14/05/2021

Premier rebond du trafic aérien intérieur !

iata,re-démarrage du trafic aérien,transport aérien,les nouvelles de l'aviation


L’Association du transport aérien international (IATA) a annoncé que le trafic de passagers a diminué en mars 2021, par rapport à la période d’avant la COVID. Cependant, la demande a augmenté par rapport au mois précédent. 

Étant donné que les comparaisons entre 2021 et 2020 sont biaisées en raison de l’impact extraordinaire de la COVID-19, toutes les comparaisons qui suivent, à moins d’indication contraire, réfèrent à mars 2019, alors que le schéma de la demande était normal.

La demande totale de voyages aériens en mars 2021 (mesurée en kilomètres- passagers payants, ou RPK) était en baisse de 67,2 % par rapport à mars 2019. Il s’agit d’une amélioration comparativement au déclin de 74,9 % enregistré en février 2021 par rapport à février 2019. Cette performance améliorée est attribuable aux gains obtenus dans les marchés intérieurs, notamment en Chine. Le trafic international demeure grandement restreint.

Le trafic de passagers internationaux en mars était inférieur de 87,8 % à celui de mars 2019, ce qui marque une légère amélioration par rapport au déclin de 89,0 % enregistré en février 2021 par rapport à février 2019.

Le trafic intérieur total était en baisse de 32,3 % par rapport à avant la crise (mars 2019), ce qui constitue une nette amélioration par rapport à février 2021, alors que le trafic intérieur était en baisse de 51,2 % par rapport à février 2019. Tous les marchés ont connu des améliorations par rapport à février 2021, sauf le Brésil et l’Inde, la Chine étant le principal contributeur, comme on l’a déjà mentionné.

« L’élan positif observé en mars dans certains marchés intérieurs clés est révélateur de la forte reprise à laquelle nous nous attendons dans les marchés internationaux à mesure que les restrictions de voyage seront levées. Les gens veulent voyager, et ils en ont besoin. Et nous avons confiance qu’ils le feront lorsque les restrictions seront éliminées », a déclaré Willie Walsh, directeur général de l'IATA.

Détails des marchés de passagers  mars 2021

Chez les transporteurs d’Asie-Pacifique, le trafic international était en baisse de 94,8 % par rapport à mars 2019, ce qui est à peine mieux que le déclin de 95,4 % observé en février 2021, comparativement à février 2019. La région subit encore les pires chutes de trafic pour un neuvième mois consécutif. La capacité était en baisse de 87,0 % et le coefficient d’occupation des sièges perdait 48,6 points de pourcentage pour s’établir à 31,9 %, le taux le plus faible parmi toutes les régions.

Les transporteurs d’Europe ont enregistré une diminution du trafic de 88,3 % en mars, par rapport à mars 2019, légèrement inférieure au déclin de 89,1 % observé en février, comparativement à février 2019. La capacité a diminué de 80,0 % et le coefficient d’occupation a perdu 35,0 points de pourcentage pour s’établir à 49,4 %. 

Les transporteurs du Moyen-Orient ont vu la demande diminuer de 81,6 % en mars, par rapport à mars 2019, ce qui constitue une amélioration par rapport au déclin de 83,1 % observé en février, comparativement au même mois en 2019. La capacité a diminué de 67,2 % et le coefficient d’occupation a perdu 32,3 points de pourcentage pour s’établir à 41,3 %. 

Les transporteurs d’Amérique du Nord ont enregistré une chute de trafic de 80,9 % par rapport à mars 2019, ce qui constitue un gain si on compare au déclin de 83,4 % observé en février, comparativement à février 2019. La capacité a diminué de 62,6 %et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 41,0 points de pourcentage pour s’établir à 42,9 %.

Les compagnies aériennes d’Amérique latine ont subi une baisse de la demande de 82,4 % en mars, par rapport à mars 2019, ce qui marque une légère amélioration si on compare au déclin de 83,7 % observé en février, par rapport à février 2019. La capacité était en baisse de 77,4 % par rapport à mars 2019 et le coefficient d’occupation a perdu 18,1 points de pourcentage pour s’établir à 63,6 %, le taux le plus élevé parmi les régions pour un sixième mois consécutif.

Les transporteurs d’Afrique ont vu leur trafic diminuer de 73,7 % en mars, par rapport à la même période il y a deux ans, ce qui constitue une détérioration si on compare au déclin de 72,3 % enregistré en février, par rapport à février 2019. La capacité a diminué de 61,8 % par rapport à mars 2019, et le coefficient d’occupation a perdu.

Au Brésil, le trafic intérieur était en baisse de 54,0 % en mars, par rapport à mars 2019, alors que les autorités ont resserré les restrictions en raison de l’augmentation des cas de COVID-19. Ce résultat était radicalement pire que le déclin de 34,9 % observé en février, par rapport à février 2019.

Au Japon, le trafic intérieur a diminué de 58,3 % en mars, par rapport à mars 2019, ce qui marque une importante amélioration si on compare au déclin de 73,2 % observé en février, par rapport à février 2019.

Le bilan

« L’apparition de nouveaux variants de la COVID-19 et l’augmentation des cas dans certains pays expliquent la réticence des gouvernements à lever les restrictions de voyages et les mesures de quarantaine. Toutefois, nous commençons à voir des développements positifs, comme la déclaration récente de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, annonçant que les passagers vaccinés en provenance des États-Unis seraient autorisés à entrer sur le territoire de l’Union européenne. Au moins 24 pays ont déjà annoncé qu’ils accueilleraient les voyageurs vaccinés. Nous nous attendons à ce que cela se poursuive et s’accélère à mesure que le nombre de personnes vaccinées augmentera. Toutefois, les gouvernements ne doivent pas s’appuyer uniquement sur la vaccination, car cela risque d’entraîner de la discrimination à l’endroit des personnes qui ne peuvent être vaccinées pour des raisons médicales ou autres, ou qui n’ont pas accès au vaccin, ce qui est le cas.

Ce dernier ajoute: « Plus encore, tant que ces mesures sanitaires seront requises, les gouvernements doivent accepter les certificats numériques de test de COVID-19 et de vaccination et appliquer des normes mondiales pour la délivrance de leurs propres certificats de vaccination et résultats de tests. Nous observons déjà des attentes intolérables dans certains aéroports, alors que les compagnies aériennes, les passagers et les autorités frontalières doivent s’en remettre à des processus papier à une époque où les aéroports ne sont plus conçus pour répondre à leurs besoins. Le Travel Pass de l’IATA relève ce défi en permettant aux voyageurs de contrôler et de partager leurs certificats numériques de vaccination ou leurs résultats de test avec les compagnies aériennes et les autorités frontalières, facilitant les procédures et réduisant les risques associés aux documents frauduleux. » (sources IATA).

Photo : L’industrie est prête pour un redémarrage

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.