26/08/2021

Le Qatar réceptionne ses premiers F-15QA !

High-res_1T9A6324.jpg

L’avionneur Boeing en collaboration avec l'US Air Force et la Qatar Emiri Air Force (QEAF), a célébré la remise des premiers F-15 au Qatar. Le premier ensemble de F-15QA sera acheminé vers le Qatar plus tard cette année après l'achèvement de la formation des pilotes avant la livraison.

qatar air froce,boeing,f-15qa,nouveaux avions de combat,les nouvelles de l'aviation

« Le déploiement du F-15QA est capital, non seulement en termes de capacité, mais également en termes de partenariat renforcé qu'il représente. La relation que les États-Unis partagent avec le Qatar est essentielle à la stabilité et à la sécurité de la zone de responsabilité du commandement central, et nous sommes reconnaissants à notre partenaire de la coalition de continuer à se concentrer sur le renforcement de l'interopérabilité et de la préparation combinée », a déclaré le lieutenant-général Greg Guillot, commandant de la 9 e Armée de l'Air. "C'est un privilège et un honneur d'être aux côtés de nos homologues qatariens aujourd'hui et tous les jours."

« Le programme Qatar F-15QA a encore amélioré les technologies de nouvelle génération du F-15 avancé, telles que les commandes de vol électriques, un cockpit numérique entièrement en verre et des capteurs contemporains, des capacités radar et de guerre électronique », a déclaré Prat Kumar. , vice-président du programme F-15. « Poussés par l'ingénierie numérique et la fabrication de pointe, ces avions représentent un saut transformationnel pour le F-15. Le F-15QA renforcera la supériorité du QEAF avec plus de vitesse, de portée et de charge utile que n'importe quel chasseur au monde. »

Boeing a fourni un support de maintenance et de logistique pour le QEAF lors de la formation des pilotes avant la livraison, qui a commencé plus tôt cette année. En outre, Boeing établira et exploitera un centre de formation du personnel navigant et de la maintenance pour le QEAF sur la base aérienne d'Al Udeid au Qatar jusqu'en 2024, tout en fournissant des pièces de rechange et un soutien logistique dans le pays une fois les avions livrés.

Rappel 

Le Qatar disposera de 48 F-15QA. Ce dernier offre non seulement des capacités de changement de jeu, mais est également construit en utilisant des procédés de fabrication de pointe qui rendent le jet plus efficace pour la fabrication. Sur le terrain, les F-15 coûte la moitié du coût par heure de vol des avions de combat similaire et délivre une charge utile beaucoup plus importante à des distances beaucoup plus grandes.

Les F-15 du Qatar sont la version la plus avancée de la famille « Eagle ». Basé sur le F-15SA fourni à l’Arabie saoudite, le F-15QA (Qatari Advanced) dispose d’un capteur infrarouge de recherche et de suivi, d’une suite de guerre électronique numérique et du radar AESA APG-82 (V) 3 de Raytheon. Contrairement aux anciens F-15, les nouvelles versions SA et QA ont des systèmes de contrôle de vol « fly-by-wire ». Le système de navigation à basse altitude et de ciblage infrarouge de nuit LANTIRN : Low Altitude Navigation and Targeting Infrared for Night), monté à l'extérieur sous les entrées d'air des moteurs, permet à l'avion de voler à basse altitude, la nuit et dans toutes les conditions météorologiques et d'attaquer des cibles au sol avec une variété d'armes guidées et non guidées. 

De plus, les avions du Qatar auront un nouveau design d'aile qui conservera le profil aérodynamique, mais une nouvelle structure interne pour une durée de vie plus longue. L'augmentation de la fiabilité, la durabilité et la maintenabilité permettent aux opérateurs de défense à moindre coût restent avant des menaces actuelles et en constante évolution. 

Les nouveaux affichages de poste de pilotage incluent un affichage tête basse de BAE Systems. Le plus remarquable est l’adoption d’un écran tactile large, similaire à celui du F-35 Lightning II. 

Les nouveaux lanceurs permettront aux avions du Qatar d’avoir 16 missiles AIM-120 AMRAAM et quatre frontaux AIM-9X dans des missions de défense aérienne, avec une gamme de magasins guidés avec précision.

