28/08/2022

L’Australie va pouvoir acquérir des UH-60M « Black-Hawk » !

australie, sikorsky, uh-60m, black-hawk, les nouvelles de l'aviation

Canberra va pouvoir acheter des hélicoptères Sikorsky UH-60M « Black Hawk » pour remplacer la flottes de NHIndustries  MRH90 « Taipan » en service. 

Rappel

Après le Tigre d’Airbus, c’est le NH90 qui était dans le viseur du gouvernement australien. Le ministre australien de la Défense, Peter Dutton a confirmé que l'Australie abandonnait le MRH90 et sera remplacé par 40 hélicoptères Sikorsky UH-60 « Black-Hawk ».

Les raisons invoquées 

Le gouvernement australien justifie sa décision par le fait que la flotte d'hélicoptères MRH90 n'a pas répondu aux exigences de disponibilité contractuelles ni aux coûts prévu avant son retrait prévu du service en 2037. Une nouvelle date pour la retraite n'a pas encore été fournie, mais Peter Dutton a déclaré qu'il souhaitait que le nouvel hélicoptère soit introduit au cours des deux prochaines années avenir. Toujours selon les déclarations australiennes, « Les performances du MRH90 sont une préoccupation constante. Des efforts importants ont été déployés à grands frais pour tenter de résoudre ces problèmes », « Il est extrêmement important qu'un hélicoptère utilitaire sûr, fiable et capable soit disponible pour nos militaires à l'avenir, avec des coûts d'exploitation raisonnables et prévisibles. ». « Le MH90 n'est pas fiable, il y a beaucoup d'argent qui est dépensé pour la maintenance et beaucoup de temps d'arrêt ». 

Pour le gouvernement australien, il faut maintenant expliquer pourquoi à l’époque l’hélicoptère NH90 avait été préféré au « Black-Hawk ». Au moment du choix, le NH90 devait être supérieur à l’UH-60 américain. 

Feu vert à Washington

Le département d’État a approuvé de son côté en fin de semiane dernière la vente portant sur un montant de 1,95 milliard de dollars à l’Australie de 40 hélicoptères UH-60M « Black Hawk », qui remplaceront les hélicoptères utilitaires MRH90 Taipan de la Force de défense australienne.

L’Agence américaine de coopération en matière de sécurité de défense, qui a fait cette annonce dans un contexte de fortes tensions entre les États-Unis et la Chine à propos de Taïwan, a déclaré que la vente à un allié important offrirait « un système plus fiable et éprouvé qui permettra à l’Australie de maintenir le niveau approprié de préparation pour mener des opérations combinées.
Qualifiant l’Australie de contributeur à la paix et à la stabilité régionales, DSCA a déclaré qu’il était « vital pour l’intérêt national des États-Unis d’aider notre allié à développer et à maintenir une capacité d’autodéfense forte et prête ».

L’accord sur le « Black Hawk » comprend également 88 moteurs T700-GE 701D fabriqués par General Electric, 44 systèmes d’alerte antimissile antimissile AN/AAR-57 fabriqués par BAE Systems, ainsi que d’autres systèmes de navigation et de communication. L’entrepreneur principal sera Lockheed Martin.

UH-60 déjà en service

Le « Black-Hawk » n’est pas un inconnu en Australie, le pays utilise déjà la version UH-60 avec 39 exemplaires livré entre 1987 et 1991.

australie, sikorsky, uh-60m, black-hawk, les nouvelles de l'aviation

 Photos : 1 UH-60 australien 2 UH-60M @ Sikorsky

 

27/08/2022

RUAG intensifie ses capacités de maintenance sur le F-35 !

IMG_7603.jpeg

À partir de 2025, RUAG Australia agira en tant que principal responsable de la maintenance, de la réparation et de la révision (MRO) des composants du F-35 « Joint Strike Fighter « dans la région du Pacifique. Et ceci  ans quatre groupes de technologie de réparation, Repair Technology Groups (RTG), a annoncé RUAG. Ceux-ci comprennent les domaines suivants : vannes (RTG F), groupes électrogènes de secours (RTG G), composants de châssis (RTG L) et hydraulique, pneumatique, pneumatique et hydromécanique (RTG H).

