09/08/2022

Airbus livre le premier ACH160 !

airbus helicopters,ach160,les nouvelles de l'aviation

Airbus Helicopters a livré le premier ACH160 au monde à un client au Brésil à la veille de la 17e édition de la conférence et exposition annuelle de l'aviation d'affaires latino-américaine (LABACE) à l'aéroport de Congonhas, à São Paulo. L’hélicoptère sera notamment le premier H160 à voler en Amérique latine.

Selon les données de l'Association brésilienne de l'aviation générale (ABAG), plus de 2 500 aéroports et 1 300 héliports au Brésil utilisent des services d'aviation d'affaires via des jets, des turbopropulseurs, des avions à pistons et des hélicoptères.  La croissance du marché de l'aviation générale au Brésil est cruciale pour accroître la productivité économique et sociale, ainsi que pour maintenir la connectivité aérienne du pays.

L'ACH160 est le dernier membre de la famille ACH et l'hélicoptère le plus technologiquement avancé de sa catégorie. Il offre un volume par passager 20 % supérieur à celui des hélicoptères jumeaux moyens de la génération précédente, des fenêtres 35 % plus grandes que ses concurrents, ce qui se traduit par la cabine la plus lumineuse de sa catégorie et une consommation de carburant inférieure de 15 % à celle de son concurrent le plus proche.

La famille ACH160 est conçue en trois versions - Line, Line avec pack Lounge et Exclusive pour répondre aux différents besoins de ce marché exigeant, avec différents niveaux de personnalisation et une sophistication inégalée pour mieux s'adapter au style de vie de chaque client. La conception de l'ACH160, qui revendique soixante-huit nouveaux brevets, sonne l'appel du clairon pour une innovation dépassant les attentes. Ce giravion est doté de caractéristiques de sécurité améliorées et établit une nouvelle norme en matière de confort des passagers. Les innovations incluent le Fenestron incliné pour une plus grande charge utile et une attitude plate en vol, et des pales de rotor Blue Edge réduisant le bruit pour des opérations plus silencieuses.

Photo : Le premier ACH160 @ Airbus

Retour des livraisons pour le B787 !

boeing,b787,dreamliner,faa,les nouvelles de l'aviation

Gros soulagement chez l’avionneur américain Boeing et les clients.  La FAA a autorisé à nouveau la livraison des B787 « Dreamliner ». Les livraisons avaient été interrompue en 2020.

Rappel

En effet, cette décision avait été prise à la suite de la découverte de défauts sur le long-courrier B787. D’autres problèmes étaient depuis apparus. Boeing avait dû suspendre les livraisons, de novembre 2020 à mars 2021 dans un premier temps, puis depuis fin mai. Après avoir décidé en mars 2021 d'inspecter elle-même certains B787, la FAA avait annoncé en février avoir retiré temporairement à Boeing la capacité de certifier lui-même ses B787 « Dreamliner ».

Première livraison

Hier, l’avionneur a livré le premier B787 à American Airlines. A ce jour, plus de 120 appareils de ce type attendent d’être certifiés pour être livrés. Ces derniers doivent encore inspectés avant de retrouver leur certification avant la livraison.

Le directeur par intérim de la FAA Billy Nolen a rencontré la semaine dernière des inspecteurs en sécurité de l'agence en Caroline du Sud. Ce dernier a annoncer sa satisfaction en ce qui concerne les mesures d'amélioration prises par Boeing. Il s'est entretenu avec eux sur les mesures prises pour améliorer la qualité de production, mais aussi sur les garanties données quant à l'indépendance des employés qui doivent s'assurer du respect de la réglementation sur les chaînes d'assemblage.

Photo : B787 Dreamliner @ Boeing/Getty Images

07/08/2022

Espagne, retrait des C-101 formateurs ! 

Spanish_Air_Force_CASA_C-101_jet_ends_its_role_as_trainer1.jpg

L'armée de l'air espagnole a officiellement retiré su service les derniers CASAC-101 de l’école de pilotage. L’avion est maintenant complètement remplacer par le Pilatus PC-21. Pour autant l’avion continuera d’opérer au sein de la prestigieuse « Patrulla Aguila » de démonstration.

