26/04/2021

Mise en production des radars AESA pour l’Eurofighter Quadriga !

HIGH-RESOLUTION-PRESS-PICTURE_1200-696x392.jpg

La société allemande Hensoldt a signé un contrat d'environ 200 millions d'euros (241 millions de dollars) pour la production de radars actifs à balayage électronique (AESA) pour les 38 premiers Eurofighter Quadriga destiné à de l'armée de l'air allemande. 

" Le contrat, passé par Airbus Defence & Space, comprend la production et la livraison de systèmes radar et de composants électroniques de base qui seront produits sur le site de Hensoldt à Ulm et sur le site du partenaire du consortium Indra en Espagne", a déclaré la société le 23 avril dernier.

Décrivant le capteur AESA comme «de première classe sur le plan technologique », le directeur général de Hensoldt, Thomas Muller, affirme qu'il « améliorera la capacité de survie de l'avion même dans des conflits de haute intensité ». « Le rythme élevé de développement dans le domaine de l'électronique et surtout de la digitalisation donne constamment lieu à de nouvelles applications. Avec ce contrat, l’Eurofighter bénéficiera à l’avenir d’un capteur principal de première classe sur le plan technologique et améliorera la capacité de survie de l’avion même dans des conflits de haute intensité », a déclaré Thomas Müller, PDG de HENSOLDT. « Le fait que le radar soit produit par un consortium européen dirigé par HENSOLDT, avec Indra en tant que partenaire principal, montre qu'il existe une bonne coopération en Europe sur des programmes d'armement conjoints ».

Dans le cadre d'un contrat de sous-traitance distinct avec Airbus, Hensoldt produit également des radars Captor-E Mk1 AESA pour une intégration avec les Eurofighters allemands aux normes Tranche 2 et 3.

Hensoldt était déjà impliqué dans le développement et la production des systèmes de capteurs actuellement utilisés dans les avions Eurofighter. À l'heure actuelle, l'entreprise emploie 2 500 personnes sur son principal site de production d'Ulm et prévoit d'embaucher cette année 300 nouveaux employés pour le groupe HENSOLDT. Le spécialiste des capteurs investit entre autres 30 millions d'euros dans la construction d'un centre de développement de technologie radiofréquence à Ulm. Outre les composants électroniques du nouveau radar Eurofighter, des capteurs basés sur l'IA pour un large éventail d'applications y seront également développés.

Rappel :

La commission du budget du parlement allemand a approuvé jeudi un contrat de 5,4 milliards d'euros pour financer une première tranche de 38 avions Eurofighter à Airbus. L'accord fait partie du plan à long terme du ministère allemand de la Défense visant à acquérir jusqu'à 93 avions Eurofighter ainsi que 30 F/A-18 « Super Hornet » et 15 EA-18 « Growler » de Boeing. Les 38 jets approuvés jeudi sont censés remplacer les plus anciens Eurofighter de la tranche 1 de la flotte allemande qui ne sont que d'une utilisation opérationnelle limitée selon les experts. Les décisions concernant l’achat des jets restants sont attendues après les élections fédérales de l’année prochaine en Allemagne. Les premiers appareils devraient être livrés en 2024.

Le plan, divulgué le 21 avril 20 dernier par la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, satisfait les trois exigences distinctes de la Luftwaffe en matière d'approvisionnement d'avions de combat.

Ces trois exigences comprennent le programme de remplacement Tornado pour 85 nouveaux appareils, le projet « Quadriga » pour 38 nouveaux appareils de type Eurofighter et le programme d'attaque électronique (EA) Luftgestützte Wirkung im Elektromagnetischen Spektrum (luWES) 

Avec ce choix, l’Allemagne opte pour un compromis qui va soutien le Consortium « Eurofighter » à travers Airbus DS et sa chaîne d’assemblage en Allemagne. Ce choix permet également à l’Espagne de continuer dans l’achat de la nouvelle version de l’Eurofighter dotée du radar AESA CAPTOR-E. En parallèle, l’avion américain offre avec le choix stratégique de B-61 de permettre à l’Allemagne de garder ses prérogatives au sein de l’Otan. Contrairement à la Belgique qui a les mêmes besoins en ce qui concerne le B-61 l’Allemagne peut ainsi mettre en avant qu’elle ne lâche pas l’Europe avec un noyau d’avions de combat central européens et un avion moins problématique

L’Airbus Eurofighter Quadriga :

 

Airbus Defence and Space a étoffé ses propositions de poursuivre le développement de l'Eurofighter « Typhoon II » pour la Luftwaffe avec plus de détails. L’Espagne est également impliquée dans l’effort, qui diverge dans une certaine mesure de la feuille de route pour les Eurofighter britanniques. Pour l'Allemagne, le développement est basé sur deux exigences : le programme Quadriga pour remplacer les typhons de Tranche 1 vieillissants et limités en technologie de la Luftwaffe et un besoin ultérieur de remplacer la flotte de Tornado. 

