19/04/2021

L’A400M bientôt certifié pour le ravitaillement des hélicoptères !

a400m,airbus,ravitaillement en vol,avion tactique,blog défense,les nouvelles de l'aviation

C’est importante étape pour l’avion de transport tactique européen qui est en phase terminale, soit la certification pour le ravitaillement en vol des hélicoptères. Cette capacité était à ce jour rendue dangereuse pour diverses raisons techniques, dont les turbulences générées par les hélices de ce dernier.

L'avion de transport de nouvelle génération Airbus A400M a mené avec succès une importante campagne de certification de ravitaillement en vol pour hélicoptères, complétant la majorité de ses objectifs de développement et de certification. Airbus Defence and Space vise à obtenir la certification complète de ravitaillement en vol des hélicoptères plus tard cette année avec la conclusion de tous les essais d'exploitation de nuit obligatoires.

Une importante série d’essais en vol, réalisés en coordination avec la Direction générale de l'armement (DGA), ont impliqué des opérations avec deux hélicoptères H225M de l'armée de l'air française. La campagne s'est déroulée de jour comme de nuit sur la côte ouest de la France entre 1 000 ft et 10 000 ft et des vitesses de vol aussi basses que 105 nœuds. Au cours de ces vols, un total de 81 contacts humides et des transferts de 6,5 tonnes de carburant ont été réalisés, dont le ravitaillement simultané de deux hélicoptères pour la première fois. Les tests ont confirmé les résultats positifs des opérations de contact sec et humide menées en 2019 et 2020.

Le ravitaillement en vol par hélicoptère est une capacité militaire unique et une clé pour les opérations des forces spéciales, impliquant des aéronefs avec des profils de vol différents et partageant un domaine de vol commun très limité, nécessitant des modèles de vol en formation rapprochée à basse altitude et dans des conditions de nuit.

Avec cette capacité, l'A400M devient l'un des rares avions ravitailleurs au monde capable d'effectuer de telles opérations. Le H225M polyvalent est l'un des rares hélicoptères au monde capables de faire le plein en vol, étendant la portée standard de 700 NM jusqu'à 10 heures de vol.

L’A400M « Atlas » :

L’A400M est un avion de transport militaire polyvalent conçu par la division militaire d’Airbus (Airbus Military). Il est pour l'instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents, à savoir l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, et l’Angleterre, qui ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés dans le cahier des charges européen ESR (Europen Staff Requirement). L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années.

L'A400M est certifié en standard pour être rapidement configuré comme avion-citerne. Transportant jusqu'à 50,8 tonnes de carburant dans ses ailes et dans le caisson central de l'aile, sans compromettre aucune zone de soute, deux citernes de soute supplémentaires peuvent également être installées, fournissant chacune 5,7 tonnes de carburant supplémentaires. Les réservoirs de soute séparés permettent l'utilisation de différents types de carburant, permettant à l'A400M de répondre aux besoins de différents types d'avions récepteurs.

 En tant que ravitailleur, l'A400M a déjà démontré sa capacité à ravitailler des avions de combat tels que l'Eurofighter, le Rafale, le Tornado ou le F/A-18 à leurs vitesses et altitudes préférées, et est également capable de ravitailler d'autres gros avions tels qu'un autre A400M, C295 ou C-130.

Photo : Ravitaillement de deux H225M par un A400M d’essais@ Airbus

 

 

Commentaires

@Pk. Etes- vous bien sûr pour les 37 tonnes cargo emportées sur 8700km??? Il me semble plutôt que c'est autour de 4000-4500km dans ce cas. 8700km c'est le Ferry Range.

Écrit par : Baz driver | 19/04/2021

On peut s'étonner que la futur version Forces Spéciales du NH90 qui a été présentée dernièrement par la France, ne comportait pas de perche de ravitaillement, alors que les FS sont les principaux utilisateurs de ce système.

Écrit par : François-01 | 19/04/2021

Si les réservoirs extérieurs peuvent emporter d'autre carburant que le carburant avion c'est intéressant pour les forces expéditionnaires pour ravitailler par exemple des véhicules terrestres.

Écrit par : Herciv | 19/04/2021

Fin mars la Bundeswehr a testé l'A400M comme station service mobile, en ravitaillant un H145M au sol ! A défaut de posséder des hélicos équipés de perches de ravitaillement ...

Écrit par : François-01 | 19/04/2021

@ Baz : effectivement les fiches habituelles donnent 30 t pour 4500 Km , et 20 t pour 6400 Km ...8700 KM , c'est à vide ...

Écrit par : philbeau | 19/04/2021

Dans le contexte de cette nouvelle capacité de l A400m je ne comprends pas pourquoi la France a acheté à la hâte ( il y a 3 ans) des C130 pour réaliser cette même mission. Qui peut me renseigner?

