07/04/2020

Vol inaugural pour le Dornier Seastar NG !

First-Flight-Aerial.jpg

Il est peu commun en cette période compliquée de voir des projets aboutir, pourtant il en est un qui est presque passé inaperçu. Il s’agit du premier vol du prototype SN1003, une nouvelle génération de l'avion amphibie Dornier Seastar CD2 .

La nouvelle version CD2 » du Seastar de l’avionneur Dornier a effectué son vol inaugural dans un presque anonymat le 28 mars dernier depuis l'aéroport EDMO d'Oberpfaffenhofen, en Allemagne. Le vol a été effectué par l'équipage d'essai de Dornier et a duré 31 minutes.

Le Seastar SN1003 a obtenu les approbations requises de l'AESA et du LBA le 19 mars 2020, ce qui a été une étape importante et une réalisation pour le programme et le lancement des essais en vol.

Dornier_Seastar_640.jpg

La nouvelle génération du Seastar est considérablement améliorée par rapport au Seastar original qui a été conçue et développée par Claudius Dornier Jr. dans les années 1980. La nouvelle génération est équipée d'un cockpit avec écrans EFIS entièrement numérique à la pointe de la technologie Honeywell Primus Epic 2.0 (avec quatre écrans LCD de 10 pouces) deux moteurs en ligne PT6A-135A délivrant 650 shp chacun (à plat) entraînant deux hélices MT-Propeller, résultant en un maximum vitesse de croisière de 180 ktas et portée maximale de 900 nm. La distance de décollage à terre est de 2 244 pieds et la vitesse de décrochage de 66 nœuds en configuration d'atterrissage (à terre). Le poids de l’avion est de 11’240 livres (5 100 kg) et il peut transporter jusqu’à 397 livres de bagages. L’avion dispose également de la climatisation et d'un propulseur de poupe, ainsi que d'une structure composite résistante à la corrosion qui se traduit par une maintenance réduite, ce qui réduit considérablement les coûts de maintenance en particulier dans les opérations d'eau de mer.

Le concept opérationnel du Seastar est d'améliorer les trajets de courte à moyenne distance avec un coût et un temps de vol inférieur, mais avec une sécurité et une capacité plus élevées, reliant efficacement la terre et la mer à travers le ciel. Les intérieurs personnalisables possibles incluent les configurations cargo, VIP, passagers et missions spéciales.

En outre, le Seastar CD2 NG vise des marchés à missions multiples, notamment la surveillance côtière, les patrouilles, le contrôle environnemental, la protection des pêches, les services médicaux d'urgence, la recherche et le sauvetage, l'interdiction des drogues et les secours en cas de catastrophe.

442-dornier-seastar_web.jpg

Photos : 1 & 3 Seastar CD2 New Generation 2 L’actuel Seastar @ Dornier

 

 

05/04/2020

La Bulgarie signe pour des F-16 « Viper » !

177509571.jpg

 

Lockheed-Martin a obtenu un contrat pour la fourniture de 8 F-16 C/D Block 70/72 « Viper » (6 monoplaces et 2 biplaces) pour la République de Bulgarie. Les travaux seront terminés le 31 janvier 2027.Ce contrat est entièrement financé par des ventes militaires étrangères (FMS) à la République de Bulgarie et est le résultat d'un concours organisé le pays.

Rappel : 

Après un premier choix avec le Saab JAS-39 C/D Gripen en 2017, l’opposition arrivée au pouvoir à casser la décision et relancé un appel d’offres. Les Etats-Unis, la Suède et l'Italie ont répondu à la demande de propositions de la Bulgarie concernant la fourniture de 16 avions de combat neufs ou d’occasions en provenance des États-Unis, du Portugal, de la France, de l'Allemagne, d’Israël, de l'Italie et de la Suède. Au final, les USA proposent le Lockheed-Martin F-16 et le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet », l’Italie l’Eurofighter T1 d’occasion et la Suède des Gripen E.

Le Cabinet du ministre de la Défense a recommandé l’achat de F-16 le 9 janvier 2019 et l’approbation du Parlement pour entamer les négociations a été donnée le 16 janvier.

Le F-16 Viper pour la Bulgarie : 

En plus des 8 appareils F-16 C/D Block 70/72, le contrat comprend notamment un large éventail d’équipements, d’armes et la formation et de soutien connexes. Son inclus : neuf radars AN/APG-83 AESA (Active Scanning Electronically Scanning Array) de Northrop-Grumman, quatre nacelles de ciblage SNIPER AN/AAQ-33, 16 missiles air-air de moyenne portée évolués AIM-120C7 AMRAAM, 24 missiles AIM-9X Sidewinder, neuf canons M61 Vulcan de 20 mm, 15 kits de bombe guidée GBU-49 Enhanced Paveway II, 15 kits de bombe guidée Laser JDAM GBU-54, 28 bombes de petit diamètre GBU-39 SDB-1 et 24 bombes MK-82 tritonales.
Les systèmes défensifs comprennent neuf suites de guerre électronique défensive intégrées internes AN/ALQ-211, des distributeurs de contre-mesures passifs/actifs.

