08/02/2022

L’Indonésie nouveau client du Rafale !

814457070.jpg

Le ministère indonésien de la Défense (MoD) se dirige en direction de la signature d’un contrat pour l’acquisition d'avions de combat Rafale auprès de Dassault Aviation.

Pour le ministre indonésien de la Défense Prabowo Subianto les négociations pour le programme étaient terminées et que le "contrat" ​​était désormais "en attente d'activation". On parle d’un contrat d’une valeur 6,56 milliards de dollars pour environ 36 avions Rafale. Mais l’Indonésie semble avoir un problème de cash, le pays est en phase de recherche d'un financement étranger pour ce programme.

Rappel

En 2018 Jakarta avait annoncé la finalisation d’une commande portant sur 11 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E ». La signature du contrat devrait intervenir d’ici quelques mois. Le contrat était estimé à 1,14 milliard de dollars. Mais c’était sans compter sur les pressions américaines dans le cadre de la loi sur les sanctions (CAATSA) en vertu de laquelle Washington cherche à pénaliser les clients de la défense russe. En parallèle, l’Indonésie avait fait mention de son intérêt le Lockheed Martin F-35A. Cette demande a été finalement rejetée par Washington qui a finalement proposé des avions F-16 « Viper » Block 70/72 et le Boeing F-15EX « Eagle II ». Entre temps, l’Indonésie avait fait part de son intérêt pour l’acquisition de la flotte autrichienne d’avions de combat Airbus DS Eurofighter T1« Typhoon II ». Cette étonnante surprise venait directement du ministre indonésien de la Défense, Prabowo Subianto, qui avait écrit une lettre à son homologue autrichienne, Klaudia Tanner, cherchant à entamer des négociations en vue d’acheter les 15 Eurofighter appartenant à l’armée de l’air autrichienne.

Le pays ne confirme n’y n’infirme si le concurrent Boeing obtiendrait une commande pour le F-15EX « Eagle II » qui était en concurrence. Mais il semble bien que les difficultés financières de Jakarta ne puissent permettre de s’offrir un second type d’avion.

Rafale F4

Ce standard repose sur quatre piliers : la connectivité, l’engagement, la disponibilité ainsi que la détection et la lutte contre les menaces, a souligné la ministre des Armées. Ce standard F4 est un saut technologique, un saut industriel, un saut stratégique. » Le Rafale F4 vise en premier lieu l’amélioration de la connectivité du Rafale et des modes de travail en réseau associés, aussi bien dans un contexte national qu’interallié. Le Rafale F4 constituera une première étape pour le combat collaboratif connecté multiplateformes et donc vers le système de combat aérien du futur (SCAF). La capacité du Rafale à opérer face aux nouvelles menaces sera renforcée grâce à l’amélioration du système de protection et d'évitement des conduites de tir (SPECTRA), de l’optronique secteur frontal (OSF), de la nacelle de désignation TALIOS et du radar à balayage électronique RBE2. Ce nouveau standard prévoit également la prise en compte des futures évolutions des missiles ASMP-A, SCALP, de l’AASM 1000 kg modulaire et MICA NG, sans oublier les évolutions du Meteor. Enfin, des développements faciliteront la préparation opérationnelle et le soutien en service avec l’introduction de fonctions d’aide au diagnostic de pannes, de maintenance préventive et la modernisation du calculateur du moteur M88. 

Cette évolution de l’avion français doit permettre d’amener celui-ci pleinement dans le combat en réseau avec de nouvelles liaisons satellite et intra-patrouille, serveur de communication, radio logicielle. De nouvelles fonctions seront également développées pour améliorer les capacités de l’avion comme l’évolutions des capteurs et du radar, de l’optronique secteur frontal (IRST), capacités viseur de casque et de nouveaux armements seront intégrés.  

