16/07/2021

Des Pilatus PC-21 additionnels pour la France !

pc-21-armee-de-lair.jpg

En 2017, l'Armée de l'Air et de l'Espace a acheté 17 PC-21 et a depuis formé avec succès ses futurs pilotes militaires sur le système d'entraînement le plus moderne au monde. L'Armée de l’Air a maintenant commandé neuf autres PC-21 pour renforcer son programme de formation avec des avions d'entraînement Pilatus supplémentaires.

L'Armée de l'Air et de l'Espace, l'une des forces aériennes les plus prestigieuses au monde, a commandé neuf PC-21 supplémentaires, prouvant avec ce contrat supplémentaire l'efficacité du système d'entraînement Pilatus. Les PC-21 seront déployés pour former les futurs pilotes militaires qui deviendront par la suite le principal chasseur polyvalent du pays. Les PC-21 remplaceront les avions d'entraînement bimoteurs qui étaient auparavant utilisés pour la formation des pilotes.

L'autorité d'achat française, la Direction générale de l'armement (DGA), a signé l'accord avec F-AIR 21 (Cognac Formation Aero SAS France), Pilatus étant le sous-traitant exclusif pour la fourniture des neuf PC-21 et autres systèmes de formation au sol et pièces détachées. La commande garantira des emplois en Suisse, où sont produits les PC-21.

Markus Bucher déclare à propos de l'accord : « Les évaluations françaises sont très professionnelles, ce qui nous prouve encore une fois que nous offrons le meilleur système de formation au monde sur ce marché. Je me réjouis que l'Armée de l'air et de l'espace ait opté pour d'autres PC-21. Nous vous remercions de faire confiance à Pilatus et à notre PC-21, L'Armée de l'Air et de l'Espace pourra toujours compter sur notre meilleur service client ! ». Le PC-21 est un symbole fort de la politique d'innovation de l'armée de l'Air et de l'Espace. 

Les PC-21 seront stationnés à la base aérienne de Cognac-Châteaubernard à partir de 2023, où les PC-21 sont utilisés depuis 2018. Les premiers pilotes ont terminé leur formation en 2020. Avec la dernière commande, la flotte de PC-21 passera à un total de 26. Outre la Suisse et l'Espagne, la France est le troisième pays européen à adopter le PC-21, le système de formation le plus avancé au monde. Plus de 230 PC-21 sont maintenant en service dans neuf forces aériennes dans le monde.

Le PC-21 en France

Les premiers PC-21 en service sont situés sur la base aérienne 709 de Cognac au sein des escadrons d’instruction en vol 1/13 « Artois » et 2/12 "Picardie". Depuis juin 2018, il remplace les TB-30 et les Alphajet de l’École de l’aviation de chasse de Tours. Les stagiaires rentrés en phase de formation "Basic/Advanced" recoivent sur le PC-21 un apprentissage sur la gestion des pannes, la voltige, le vol en formation, la navigation, le vol de nuit mais également l'interception simple ou encore la délivrance de l'armement. Ce nouvel aéronef permet également de faire des économies en heures de vol et de raccourcir la durée de formation. Il possède enfin un atout non-négligeable : la simulation embarquée, permettant de mettre les avions en réseau ou encore de simuler l'apparition d'avions fantômes. Fait innovant pour un avion de formation, le PC-21 est conçu pour l'utilisation de jumelles de vision nocturne.

Le PC-21, le système d'entraînement le plus efficace

Compte tenu de la pression toujours plus forte sur les budgets de l'armée de l'air, le tout nouveau PC-21 offre une plate-forme intelligente et hautement efficace pour la formation des pilotes de jet. Le PC-21 dispose d'équipements et de caractéristiques de performance extrêmement élevés pour répondre à ce besoin. Ils fournissent au turbopropulseur monomoteur un spectre de missions qui était auparavant réservé exclusivement aux jets. Le PC-21 est beaucoup plus rentable à utiliser qu'un avion d'entraînement conventionnel. Les commentaires des clients existants du PC-21 confirment que le système de formation Pilatus permet de réduire de plus de 50 % le coût de la formation d'un futur pilote militaire. Les simulateurs de vol et autres matériels d'apprentissage au sol contribuent également à ce concept intégré.

pc-21_3.jpg

Photos : PC-21 aux couleurs françaises @ Pilatus

Commentaires

Pas rancuniers les français ...