2511969101.jpeg

Photos : F-15QA @ Boeing

25/08/2021

Le Mi-171SH-VN « Storm » arrive sur le marché !

486020179.jpg

La nouvelle version de l’hélicoptère Mi-171 destinée aux forces spéciales est maintenant disponible sur le marché. L’hélicoptère est présenté pour les clients au sein de l'exposition de défense Army 2021 qui se tiend à Kubinka près de Moscou du 22 au 28 août.

Le directeur général de l'usine Russian Helicopter d’Ulan-Ude, Alexey Kozlov, a déclaré que l'efficacité au combat et la capacité de survie de l'hélicoptère avaient considérablement augmenté, ajoutant que les commentaires des équipages, du personnel de maintenance avaient été pris en compte pour le développement de la nouvelle variante du Mi-171.

Le Mi-171SH-VN « Storm » est spécialement conçu pour les missions des forces spéciales et adapté aux  missions les plus difficiles.

Le Mi-171SH-VN « Storm » est conçu pour être plus efficace et capable de survivre dans un environnement de conflit moderne. Selon ses spécifications officielles, le Mi-171SH-VN « Storm » a un poids maximal au décollage de 13’500 kg, une charge utile maximale de 4’000 kg, un rayon d’action de 1‘065 km, un plafond de service de 6’000 mètres, une vitesse maximale de 280 km/h, et une vitesse de croisière de 260 km/h. L'hélicoptère dispose d'un équipage de trois personnes et peut transporter jusqu'à 37 soldats équipés. Le Mi-171SH-VN est alimenté par deux moteurs avec une puissance de 1’900 ch chacun. Il possède des pales de rotor principal composites et un rotor de queue de type X.

Pour les spécificités, le Mi-171SH-VN « Storm » dispose d’une avionique avec écrans EFIS IBKV-17VP. L’équipage est protégé par une armure en Kevlar au niveau des planchers de la cabine de l'équipage et du compartiment à cargaison. L'hélicoptère est plus lourdement armé que les M-8/17 précédemment développés, avec une suite d'armement composée de mitrailleuses Kord 12,7 mm montées sur la porte et tirant vers l'avant, de roquettes, de bombes et de missiles guidés antichar Ataka. Un double système de caméras OPS-24N-1L FLIR permet indépendamment de tirer et de continuer à surveiller la zone d’intervention.

BSP_4238-JDW-13731.jpg

Photos : Mi-171SH-VN « Storm »@ Rostec

 

24/08/2021

Des A321neo additionnels pour Delta Airlines !

unnamed.png

Delta Air Lines a passé commande pour 30 Airbus A321neo supplémentaires pour répondre aux futurs besoins de la flotte de la compagnie aérienne. Les avions nouvellement commandés s'ajoutent aux commandes existantes de la compagnie aérienne pour 125 de ce type, portant les commandes en cours de Delta à un total de 155 A321neo.

« L'ajout de ces avions renforce l'engagement de Delta à remplacer les flottes plus anciennes par des jets plus durables et plus efficaces, et à offrir la meilleure expérience client du secteur », a déclaré Mahendra Nair, vice-président senior de Delta – Fleet and TechOps Supply Chain. « Delta apprécie le vaste partenariat avec l'équipe d'Airbus à l'appui de nos plans de croissance stratégiques, et nous sommes impatients de continuer à travailler ensemble tout au long de la reprise et au-delà. »

L'A321neos de Delta sera propulsé par des turboréacteurs à double flux Pratt & Whitney PW1100G de nouvelle génération qui apporteront des gains d'efficacité significatifs par rapport aux avions A321 actuels et déjà efficaces de Delta. Équipé d'un total de sièges pour 194 clients, dont 20 en première classe, 42 en Delta Comfort+ et 132 en cabine principale, les A321neos de Delta seront déployés principalement sur le vaste réseau domestique de la compagnie aérienne, complétant ainsi la flotte actuelle d'A321 de Delta de plus de 120 appareils. La compagnie aérienne devrait recevoir le premier de ses 155 A321neo au début de l'année prochaine.

De nombreux A321neo de Delta seront livrés depuis l'usine de fabrication américaine d'Airbus à Mobile, en Alabama. La compagnie aérienne a pris livraison de 87 avions Airbus fabriqués aux États-Unis depuis 2016.

