12/04/2021

Production du premier P-8A norvégien !

Boeing_Kongsberg_Partnership_For_Norways_Future_P-8A_MPAs_Support_925_001.jpg

Le premier fuselage du P-8A « Poseidon » destiné à la Norvège est arrivé aujourd'hui dans les installations de Boeing à Renton, Washington, depuis les installations de Spirit AeroSystems à Wichita, Kansas, marquant une étape majeure dans la production du premier des cinq « Poseidon » pour la Royal Norwegian Air Force.

Boeing utilise un processus de production en ligne éprouvé pour construire efficacement l'avion, la mise en œuvre des meilleures pratiques établies et des outils de système de production commerciaux communs permet à l'équipe de réduire les délais et les coûts tout en garantissant la qualité et les délais de livraison aux clients.

La Norvège devrait recevoir son premier P-8 plus tard cette année. Au total, cinq P-8 remplaceront à terme la flotte norvégienne actuelle de six P-3 Orions et de trois DA-20 Falcon et fourniront des capacités avancées pour maintenir la connaissance de la situation dans les eaux voisines à la surface et sous la surface de l'océan.

Rappel :

C’est en mars 2018 que la Norvège a passé commande pour 5 avions de patrouille maritime (MPA) Boeing P-8A « Poseidon » (MMA). Le contrat de 1,5 milliards de dollars comprend : les aéronefs, des capteurs, des systèmes de surveillance et des armes anti-sous-marines. La commande est groupée avec 4 appareils destinés aux Royaume-Uni, ainsi que 10 autres avions pour l'US Navy.

High-res_P8Norway.jpg

Le Boeing P-8A « Poseidon » : 

Le P-8A « Poseidon » est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage. Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec des drones.

Avec cette commande, la Norvège deviendra le cinquième utilisateur du P-8A après la Marine américaine, l’Inde, l’Australie et l’Angleterre.

Photos : 1 P-8A @ Liz Wolter  2 fuselage du premier P-8A norvégien @ Boeing

Commentaires

Voilà qui permettra à la Norvège et à l'Allemagne de transiter vers une Europe de défense intégrée et moderne. Cela permettra à l'Allemagne de voler avec un avion moderne et neuf plutôt que de prolonger le très rustique Atlantique. Les alliances ont certes de l'importance, mais si c'est pour voler avec du matériel désuet et peu performant par principe, il n'y a aucune plus-value à en tirer. Le choix doit rester raisonnable et équilibré.D'ici là a ce que la France commande aussi des P8, que je n'en serait aucunement étonné !

Écrit par : Malone | 13/04/2021

@Malone : les Atlantique II français ont été profondément modernisés ces dernières années. Un remplacement à court terme n'est il me semble pas prévu.

Et même si le P-8 a des qualités, l'atlantique II reste un des rares appareils spécifiquement conçus pour la lutte anti-sous-marine. La soute de l'Atlantique II est par exemple plus grande que la soute du P-8 Poséidon.

Accessoirement, l'Allemagne n'a pas commandé de P-8.

Écrit par : chris2002 | 13/04/2021

@ Malone : vous ne suivez pas trop le sujet de la lutte ASM apparemment . L'Atlantique 2 est remis largement à niveau . Et il n'est pas question pour la France d'acheter ce dont elle n'a pas besoin . Pour l'Allemagne ,c'est un sujet plus diplomatique qu'opérationnel :https://www.meretmarine.com/fr/content/renovation-de-latlantique-2-les-marins-satisfaits-des-debuts-du-standard-6

Écrit par : philbeau | 13/04/2021

@Malone : "Cela permettra à l'Allemagne de voler avec un avion moderne et neuf plutôt que de prolonger le très rustique Atlantique"

Excusez-moi mais vous mélangez tout. L'Allemagne volait sur Atlantic (1ère génération). Ces avions ont été retirés du service en 2006 pour être remplacé par des P-3 Orion d'occasion (!).

La France vole sur AtlantiQUE (2ème génération de l'Atlantic). Comme l'indique Chris2002, les Atlantique 2 ont été mis à jour régulièrement et une nouvelle remise à niveau est déjà prévue. Ils ne sont donc en aucun cas obsolètes.

Écrit par : FredericA | 13/04/2021

@Chris2002

L'Atlantique 2 date des années 80. Après 40 ans, ce sont des antiquités tunées, en plus vos modernisations ne concernant pas de changement les cellules .... pffff ! Croyez moi, même les pilotes français rêvent secrètement du P8 Poseidon !

Accessoirement, l'Allemagne n'a pas commandé de P-8: Mais ça ne saurait trop tarder. Et ce au plus grand bénéfice de la défense Européenne. Cf l'article de Air-cosmos:
https://www.air-cosmos.com/article/berlin-sur-le-point-dacqurir-5-p-8a-poseidon-24402

Écrit par : Malone | 13/04/2021

@Malone: il y au un projet franco-allemand pour un successeur à l'Atlantique 2 dont évidemment la France est cliente (MAWS) lancé en 2018 pour 2022 a priori sur la base de l'A320néo.
.
La curiosité serait que l'Allemagne ne soit pas cliente, mais là on entre dans les tortuosités de la politique allemande dont le secret est (heureusement) très bien gardé.

Écrit par : pfff | 13/04/2021

@malone : le B52 ,ou même le B1 sont selon vous , des antiquités "tunées"...l'USAF a besoin de vos lumières .

Écrit par : philbeau | 13/04/2021

@philbeau, pour le coup, le B-52 c'est clairement une antiquité tunée, qu'il ne faudrait pas envoyer trop près des lignes de défense ennemie sous peine de le transformer en torche volante. lol

Mais cette antiquité tunée rend encore de nombreux services.

De même l'Atlantique II, qui a une capacité à rester sur zone pendant de nombreuses heures (un Atlantique II peut rester en vol 10 à 12 heures, voir plus) que le P-8 n'a pas forcément sans ravitaillement au vol (l'Australie envisage d'ailleurs d'acheter des KC-30 supplémentaires pour pouvoir soutenir un éventuel achat de P-8 supplémentaires, il me semble...), et aussi une capacité multimission que le P-8 n'a pas forcément (ou en tout cas pas à ce point).
L'Atlantique II peut par exemple être utilisé comme un bombardier (à la B-52), et a été utilisé de la sorte en Afrique, bien loin de sa zone d'opération "normale" (ie : en plein désert), parce que sa capacité a rester des heures sur zone est unique dans l'armée française.

Écrit par : chris2002 | 14/04/2021

pas du tout le même type de mission entre le P-8 et un ATL2, P-8 est conçu pour les hautes altitudes et hautes vitesses à cause des réacteurs et l'ATL2 pour des altitudes plus basses comme le P-3 d'ailleurs, plus adaptées pour la lutte anti-sous marine et il a un temps sur zone plus important même s'il a une vitesse de transit moins importante

Écrit par : James | 14/04/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.