Écrit par : Mikeul | 19/04/2021

Dans le contexte de cette nouvelle capacité de l A400m je ne comprends pas pourquoi la France a acheté à la hâte ( il y a 3 ans) des C130 pour réaliser cette même mission. Qui peut me renseigner?

Écrit par : Mikeul | 19/04/2021

@François-01 : probablement une question de tactiques utilisées, et/ou de répartition des compétences entre l'AdA (qui exploite des Caracal via le 1/67 Pyrénées et le GAM 56 Vaucluse) et l'ALT (qui aura des NH90 et gardera peut-être aussi ses 8 Caracal actuellement affectés au 4e RHFS).

De plus, il ne faut pas oublier une limitation majeure associée à l'augmentation du rayon d'action des hélicoptères par ravitaillement en vol : cela ne concerne que des hélicos de "transport".
De fait, pour soutenir les Caracal dans des opérations "longues distances", sauf à appeler la cavalerie (chasseurs, drones MQ-9, etc.) la seule solution est d'utiliser des Caracal équipés de 2 mitrailleuses M3M et/ou d'un canon SH-20 de Nexter (l'AdA n'arme il me semble pas ses Caracal avec des roquettes ou des missiles Hellfire (ou équivalent)). Ce qui ne doit pas convenir à tous les types de mission.
C'est probablement aussi une des raisons qui fait que l'ALAT utilisera des NH90 non ravitaillés en vol, à savoir pour les utiliser en conjonction avec les Tigre affectés au 4e RHFS (les missions "lointaines" nécessitant un ravitaillement en vol pouvant de toute façon être assurées en Caracal)

PS : le 160th SOAR dipose lui de MH-60L DAP, qui sont des MH-60 "gunship" avec des roquettes ou des missiles Hellfire montés sur des pontons latéraux, et qui gardent leurs capacités de ravitaillement en vol. Sans compter bien sûr tout l'arsenal de AC-130 et MC-130 dont dispose l'USAF...

Écrit par : chris2002 | 19/04/2021

@ Mikeul:

"... je ne comprends pas pourquoi la France a acheté à la hâte ( il y a 3 ans) des C130 pour réaliser cette même mission..."

Devant l'incertitude d'obtenir cette capacité (ravitaillement en vol des hélicoptères) et encore moins la date,il nous fallait EN URGENCE un avion ravitailleur qui en est capable,disponible "pas trop cher",le temps de "voir venir" (d'ailleurs,le nombre de 4 devrait vous interpeller....)


Commande annoncée je rappelle en Décembre 2015,faite en 2016,le premier avion arrivé en Décembre 2017.....tandis que l'A400M n'est toujours pas certifié pour (il en est capable "officieusement et concrètement",mais toujours pas "officiellement")...
Sauf que c'est MAINTENANT que nous avons besoin de cette capacité,pas dans 2 ans

Écrit par : Grosminet | 20/04/2021

@Mikeul
Certification ne veut pas dire opérationnel, il faut du temps pour cela.
En attendant, les opérationnels ont un besoin réel et urgent, et les C-130 donnent satisfaction.
Depuis que cette "incapacité" a été découverte sur l'Atlas il y a des années déjà, j'ai toujours pensé que ADS aurait pu dès que la forme de l'avion ait été figée, prévoir du budget et du temps pour faire des études de compatibilité avec les sillages, c'est une compétence rare mais qui existe en France, à l"Onera par ex.

Écrit par : James | 20/04/2021

@Mikeul
Je pense que la France n'avait pas besoin d'acheter des ravitailleurs d'hélicoptères neufs pour combler l'absence de ces appareils pendant juste trois ans.
D'ailleurs si elle en avait vraiment eu besoin, elle en aurait acquis tous les quatre C130 en version ravitailleurs et non pas que deux, car une paire d'appareils ne suffit pas à en disposer à plein temps.
Ou alors elle aurait pu acheter des appareils d'occasion à l'USAir Force ou en louer pour trois ans.
Je pense qu'elle a profité du retard de cette capacité de l'A400M, comme prétexte pour acquérir des appareils neufs de la taille des Transal, qu'elle ne possèdera bientôt plus, s'étant aperçu à l'usage, que l'A400M était trop imposant pour certaines missions.
C'est bien pour cette raison que l'Allemagne a également acquis des C130 neufs, et même en plus grand nombre (six) alors qu'elle ne pratique pas le ravitaillement en vol des hélicos.

Écrit par : François-01 | 20/04/2021

Si je ne me trompe, cette capacité de ravitailler des hélicos était voulue de la France seule ?
Si c'est le cas, pas étonnant d'avoir eu à attendre aussi longtemps.

Écrit par : Gian | 21/04/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.