La commande à RUAG Australie est le résultat d'une collaboration de trois ans entre RUAG-Australie et les fabricants internationaux d'équipement d'origine de composants du F-35 tels que Honeywell, UTC Aerospace Systems, Eaton, Moog, Parker, ainsi que des partenaires et fournisseurs industriels australiens. Tels que TAE et HI Fraser.

f-35-maintenance-scaled-900x600.jpeg

RUAG Australia est responsable de la fabrication des composants hydrauliques du Lockheed F-35 depuis la phase de conception et de développement qui a débuté en 2003. RUAG Australia, basée à Melbourne, exploite un total de cinq sites en Australie : deux à Victoria, un en Australie-Méridionale et deux directement intégrés aux bases aériennes de la RAAF à Amberley et Williamtown. Ces emplacements continueront de contribuer aux services d'entretien et de réparation du programme Joint Strike Fighter. RUAG Australia est la filiale australienne du groupe RUAG basé en Suisse et représente un élément central de RUAG Aviation International. RUAG s'est établi en Australie grâce à l'acquisition de la société australienne Rosebank Engineering fin 2012. Les compétences clés de l'entreprise comprennent : la réparation et les travaux de maintenance, les mises à niveau ainsi que le développement, la fabrication et l'intégration de sous-systèmes pour avions et hélicoptères  et ce sur toute leur durée de vie.

Un rôle clef en Asie-Pacifique

RUAG Australia joue un rôle clé dans l'industrie de la défense souveraine australienne grâce à sa capacité de maintien en puissance, de fabrication et de traitement de surface. RUAG a la mission du bureau du programme conjoint F-35 et du gouvernement australien de soutenir 60% de tous les composants du programme F-35 dans la région Asie-Pacifique. 

Positionnement en direction du F-35

L’entreprise RUAG Inc. est partenaire de nombreuses forces aériennes du monde entier pour la fourniture de pièces de rechange. La société offres à nos clients ses des solutions logistiques et d'approvisionnement complètes dans le cadre de coopérations à long terme sur des projets. En travaillant en étroite collaboration avec les fabricants d'origine, RUAG peut assurer l'approvisionnement en pièces de rechange des avions de chasse F-5 et F/A-18 ainsi que d'autres types d'avions américains, comme le F-35 ou le C-130.

Les activités de la division Australia de RUAG permettent à l’entreprise de se positionner comme un acteur clef de la maintenance de l’avion F-35. Ces dernières vont encore s’accélérer avec les futurs compétences de révision complètes de l’avion américain. En effet, dans le cadre de l’acquisition de notre pays de 36 avions F-35A, le contrat prévoit une compétence complète en matière de maintenance. Ainsi les sites d’Emmen et de Payerne sont directement concernés par cet évolution.

Fa_lwwGXEAA7UlP.jpeg

Diversités des activités

RUAG Aviation est également un centre de service pour les équipementiers tels qu'Airbus Helicopters, Bell, Bombardier, Cirrus, Cessna, Diamond, Dassault Aviation, Embraer, Leonardo-Finmeccanica (AgustaWestland), Piaggio, Sikorsky, Pilatus, Piper, Mooney et un centre de service pour 328 services de soutien, Hawker Beechcraft, Viking et MD Helicopters et est également partenaire de l'armée suisse et d'autres forces aériennes internationales.

RUAG est également le fabricant (OEM) du Dornier 228. RUAG Aviation est un organisme de conception selon EASA Part 21/J, un organisme de fabrication selon EASA Part 21/G et un organisme de maintenance selon EASA Part 145.