Enfin, en termes de disponibilité, Dassault travaille dans le cadre d’un MCO (Maintien en Condition Opérationnelle) qui sera davantage verticalisé sous l’autorité de l’avionneur. Le F4 comprendra un nouveau Système de Pronostic et d’Aide au Diagnostic introduisant des capacités de maintenance prédictive. D’autres optimisations de la maintenance sont également programmées, avec notamment des solutions basées sur le « Big Data » et l’intelligence artificielle. Enfin, le Rafale sera doté d’un nouveau calculateur.

Photo : Rafale @ Dassault Aviation

 

 

L’hélicoptère H145M intégrera le Spike ER2 !

252864004.jpg

Le constructeur européen d'hélicoptères Airbus Helicopters travaille sur l'extension des capacités de son package de mission HForce destiné à l'hélicoptère H145M. Airbus effectue à cet effet, les premiers tests d'intégration du missile Spike ER2 de Rafael sur le champ de tir de Cincu en Roumanie. 

Dans le cadre de la phase dite de pré-tests, des premières investigations ont été menées en janvier pour évaluer les effets du lancement du missile depuis l'hélicoptère. La prochaine étape consiste à intégrer le missile antichar Spike dans le système HForce de l'hélicoptère. 

Le Rafael Spike ER2

Unknown.jpeg

Le missilier israélien Rafael à décliner son missile Spike dans une nouvelle version ER (Extended Range) qui est tiré aujourd'hui depuis des véhicules, des hélicoptères, des navires et des lanceurs au sol dans le monde entier. Rafael a fourni plus de 30’000 missiles et systèmes Spike à plus de 30 pays. Le Spike ER2 offre des capacités améliorées un dépassement tactique sans précédent pour les escadrons d'hélicoptères et les unités de chasseurs de chars avec un système de missile de précision polyvalent et multiplateforme de 5e génération.  Le système permet le tir du missile vers une coordonnée cible de grille sans ligne de visée (NLOS) avec un capteur IR et jour haute résolution

traqueur de cible multispectral (permet la fusion des données des capteurs) incluant un traqueur de cible maritime.

Le concept HForce : 

Le concept HForce d’Airbus Helicopters est en soi une nouvelle offre intégrée pour les utilisateurs de la gamme des hélicoptères Airbus (ex Eurocopter). Le système doit permettre à des forces armées de renforcer ou de donner une puissance de feu à leurs hélicoptères de transport, tels que les H225 Super Puma/Cougar, le H125 Ecureuil/Fennec et les H135/635 et H145/645. Le système Airbus HForce permet donc d’armer ces types d’hélicoptères pour des pays n’ayant pas les moyens ou les besoins d’acquérir des hélicoptères d’attaques « Tigre « ou « Apache » par exemple. Pour les autres, il est possible de compléter les capacités d’appuis feu déjà disponibles.

Le concept HForce s’articule autour d’un système « plug and play » ayant un ordinateur de mission commun qui permettra aux opérateurs de commander l'hélicoptère dans une configuration de base, sans armes, tout en gardant la possibilité de les mettre à jour facilement. Conçu autour d'un système de gestion Rockwell Collins Deutschland fonctionnant avec un viseur de casque Thales « Scorpion » monoculaire HSMD couplé à un système FLIR Wescam électro-optique/infrarouge. Le système permet de gérer le tir avec une mitrailleuse de 12,7mm ou un canon de 20mm, des roquettes et des missiles antichars AGM-114 « Hellfire ».

Jusqu'à présent, les utilisateurs du H145M sont la Hongrie (20 machines), l'Allemagne (15), la Serbie (9), la Thaïlande (5) et le Luxembourg (2). Selon Airbus Helicopters, la machine sera également proposée aux forces armées roumaines par le partenaire local de longue date IAR.