Fin juillet, la flotte d'Airbus de Delta comptait 358 appareils, dont 50 A220, 240 membres de la famille A320, 53 gros-porteurs A330 et 15 A350 XWB.

Photo : A321neo aux couleurs de Delta Airlines

23/08/2021

Le prototype du TF-X pour 2023 !

137336.jpg

Selon l’avionneur Turkish Aerospace Industrie (TAI) le premier prototype du futur avion de combat de 5ème génération TF-X devrait effectuer son Roll-Out en mars 2023 et un premier vol prévu deux ans plus tard.

Plus précisément, la présentation du futur avion de combat turc est planifiée pour le 18 mars 2023, soit l’anniversaire  de l'indépendance et la victoire de la Turquie dans la guerre de Gallipoli. Selon TAI, le TF-X sera un avion multirôle. Après analyse technique, calculs préliminaires, basés sur les informations reçues des fournisseurs de moteurs candidats, il a été décidé une configuration de type bimoteur. 

Le TF-X de génération 5, offrira des capacités importantes pour les besoins de combat air-sol et air-air avec des capacités de combat intelligentes et puissantes. Le coût du développement du projet est évalué de 70 à 80 milliards de dollars. Mais ce prix ne tient pas compte de la motorisation future de l’avion. En conséquence on peut esquisser un développement proche des 100 milliards de dollars.

Le premier problème rencontré par les ingénieurs turcs de TAI provient d’un cruel manque d’expérience en matière de conception. En 2013, ceux-ci ont fait appel aux ingénieurs suédois de Saab pour les aider à la définition du design de l'appareil. Cette collaboration a permis de présenter trois versions possibles : un monomoteur adoptant un design proche du F-22, un bimoteur ou enfin un monomoteur plus petit avec des ailes-canard. Le TF-X devrait mesurer  21 mètres de long avec  largeur de 14 mètres et une hauteur de 6 mètres peut atteindre la vitesse de 1,8 Mach voir mach 2. Sa masse maximale au décollage (MTOW) sera de 27’215 kg. L'avion comportera deux moteurs d'une poussée nominale de plus de 20’000 lb chacun. L'avion de voler à une altitude maximale de 55’000 pieds avec une autonomie estimée à 600 milles nautiques.

Répondre aux besoins des 30 prochaines années

Pour l’avionneur TAI, le TF-X devra répondre à l’ensemble des menaces actuelles et futures, pour cela l’avion sera de la cinquième génération dans la même catégorie que les F-35, F-22 américains ou le Su-75 et Su-57 russes. L'avion offrira un haut degré de connaissance de la situation, des systèmes d'armes avancés, des techniques de fusion de capteurs et une faible signature radar et électronique.

La suite avionique avancée à bord de l'avion comprendra un grand écran,des interfaces graphiques, des systèmes de données environnementales, des cartes numériques et dispositifs d'interconnectivité haut de gamme. D'autres fonctionnalités telles que la reconnaissance vocale, les systèmes audios de haute qualité et la vision synthétique seront également installées dans un cockpit intelligent. L'avion sera équipé d'un radar actif à balayage électronique (AESA) fourni par ASELSAN. Le radar AESA associé au fuselage furtif devrait selon TAI garantir une capacité de furtivité supérieure.

En ce qui concerne la motorisation, un doute subsiste, en effet, une coentreprise avait été formée par Rolls-Royce et Kale Group pour fournir un moteur développé au niveau national pour le programme d'avions de combat turc. Cependant, l'accord a été suspendu en raison d'incertitudes sur le transfert de technologie.

Coopération russo-turque ? 

La Russie sera-t-elle le nouveau partenaire du programme TF-X ? La question n'a rien de ridicule, en effet, la Russie et la Turquie ont débuté des consultations entre des groupes spécialisés sur l'interaction dans la création du chasseur turc TF-X de cinquième génération. Cet état de fait vient d'être confirmé le 25 août, par  le directeur du Service fédéral russe de coopération militaro-technique, Dmitri Shugayev. A suivre. 

ldyoxy30-900.jpg

Photos : Maquette & plan du TF-X@ TAI/AA

22/08/2021

Entrée en service prochainement des VH-92 « Marine One » !