12865487.image.jpeg

Photos : 1 F-35A @ Aronautica militare 2 F-35 maintenance aux USA @ USAF 3 U de protections à Meiringen avec maintenance légère@ DDPS 4 RUAG maître d’œuvre de maintenance pour les Hornet @ RUAG

 

 

26/08/2022

L’USAF réceptionne ses premiers MH-139A « Grey Wolf » !

leonardo,boeing,usaf,mh-139a,grey wilf,les nouvelles de l'aviation

Leonardo et Boeing ont livré les quatre premiers hélicoptères d'essai MH-139A « Grey Wolf » à l'US Air Force. Ces appareils font suite à l’acceptation du prototype final présenté en décembre 2019.

Rappel

L'USAF a prévu de remplacer sa flotte d'hélicoptères Bell UH-1N par 84 exemplaires du MH-139A « Grey Wolf », y compris les appareils de formation et l'équipement de soutien, le contrat complet pour les hélicoptères est estimé à 2,38 milliards de dollars. Leonardo en partenariat avec Boeing a remporté le contrat en septembre 2018. Selon le cahier des charges émis par l'armée de l'air, le nouvel l'hélicoptère de remplacement doit pouvoir transporter au moins neuf soldats équipés et ceci à une vitesse d'au moins 135kt. De plus, le nouvel hélicoptère doit pouvoir disposer d’un rayon d’action de 225 nm (416 km) avec une endurance de 3 heures.

Le « Grey Wolf » est un hélicoptère multi-missions basé sur l'hélicoptère AW139 à double usage éprouvé de Leonardo. Au sein de l’USAF il sera engagé pour protéger les missiles balistiques intercontinentaux le Montana, le Dakota du Nord et le Wyoming et transporter les représentants du gouvernement américain et les forces de sécurité.

Certification finale et préparation à l’entrée en service

L'étape de livraison survient peu de temps après que la Federal Aviation Administration (FAA) a délivré le dernier certificat de type supplémentaire nécessaire pour remplir le formulaire 250 du département américain de la Défense et commencer officiellement l'acceptation de l'aéronef. Boeing et l'USAF vont maintenant poursuivre les tests de développement et de fonctionnement initiaux supplémentaires pour soutenir l'appareil.

Leonardo produit l'hélicoptère dans son usine Part 21 certifiée FAA dans le nord-est de Philadelphie, tandis que Boeing est responsable de l'approvisionnement et de l'installation de l'équipement militaire, ainsi que du support après livraison de l'aéronef.

Le MH-139A / AW139

leonardo,boeing,usaf,mh-139a,grey wilf,les nouvelles de l'aviation

L’AW139 est devenu l'hélicoptère le plus vendu de sa catégorie pour une variété impressionnante de rôles commerciaux et gouvernementaux qui répondent aux exigences les plus exigeantes à travers le monde. Depuis sa certification en 2003, l'AW139 a été constamment amélioré pour atteindre des niveaux toujours croissants de performance, la sécurité, l’efficacité de la mission et la capacité de répondre aux dernières exigences très difficiles des clients actuels et futurs. Le seul hélicoptère de nouvelle génération dans sa catégorie de poids, l'AW139 établit de nouvelles normes de performances dans sa catégorie, avec la plus grande cabine de sa catégorie, une vitesse de croisière maximale de 165 noeuds (306 kilomètres par heure) et une portée maximale au-delà de 570nm (1060 km) avec carburant auxiliaire. Les AW139 sont dotés d’une motorisation de type Pratt & Whitney Canada PT6C-67C. Le poste de pilotage intégré et avancé et doté d’une avionique de dernière génération qui minimise la charge du pilote permettant à l'équipage de se concentrer sur les objectifs de mission. 500 appareils sont déjà en service dans des nombreux rôles y compris EMS/SAR/VIP/ transport corporate, application de la loi et de transport militaire. Près de 170 clients de plus de 50 pays ont commandé plus de 640 hélicoptères AW139 jusqu'ici.

leonardo,boeing,usaf,mh-139a,grey wilf,les nouvelles de l'aviation

Photos : MH-139A Grey Wolf @ Leonardo

24/08/2022

Berlin s’intéresse à l’AW249 !

leonardo,berlin,rome,aw249,les nouvelles de l'aviation,hélicoptère d'attaque

Berlin lorgne le nouvel hélicoptère d’attaque de Leonardo, l’AW249, ça tombe bien, ce dernier vient d’effectuer son vol inaugural, il y a quelques jours. Retour sur ce nouvel hélicoptère et les ambitions de l’Allemagne.