Le H145M : 

Le H145M est conçu à partir de la version civile et parapublique modernisée du H145 (anciennement dénommé EC145 T2 sous Eurocopter). Avec une masse maximum au décollage en augmentation (3 700 kilos), il peut être équipé d'équipements de mission, notamment d'un canon latéral monté sur pivot, il peut transporter des armes sur des mâts multifonctions ; des capteurs électro-optiques/infrarouges avec moyen de repérage d'objectifs ; ainsi que des solutions d'avionique militaire pour les communications, la navigation et la gestion de vol.

Équipé d'un dispositif de descente sur corde pour les opérations spéciales, le H145M bénéficie d'une capacité de survie améliorée par la protection balistique de l'équipage, des réservoirs de carburant auto-obturant et un système de guerre électronique d'autoprotection contre les menaces de missiles.

Bénéficiant de la robustesse, des faibles coûts d'exploitation et de la disponibilité élevée des hélicoptères éprouvés de la famille EC145/H145 d'Airbus Helicopters, le nouveau H145M est doté de moteurs Turbomeca Arriel-2E, un système numérique de régulation des moteurs à pleine autorité (FADEC) sur deux canaux, un rotor de queue caréné Fenestron®, ainsi que des boîtes de transmission modernisées pour les rotors principal et de queue. La masse maximum au décollage de cet hélicoptère modernisé est augmentée de 50 kg, tandis que ses performances en vol stationnaire - même avec une seule turbine opérationnelle - sont cruciales pour la sécurité en vol et le succès des missions, en particulier dans le cadre d'opérations spéciales ou de recherche et de sauvetage au combat.

751925500.png

Photos : 1 & 3 H145M @ Airbus 2 missile Spike ER2 @ Rafael

 

 

07/02/2022

La Grèce prépare activement l’achat de F-35 !

grèce,lockheed martin,f-35a,jsf,les nouvelles de l'aviation,blog défense,force aérienne hellénique

Athènes est en pleine réception de ses premiers avions de combat Rafale. On aurait pu penser que l’avion français suffise à renforcer la Force aérienne hellénique, il n’en est rien. Le pays s’active sur le second dossier qui concerne l’acquisition de Lockheed Martin F-35A Lightning II Joint Strike Fighter (JSF). A ce sujet, une équipe du bureau du programme va se rendre dans le pays dans les jours avenir, selon la confirmation de l’ambassadeur américain en Grèce, Geoffrey Pyatt.

Rappel

En avril 2019, le ministre de la Défense de l'époque, Evangelos Apostolakis, a déclaré que la Grèce envisageait l’achat F-35. Cela a été renforcé par une déclaration ultérieure au sous-comité des services armés de la Chambre des États-Unis par le chef du bureau du programme conjoint (JPO) du F-35 énumérant la Grèce parmi d'autres clients potentiels des ventes militaires à l'étranger (FMS).

Le gouvernement grec a déjà reçu des données sur la disponibilité et les prix des avions F-35 disponibles aux États-Unis pour la vente à la Grèce en réponse à une lettre de demande officielle (LOR) précédemment envoyée par Athènes aux États-Unis.

Parallèlement à l'achat d’avions de combat français Rafale, le gouvernement grec cherche à compenser le rapport de force avec la Turquie. La Turquie a récemment testé son système anti-aérien S-400 d'origine russe avec un œil sur la Grèce.

Indispensable modernisation

Pour la Grèce, le dernier programme de mise à niveau des 83 avions de combat F-16 vers la configuration « Viper » doit permettre une bonne interopérabilité avec le F-35. De plus, en ajoutant le F-35 au F-16 amélioré et à l'avion Rafale, l'armée de l'air améliorera considérablement ses capacités et deviendra l'une des plus puissantes de la région.

Du côté, des officiers de l'armée de l'air qui ont vu les capacités du F-35, ce dernier est considéré comme un « Game changer » qui ne trouvent de d’équivalence pour l’instant en Occident. Avec des coûts en baissent régulière, la Grèce qui mène de front d’autres acquisition importante peut espérer obtenir le F-35 en lien avec ses budgets. Selon un porte-parole de la Force aérienne grecque, le Rafale représente une modernisation inespérée à très court termes, le F-35 va préparer cette dernière pour un avenir en vue d’une transition en direction des nouvelles technologies et la F-16 modernisés avec assurer le lien. En effet, si la Grèce décide d'acheter le F-35, il faudra cinq ans avant qu'il ne devienne opérationnel.

