10/07/2018

L’Eurofighter doté du Meteor et Storm Shadow !

DNn3n_XXUAAZ_F3.jpg

La Royal Air Force (RAF) a reçu ses premiers avions de combat Eurofighter  « Typhoon II » à être équipé pour le montage des armes du projet « Centurion », a confirmé BAE Systems. Un haut responsable du programme a déclaré que les premiers « Typhoon II » modifiés pour porter le missile air-air de la gamme « Meteor » de BMDA (BVRAAM) et du missile de croisière MBDA « Storm Shadow ».

Il y a 26 avions au sein de la première phase de la norme « Project Centurion », et les pilotes commenceront à s'entraîner dans quelques semaines", a déclaré Andy Flynn, directeur de la livraison d'Eurofighter, ajoutant: "Nous devons maintenant passer par le processus d'approbation, ce qui devrait être terminé d'ici la fin de l'année. "

La configuration du projet Centurion est destinée à combiner la bombe guidée de précision Raytheon Paveway IV déjà livrée avec les missiles « Storm Shadow », « Meteor » et « Brimstone » sur le Typhoon FGR4. L’avion devra prochainement venir remplacer le Panavia Tornado GR4 au début de l'année 2019.

Les avions de première phase qui sont livrés ont été équipés de la mise à niveau Typhoon Phase 2 Enhancement (P2E) qui comprend le « Meteor » et le « Storm Shadow ». La phase 2 du projet Centurion couvre la mise à niveau de la phase 3 du Typhoon Enhancement (P3E) avec l’arrivée du  « Brimstone ». Les essais sont maintenant en cours, la configuration finale du projet « Centurion » devrait être prête pour la fin de 2018.

Les appareils concernés font partie de la Tranche 1 (51), la Tranche 2 (67)  et environ 10  appareils de la Tranche 3. A noter que 24 Eurofighter de la tranche 1 qui doivent être retenus serviront uniquement à la défense aérienne et ne recevront pas la mise à niveau du projet Centurion.

Environ 65 à 75 sorties devraient être enregistrées avant qu'une phase d'évaluation opérationnelle ne commence à au sein de la base aérienne de la RAF de Coningsby dans le Lincolnshire le 10 août prochain. Cela comprendra également des essais de tir complets avec l'arme de précision.

D'autres améliorations incluent des mises à jour de l'interface homme / machine du "Typhoon", avec notamment le système de visée monté sur un casque Striker fourni par BAE.

Le Storm Shadow : 

Le SCALP (acronyme de « Système de croisière conventionnel autonome à longue portée »), anciennement « Arme de précision tirée à grande distance », est un missile développé fin 1994 MBDA. La version britannique est baptisée «Storm Shadow». Cette arme est conçue pour frapper l'ennemi dans son territoire profond, quelle que soit la défense aérienne grâce à sa furtivité qui le rend indétectable, y compris par les avions radars. 

Le MBDA Brimstone : 

Le missile Brimstone air-sol britannique fabriqué par MBDA sur commande de la Royal Air Force. Il est équipé d'un guidage laser et d'un radar millimétrique, ceci afin de le rendre plus efficace contre des cibles mobiles. 

Le missile Meteor : 

Le Meteor est prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation est privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile va permettre d’assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

Un radar de bord qui fournit des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef.

  • Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  • Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.

1304581369.2.jpg

Photos : 1Eurofighter au standard FGR4 Typhoon avec Storm Shadow @ Airbus DS

Le CSeries devient l’A220 !

Airbus-A220-300-new-member-of-the-airbus-Single-aisle-Family.jpg

 

Le CSeries de Bombardier a officiellement rejoint la famille Airbus et devient ainsi le plus petit avion de la gamme.L’avionneur européen a dévoilé la nouvelle dénomination de l’avion, soit l'A220 lors d'une cérémonie organisée dans son centre de livraison Henri-Ziegler, près de Toulouse. Témoin des employés d'Airbus et des membres des médias mondiaux, l'A220-300 a atterri en provenance de Mirabel au Québec avec son nouveau nom et ses couleurs Airbus.

 

La famille A220 comprend deux modèles, les A220-100 et A220-300, anciennement la série C de Bombardier Inc. (CS100 et CS300). Les avions sont entièrement optimisés pour le marché de 100 à 150 sièges et complètent parfaitement la gamme A320neo la plus vendue d'Airbus.