Pas sur le Tigre III

Vous le savez certainement, Berlin ne montera pas à bord du Tigre III d’Airbus, abandonnant du même coup ses partenaires espagnoles et français. Berlin s’intéressait jusqu’ici à l’Apache de Boeing, mais Leonardo semble se positionner avec son nouvel appareil. Il faut dire que les relations entre Berlin et Rome sont au beau fixe, avec le projet d’assemblage des futurs F-35 allemands au sein des installations de Cameri en Italie. Pourquoi ce soudain intérêt ? D’une part, Berlin veut faire jouer la concurrence et ne pas forcément tout acquérir aux USA. Le récent choix de l’hélicoptère lourd Boeing CH-47F « Chinook » à probablement réveiller la fibre « européenne ». Mais l’argument le plus réaliste concerne la participation industrielle. Avec l’Apache, l’industrie allemande ne pourrait compter que sur des miettes en terme d’assemblage, par exemple. Un accord avec les italiens sur l’AW249 pourrait faire monter les industriels allemands directement au cœur du nouvel aéronef.

Nous assistons visiblement à un renforcement possible d’un axe entre Rome et Berlin en vue d’une anticipation de l’avenir dans le cadre d’une idéologie commune « Parce que la Défense commune, avant même d'être un projet militaire, doit être un projet industriel » dixit Enzo Amendola ministre italien des affaires européennes.

Côté italien, on se réjouit de l’intérêt allemand notamment parce que les 100 milliards d’euros alloués à la modernisation de la Défense par Berlin lui donne la place de leader en tant que marché européen le plus prospère d’Europe. Permettant également la création d'une industrie coordonnée au niveau communautaire.

Vol inaugural de l’AW249 NEES

leonardo,berlin,rome,aw249,les nouvelles de l'aviation,hélicoptère d'attaque

C’est dans une toute discrétion que le 12 août dernier le premier prototype de l’AW249 NEES (Nuovo Elicottero da Esplorazione e Scorta / Nouvel hélicoptère d’exploration et d’escorte) s’est envolé depuis les installations de Leonardo à Vergiate. L’hélicoptère remplacera l’actuel AW129 « Mangusta » qui est en service dans l’armée italienne depuis octobre 1990 et ceci à partir de 2025.

L’hélicoptère immatriculé CSX82069 (expérimental) a volé dans son plus simple habit. L’appareil était déjà été équipé du canon TM197B de 20mm et du système de ciblage Rafael Toplite. L'Italie a entamé le processus de remplacement de sa flotte d'hélicoptères d'attaque et de reconnaissance AW129 « Mangusta » le 17 janvier 2017 avec contrat pluriannuel de 487 millions d'euros (515 millions de dollars) signé par le ministère de la Défense avec Leonardo.

Sous l’appellation NEES « New Exploration and Escort Helicopters » le nouvel hélicoptère doit utiliser certaines technologies déjà mûres, comme la transmission et le rotor de queue de l’AW149, le missile Rafael Spike et le système de ciblage « Toplite », ainsi que le canon TM197B de 20mm. Le cahier des charges impose par contre de nouvelles capacités en matière de performances, d’autonomie et de survie. Les capacités offensives, les communications numériques seront également renforcées. Le contrat de développement couvre la conception, la fabrication et la qualification de cinq appareils, un prototype, trois exemplaires de présérie et un premier hélicoptère de production avec la configuration de la capacité opérationnelle initiale (COI).

L’hélicoptère fusionnera l’architecture des systèmes ouverts pour permettre des mises à niveau rapides et des capacités de croissance, des communications de pointe et un système avancé de gestion des espaces de combat. En outre, en raison du besoin croissant de faire équipe avec d’autres plates-formes dans des opérations centrées sur le réseau, l’AW249 disposera de capacités d’association avec équipage sans pilote (MUM-T).