Photo : F-35i israélien @ IAF

05/02/2022

La Jordanie va pouvoir acheter des F-16 additionnels !

royal-jordanian-air-force-e737c586-9e55-4d27-9eb8-dd6e71d08bb-resize-750.jpeg

Dans le cadre d’une amélioration de sa Force aérienne, la Jordanie prévoit de moderniser sensiblement ses avec l’achat de 12 avions de combat F-16 neufs. Ces appareils doivent venir remplacer des modèles plus anciens déjà en service.

Rappel

La Jordanie dispose à ce jour de 79 F-16 soit 43 F-16AM et 14 F-16BM acheté aux USA qui ont été complétés par 25 F-16AM/BM MLU belges et 15 F-16 AM MLU néerlandais.

Autorisation de vente

Le Département d'État a pris une décision approuvant la vente militaire étrangère au gouvernement jordanien d'avions F-16 C/D Block 70 et d'équipements connexes pour un coût estimé à 4,21 milliards de dollars. L'Agence de coopération en matière de sécurité pour la défense a délivré aujourd'hui la certification requise informant le Congrès de cette éventuelle vente. 

Cette vente proposée soutiendra la politique étrangère et les objectifs de sécurité nationale des États-Unis en aidant à améliorer la sécurité d'un Allié majeur non membre de l'OTAN qui est une force importante pour la stabilité politique et le progrès économique au Moyen-Orient. 

La vente proposée améliorera la capacité de la Jordanie à faire face aux menaces actuelles et futures en assurant une interopérabilité continue avec les forces américaines et de la coalition. Ces avions moderniseront la flotte d'avions de combat jordaniens et répondront aux exigences opérationnelles associées aux objectifs régionaux de la coalition américaine, tels que la lutte contre les organisations extrémistes violentes, la lutte contre les acteurs étatiques et non étatiques malveillants et la défense des frontières. La Jordanie n'aura aucune difficulté à absorber ces équipements dans ses forces armées. 

Le détail

La commande jordanienne comprend  12avions F-16 C Block 70, 4 avions F-16 D Block 70,  21 moteurs F100-GE-129D ou moteurs F100-PW229EEP 16 installés, 5 de rechange, vingt et 21 générateurs d'affichage programmables améliorés (iPDG) 16 installés, 5 de rechange,  21 radar Northrop-Grumman AESA AN/APG-83 Scalable Agile Beam Radars (SABR) 16 installés, 5 de rechange, 21 ordinateurs de mission modulaires (MMC) 7000AH, 27 LN-260 (ou équivalent) Système de positionnement global (GPS) intégré Systèmes de navigation inertielle (INS) (EGI) avec module anti-usurpation de disponibilité sélective (SAASM) et service de positionnement précis (PPS), 6 modules de ciblage avancé AN/AAQ-33 (ATP), 31 terminaux à faible volume de la liaison 16 (pour les aéronefs et les stations au sol), 72 lanceurs LAU-129, 21 canons M61A1 Vulcan, 100 kits KMU-556 Joint Direct Attack Munition (JDAM) pour 2’000LB GBU-31, 102 kits KMU-572 JDAM pour 500LB Laser JDAM GBU-54, 100 MAU-209 Computer Control Group (CCG) pour bombes  Paveway II (PWII) GBU-10, 102 MXU-651 Air Foil Group (AFG) pour 2’000LB PWII GBU-10 100 MAU-210 Enhanced Computer Control Group (ECCG) pour 500LB Enhanced Paveway II (EP II) EGBU-49, 103 MXU-650 Air Foil Group (AFG) pour 500LB EP II EGBU-49, 200 corps de bombe MK-84 ou BLU-117 (ou équivalent), 204 corps de bombe MK-82 ou BLU-111 (ou équivalent)  6 bombes inertes MK-82,  et 2 entraîneurs du groupe de contrôle informatique (CCG) MAU-169.