Écrit par : Pedro | 16/07/2021

@Pedro: Achat prévu de longue date et donc n'a aucun lien avec le choix Helvétique.

Écrit par : Pk | 16/07/2021

@Pedro: Hé, oui les français achète le meilleur avion école et nous le meilleur avion de combat du moment. Il est loin le temps ou le Rafale avait gagné la compétition.

Écrit par : Monser | 16/07/2021

Concernant l'Armée de l'Air française , le choix du PC 21 ,il ne faut pas se le cacher , a été fait sur de critères prioritairement financiers . Et du fait de l'absence , assez étonnante , de toute réflexion dans les programmations d'un successeur à l'AlphaJet , les crédits nécessaires n'entrant pas dans les périmètres des lois de programmation militaire déphasées depuis plusieurs mandatures des besoins opérationnels que l'exécutif ne se gênait pas de demander pourtant aux armées . Ce genre de gestion au fil de l'eau à conduit bien évidemment à priver l'AA d'un avion d'entraînement disponible en temps voulu , et obligé les réflexions d'état-major à trouver toutes les qualités à un "downsizing" dans la typologie de l'école de pilotage , s'appuyant sur l'apparition concomitante des turbopropulseurs performants développés par Pilatus . De là à dire qu'on a le même produit , voire mieux , il y a un pas que n'ont pas franchi d'autres forces de haut niveau opérationnel , aux USA ou en Israel notamment .Et si l'AA française , reposant maintenant sur le PC21 , ne peut que chercher à améliorer la voie choisie récemment , elle ne s'interdit pas de reconnaître les avantages du jet en la matière , dans ses réflexions sur le combat aérien à venir , qui sera structuré pour elle par le Scaf , ou son équivalent .
http://www.opex360.com/2021/07/05/aux-cotes-du-scaf-et-du-rafale-larmee-de-lair-de-lespace-aura-sans-doute-besoin-dun-avion-de-combat-leger/
http://www.paxaquitania.fr/2021/07/lalpha-jet-devra-tenir-encore-plusieurs.html

Écrit par : philbeau | 16/07/2021

@Monser Nous ne devons pas fréquenter les mêmes sites aéro. Ce jour encore, 2 infos venant des US sur le F35 : 15% des F35A de l'Air Force cloués au sol par manque de réacteur ... et des évolutions logiciels qui rendent le système instable, le block 4 full capacity n'est pas encore pour demain. Vous avez peut être acheté le meilleur simulateur de vol au monde mais le meilleur avion de combat, pas sûr ;)

Écrit par : Pedro | 16/07/2021

@Pedro: Oui, les site françai s'en donnent à coeur joie de reprendre les crittiques du GAO, normal, sauf qeu vos mêmes sites français se taisent volontairement sur le fait que cette fois le Rafal ea été battu chez nous. Aucune remise en question. De l'autre, les problèmes de disponibilités du Rafale sont bien connus, mais là encore SILENCE absolu.

Écrit par : Monser | 16/07/2021

@ PK : encore une fois très heureux choix des images , ce PC21 aux couleurs françaises sur fond de paysage suisse typique !

Écrit par : philbeau | 17/07/2021

Ca fait plaisir de voir qu il y a au moins un suisse qui se réjouit de travailler avec la France.