L’interopérabilité et la connaissance de la situation de l’hélicoptère seront renforcées par les systèmes C2 (commandement et contrôle) et C4 (commandement, contrôle, communications et ordinateur), ainsi que par des radios définies par logiciel pour les communications multibandes en ligne de visée (LOS) e Au-delà de la ligne de visée (BLOS), les liaisons de données au format de message variable et Link-16, les systèmes de transmission photo et vidéo (comme ROVER).

La connaissance de la situation tirera également parti des systèmes de détection d’obstacles et de profils altimétriques, ainsi que de toutes les aides à la navigation standard, des systèmes de vision diurne, nocturne et thermique et des écrans montés sur casque (HMD). La quantité d’informations sera affichée sur des écrans de grande surface (LAD) dans les deux cockpits, comme le montrent les images conceptuelles publiées en 2017.

L’hélicoptère est propulsé par une paire de turbines GE Aviation CT7-8E6 (T700), d’une puissance de 2 ‘500 ch (1 860 kW) chacun et comprend également des composants dynamiques de l’hélicoptère de transport AW149. L’AW249 a été conçu avec une masse maximale au décollage (MTOW) comprise entre 7’500 et 8’000 kg (environ le double du MTOW de l’AW129), avec la capacité de fonctionner à la fois par temps chaud et élevé et froid, avec une vitesse de croisière de 140 kts et une endurance de trois heures. L’hélicoptère a également été conçu pour les opérations embarquées.

L’AW249 dispose d’une charge utile d’arme qui serait doublée par rapport à l’actuel A129. Six stations pourront charger des missiles air-sol et air-air, des roquettes non guidées/guidées et des réservoirs de carburant externes, en plus du canon de 20 mm monté sur le nez. Comme le canon et le système de ciblage, l’AW249 hérite également des missiles guidés antichars Rafael Spike.

La capacité de survie est également au sommet des priorités de conception, avec à la fois la tolérance balistique (par exemple, redondance, séparation des systèmes critiques, capacité de fonctionnement à sec du système d’entraînement, sièges blindés, réservoirs de carburant tolérants balistiques) et la résistance à l’impact (par exemple, cellule, sièges et réservoirs de carburant en état de collision) étant intégrées. L’hélicoptère sera doté d’une suite d’autoprotection de pointe composée du récepteur d’alerte radar Elettronica ELT-162 entièrement numérique, du système de contre-mesure infrarouge dirigé Elettronica ELT / 577 Quiris (DIRCM) et le système d’alerte de missile Leonardo Multi Aperture InfraRed (MAIR) (MAWS).

Caractéristiques principales

Le système de mission permet de faire équipe avec des drones.

Grande vitesse et endurance pour escorter les hélicoptères de transport et multirôle.

Coûts du cycle de vie inférieurs à ceux des hélicoptères de la génération précédente grâce à la vaste expertise opérationnelle et à la philosophie de conception avancée de Leonardo.

Connaissance maximale de la situation grâce à des systèmes de mission avancés (y compris une capacité réseau-centrée).

Faible détectabilité (par exemple, faible signature, grande agilité).

Tolérance balistique (par exemple, redondance, séparation des systèmes critiques, capacité de fonctionnement à sec du système d'entraînement, sièges blindés, réservoirs de carburant tolérants balistiques).

Résistance aux chocs (par exemple cellule, sièges et réservoirs de carburant résistants aux chocs).

Six stations de stockage d'ailes pour les missiles air-sol et air-air, les roquettes non guidées/guidées et les réservoirs de carburant externes.

Magasins d'ailes capables de transporter des charges d'armes mixtes/asymétriques.

