02/09/2020

Livraison du premier MH-47G BlockII !

322262-MH47BLK2-0572-hi-res.jpg

Boeing a livré le premier exemplaire au Commandement des opérations spéciales américain (SOCOM) du MH-47G « Chinook » Block II.

« Cette livraison marque une étape majeure pour le programme Chinook », a déclaré Andy Builta, vice-président et directeur du programme H-47. « Le nouveau Chinook donnera aux forces d'opérations spéciales américaines beaucoup plus de capacités pour des missions extrêmement difficiles et leur permettra de mener ces missions sur le futur champ de bataille ». 

Basée sur la variante CH-47F utilisée par les forces régulières, la version des forces spéciales dispose d'une capacité de ravitaillement en vol, d'une suite complète d'aides défensives et d'aides au pilotage à basse altitude par mauvais temps, avec un capteur infrarouge et un radar de suivi de terrain.

Les caractéristiques de la dernière variante Block II, qui a été officiellement lancée en 2017, incluent des pales de rotor avancées qui augmentent la charge utile de 1’500 livres tout en réduisant les coûts de maintenance. La cellule a été repensée pour augmenter sa résistance. Le système de carburant a été repensé, les six anciens réservoirs individuels cédent la place à deux réservoirs plus légers de capacité accrue. Une transmission améliorée transfère plus efficacement la puissance des moteurs Honeywell T55 aux rotors, offrant une augmentation de 9% de la capacité de transport de couple.

Ces améliorations font passer la charge utile du Block II de 20’000 à 22’000 livres. De plus, la mise à niveau améliore considérablement les performances à chaud et à haute performance. C'était l'un des moteurs du programme, basé sur l'expérience opérationnelle en Afghanistan.

La version originale du MH-47G est en service depuis quelques années et est l’hélicoptère standard exploité par le 160e Régiment d’aviation d’opérations spéciales de l’USASOC (aéroporté). Le rééquipement du 160e SOAR (A) est considéré comme une priorité pour l'armée américaine.

À ce jour, trois ordres de fabrication ont été passés. Le dernier, annoncé le 31 juillet, a ajouté neuf hélicoptères d'une valeur de 265 millions de dollars, pour porter le total actuellement souscrit à 24. L'USASOC prévoit d'acheter à terme 69 appareils pour équiper complètement les unités de transport lourd / longue portée du 160e SOAR (A).  

Le MH-47G « Chinook » BlockII :

Le MH-47G dispose d'un cockpit numérique compatible avec les lunettes de vision nocturne. Il comporte 5 écrans d'affichage multifonctions (MFD) à cristaux liquides de 6x8 pouces et 2 unités d'affichage de contrôle (CDU). Le cockpit est conforme à la norme CAAS (Common Avionics Architecture System), partageant les mêmes unités de traitement et d'affichage que le MH-60M « Black Hawk ». Le CAAS a été développé pour les « Night Stalkers » puis adopté par l'armée. 

Les améliorations du standard Block II, qui sont en cours de développement pour la flotte de CH-47F de l'armée américaine, comprennent de nouvelles pâles de rotor avancée (ACRB), dotée d'une géométrie pour augmenter la capacité de levage de 680 kg à 4 000 ft et 35 ° C en vol stationnaire et de nouveaux équipements électroniques.

2331772128.jpg

Photos : MH-47G Block II @ Boeing

 

01/09/2020

La Grèce cherche à renforcer sa force aérienne !

unnamed.jpg

La situation en Méditerranée orientale est explosive depuis l'envoi par Ankara d'un navire de recherche sismique, escorté par des bâtiments militaires, dans une zone riche en gisements gaziers revendiquée par Athènes. Athènes a ouvert des discussions auprès de ses alliés en vue de l’achat potentiels d’avions de combat.

Rafale et F-35 en embuscade :

Le Ministère grec de la Défense confirme être en pourparlers au moins deux fournisseurs en ce qui concerne l’achat d’avions de combat. La France qui tente de placer son Rafale et les États-Unis avec le F-35A de Lockheed-Martin.  Les médias grecs ont annoncé un peu vite lundi qu'Athènes avait accepté d'acquérir 12 à 18 avions de combat Rafale à la France. Or, la réalité montre qu’il s’agit d’une offre en concurrence avec celle de Lockheed-Martin. Washington semble d’ailleurs avoir une longueur d’avance sur Paris avec la mise à niveau d’une ancienne offre qui comprend 24 avions F-35 pour un coût total de 3 milliards us, y compris l'infrastructure. En parallèle il s’agira de procéder à la mise à niveau de 82 F-16 « Fighting Falcon » au standard Block70/72 « Viper ».

 

fg_3198373-jdw-6413.jpg

Du côté français, les négociations semblent plus compliquées car la direction générale de l'armement (DGA) française cherche la bonne combinaison pour répondre aux besoins d'Athènes rapidement. Dix Rafale de dernière génération seraient vendus auxquels s'ajouteraient deux exemplaires prélevés sur la commande de l'armée de l'air française. Une autre solution viserait à un mix entre des Rafale d'occasion de l'armée de l'air et dix autres exemplaires modernisés aux derniers standards F3R. Mais il n’a y aucune confirmation pour l’instant.

Le-Rafale-F3R-840x480.jpg

La Grèce a-t-elle les moyens de ses ambitions ?

Personne n’a oublié la situation économique que le pays a traversé, mais le ministre grec des Finances a déclaré que le pays était prêt à dépenser une partie de ses réserves de liquidités pour l’achat d’armes et d’autres moyens qui contribueront à accroître sa « force de dissuasion », après des années de resserrement de la ceinture des dépenses de défense. Devant l’urgence de la situation Athènes va devoir faire des choix pour compléter sa flotte aérienne, mais également navale. La Grèce se retrouve en effet, en situation de faiblesse vis-à-vis de la Turquie, qui de son côté n’a cessé de moderniser son arsenal militaire.  

Moyens de la Force aérienne grecque :

155 F-16 Block 30, Block50 /52

44 Mirage 2000 EG/BG-5

33 McDonnell Douglas F-4 E « Phantom II »

 

Photos : 1 F-16 grec 2 F-35 3 Rafale @Reuters