Le CASA C-101 (E.25) a rejoint la flotte de l'armée de l'air espagnole le 17 janvier 1980 avec la livraison des quatre premiers avions à l'école de base de l'Académie générale de l'air, devenant un point de référence pour les pilotes militaires espagnols. Après avoir enregistré plus de 285’000 heures de vol. Le 29 juillet dernier, l’avion a effectué son dernier vol d'entraînement. Une formation de 3 C-101 avait décollé de la base aérienne de San Javier à 11h20 pour effectuer une ultime mission d'une durée de 1heure 20. Avant d'atterrir, l'avion a effectué un survol d'adieu au-dessus de l'école de pilotage. 

Le CASA C-101 Aviojet

Répondant à une demande des forces aériennes espagnoles, désireuses de remplacer leurs vieux Hispano Ha-200/220 Saetta, la firme CASA lança la conception du C-101, avec le soutien de Northrop et de l’allemand MBB. Le premier vol eu lieu en 1977. Le premier appareil de série fût livré assez rapidement en 1980. Le C-101 « Aviojet » est doté d’ailes basses et droites de deux entrées d’air latérales en position basse. Son design est proche des Hawk et autres Aermacchi MB-339. Le C-101 est considéré comme un avion facile à la maintenance avec un accès facilité aux divers éléments. Sa particularité réside dans une autonomie accrue. Cette dernière ayant fait partie d’une demande spécifique des pilotes espagnoles pour rejoindre par exemple les Canaries. Doté d’un moteur

Garett TFE731-2-2J les performances de n’étaient pas à la hauteur en comparaison des Hawk, Alphajet de l’époque. L’avion manquait de « punch » est limité à une vitesse de 770 kilomètres heure. Trois autres pays utilisent le C-101 le Chili, le Honduras et la Jordanie.

6a7d94d1a3.jpg

Photos : C-101 @ Armée de l’air espagnole

 

06/08/2022

Les opposants aux avions et la tactique du saucisson !

image.dossier-vbs-armee-ab2022-inhaltsseite.jpg

Dès le lancement du projet Air2030, les opposants à l’achat d’un avion de combat se sont manifestés. Rien d’anormal dans un pays démocratique, mais le combat politique demande un certain sérieux en matière d’argumentation. Nous l’avons déjà vu, les opposants usent de plusieurs méthodes d’enfumage et cela continue. Petit retour sur le dernier évènement de la semaine et une analyse de la récolte de signature du référendum StopF35.

Le F-35 menaces l’emploi chez RUAG ?

Un article a été repris dans plusieurs journaux suite aux déclarations de Mme la conseillère nationale Marionna Schlatter (Verts/ZH) qui déclare : «J’ai constaté une grande insécurité chez Ruag. La maintenance des jets est d’une importance existentielle pour l’entreprise». Et d’ajouter qu’il est impératif qu’au moins 4 F-35 puissent être construit en Suisse. Ce qui permettrait d’occuper 100 personnes pendant 4 ans. Ce contrat représenterait une somme à trois chiffres en millions.

Étonnant de constater que cette élue verte se soucie des emplois chez RUAG, alors que cette dernière a combattu l’achat d’un nouvel avion de combat lors de la votation de septembre 2020 et soutient l’initiative STOP.F35 ! Soit aucun avion de combat peu importe le type.

Screenshot_20220302-113941_Twitter.jpeg

Pourquoi cette annonce ?

La raison est simple, en demandant une renégociation du contrat F-35 avec le Département d’État Américain pour l’installation d’une chaine de montage dans notre pays, il faut dénoncer l’actuel contrat dont l’échéance est prévue après le 23 mars 2023. Soit l’annulation de ce dernier et donc une relance d’une négociation qui repousse l’achat de l’avion ! L’installation d’une chaîne de montage de montage serait par ailleurs particulièrement couteuse et donnerait une argumentation aux opposants au nouvel avion.

Non, Mme la conseillère nationale Marionna Schlatter ne se soucie guère des emplois chez RUAG, il s’agit même d’un sujet qui ne l’intéresse pas. Seul compte le rejet de l’achat du nouvel avion. Méthode classique d’enfumage politique.

Récolte des signatures

Dans un cadre différent le une analyse vient d’être rendue publique en ce qui concerne le déroulement de la récolte de signature de l’initiative STOP.F35. Le Comité l’Alliance Sécurité Suisse vient de publier le résumé suivant que je vous livre ici dans son intégralité :

Le Parti socialiste, les Verts et le GSsA ont récemment publié un graphique concernant la récolte des signatures pour leur initiative. Il montre clairement que les initiants ont non seulement été peu actifs mais qu’ils ont sciemment accumulé des retards. Contrairement à leurs déclarations annonçant une récolte rapide, ils n’avaient pas plus de 20'000 signatures le 01.10.2021. Pour le F/A-18, ils avaient récolté 500'000 signatures dans le même temps.

