11/06/2021

L’Indonésie opte également pour le Rafale !

Rafale-france-vente-indonesie.jpg

Le Rafale est-il enfin sur les traces du Mirage III qui avait été en son temps l’avion que tous les pays s’arrachaient ? Possible, quoi qu’il en soit, Jakarta vient de prendre une sérieuse option avec la signature d’un contrat initial pour un lot de 36 appareils.

Selon plusieurs sources concordantes, le ministère indonésien de la Défense et Dassault Aviation avaient signé un contrat initial « Come Into Force » pour l'achat de 36 avions de combat polyvalents le 7 juin dernier et prendra effet en décembre 2021. 

Des points à résoudre

Pour autant, il reste du travail, jusqu’à ce qu’un premier Rafale vole avec les cocardes indonésiennes. En effet, l'Indonésie et la France n'ont pas trouvé de points d'accord pour les retours commerciaux, le contenu local et/ou les compensations (IDKLO) concernant l'achat prévu. Selon Jakarta, la loi no. 16 de 2012 concernant l'industrie de la défense stipule que l'achat d'alpalhankam (équipement de défense et de sécurité) à l'étranger doit être accompagné d'un IDKLO.

Le F-16 coiffé au poteau

Pour autant l’avionneur américain Lockheed-Martin n’avait pas l’intention de voir le marché indonésien lui passer sous le nez. Une forte offensive en direction des médias locaux, avec un entretien en ligne donné le 27 mai par Mike Kelley, responsable du programme F-16 chez le constructeur américain avait été organisé. De plus, l’avionneur pouvait compter sur l’appuis de l’administration Biden qui ne s’opposerait pas à la vente de F-16 Block 70/72 « Viper » à l’Indonésie.

L’Indonésie a eu aussi son feuilleton

Rien n’a été simple pour Jakarta dans le choix de son nouvel avion de combat, en janvier 2018 Jakarta avait annoncé la finalisation d’une commande portant sur 11 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E ». Mais les pressions américaines dans le cadre la législation américaine CAATSA avait finalement fait capoter la vente. Le pays s’est ensuite tourné vers l’Autriche pour un éventuel rachat des Eurofighter T1 autrichiens. Trop chers, difficiles à modernisés, cette option a très vite été abandonnée. Le pays a alors relancé son appel d’offre en décembre dernier.  

Photo : Rafale @ Dassault Aviation