Les Eurofighter tranche 4 « Quadriga » comporteront une suite d'aides défensives améliorées et un radar AESA. Ce standard disposera du radar AESA CAPTOR-E à balayage électronique. L’arrivée du CAPTOR-E permet grâce à son antenne AESA d’effectuer des tâches multiples simultanément. Le nouveau radar conserve les principales caractéristiques de l'architecture du radar CAPTOR-M actuel, mais, il est doté d’une antenne AESA en lieu et place de l’actuelle antenne mécanique. 

Le CAPTOR-E fournit les fonctionnalités clés suivantes :

  • Radar de surveillance et de guidage multimode air / air et air / sol avec repositionneur WFoR
  • Portée air-air accrue - Détection et suivi plus rapides des cibles
  • Amélioration des performances de suivi
  • Entrelacé « simultané » Air / Air & Air / Ground
  • Guidage étendu des missiles - Disponibilité opérationnelle accrue
  • Coûts de cycle de vie réduits - Potentiel de croissance pour de futures améliorations
  • L’avion disposera également d’une nouvelle architecture en termes d’avionique avec un grand écran multifonctions spécifiquement adapté à la guerre en réseau (Electronic Warfare) produit pas BAe Systems. La puissance électronique sera d’ailleurs démultipliée à cet effet, pour pouvoir travailler en réseau. 
  • En parallèle, le missile à longue portée MBDA Meteor sera en service complet. L'arme est déjà en stock au sein de la Luftwaffe et sera distribuée aux escadrons de première ligne l'année prochaine. Le nouveau SPEAR-EW-3 complétera le missile de croisière miniature activé par le réseau SPEAR, conçu pour engager avec précision des cibles à longue portée, mobiles, fugaces et repositionnable par tous les temps, de jour comme de nuit, en présence de contre-mesures, d'obscurcissant et de camouflages, tout en assurant une distance de sécurité entre l'avion et les défenses anti-aériennes ennemies.
  • L’Eurofighter Quadriga est proposé à la Suisse, pour la Finlande c’est le futur standard anglais avec la matrice AESA de BAe Systems MKII qui est proposé.

csm_HENSOLDT-Mk1-Radar_EFA2_Antenne_Internet_7f07735b6f.jpg

Photos : 1 Eurofighter Quadriga 2 antenne AESA Hensoldt @ Hensoldt

 

Commentaires

Bonne nouvelle pour l'Allemagne et le programme Eurofighter en général.
@PK : Airbus propose justement cette version Quadriga (avec une autre matrice d'antenne si j'ai bien suivi) à la Suisse, mais j'ai tendance à le placer en 3° choix... Techniquement, a-t'il réellement de grandes chances d'être choisi ? (la politique pourrait ensuite brouiller les pistes)

Écrit par : Jo-ailes | 26/04/2021

@Jo-ailes: Au vue de la complexité du programme Eurofighter, je ne pense pas qu'il sera dans le duo de tête..

Écrit par : PK | 26/04/2021

@Jo-ailes. Je pense que cet un outsider du Rafale et du F/A-18. Sur un plan technique il sera certainement à la hauteur, mais ces coûts d'utilisation sont réputés plus élevés que ces deux concurrents. A suivre.

Écrit par : Baz driver | 26/04/2021

Compliqué chez Eurofihgter: Quadriga allemagne : CAPTOR-E MKI via Hensoldt, Eurofighter FGR4/5 anglais CAPTOR-E MKII avec BAe systems et la version exportée au Qatar : CAPTOR-E MK0.

Je peux comprendre qu'Airbus laisse aux différents pays membres l'option d'un fournisseur local de matrice radar qui vient compléter le système central de Selex-ES, histoire de contenter tout le monde, mais déjà que le système d'approvisionnement n'était pas simple, mais là...

Écrit par : Martin | 26/04/2021

@PK et Baz driver : Merci pour vos réponses qui confortent mes idées (Eurofighter plutôt en 3° choix) avec les mêmes arguments. Si ce sera comme on l'imagine les Super-Hornet et Rafale en "finale", l'appareil choisi sera plutôt bien adapté à nos besoins, ce qui me rassure... Mais quel suspens! ^^

Écrit par : Jo-ailes | 26/04/2021

@ à tous : un avant-goût de ce que pourrait donner le projet SCAF ...Le politique ne met pas les mains dans le cambouis.Il n'est plus là quand les problèmes arrivent .

Écrit par : philbeau | 26/04/2021

Radar AESA va équiper l' Eurofighter plus de 10 ans après le Rafale, premier radar livré par Thales en 2012.....
Et on désigne Indra comme leader pour le SCAF, il ya de quoi se poser des questions ?

