06/08/2021

L’A350 souffre d’un problème de dégradation!

96AE628E-E1A9-4601-8528-392F5750AFE3.jpeg

Un problème de dégradation des structures composites affecte les appareils de type A350 du constructeur Airbus. Qatar Airways a annoncé avoir cloué au sol 13 appareils de ce type. 

Ce problème n’est pas nouveau, mais était resté confidentiel jusqu’à ce le directeur général de la compagnie Qatar Airways Akbar al-Baker, rende la nouvelle publique dans un communiqué. Le transporteur qu'il a été obligé d'accélérer la remise en service d'Airbus A330 pour compenser l'arrêt des 13 A350. Sa flotte comporte 34 A350-900 et 19 A350-1000. 

Actuellement Qatar Airways travail avec l'Autorité civile de l'aviation du Qatar pour assurer le maintien de la sécurité et l’avionneur Airbus afin de trouver une solution à ce problème. La compagnie attend qu'Airbus ait établi la cause profonde et corrigé de manière définitive ce problème pour réparer les appareils et les remettre en service au plus vite. 

Plus de livraison

En à cette situation, Qatar Airways n'accepte plus les livraisons d'A350 d'Airbus, disant avoir constaté une usure accélérée de la peinture de certains des appareils déjà réceptionnés auprès de l'avionneur européen. Précisons d’emblée que le problème concerne la surface en matériau composite supérieur du fuselage qui doit être peinte. Cette dernière se dégrade de manière inhabituelle.

L’avionneur européen ne commente pas ce problème pour l’instant et travaille à la résolution du problème. On notera que d’autres transporteurs n’ont pas officiellement annoncé la découverte de ce problème.

Photo : A350 Qatar Airways @ Qatar Airways

 

 

05/08/2021

Tir d’un AGM-88G réussi !

2668137978.jpg

Courant 2020, je vous palais des premiers essais d’intégration en vol de l’AGM-88 AARGM-ER (Advanced AntiRadiation Guided Missile Extended Range) à bord un Super Hornet de l’US Navy. Cette semaine cette dernière en collaboration avec Northrop Grumman, a effectué le premier essai de tir réel depuis le site du Naval Air Station Point Mugu en sud de la Californie.

Le premier tir a été effectué à partir d'un avion de combat multirôle F/A-18F « Super Hornet ». L'USN a déclaré que le test de tir réel avait démontré avec succès la capacité à longue portée du nouveau design du missile.

"Les objectifs du test de tir réel de l'AARGM-ER comprenaient la validation de l'intégration globale du système, les performances du moteur de fusée et la validation de la modélisation et de la simulation de missiles", a déclaré à Janes un porte-parole de Northrop Grumman. « Il s'agissait du premier d'une série d'essais en vol AARGM-ER prévus qui démontreront et vérifieront les fonctionnalités avancées et les performances de l'AARGM-ER. Les essais en vol de développement de tirs captifs et réels devraient se poursuivre … jusqu'en 2022 », a ajouté le porte-parole. La marine utilisera les champs d'essai de l'Atlantique du Naval Air Warfare Center à Patuxent River, la base aéronavale de Point Mugu Sea Range et la station d'armes aéronavales de China Lake pour divers aspects de la campagne d'essais.

Rappel 

L'USN a attribué à Northrop-Grumman un contrat de pour un lot initial de production à faible taux en avril 2020 pour commencer la fabrication de l'AARGM-ER. Le nombre de missiles à produire initialement n'a pas été divulgué.

L’US Navy (USN) a effectué le premier test en vol de transport en captivité d'un missile avancé anti-rayonnement à portée étendue AGM-88 AARGM-ER sur un Boeing F/A-18E « Super Hornet » le 1er juin 2020.

Le F/A-18E a effectué une série de manœuvres aériennes pour évaluer l'intégration et les caractéristiques structurelles de l'AARGM-ER depuis le site  de la NAS Patuxent River dans le Maryland. Le Centre d’essais de Patuxent River prévoit d'utiliser les données collectées lors des tests pour préparer l'arme à atteindre sa capacité opérationnelle initiale en 2023.

L’AGM-88 AARGM-ER

1067851380.jpg

L'AGM-88 AARGM-ER (Advanced AntiRadiation Guided Missile Extended Range) est une arme lancée par air conçue pour détruire les systèmes de défense aérienne ennemis, tels que les batteries de missiles sol-air et les sites radar. Le missile est une version à portée étendue de l'arme AARGM en service. 

L'AARGM est un système de missile tactique supersonique lancé par air qui améliore les anciens systèmes de missiles anti-rayonnement haute vitesse AGM-88 (HARM) avec des capacités avancées pour effectuer la destruction de la défense aérienne ennemie (DEAD) et de suppression des missions de défense aérienne ennemie (SEAD). L'AARGM-ER incorpore des mises à niveau supplémentaires pour améliorer la capacité opérationnelle, y compris la portée étendue et la capacité de survie. L'AARGM-ER intègre les capteurs et l'électronique AGM-88E AARGM existants avec un moteur-fusée et un système de commande amélioré. Dans le même temps, l’AARGM-ER utilisera toujours des éléments existants du missile AGM-88E comme le nouveau système de guidage (avec détecteur de radar passif numérique, radar actif à ondes millimétriques et INS/GPS) ainsi que l'ogive provenant même de missiles HARM. Il sera possible de transporter le missile à l'intérieur des baies d'armes intérieures des chasseurs de 5e génération.