62138420.2.jpg

D’ici quelques semaines, le président Joe Biden disposer de sa nouvelle flotte d’hélicoptères présidentielle. Le Marine Helicopter Squadron One (HMX-1), a déjà réceptionné quatre des premiers hélicoptères Sikorsky VH-92, et la livraison des deux autres est imminente. 

Le bureau militaire de la Maison Blanche et le Corps des Marines travaillent sur un plan de mise en service du nouvel hélicoptère, qui est très attendu. 

Rappel 

Le Marine Helicopter Squadron One (HMX-1) pilote actuellement des hélicoptères VH-3D qui transportent des présidents depuis les années 1970, et des VH-60N White Hawks. L'escadron exploite également une petite flotte de V-22 « Osprey » qui embarquent occasionnellement le personnel du président et le corps de presse de la Maison Blanche. 

23 VH-92 seront acquis

 Le VH-92A va offrir des performances, des communications et des capacités de survie améliorées, tout en offrant une capacité de passagers accrue », a déclaré le Government Accountability Office (GAO) dans sa dernière évaluation du projet. Près de 23 appareils seront acquis dans les années avenir.

Le Sikorsky VH-92  

1031846607.jpg

Le Sikorsky VH-92 est un dérivé du S-92. Le premier appareil a été livré en septembre 2004. Principalement utilisé pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 Cyclone. Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le « Sea King ». Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Le Sikorsky S-92 est un hélicoptère de transport biturbine, muni d’un rotor principal et d’un rotor de queue à hélice quadripale, d’un train d’atterrissage tricycle rétractable et pouvant transporter jusqu’à 22 passagers. Cinq prototypes sont construits, un pour des tests au sol et les quatre autres pour les essais en vol, munis de turbines General Electric CT7-6D. Le premier vol est effectué au centre d’essais de Sikorsky à West Palm Beach, en Floride, le 23 décembre 1998. A partir du troisième prototype, le S-92 reçoit plusieurs modifications. Son fuselage est rallongé de 40 cm, le stabilisateur horizontal est repositionné sur le côté gauche de la poutre de queue, qui elle, est raccourcie de 1,04 m. Ces modifications permettent de résoudre des problèmes de stabilité en tangage, facilitant ainsi son utilisation dans des conditions de vols difficiles avec des vents importants. Cela a également permis de rajouter une rangée de trois sièges, portant la capacité de transport du S-92 à 22 passagers. La structure de l’appareil est en aluminium et en matériaux composites, ces derniers représentent 40% de la masse totale de l’appareil. 

Le poste de pilotage est équipé de systèmes de navigation modernes, ainsi que de quatre écrans multifonctions. Les pilotes sont assis sur des sièges Martin-Baker anti-crash et utilisent deux manettes qui permettent, grâce aux divers capteurs et de l’ordinateur de gestion du vol, de contrôler l’appareil en tangage, roulis et lacet. Le poste de pilotage est chauffé, ventilé et climatisé indépendamment de la cabine. Un équipement quasi complet permet une sécurité en vol maximale : deux systèmes automatiques de contrôle de vol (AFCS), des systèmes anticollision (TCAS) et d’avertissement de proximité du sol (EGPWS) et un radar météorologique placé dans le nez de l’appareil. Les systèmes vitaux de l’appareil sont redondants, la cellule offre une bonne résistance en cas de crash et la boite à vitesse peut fonctionner durant ½ heure sans huile. En cas d’amerrissage forcé, un système de flottaison se gonfle automatiquement, comprenant également deux radeaux d’une capacité de quinze personnes chacun à l’avant des flotteurs.

Dans le cadre du programme VXX, Sikorsky propose le S-92 dans le standard VH-92 aux moteurs plus puissants et entièrement construit par des entreprises américaines. Les systèmes électriques et hydrauliques sont installés en triple exemplaires et le système d’alimentation en carburant se fait par aspiration, ce qui évite d’éventuelles fuites dues à la pression. Les systèmes de pilotage sont également redondants. Les réservoirs de carburant auto-obturant, placés à l’extérieur de la cabine, sont capables de supporter des impacts d’obus de 23mm. L’appareil possède un système de dégivrage et est également protégé contre la foudre et les champs de rayonnement d’intensité élevée.

8332101.3.jpeg

Photos : VH-92 @ Sikorsky/LM