Les autres systèmes et services comprennent un simulateur de vol et de maintenance, du matériel de communication, des installations et une assistance pour la construction, des pièces de rechange, une formation et des services techniques d’ingénierie et de soutien logistique.

Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70 :

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70/72 est le dernier et le plus avancé de la famille des « Fighting Falcon ». La configuration F-16V comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Selon Lockheed-Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.

Le F-16V dispose d’un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. L’avionique est également améliorée avec un écran géant 6x8 central (CPD) à haute résolution, un nouveau bus de données à haute vitesse. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS). En matière d’armement, le F-16V permet d’emporter l’ensemble des armes disponibles et futures au sein de l’US Air Force.

2755641750.jpg

Photos : 1 F-16 Block 70/72 Viper 2 Image de synthèse @ LM

 

04/04/2020

L'US Air Force Reserve a reçu son premier HC-130J Combat King II !

69099_theu.s.airforcereservesfirsthc130jcombatkingiitakesflightfromlockheedmartinsmariettageorgiaproductionfaci_777305.jpg

Jusqu’ici seul l’US Air Force avait réceptionné la version du Lockheed-Martin HC-130J Combat King II pour la recherche et le sauvetage de combat. C’est maintenant devenu réalité pour la « Reserve » de l’USAF.

Le premier Lockheed-Martin HC-130J Combat King II destiné à l’USAF Reserve a rejoint le 39ème Escadron de sauvetage, qui fait partie de la 920e Escadre de sauvetage sur les installations de la base aérienne de Patrick en Floride.

La Réserve utilise actuellement l’ancienne version  de transport et de recherche et sauvetage HC-130 P/N Combat King. L'USAF a reçu son premier HC-130J en 2011. La Garde côtière américaine exploite également une flotte de HC-130J pour la recherche et le sauvetage.

Le HC-130J est l'une des neuf variantes en production du C-130J « Super Hercules », dérivé du C-130 « Hercules » des années 1950

Le HC-130J  Comabt King II est utilisé pour la recherche et le sauvetage de combat sur des pistes d'atterrissage de proximités. Pour les extractions plus difficiles, on utilise  des hélicoptères  Sikorsky HH-60G 2Pave Hawk ».  En plus des sauvetages au combat et du ravitaillement en vol, les HC-130J effectuent également des parachutages et sont utilisés pour des opérations d'aide humanitaire et des missions d'intervention en cas de catastrophe.

Le Lockheed-Martin HC-130J « Combat King II » : 

Dérivé du KC-130J, le nouveau HC-130J « Combat King II » a été commandé par l’Air Force Air Combat Command (AFACC). Il dispose, comme l’ensemble de la série « J », d’une motorisation composée de turbopropulseurs Allison AE2100-D3 équipés des hélices à six pâles R-391 de Dowty-Rotol. Il se différencie notamment des HC-130J déjà livrés aux Gardes-Côtes américains (USCG) par sa faculté à pouvoir ravitailler des hélicoptères ou des V-22 Osprey.

Les HC-130J Combat King II comportent des fonctionnalités pour voler dans les zones de combat, telles qu'une suite défensive intégrée, qui comprend un brouilleur de radiofréquence, un récepteur d'avertissement de radar numérique, un système radar de suivi et d'évitement du terrain et des contre-mesures. Pour le recherche l'avion dispose d'un système électro-optique à infrarouge FLIR. 

Photo : Le premier HC-130J destiné à la Reserve @ LM

Chute de 40% du trafic passagers en Asie-Pacifique !

CAAi_Thai_Airways_RGB-e1494306881779-696x385.jpg

La crise du COVID-19 a un impact direct sur le transport aérien, les estimations pour l’année viennent de tomber en ce qui concerne l’Asie-Pacifique. Selon l’IATA, les États devront prendre des mesure mesures pour fournir un soutien financier à leur industrie aérienne.

Les estimation des chiffres :

Les principaux États d'Asie-Pacifique pourraient voir la demande de passagers en 2020 réduite de 34% à 44%. Ceci est basé sur un scénario où les restrictions sévères sur les voyages sont levées après 3 mois, suivies d'une récupération progressive. Le Cambodge (-34%), le Vietnam (-34%) et les Philippines (-36%) seront dans le bas de l'échelle, tandis que la Thaïlande (-40%), le Pakistan (-40%), la République de Corée ( -40%) et le Sri Lanka (-44%) seront les plus touchés.

Sur la base d'un scénario dans lequel de sévères restrictions de voyage durent trois mois, la région Asie-Pacifique dans son ensemble verra la demande de passagers réduite de 37% cette année, avec une perte de revenus de 88 milliards de dollars. Bien que chaque pays verra un impact variable sur la demande de passagers, le résultat net est le même, leurs compagnies aériennes se battent pour leur survie, elles sont confrontées à une crise de liquidité et elles auront besoin d'urgence d'un allégement financier pour soutenir leurs entreprises dans cette situation volatile », a déclaré Conrad Clifford, vice-président régional de l'IATA, Asie-Pacifique.