Canon à tourelle de 20 mm monté sur le nez.

leonardo,berlin,rome,aw249,les nouvelles de l'aviation,hélicoptère d'attaque

Photos : AW249 lors de son vol inaugural @ Leonardo

23/08/2022

L’USAF prépare le moteur de son avion de 6ème génération !

motorisation,ge aviation,p&w f-135,les nouvelles d

L’US Air Force vient de sélectionner 5 entreprises en vue du concours de développement d’un prototype de moteur destiné à l’avion de 6 ème génération issu du programme NGAD. Pour ce faire un budget de 975 millions de dollars est engagé pour le futur moteur de propulsion adaptative de nouvelle génération (NGAP). Ce programme est étalé sur une période de 10 ans.

Les cinq entreprises sélectionnées sont General Electric, la filiale Pratt & Whitney de Raytheon Technologies, Boeing, Lockheed Martin et Northrop Grumman. Ce contrat sera axé sur la maturation technologique et les activités de réduction des risques par le biais de la conception, de l’analyse, des essais sur plateforme, des essais de prototypes de moteurs et de l’intégration de systèmes d’armes.

Ce contrat est particulièrement intéressant car habituellement les motoristes Pratt & Whitney et GE Aviation forment le duopole pour ce type de concours. Or, cette fois nous assistons à un élargissement potentiel des fournisseurs. L’opportunité sera également faite à éventuel un regroupement de motoriste, afin de partager les compétences.

Dans un premier temps, le prototype du NGAD utilisera un moteur plus actuel est disponible sur le marché. C’est plus tard qu’un moteur issu du programme de recherche NGAP sera produit pour venir équiper les avions de 6 ème génération.

Deux entreprises sont en concurrence dans le cadre du Programme de transition des moteurs adaptatifs (AETP). GE Aviation qui développe le XA-100 AETP, alors que Pratt & Whitney développe le F135 EEP (Enhanced Engine Package/Engine Growth Option) qui vise à maximiser les performances existantes grâce à l’intégration d’améliorations logicielles et de technologies de croissance adaptative associées pour le F-35 et notamment le standard F4. Il semble bien que les premiers NGAD seront motorisés par l’un de ces deux moteurs, voir les deux. Sur le fond les étapes de préparation avancent bien, l’US Air Force pense faire un choix entre les deux d’ici la fin de 2024 et ceci malgré une approche de l'AETP légèrement différente.

motorisation,ge aviation,p&w f-135,les nouvelles d

Discrétion sur les deux programmes

Première constatation, les programmes AETP/EEP et NGAP ont été jusqu’ici financés conjointement. Ce n’est qu’en 2021 que le budget a été séparé en deux. Cette manière de faire ayant ainsi discrètement caché le double objectif de l’USAF. De fait les technologies qui sortiront pour le NGAP seront issues des programme AETP/EEP, mais avec des améliorations en plus. Ainsi l’USAF peut se prévaloir de disposer de moteurs évolutifs pour le F-35 et les premiers NGAD, tout en préparant de nouvelles solutions pour les versions du NGAD à venir.

Remotorisations envisagées

De nouvelles options de motorisations ouvrent également la voie en vue de remotorisations potentielles de divers aéronefs. Soyons clair, pour l’instant l’US Air Force est en pleine réflexion sur le sujet. Seule certitude pour l’instant, le F135 EEP (XA-101) de Pratt & Whitney équipera bien le F-35 dès le standard F4. En ce qui concerne l’AETP XA-100 de GE Aviation rien n’a été décidé pour l’instant à bord du F-35.

Par contre ces deux moteurs pourraient le cas échéant venir remotoriser les F-15 et autres F-16 et F-22 en service, ainsi que les Super Hornet de la Marine. L’USAF et la Navy sont actuellement dans une phase d’étude. Pour autant une question demeure, si d’aventure le moteur de GE Aviation AETP n’était finalement pas sélectionner pour venir compléter (et non remplacer) la motorisation du F-35 celui-ci ne serait-il pas simplement jeté aux oubliettes ? Seule la technologie de ce dernier survirait en vue du prototype du NGAP.

motorisation,ge aviation,p&w f-135,les nouvelles d

Photos : 1 Image d’artiste du NGAD @ USAF 2 le F135 EEP @ PW 3 XA-100 AETP @ GE Aviation