent très bien s’accélérer en quelques mois. En effet, le gouvernement indien désire que les 16 premiers avions puissent être livrés d’ici 48 mois après la signature du contrat. Les autres appareils seront livrés sur une période de dix ans.

Le C-295 : 

Au début des années 1980, l'Espagne cherche un appareil complémentaire au C-212, le constructeur national CASA s'entend avec l'indonésien IPTN pour produire la version de base d'un appareil de transport tactique, les autres versions pouvant être produites nationalement. Le premier vol intervient le 11 novembre 1983 et l'avion entra en service dans l'Ejercito del Aire en 1988.
Le CN-235 reprend les éléments traditionnels du transport tactique : ailes et dérives hautes pour les protéger des projections venues des pistes non préparées, aile droite pour diminuer la vitesse d'approche, rampe de chargement à l'arrière. Le CN-235 peut ainsi transporter 51 combattants, 18 brancards ou 4 palettes.

En 1995, l'Espagne crée une version très modernisée, le C-295, pour compléter sa flotte. Le C-295 dispose d'une soute plus longue de 3 mètres, d'une nouvelle avionique, d'un train et d'une structure renforcés, de points d'emports sous les ailes et de moteurs Pratt & Whitney PW127G entraînant des hélices hexapales.

Le C-295W

Une amélioration sérieuse de l’avion a été mise en place avec la version « W », dotée d’ailettes marginales (winglets) et de moteurs modernisés de série, le nouveau modèle fourni aux opérateurs des performances accrues dans toutes les phases de vol. Il est particulièrement adapté aux missions réalisées en altitude et par temps chaud, pour lesquelles il promet une augmentation de charge utile d’au moins 1’000 kg. L’appareil est équipé de turbopropulseurs de Pratt & Whitney, qui motorisent toutes les versions du C295. De nouvelles procédures certifiées au Canada et en Espagne permettent aux opérateurs d’augmenter la puissance, lors des phases ascensionnelles et de croisière. Outre les performances en altitude et par temps chaud, ces procédures améliorent les opérations sur des reliefs très élevés, comme la Cordillère des Andes ou l’Himalaya, avec des répercussions minimes sur les coûts de maintenance.

Il peut ainsi transporter 71 combattants, 48 parachutistes, 24 civières ou 5 palettes. Il est également proposé en version Persuader pouvant accomplir des missions de chasse aux sous-marins. Le C-295 est vendu à une dizaine d'états, comme le Portugal, la Pologne, l'Algérie ou le Brésil.

unnamed.jpg

Photos : C-295W @ Airbus DS

08/09/2021

Livraison du premier UH-72B « Lakota » !

USPH-0002-0076-r.jpg

Airbus Helicopters, Inc. a livré le premier hélicoptère UH-72B, la dernière variante de son hélicoptère « Lakota », à la Garde nationale de l'armée américaine depuis son usine de production de Columbus, Mississippi. Cette livraison est la première des 18 hélicoptères UH-72B « Lakota » actuellement commandés pour soutenir les missions critiques de la Garde nationale.

"Avec l'ajout de l'UH-72B Lakota à notre flotte, l'armée américaine augmente notre capacité à sauver des vies, à protéger les communautés et à fournir des secours en cas de catastrophe", a déclaré le colonel Calvin Lane, chef de projet de l'armée américaine pour les hélicoptères utilitaires. . « L'hélicoptère Lakota est un élément essentiel de l'armée depuis plus de 15 ans maintenant, et nous sommes impatients de bénéficier des dernières technologies et performances que la dernière variante 72B fournira, sans frais de recherche et développement supplémentaires pour l'armée. »

L'UH-72B est la dernière version de l'hélicoptère commercial éprouvé et standard qui a été l'hélicoptère utilitaire léger de l'armée depuis l'attribution du premier contrat Lakota en 2006. L'armée tire parti des avantages d'un avion commercial standard (COTS) en recevant des améliorations de produits et des améliorations grâce à l'évolution de l'avion, sans investir d'argent du gouvernement dans le développement de ces capacités.