L'impact sur la consommation de trésorerie sera amplifié par une responsabilité de 35 milliards de dollars américains pour d'éventuels remboursements de billets. Sans allègement, la situation de trésorerie de l'industrie dans la région pourrait se détériorer de 61 milliards de dollars américains au deuxième trimestre.

Un début d’actions :

L'Australie, la Nouvelle-Zélande et Singapour ont annoncé un ensemble substantiel de mesures pour soutenir leur industrie aéronautique. «Mais d'autres dans la région, notamment l'Inde, l'Indonésie, le Japon, la Malaisie, les Philippines, la République de Corée, le Sri Lanka et la Thaïlande, doivent encore prendre des mesures décisives et efficaces. Les emplois ainsi que le PIB soutenu par l'industrie sont menacés.

Il est essentiel que ces pays disposent toujours d'un secteur de l'aviation viable pour soutenir la reprise économique, connecter les centres de fabrication et soutenir le tourisme lorsque la crise COVID-19 sera terminée.

La situation en Thaïlande :

2605176-1.jpeg

En Thaïlande, ou le secteur du transport aérien s’est très fortement développé ces 30 dernières années,  Thai Airways International prépare l’immobilisation de 69 des 82 appareils de sa flotte et cherche des moyens d'améliorer ses finances.  En parallèle, sa filiale Thai Smile, continue à exploiter des vols intérieurs. Comme d'autres transporteurs, Thai Airways continuera à exploiter des vols cargo.

A contrario, le transporteur « low cost » Thai AirAsia, a annoncé une interruption de tous les services intérieurs au cours du mois d'avril, ayant suspendu les vols internationaux depuis le 22 mars.

Air New Zealand dégraisse :

airnewzealand.jpg

Chez Air New Zealand, la situation est très grave. La pandémie de coronavirus a pratiquement anéanti ses revenus cette année et la compagnie va débuter un processus de licenciement de 3’500 travailleurs cette semaine.

Dans un courriel adressé au personnel, le chef de la direction, Greg Foran, a déclaré que les revenus étaient en passe de chuter de 5 milliards de dollars néo-zélandais (3 milliards de dollars) cette année.

"Malheureusement, Covid-19 nous a permis de passer d'un chiffre d'affaires de 5,8 milliards de dollars à ce qui devrait être inférieur à 500 millions de dollars par an, sur la base des modèles de réservation actuels que nous constatons", a-t-il écrit dans l'e-mail envoyé lundi soir. Cela pourrait être «catastrophique» pour Air New Zealand, a-t-il déclaré. La seule façon d'améliorer les prévisions de revenus cette année est que les "Kiwis" adoptent les voyages intérieurs après que le pays a quitté son état de verrouillage actuel.

Dans le cadre du verrouillage actuel du niveau 4 en Nouvelle-Zélande, les voyages intérieurs sont limités aux travailleurs essentiels. On a dit à tous les autres de rester à la maison, à l'exception des achats essentiels et des soins médicaux.

Photos : 1 B777 Thaï Airways 2 Hotesses Thaï Smile @ Thaï Airways 3 B787 Air News Zealand @ ANZ

03/04/2020

Premier CH-47F « Chinook » pour les Pays-Bas !

320550-RNLAF-309-hi-res.jpg

Boeing a  livré le premier CH-47F « Chinook » à la Royal Air Force des Pays-Bas (RNLAF). Le RNLAF exploitera une flotte de 20 CH-47F « Chinook » dans sa nouvelle configuration utilisée par les pays à travers le monde. 

Les 20 CH-47F « Chinook »  des Pays-Bas sont équipés avec le même état de technologie de pointe en service dans l'armée américaine, y compris les commandes de vol automatique numérique, un cockpit avec écrans EFIS Système commun Avionics Architecture (CAAS) entièrement intégrée et capacité avancée de traitement du fret. La configuration commune vise à réduire les coûts du cycle de vie global. 

Le RNLAF volera un mélange de Chinook modèle F avec le système de gestion de cockpit avancé (ACMS) et d’anciens CH-47D Chinook. Les livraisons à la RNLAF devraient se poursuivre jusqu’en 2021.

Boeing CH-47F « Chinook » :

Les nouveaux CH-47F disposent de caractéristiques améliorées en vue de la survie, avec notamment un système directionnel de contre-mesures électronique à infrarouges, une meilleure protection balistique et un carénage résistant à l'écrasement. L’équipage dispose de sièges blindés. Le CH-47F possède une cellule et une avionique modernisée, ainsi qu'un poste de pilotage automatique et numérique.

Photo : Ch-47F « Chinook » @ Boeing