Écrit par : Everton | 18/07/2021

@Monser,
Et aussi, silence absolu sur le fait que rien que cette année, la Suisse a commandé plus de contrats militaires à la France, que la France à la Suisse avec les 26 PC-21.
Point intéressant pour Philipasbeau, il utilise Israël et les USA pour déterminer quel appareil est suffisamment bon...
Donc en suivant sa logique:
- le Rafale n'est pas assez bon pour des flottes opérationnelles
- le F-35 est le meilleur choix que la Suisse aurait pu faire, vu que c'est le seul chasseur dans l'appel d'offre qui est dans ces deux flottes.
...
Son exemple est évidemment absurde... Il y a une chose que vous ne voulez pas comprendre Philibeau... Le timing. Et vous faites comme si il n'existait pas. Comme si l'âge d'une flotte, l'année à laquelle est sélectionnée un appareil n'avait aucune importance.
Dans les années 2000, il aurait été débile de commander le Rafale pour les années 2020-2030... Pourquoi? Parce que Dassault et la France sont connus pour moderniser les appareils en profondeur une seule fois. Or les petites nations n'ont pas les moyens de développer des modernisations profondes, et ont besoin de pouvoir les acheter sur étagère.
Le Mirage 2000 n'a pas été réellement modernisé depuis longtemps. Les derniers acheteurs vont devoir trainer un appareil ayant une technologie datant d'il y a 40 ans.
Et c'est le timing qui détermine cela. Les pays du Nord de l'Europe ont tous acheté l'appareil le plus moderne disponible sur le marché depuis longtemps, cela inclut aussi la Suisse et la Finlande.
- F-16 pour BE, NL, DK, NO
- F-18 pour FI, CH
Et contrairement à la France avec ses avions d'entraînement, les utilisateurs du F-16 ont anticipé l'achat pour les années 2020-2030 et considéraient que le Rafale était trop ancien, et si il se réfèraient à leur présent, le Mirage F1 et le Mirage 2000 était l'exemple d'appareils modernes à l'achat et vieillissant sans modernisation.
DONC LE TIMING EST IMPORTANT
...
Appliquons cela aux avions d'entraînement:
Pour les USA
- T-6 Texan II en service depuis 2001, encore en production, (d'ailleurs basé sur PC-9).
Ici, dans ce cas, sachant qu'ils ont déjà le T-6, l'intérêt du PC-21 est moindre. Ils ne vont pas retirer le T-6 de la flotte pour un appareil neuf qui aurait un double rôle.
- Et dans l'appel d'offre pour remplacer le T-38? L'USAF a demandé à tous les constructeurs de faite ce que Pilatus a fait avec le PC-21, un vrai simulateur de vol en vol. Mais sauf qu'ils l'ont fait sur un jet. Donc au final, ça reste une confirmation du concept de Pilatus !
Pour Israël:
- pareil, T-6 Texan II dans la flotte depuis 2008, et en achetant cet appareil, ils ont fait le choix d'un duo avec un jet.
- d'où le choix ensuite du M-346
Mais il y a d'autres pays qui ont choisi le PC-21 et de compléter la formation sur jet ensuite.
La question qui se pose c'est de savoir si réellement c'est nécessaire.
La différence de vitesse entre PC-21 et Rafale est la même qu'entre Mirage 2000 et Alphajet. Pourquoi ça irait pour l'Alphajet mais pas pour le PC-21? Parce qu'il n'est pas français?
Ou parce que dans l'imaginaire collectif, un turboprop est un retour en arrière?

Écrit par : John | 19/07/2021

@pedro
Il n'y aura pas de remise en question du Rafale mais une évolutivité continue vers plus de réseau (c'est déjà en cours pour la version F4)
Sur la compétition Suisse, si les tests unitaires des différents appareil sont a priori intègres, j'attends de voir les coefficients utilisés sur les résultats de ces différents tests qui ont eu pour effet de donner l'avantage au F35.
Quelles seraient ces problèmes de disponibilité bien connus du Rafale ?