Basé sur le très populaire H145, l'UH-72B intègre des technologies qui augmentent à la fois la sécurité et les performances de vol, notamment le rotor principal à cinq pales, le rotor de queue caréné Fenestron, les moteurs Safran Arriel 2E et la suite avionique Helionix conçue par Airbus. La suite Helionix comprend un pilote automatique avancé à quatre axes dual-duplex pour fournir une enveloppe de vol et une protection contre les dépassements de limites, un décollage automatisé et des approches entièrement couplées pour le vol stationnaire.

Avec près de 10 configurations différentes disponibles, le Lakota offre des performances éprouvées, une fiabilité opérationnelle exceptionnelle et une polyvalence inégalée pour un large éventail de missions militaires. Airbus Helicopters, Inc. construit le Lakota dans son usine de production à Columbus, Mississippi, qui emploie près de 250 employés.

L'armée américaine a initialement acheté l’UH-72 « Lakota » pour libérer des appareils de prmeières ligne comme le Sikorsky UH-60 « Black Hawk » et permettre l'élimination progressive des appareils plus anciens comme le Bell UH-1 « Huey » et l'OH-58A « Kiowa ». Le « Lakota » est disponible en sept configurations pour des missions comprenant la formation, la sécurité aux frontières, la recherche et le sauvetage, l'évacuation médicale, la réponse en cas de catastrophe, le transport VIP et le soutien au champ de tir.

L’UH-72B « Lakota »

L'UH-72B « Lakota » est essentiellement une version de l'armée américaine du dernier modèle d'hélicoptère civil H145. L'armée américaine tire parti des avantages d'un programme commercial prêt à l'emploi en recevant des améliorations et des améliorations de produits grâce à l'évolution de l'hélicoptère, sans investir de l'argent du gouvernement dans le développement de ces capacités.

L'UH-72B est basé sur le très populaire H145, qui incorpore diverses améliorations de produit qui ont été développées au cours du cycle de vie de la version commerciale. L’appareil incorpore dorénavant le rotor de queue de type « Fenestron », des moteurs plus puissants, des commandes améliorées et une suite avionique Airbus Helionix. Le système Helionix, a brisé le moule pour une avionique intuitive et conviviale pour les pilotes. Distingué par une disposition innovante du cockpit qui comprend deux à quatre écrans multifonctions, seuls les détails les plus pertinents d'une phase de vol sont affichés à un moment donné. La clé d'Helionix est qu'il filtre et présente les informations les plus pertinentes lorsque le pilote en a besoin. Lorsqu'un pilote se prépare à décoller, par exemple, Helionix n'affiche que les données (santé du moteur, direction du vent, avertissements de trafic, etc.) spécifiques à la tâche, supprimant tout ce qui est inutile et distrayant.

2284891288.jpg

Photos : UH-72B « Lakota »@ Airbus Helicopters

 

07/09/2021

Les Super Hornet koweitiens au complet !

message-editor-1601320298249-img_9564.jpg

L’avionneur américain Boeing a achevé la livraison des 28 avions de combat F/A-18E/F « Super Hornet » destinés au Koweït. Ces appareils remplacent les F/A-18 C/D « Hornet » en service dans le pays. A noter que le pays recevra prochainement des Airbus Eurofighter FGR4.

Rappel 

C’est en avril 2018 que le Koweït a signé avec Boeing un contrat d’une valeur de 3,17 milliards de dollars portant sur 22 F/A-18E et 6 F/A-18F « Super Hornet ». Le pays dispose d’une option pour 12 autres appareils. « L'acquisition du « Super Hornet » permet une plus grande interopérabilité avec les forces américaines, offrant des avantages pour la formation et d'éventuelles futures opérations de coalition à l'appui des objectifs de sécurité régionaux partagés » avait annoncé le Ministère de la Défense koweïtien à l’époque. Par rapport aux anciens F/A-18 C/D « Hornet », le Super Hornet arbore deux tons de gris léger.

Le « Super Hornet » BlockII+ du Koweït

Le standard livré au Koweït est assez particulier, il s’agit du BlockII actuel en service dans l’US Navy, mais avec certaines nouveautés qui seront intégrées sur le futur BlockIII. Selon Boeing ce BlockII+ offre notamment : le nouveau cockpit avec grand écran central, les leurres remorqués à fibre optique ALE-55, ALQ-214 IDECM de contre-mesures de radiofréquence.