Écrit par : Michel | 27/04/2021

Aie une épine de plus dans le pied du SCAF

Comme certains le savent déjà LEONARDO vient de prendre les parts majoritaires (25,1%) de la Société HENSOLDT.

Donc Après l'Espagne avec Indra, voilà un "4ème partenaire" de plus pour le pilier capteurs !

Bonjour l'entente

D'ici à ce que ce beau petit monde s'entende, on en sera au Rafale F-8 avec un tout nouveau RADAR XXXL

Écrit par : forêt10 | 27/04/2021

@philbeau et Michel. Je comprends vos réactions, mais c'est le lot des programmes internationaux. Chacun veut une part du gâteau, la plus grosse si possible....

Écrit par : Baz driver | 27/04/2021

@Jo-ailes. Oui il y a supense, mais je pense que l'on se dirige vers l'Europe....

Écrit par : Baz driver | 27/04/2021

@PK,A priori, que vaut ce radar comparé au RBE2 du Rafale, à l'AN/APG-79 du Super Hornet et à l'AN/APG-81 du F-35 ?

Écrit par : Andre | 27/04/2021

@forêt10. Sans vouloir vous contredire, même un Rafale F-8 ne pourrait satisfaire les besoins. Il faut un appareil plus moderne à terme..

Écrit par : Baz driver | 27/04/2021

@Andre. Confidentiel défense. Tout ce qui est publié n'est que pure supposition voire propagande, qui ne pourra être comparé que dans des engagements opérationnels et (pas dans des missions d'entraînement, même inter-armées) massifs....

Écrit par : Baz driver | 27/04/2021

@André: on est sur des équivalences technologiques et chacun des radars est amené à évolué dans les années avenir. Par contre, ce qui est inquiétant avec l'Eurofighter vient du fait que nous un radar central le CAPTOR-E dont le développement est fait par Leonardo avec une version MK0 qui est livré au Qatar et au Koweit. De l'autre, ce même radar reçoit des élments matriciels d'Hensoldt en Allemagne pour la version MKI et des éléments de BAe systems pour les anglais. Avec une seule version nous aurions une garantie de développement à long termes. Là, si les allemands ou les anglais pour diverses raisons traînent les pieds, le client export de la version choisie risque de voir son radar veillir plus vite que prévu ou simplement ne pas évoluer assez rapidement. Il y a dans cette conception un risque accru pour un client à l'exportation par rapport aux radars des concurrents.

Écrit par : PK | 27/04/2021

@Forêt10: pas exactement étant donné que Leonardo est à la base le concepteur du radar CAPTOR-M et maintenant le CAPTOR-E, par contre la participation de ce dernier dans Hensoldt isole un peu l'anglais BAe Systems et Indra.

Écrit par : PK | 27/04/2021

@ Baz driver

Vous l'aurez compris, il s'agissait d'un sortie humoristique de ma part...

Car je pense que ce programme SCAF est vraiment mal embarqué, et il est fort probable que Dassault, avec ses habituels partenaires (Thales, Safran, MBDA etc. )se retireront à terme

Écrit par : forêt10 | 27/04/2021

Thales travaillerai sur des modules radar AESA en forme de tuiles, à confirmer. Car vous pensez bien qu'en + de 10 ans il continue de travailler est aurait déjà dépassé le concept du RBE2-AESA, voir les radars "4 faces" des frégates FTI? c’est-à-dire 4 panneaux un pour chaque plan du mat, donc plus de système de rotation, gain de poids, gain en fiabilité, maintenance et gain en performance, les cibles radar étant toujours "allumé" par le radar .....

Écrit par : Michel | 27/04/2021

@forêt10. J'avais compris pour le F8. Et je peux comprendre pour les entreprises françaises qui voudraient se retirer du SCAF. Sauf MBDA qui est une entreprise européenne et non franco-francaise..Pour autant que le gouvernement français décide lui aussi de quitter le programme et de faire cavalier seul.

Écrit par : Baz driver | 28/04/2021

@Baz driver
MBDA n'est pas vraiment une entreprise classique c'est plus un conglomérat d'entreprise nationale qui bosse sur des projets communs mais aussi beaucoup de projets nationaux.
MBDA fabrique le MdCN et l'ASMPA mais c'est la France qui à le total contrôle des technologies, idem pour le Brimstone et le Royaume-Uni.
Pour éviter les quiproquos @forêt10 aurait dû préciser MBDA France.

Écrit par : Emixam | 28/04/2021

@Emixam. J'avais bien compris les différentes entités, tout comme les allemands sont " propriétaires " du système de propulsion du Meteor. On pourrait continuer longtemps. Mais ce sont bien les politiciens qui décideront...

Écrit par : Baz driver | 28/04/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.