 

"Tout le monde à Airbus attend avec impatience ce moment historique. Aujourd'hui, nous sommes ravis d'accueillir l'A220 dans la famille Airbus et sommes honorés de la voir porter pour la première fois ses nouvelles couleurs Airbus », a déclaré Guillaume Faury, président d'Airbus Aircraft Aircraft. «Je rends hommage à toutes les femmes et à tous les hommes de Bombardier et de la chaîne d'approvisionnement qui se sont efforcés au cours des dernières années d'offrir cet avion fantastique au monde entier. L'A220 entre maintenant dans une nouvelle phase de sa carrière avec toutes les ressources d'Airbus derrière elle pour poursuivre son succès commercial dans le monde entier. "

Ne dites plus  CSeries mais A220 :

Conçue pour le marché en plein essor des avions de 100 à 149 places, la gamme d’avions A220 entièrement nouvelle combine des matériaux évolués, une technologie de pointe et des méthodes éprouvées pour répondre aux exigences des sociétés aériennes commerciales en 2013 et au-delà. Propulsée par des moteurs PurePower PW1500G de Pratt & Whitney, la gamme d’avions A220 offre un avantage de 15 pour cent sur le plan des décaissements d’exploitation avec une réduction de 20 pour cent de la consommation de carburant. Avec la version optionnelle à capacité de sièges supplémentaire, la productivité de l’avion A220-300 s’améliore encore, offrant aux sociétés aériennes un avantage supplémentaire moyen de 4%  sur le plan des décaissements d'exploitation par siège. La conception entièrement nouvelle des avions A220 permet de réduire grandement leurs niveaux de bruit et d’émissions, tout en offrant une souplesse opérationnelle supérieure, des performances exceptionnelles sur piste et une autonomie de 2 950 milles marins (5 463 km). Les avions A220 qui seront jusqu’à 5 443 kg (12 000 lb) plus légers que d’autres avions de la même catégorie pour ce qui est du nombre de places, procureront aux passagers le meilleur environnement cabine de leur catégorie, digne d’un gros-porteur, dans un avion monocouloir.

Photo :L ‘A220-300 ex-CS300 @ Airbus/ F.Lancelot

 

09/07/2018

La Nouvelle-Zélande commande le P-8A « Poseidon » !

P-8A-drops-Mk54-torpedo-1014x487.jpg

Le ministère de la Défense de Nouvelle-Zélande a approuvé une commande de quatre avions de patrouille maritime Boeing P-8A « Poseidon ». Les quatre avions remplaceront la flotte vieillissante de Lockheed Martin P-3K « Orion ».

L'accord sera mené dans le cadre du mécanisme de vente militaire (FMS) du gouvernement américain. Les livraisons débuteront en 2023. Le choix semble avoir été fait en lien avec l'allié proche, l'Australie, un important exploitant du P-8A.

L'aéronef sera exploité par le 5e Escadron de la Royal New Zealand Air Force, qui exploite maintenant les « Orion ». L'arrivée du nouvel avion verra le déplacement de l'escadron de RNZAF Whenuapai à Ohakea.

Le Boeing P-8A "Poseidon":

2481362512.jpg

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaison 11, liaison 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec la quarantaine de drones RQ-4N choisi dans le cadre du programme Broad Area Maritime Surveillance devant assurer une surveillance surface de longue durée et une variante du drone de combat Boeing ScanEagle, le MagEagle Compressed Carriage. 

Boeing a dû faire plus de 50 modifications coûtant un milliard de dollars pour adapter simplement la cellule de base du B737 pour satisfaire aux exigences de certification plus exigeante de la marine américaine. Le coût du développement est estimé à 5,5 milliards de dollars américain, tandis que le coût total (développement + appareils) est lui estimé à 20 milliards de dollars.

 

P-8A-Poseidon.jpg

Photos : 1P-8A « Poseidon » de l’USN P-8A australien @ Boeing

 

 

Un HUD pour le Challenger 350 !

Challenger-650-flight-deck.jpg

 

Bombardier a annoncé qu’il offrira l’affichage tête haute et le système de vision améliorée en option sur les biréacteurs d’affaires Challenger 350. L’affichage tête haute et le système de vision améliorée compléteront l’offre de base de premier ordre de l’avion Challenger 350. Ces systèmes rehausseront les fonctionnalités avioniques avancées de l’avion, dont le puissant système de vision synthétique (SVS) et le radar météo perfectionné MultiScanMC, afin de réduire la charge de travail des pilotes et d’accroître la conscience situationnelle globale.