L’AARGM-ER va permettre des frappes pour vaincre les cibles déplaçables rapidement qui créent l'environnement anti-accès / refus de zone (A2/AD), soit une arme de type « stand-in-attack » (SIAW). Le lancement de plates-formes de missiles balistiques tactiques, de missiles de manœuvre et antinavires, de systèmes antibrouillage GPS et de systèmes de défense aérienne intégrés a été mentionné comme cibles possibles. 

L’AGM-88 AARGM-ER de capacité « SIAW » est développé conjointement par l'US Air Force et la Navy. L'USN prévoit d'intégrer l'AARGM-ER sur les  F/ A-18E  et F et EA-18G. Finalement, l'arme doit également être qualifiée sur le Lockheed-Martin F-35C, ainsi que sur le F-35B du US Marine Corps et le F-35A de l'US Air Force.

Photos : 1 l’AGM-88G sous un Super Hornet @ USN 2 l’AGM-88G @ Northrop Grumman

 

03/08/2021

Nouveau concept d’aéronef à décollage vertical pour Bell !

IMG_7464.png

Bell Textron a présenté un nouveau concept d’aéronef à décollage vertical pouvant voler à grande vitesse. Ce concept ressemble au V-22 « Osprey » ou encore le V-280 « Valors » : les moteurs situés sur le bout des ailes pivotent à 90 degrés. Mais la nouveauté est qu’une fois en vol, les pales des hélices se replient vers l’arrière et une turbo soufflante qui prend alors la relève propulse l’appareil vers l’avant. Cette nouvelle technologie HSVTOL représente ainsi une nouvelle option d’avenir selon l’avionneur.

Rappel

Bell Textron a exploré la technologie des aéronefs à transport vertical à grande vitesse pendant plus de 85 ans, créant des configurations VTOL innovantes telles que les X-14, X-22, XV-3 et XV-15 pour la NASA, l'armée américaine et l'armée de l'air américaine. Les leçons tirées des XV-3 et XV-15 ont soutenu le développement du tiltrotor Bell-Boeing V-22 « Osprey », une plate-forme inestimable qui a changé la façon dont l'armée américaine mène des assauts amphibies, des infiltrations et des exfiltrations à longue distance et le réapprovisionnement avec une croisière vitesse et portée deux fois supérieures à celles des hélicoptères qu'il a remplacés.

La technologie Off and Landing (HSVTOL) allie la capacité de vol stationnaire d'un hélicoptère aux caractéristiques de vitesse, de portée et de capacité de survie d'un avion de chasse. Cette  technologie HSVTOL représente une amélioration radicale des capacités des giravions. Selon Bell Textron , les investissements technologiques ont réduit les risques et ont préparé au développement rapide des HSVTOL dans un environnement d'ingénierie numérique, tirant parti de l'expérience d'un solide passé d'exploration technologique et de partenariats étroits avec le ministère de la Défense et des laboratoires de recherche.

Ce concept permet donc d combiner la vitesse de l’avion à réaction à la polyvalence de l’hélicoptère. Le fait de replier les pales vers l’arrière élimine une grande partie de la traînée de celles-ci.

Bell  Textron explique que l’appareil pourrait atteindre une vitesse de 400 nœuds. Il serait possible de développer plusieurs versions allant de 4’000 livres à 100 ’000 livres.

Photo : Concept HSVTOL@ Bell Testron

02/08/2021

Le démonstrateur du futur bombardier russe prêt en 2023 !

IMG_7456.jpeg

Selon une source dans l'industrie de la construction aéronautique russe relayée par l’agence TASS le futur démonstrateur du bombardier stratégique de nouvelle génération russe PAK DA sera prêt d'ici 2023. En parallèle, le nouveau système d'arme est en cours de développement.

Actuellement, le modèle expérimental est en cours d’assemblage est sera prêt pour 2023. Toujours selon la source, ce dernier pourra voler avec des drones.

La production des éléments de cellule est assurée par l'une des usines de la United Aircraft Corporation (UAC), le développement de la documentation de conception opérationnelle est terminé, l'expédition des matériaux a commencé", la construction du cockpit de l'avion était en cours. Cette année une maquette grandeur nature sera pleinement prête a indiqué une source du ministère de la Défense russe. 

Rappel

En décembre 2019, le sous-ministre de la Défense Alexey Krivoruchko a déclaré au journal Krasnaya Zvezda que le projet de projet de l'avion avait été approuvé et que le bureau d'études Tupolev avait commencé à élaborer la documentation de conception opérationnelle, commencé à créer des pièces et des éléments du test PAK DA unités. En février 2020, Krivoruchko a annoncé que le premier moteur de l'avion commencerait ses essais au stand cette année.