Le Super Hornet BlockII+ est un avion de combat de génération 4++ doté d’une avionique numérique avec système HOTAS. Issus de son petit frère le « Hornet », le Super Hornet dispose d’une structure agrandie qui permet une augmentation de carburant de l’ordre de 33%. La structure et le train d’atterrissage sont renforcés, pour permettre d’augmenter la masse maximale au décollage et à l’atterrissage. Avion multirôle, le « Super Hornet » peut effectuer les missions suivantes simultanément : supériorité aérienne, interdiction aérienne, suppression de la défense aérienne ennemie (SEAD), soutien aérien rapproché (CAS) et attaque maritime. L’avionique comprend trois écrans couleurs, dont un est tactile ainsi que des éléments numériques additionnels comme la radio et données moteurs. Les améliorations du poste de pilotage permettent de simplifier le travail du pilote. Un système anticollision de type G-CAS et un TAWS (Terrain Avoidance and Warning System) équipent l’avionLe pilote dispose du viseur de casque Boeing JHMCS. Liaison de données tactique Link16. Autre petite particularité, les Super Hornet koweitiens emportent la nacelle AN/AAQ-33 « Sniper Advanced Targeting Pod ».

Le Super Hornet est doté du radar Raytheon à balayage électronique (AESA) AN/APG-79 qui augmente la portée de détection et de poursuite de cible air-air et fournit une cartographie air-sol à haute résolution et à longue portée.  L'AN/APG-79 dispose d'un diagnostic de surveillance interne qui peut être interprété sur le terrain et sur les lignes de front, ce qui permet de réduire les coûts et d'améliorer l'état de préparation en temps de guerre 

L’avion dispose de radios cryptées numériques Rockwell-Collins AN/ARC-210 Gen 5.2, MIDS-JTRS, SATCOM-DAMA, et du système de reconnaissance ami/ennemi IFF AN/APX-111 (V) de BAe Systems.

Le paquet pour le Koweit contenait notamment

44 systèmes de canons M61A2 de 20 mm, des récepteurs d'avertissement radar AN/ALR-67(V)3, 240 lanceurs de missiles guidés LAU-127E/A, 45 Systèmes de distribution de contre-mesures aéroportées AN/ALE-47, 12 modules de ciblage avancé SNIPER AN/AAQ-33, 48 systèmes de repérage montés sur casque (JHMCS), 45 AN/ALQ-214 Systèmes de contre-mesures radiofréquences, 45 AN/ALE-55 leurres remorqués, 48 systèmes de liaison 16, radio ARC-210 (avion), systèmes d'identification ami ou ennemi (IFF),  lunettes de vision nocturne AN/AVS-9 (NVG), Lanceurs (LAU-115D/A, LAU-116B/A, LAU-1 18A), ordinateur de lancement de commande (CLC) pour AGM-88, Navigation GPS ANAV/MAGR, système de planification de mission conjointe (JMPS), pièces de rechange d'aéronefs, Équipement d'armement des aéronefs (AAE), équipement de soutien, formation des équipages/maintenance, entrepreneur service technique d'ingénierie, services techniques logistiques, services techniques d'ingénierie, autre assistance technique, soutien logistique des entrepreneurs, services d'essais en vol, stockage et conservation, convoyage d'avions. Bombes  JDAM et missiles AIM-120C-7 air-air avancés de moyenne portée (AMRAAM).

message-editor-1601320239308-img_9554.jpg

Photos : Super Hornet aux couleurs du Koweit @ Bryan Baisley

06/09/2021

Thales débute les essais de sa nouvelle avionique !

unnamed.jpg

Thales a commencé les essais de sa nouvelle suite avionique de dernière génération FlytX à bord  d’un hélicoptère Cabri, cet été. La campagne d’essais se poursuivra jusqu’en 2022 pour tester et optimiser les fonctionnalités de la suite.

Adaptable à tous les segments du marché des hélicoptères pour les nouveaux programmes (linefit) comme pour les chantiers de modernisation (retrofit), FlytX se décline au travers d’un poste de pilotage équipé d’un à quatre écrans. La suite avionique de Thales a d’ores et déjà été sélectionnée par Airbus Helicopters et la Direction Générale de l’Armement (DGA) pour équiper le Guépard, futur hélicoptère interarmées léger mais aussi par VR-Technologies pour le futur hélicoptère léger mono turbine, VRT500. 