Voici le déroulement de la récolte des signatures:

 

unnamed.png

Période entre le lancement et la date limite de dépôt, le dépôt se fera dès que possible.
(gesammelt = récoltées, gültige (geschätzt) = valables (estimées), gültige (beglaubigt) = certifiées valables)

Voici la chronologie complète:

 Septembre 2020: le Peuple décide l’achat des nouveaux avions de combat.

 Juin 2021: le PS, les Verts et le GSsA annoncent leur volonté d’annuler la décision du Peuple et de lancer une nouvelle initiative.

 Juillet 2021: le comité annonce qu’il a déjà 70'000 « réponses positives » pour des signatures.   

 Août 2021: lancement de l’initiative. Mme Priska Seiler-Graf (PS) déclare vouloir déposer l’initiative au printemps 2022 et que si le Conseil fédéral le veut, le Peuple pourrait se prononcer en novembre 2022.

 Novembre 2021: 50'000 signatures sont récoltées.

 Décembre 2021: Marionna Schlatter (Verts) und Lukas Bürgi (secrétaire GSsA) déclarent durant un podium de la Société des officiers Aarau vouloir déposer l’initiative en février 2022.

 Janvier 2022: les initiants citent des chiffres identiques à ceux de juillet 2021 avec 76'000 signatures. Ils annoncent vouloir récolter 110'000 signatures.

 Mai 2022: le comité écrit avoir récolté 100'000 signatures et vouloir atteindre 115'000.

 Juillet 2022: 116'744 signatures sont récoltées. L’objectif est corrigé une nouvelle fois et est porté à 120'000 signatures.

 

La démonstration est évidente: le PS, les Verts et le GSsA ne souhaitent pas vraiment une votation populaire mais veulent tout simplement empêcher l’achat des F-35. L’Alliance Sécurité Suisse, ensemble avec ses membres et ses partenaires, va s’engager contre la tactique du salami des opposants à l’armée. (Souces : l’Alliance Sécurité Suisse)

 

Conclusion

 

Une fois de plus nous pouvons constater comment les opposant à l’avion de combat utilisent la stratégie indirecte du « saucissonnage » par étape. Comment ils adaptent de fausses déclarations dans un but de tromper la citoyennes et le citoyens. Pour le PS, les Verts et le GSsA l’objectif est clair au sein de l’argumentaire : « Tous les types d'avions de chasse doivent être rejetés avec véhémence" . Si vous ne l’aviez pas encore compris ….

 

 

05/08/2022

La Royal Malaysian Air Force a réceptionné son premier CN-235 MSA !

airbus cn-235,maysian air froce,avion de patrouille maritime,les nouvelles de l'aviation

Ce premier CN-235 MSA (numéro M44-05), produit à l'origine par Indonesian Aerospace (initialement connu sous le nom de PTDI), a été configuré pour fonctionner dans le rôle de surveillance maritime. C’est le Naval Air Systems Command (NAVAIR) en collaboration avec Integrated Surveillance and Defense Inc. qui a installé les systèmes de combat tandis qu’Indonesian Aerospace a mené les travaux de modification de la cellule à Bandung.

Au total la Malaisie disposera de trois exemplaire de l’avion. Les deux CN-235 modifiés suivants devant être livrés plus tard cette année. La livraison intervient trois ans et demi après la signature par les États-Unis d'une lettre d'offre et d'acceptation relative aux travaux, qui vise à accroître la capacité des forces malaisiennes ainsi que leur interopérabilité avec les forces américaines.

L'avion a été équipé d'une suite de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR) qui comprend un radar de surveillance maritime capable de détecter de petites balises jusqu'à 200 milles marins. Une tourelle infrarouge électro-optique, une liaison de données en visibilité directe un nouveau système d'identification automatique (AIS). Une suite de missions de surveillance maritime Merlin développée par la société américaine Integrated Surveillance and Defense, basée dans l'Oregon et une station d'opérateur de système de mission roll-on / roll-off.  Le programme comprend également des stations terrestres mobiles et fixes.

Le programme de conversion de l'avion de transport CN-235 en variantes MSA a été financé par le gouvernement américain dans le cadre de son programme Indo-Pacific Maritime Security Initiative (MSI), qui vise à améliorer les capacités de surveillance maritime des pays partenaires.

Photo : le premier CN-235 RMAF@ NAVAIR