L’avion Challenger 350 est doté du poste de pilotage le mieux équipé de sa catégorie. Avec l’ajout de l’affichage tête haute léger, il permettra aux pilotes de voler avec les yeux toujours vers l’avant durant toutes les phases du vol, notamment aux moments cruciaux du décollage et de l’atterrissage. Le poste de pilotage de l’avion Challenger 350 fournit des informations de vol critiques sur l’écran transparent de l’affichage tête haute. Sans avoir à baisser le regard, les pilotes peuvent répondre de façon plus rapide et plus précise, tout en évaluant simultanément leur environnement.

Pour une conscience situationnelle maximale dans toutes les conditions de vol, l’affichage tête haute est doté d’un puissant système de vision améliorée. La caméra du système de vision améliorée transmet une imagerie infrarouge en temps réel de l’extérieur de l’avion à l’affichage tête haute, révélant l’éclairage de piste, le terrain environnant et les obstacles possibles sur la piste. La combinaison d’affichage tête haute et du système de vision améliorée permet aux pilotes d’atterrir avec plus de confiance. L’affichage tête haute et le système de vision améliorée seront offerts en option sur les avions Challenger 350 neufs et pourront être installés en rattrapage sur les modèles en service dans les centres de services composant le vaste réseau de Bombardier.

L’avion Challenger 350 affiche des performances exceptionnelles sur courte piste et monte rapidement et directement à 43 000 pieds, permettant aux passagers d’atteindre leurs destinations efficacement. L’avion est en cours de certification pour l’approche à angle prononcée à l’aéroport London-City, un avantage qui assurera aux exploitants l’accès direct à l’un des grands centres financiers du monde. La certification finale est imminente.

cl350_nbaa2017.jpg

Photos : 1 Cockpit Challenger 350 avec un HUD2 Le Challenger 350 @ Bombardier

08/07/2018

La Chine veut développer un nouveau chasseur embarqué !

FOREIGN201512281041000329665802382.jpg

Pékin veut développer un nouveau chasseur embarqué pour remplacer ses actuels Shenyang  J-15 « Flying Shark », qui sont en proie à des problèmes de sécurité et mécaniques.

Selon un rapport du South China Morning Post, citant le lieutenant-général de l'armée de l'air chinoise Zhang Honghe, un "nouveau chasseur embarqué pour porte-avions destiné à remplacer le J-15" est en cours de développement.

Le rapport poursuit en ajoutant que le type les actuel J-15, soit une copie chinoise du Sukhoi Su-33, a été impliqué dans quatre accidents et souffre d'une série de problèmes mécaniques. La flotte entière a été immobilisée quatre mois.

Il y a eu des spéculations persistantes sur le fait que l'AVIC FC-31 en développement deviendrait un avion embarqué, mais le statut de l'avion n'est pas clair. L’avionneur AVIC a suggéré qu'un acheteur étranger est nécessaire pour faire avancer le développement du l’avion.

La Chine dispose d’un porte-avions Liaoning, développé à partir d'un ancien bâtiment soviétique de classe Kuznetsov, le Varyag. Le pays a récemment lancé un navire jumeau construit localement, désigné Type 001A. Les deux sont des transporteurs à décollage court  de type « STOBAR », ce qui limite les types d'avions qu'ils peuvent transporter et leurs charges utiles.

En juin, une image est apparue sur les médias sociaux chinois, provenant apparemment d'une réunion de hauts responsables de la construction navale, d'un nouveau design de porte-avions avec trois catapultes. Le futur navire serait de type CATOBAR semblable à ceux exploités par la marine américaine.

Shenyang J-15 «Flying Shark» :

Le Shenyang J-15 «Flying Shark» est un avion de chasse embarqué sur porte-avions, dérivé du Sukhoi 33. Bien que pendant un certain temps les rumeurs faisaient état d’un appareil semi-furtif, celui-ci est en fait une copie chinoise, mais dotée d’un équipement entièrement indigène. Pour développer le J-15, la Chine a acquis un modèle de SU-33 en 2001, auprès de l’Ukraine. A ce propos, il faut rappeler que la Russie avait refusé de vendre ce type d’appareil et l’épisode ukrainien avait profondément enragé Moscou à l’époque.
La Chine a activement cherché à acheter des SU-33 en provenance de Russie, à de nombreuses reprises, l’offre a été faite en mars 2009, mais les négociations se sont effondrées en 2006, après qu'il fut découvert que la Chine avait développé une version modifiée du Su-27SK désigné Shenyang J-11B, en violation des accords de propriété intellectuelle.

FOREIGN201512281041000313669887211.jpg

Photos :Le J-15 en service à bord du Liaoning@ CCTV