Copyright_F&A_Thales_Avionics_FlytX_helicopter_3_displays_front_white_landscape_April_2019_light (2).jpg

Pilotes et ingénieurs de Thales capitalisent sur les essais en vol de la version mono-écran de FlytX afin d’effectuer en boucle courte des ajustements pour améliorer la performance et la maturité du système avant son intégration sur ces premiers programmes clients. Les essais en vol du VRT500 prévus début 2022 bénéficieront notamment des progrès effectués suite à ces vols sur Cabri. 

Résultat de plus de dix ans de recherche, FlytX a été conçu pour améliorer l’efficacité opérationnelle de l’équipage en réduisant sa charge de travail et en facilitant la compréhension de l’environnement et de la situation. Elle se caractérise par une conception centrée sur l’équipage, nativement connectée et cybersécurisée, elle favorise la coopération avec les autres acteurs de l’écosystème aérien. Compacte, elle offre enfin une réduction du poids, de l’encombrement et de la consommation d’énergie de 40% par rapport aux suites avioniques actuelles.

785096769.jpeg

Photos : 1 le Cabri destiné aux essais 2 FlytX 3 Le H-160M « Gépard »@ Thales

05/09/2021

Gros revers pour le Super Hornet !

super-hornet-cft.jpg

L’avionneur Boeing suspend le développement des réservoirs de carburant additionnels Conformed Fuel Tank (CFT) destinés à venir équiper les Super Hornet BlockIII. Des problèmes de structures et de puissance seraient à l’origine de cet abandon.

Selon certaines informations en provenance de l’US Navy, les Super Hornet dotés de CFT ont des difficultés à supporter les contraintes lors d'atterrissage (appontages) ou de décollage des porte-avions, de plus les CFT auraient une mauvaise tendance à se déformer lors de ces opérations.

Initialement, la marine américaine comptait équiper ses 540 F/A-18E/F « Super Hornet » au standard BlockIII avec les CFT. Cette adaptation devait permettre une allonge sérieuse de l’avion en termes de rayon d’action en plus des nouvelles capacités de ce dernier. En effet, les CFT devaient permettre d’emporter 3’500 livres de carburant, ajoutant environ 120 milles d'autonomie à un F/A-18 « Super Hornet » à pleine charge.

Compenser au mieux  

Ce revers va obliger l’US Navy à disposer rapidement de nouveaux moyens de ravitaillement en vol pour compenser ce manque de capacité en profondeur. Le drone MQ-25 ravitailleur de Boeing pourrait bien trouver dans ce besoin une place de choix. L’autre option concerne la mise en place de bases avancées, par exemple dans le Pacifique, aux Philippines et au Japon. Cette solution aurait pour avantage de couper la route aux unités aériennes chinoises et russes dans cette région.  

Le Corps des Marines pratique déjà des missions de frappe à longue portée  jusqu'à 2’600 milles de portée en utilisant ses Lockheed Martin F-35C avec une combinaison de ravitaillement aérien et insulaire. La Marine pourrait dorénavant mettre à profits ce type d’engagement pour ses F/A-8 E/F « Super Hornet ».

Et à l’exportation ?

Le Koweit qui a commencé à recevoir ses premier F/A-18 E « Super Hornet » BlockII+ ne disposent pas des CFT. Le pays est petit, et une telle demande n’a pas été formulée pour ce type d’équipement. Reste le Canada et la Finlande ou l’offre concernait les CFT. En partant du principe que ces pays n’utilisent pas de porte-avions, Boeing pourrait en cas de choix placer le Super Hornet avec les CFT. Pourtant, il semble que le problème d’intégration pour l’US Navy ne rassure pas les clients potentiels. En effet, des craintes de fatigue structurelles dues au poids des CFT semblent agir en défaveur d’une telle solution même pour les Super Hornet basés à terre.

En Suisse, lors des essais pour « air2030 » il semble que cette question a été soulevée notamment lors de ressources importantes de l’avion en milieu montagneux.

2641040700.jpeg

Photos : 1 Les essais du Super Hornet avec CFT 2 Super Hornet koweitien @ Boeing