Sont également inclus les radios AN/ARC-238, AN/APX-126 ou ami ou ennemi d'identification avancée (AIFF) équivalent avec transpondeur interrogateur combiné (CIT), le viseur de casque Joint Helmet Mounted Cueing System II (JHMCS II) ou Scorpion Hybrid Optical-based Inertial Tracker (HObIT), système Viper AN/ALQ-254 ou systèmes de guerre électronique intégrés (GE) équivalents,  Systèmes de distribution de contre-mesures AN/ALE-47 (CMDS),  Dispositifs cryptographiques KY-58M, dispositifs cryptographiques KIV-78,  chargeurs de clés simples (SKL), Système de planification de mission conjointe (JMPS) ou équivalent,  Munitions PGU-28 High Explosive Incendiary (HEI), Munitions d'entraînement PGU-27,  cartouches à impulsion ARD-446, cartouches à impulsion ARD-863, cartouches à impulsion BBU-36, ainsi que diverses équipement secondaires.

322892-f-1607.02.15.jpg

Photos : F-16 jordanien @ RAFJ

 

04/02/2022

La Roumanie se tourne en direction du F-35 !

roumanie,f-35,lockheed martin,les nouvelles de l'aviation

La Roumanie prévoit d'acheter des avions de combat Lockheed Martin F-35A « Lightning II » de nouvelle génération dans le cadre de son programme de modernisation sa Force aérienne selon les déclarations du président roumain Klaus Iohannis.

"Les nouveaux types d'avions équipant l'armée, en particulier les avions F-16, permettent une exécution très efficace de toutes les missions spécifiques. Le processus de modernisation de l'armée de l'air ne s'arrêtera pas là, car nous avons l'intention d'acheter des avions de pointe. Le F-35 est à la pointe de la technologie", a déclaré Iohannis mercredi après une visite à la base aérienne de Campia Turzii, dans le centre de la Roumanie. Iohannis a ajouté que la Roumanie est déterminée à développer et à moderniser davantage ses capacités militaires, conformément aux engagements du pays au sein de l'OTAN. Le chef de l'Etat a également déclaré que l'armée de l'air a un rôle majeur à jouer dans le renforcement de la capacité de défense du pays, en étant capable de mener à bien des missions complexes pour défendre l'espace aérien roumain, ainsi que de mener à bien des missions de transport aérien longue distance.

Rappel 

L'épine dorsale de l'armée de l'air roumaine se compose actuellement de 17 chasseurs F-16 que Bucarest a achetés d'occasion au Portugal pour remplacer les anciens MiG-21 Lancers (qui seront progressivement supprimés d'ici 2024). Le ministre de la Défense, Vasile Dincu, a demandé au Parlement l'année dernière de donner son feu vert à l'achat de 32 F-16 d'occasion à la Norvège pour un prix estimé à 454 millions d'euros (514 millions de dollars). La Roumanie, qui a rejoint l'OTAN en 2004, prévoit de dépenser un total de 9,8 milliards d'euros jusqu'en 2026 pour renforcer ses capacités de défense.

Dans le même temps, la Roumanie va continuer à accorder plus d'attention à l'augmentation de sa capacité opérationnelle dans toutes les structures militaires, à la fois par des efforts nationaux et dans un contexte multinational.

La poursuite des efforts stratégiques de la Roumanie pour garantir l'intégrité territoriale et la sécurité de ses citoyens, ainsi que pour apporter un soutien aux États alliés et partenaires, conformément à ses engagements internationaux, est une priorité de la politique étrangère et de sécurité du pays. 

Photo : F-35A@ AMI