Le programme PAK-DA :

Le programme de bombardier stratégique à longue distance (PAK-DA) est destiné à remplacer la gamme de bombardiers actuellement en service, soit les Tu-95MS16, Tu-22M3S6, et partiellement le Tu-160 « BlackJack » qui sera modernisé et dont, un petit nombre continuera sa mission durant encore trente années.

Selon les premières informations le PAK DA sera conçu en utilisant le schéma des ailes volantes. La machine comportera des technologies et des matériaux qui réduisent sa visibilité radar (technologie furtive). L'avion sera subsonique, et pourra transporter des missiles de croisière actuels et futurs, des bombes de précision et des armes hypersoniques, il sera équipé des plus récents équipements de communication et de brouillage.
Le programme serait financé à hauteur de 23 trillions de roubles dans le cadre du plan d’armement 2011 - 2020. L’appel d’offres pour le développement du PAK-DA a été lancé fin 2011 en vue de la réalisation d’un premier prototype d’ici 2023 et d’une entrée en service vers 2026-30.

Photo : image possible du futur PAK DA @ UAC

01/08/2021

Essais du KC-390 sur terrain mou !

80763_embraerkc390roughrunway2cembraer_524554.jpg

L’avionneur brésilien Embraer a lancé une série d’essais avec son KC-390 en vue de la certification de ce dernier. Après des tests par temps froid en Alaska et une qualification de ravitaillement en vol, l’avion est maintenant testé sur terrain mou et sablonneux.

Cette série de tests s’effectue sur une piste de terre de 1’800 m au sein des installations de la société à Gaviao Peixoto dans le sud du Brésil pour évaluer et analyser les performances du transport tactique. Le KC-390 est conçu pour fonctionner à partir de pistes accidentées, y compris des pistes d'atterrissage semi-préparées et endommagées, avec des turbines jumelles positionnées vers l'avant sur une aile haute, une configuration destinée à empêcher les moteurs d'aspirer des débris au sol. La société affirme également que sa cellule est tolérante aux dommages.

Embraer a présenté le KC-390 comme un avion multi-missions capable de gérer le transport de fret, le ravitaillement en vol, les largages aériens de fret, le déploiement de parachutistes, la recherche et le sauvetage, l'évacuation médicale et la lutte aérienne contre les incendies. La société affirme que l'avion peut être reconfiguré pour toutes les missions en 3heures ou moins. Embraer fait également la promotion de son appareil en tant qu'avion cargo civil, surnommé le C-390.

La poursuite des tests du KC-390 intervient alors que l'armée de l'air brésilienne a annoncé en mai son intention de réduire sa commande de 28 exemplaires de l'avion en raison de l'impact négatif de la pandémie de coronavirus sur le budget de Brasilia. Le service n'a pas indiqué de combien sa commande serait réduite, mais a déclaré qu'il visait à ce qu'Embraer maintienne la production à deux avions par an le même rythme de production qu'en 2019 et 2020.

La production du KC-390 devait augmenter pour répondre aux commandes en cours de l'armée de l'air brésilienne, ainsi que cinq avions de l'armée de l'air portugaise et deux de l'armée de l'air hongroise. Embraer tente également de convertir 33 lettres d'intention en commandes fermes pour les forces aériennes de l'Argentine, du Chili, de la Colombie et de la République tchèque, ainsi que la société de services aéronautiques SkyTech.

L'armée de l'air brésilienne a quatre exemplaires du KC-390 en service.

L’Embraer KC-390 :

Le KC-390 est doté d’une avionique avec double affichage tête haute, avec un système de mission complet. L’avion est également doté d’un système complet d'autoprotection. Les pilotes disposent de commandes « fly-by-wire » avec système de contrôle de vol et des fonctions optimisées, qui assurent d’excellentes performances avec un équipage réduit. L’équipage dispose de quatre grands écrans reconfigurables et de deux manches latéraux, le KC-390 permet des utilisations sécurisées à partir de pistes semi-préparées. 

L’avion a une capacité de décollage d’environ 72 tonnes avec une charge maximale de 20 tonnes. D’une longueur de 33,4 mètres et d’une hauteur de 11,4 mètres l’avion dispose d’une envergure de 33,9 mètres. Doté d’une porte cargo à l’arrière, l’avion peut être également aménagé rapidement pour le ravitaillement en vol, ainsi que pour des missions spécifiques, comme l’écoute électronique et le largage de parachutistes par exemple. Le KC-390 est motorisé par deux IAE V2500-A5. Selon l’avionneur Embraer, les deux moteurs à double flux et la conception en flèche des ailes le rendent plus efficace et lui confère « le coût du cycle de vie le plus bas du marché ».

1906699408.jpg

Photos : 1 Essais sur terrain mou 2 le KC-390 @ Embraer