Écrit par : pak | 19/07/2021

@Monser,
Et aussi, silence absolu sur le fait que rien que cette année, la Suisse a commandé plus de contrats militaires à la France, que la France à la Suisse avec les 26 PC-21.
Point intéressant pour Philipasbeau, il utilise Israël et les USA pour déterminer quel appareil est suffisamment bon...
Donc en suivant sa logique:
- le Rafale n'est pas assez bon pour des flottes opérationnelles
- le F-35 est le meilleur choix que la Suisse aurait pu faire, vu que c'est le seul chasseur dans l'appel d'offre qui est dans ces deux flottes.
...
Son exemple est évidemment absurde... Il y a une chose que vous ne voulez pas comprendre Philibeau... Le timing. Et vous faites comme si il n'existait pas. Comme si l'âge d'une flotte, l'année à laquelle est sélectionnée un appareil n'avait aucune importance.
Dans les années 2000, il aurait été débile de commander le Rafale pour les années 2020-2030... Pourquoi? Parce que Dassault et la France sont connus pour moderniser les appareils en profondeur une seule fois. Or les petites nations n'ont pas les moyens de développer des modernisations profondes, et ont besoin de pouvoir les acheter sur étagère.
Le Mirage 2000 n'a pas été réellement modernisé depuis longtemps. Les derniers acheteurs vont devoir trainer un appareil ayant une technologie datant d'il y a 40 ans.
Et c'est le timing qui détermine cela. Les pays du Nord de l'Europe ont tous acheté l'appareil le plus moderne disponible sur le marché depuis longtemps, cela inclut aussi la Suisse et la Finlande.
- F-16 pour BE, NL, DK, NO
- F-18 pour FI, CH
Et contrairement à la France avec ses avions d'entraînement, les utilisateurs du F-16 ont anticipé l'achat pour les années 2020-2030 et considéraient que le Rafale était trop ancien, et si il se réfèraient à leur présent, le Mirage F1 et le Mirage 2000 était l'exemple d'appareils modernes à l'achat et vieillissant sans modernisation.
DONC LE TIMING EST IMPORTANT
...
Appliquons cela aux avions d'entraînement:
Pour les USA
- T-6 Texan II en service depuis 2001, encore en production, (d'ailleurs basé sur PC-9).
Ici, dans ce cas, sachant qu'ils ont déjà le T-6, l'intérêt du PC-21 est moindre. Ils ne vont pas retirer le T-6 de la flotte pour un appareil neuf qui aurait un double rôle.
- Et dans l'appel d'offre pour remplacer le T-38? L'USAF a demandé à tous les constructeurs de faite ce que Pilatus a fait avec le PC-21, un vrai simulateur de vol en vol. Mais sauf qu'ils l'ont fait sur un jet. Donc au final, ça reste une confirmation du concept de Pilatus !
Pour Israël:
- pareil, T-6 Texan II dans la flotte depuis 2008, et en achetant cet appareil, ils ont fait le choix d'un duo avec un jet.
- d'où le choix ensuite du M-346
Mais il y a d'autres pays qui ont choisi le PC-21 et de compléter la formation sur jet ensuite.
La question qui se pose c'est de savoir si réellement c'est nécessaire.
La différence de vitesse entre PC-21 et Rafale est la même qu'entre Mirage 2000 et Alphajet. Pourquoi ça irait pour l'Alphajet mais pas pour le PC-21? Parce qu'il n'est pas français?
Ou parce que dans l'imaginaire collectif, un turboprop est un retour en arrière?

Écrit par : John | 19/07/2021

Le dernier commentaire n'est pas de moi, il y a donc des usurpateurs de pseudos sur ce forum.

Concernant les liens donnés par l'autre Pedro .., ils sont intéressants mais déjà anciens. En particulier celui traitant de la dispo donne des chiffres de 2016 qui ne sont plus d'actualité. Avec le contrat RAVEL et les derniers travaux, la disponibilité a très fortement progressé.

Écrit par : Pedro | 20/07/2021

@Pedro
Après il faut voir ce qui est compté dans la disponibilité, par exemple en 2015 les 10 rafales M standard F1 (10 sur une quarantaine soit presque 25% des Rafales M) étaient encore là plupart sous cocon pour un retrofit au standard F3R. Donc garder volontairement sous cloche mais compté comme indisponible... Pareil un appareil qui a passé 6 mois en mission aux Emirats et qui a consommé 750h de vols (soit environ 3 ans de consommation annuelle moyenne prévu) va vontontairement passer 30 mois sous cocon pour homogénéiser l'usure global de la flotte (pour ne pas voir des Rafales quasi neuf et d'autres quasi en fin de vie). En France tout avions non utilisable quelques soit la raison (panne, manque de pièces, mis sous cocon pour économiser le potentiel de vol, etc.) Est comptabilisé indisponibilité, or si c'est une panne ok c'est une vraie indisponiblite mais si c'est une mise sous cocon en quelques heure il peut reprendre l'air.
Ensuite juste pour information pour l'Inde a un contrat (avec pénalités financière) pour que Dassault assure 80% de disponibilité des Rafales.
En France le contrat Ravel (comme en Inde avec pénalités financière) fait qu'en 2021 la disponibilité des Rafales France doit être de 80% minimum (c'est pour ca que les ventes grecs et croates ont pu être faite)

Cordialement

Écrit par : Emixam | 20/07/2021

@Pedro ou plutôt John:pour en ajouter une couche à ce que dit emixam, en dehors de la marine, il y a une volonté assumée de commencer par épuiser les M2k avant de consommer le potentiel des cellules de rafales, ce qui expliquer la mise sous cocon de nombre d'appareils.
.
Le calcul de la disponibilité change aussi selon les armées. Ainsi les avions français en opération sont plus disponibles que leurs homologues US car il y a une autre stratégie de maintenance.

Écrit par : pfff | 21/07/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.