10/04/2021

Korean Aerospace Industries a dévoilé le KF-21 « Boramae » !

South Korea unveils KF-X fighter prototype, renamed KF-21 Boramae.jpg

Le premier prototype du l’avion de combat de nouvelle génération de Korean Aerospace Industries (KAI) a été dévoilé à Sacheon ce vendredi. Connu jusqu’ici sous la dénomination de KF-X, l’avion a été baptisé KF-21 « Boramae ».

Le prototype du biréacteur, KF- 21 « Boramae » a été présenté lors d'une cérémonie de déploiement au siège de KAI à Sacheon, à environ 440 kilomètres au sud de Séoul.  Le prototype, numéro de série 001, a été dévoilé avec des drapeaux coréens et indonésiens. Lors d'un spectacle de lumière dans le cadre de la cérémonie, KAI a également projeté les drapeaux des pays clients potentiels que l'entreprise courtise, notamment l'Irak, la Malaisie, le Pérou, les Philippines, le Qatar, le Sénégal et la Thaïlande.

« Nous avons enfin notre propre avion de combat supersonique », a déclaré le président Moon Jae-in dans un discours. « Nous avons ouvert une nouvelle ère d'autodéfense et établi une étape historique pour le développement de l'industrie aéronautique.»

Le président a déclaré que 40 KF-21 seraient livrés à l'armée de l'air d'ici 2028 et que 80 autres jets entreraient en service d'ici 2032. 

Le KAI KF-21 « Boramae » :

20210409172843_1605621_1200_745.jpg

Le KF-21 est considéré comme un avion de 4,5 ème génération, à égalité avec le dernier F-16 et moins furtif que le F-35 Lightning II de cinquième génération développé par Lockheed Martin. L'avion de combat doit remplacer la flotte vieillissante des F-4E « Phantom » et F-5E « Tiger II »de l'époque de la guerre du Vietnam. 

KAI a déclaré que l'avion subirait des tests au sol cette année avant son vol inaugural prévu pour juillet de l'année prochaine. La production de masse du KF-21 Block I commencera lorsque six prototypes auront effectué environs 2’200 sorties au cours des quatre prochaines années. Près de 8 milliards de dollars doivent être dépensés pour le développement du KF-21 entre 2015 et 2028 dans le cadre du projet KF-X. 

Environ 65% des composants du KF-21 sont en production localement. Parmi les composants construits par les développeurs sud-coréens figurent le radar matriciel actif à balayage électronique (AESA), la suite de guerre électronique, le module de recherche et de suivi infrarouge (IRST) et le module de ciblage électro-optique.

Le radar du KF-21 de type AESA produit par Hanwha Systems, dispose d'un module d'environ 1’088 récepteurs émetteurs, avec un angle de direction du faisceau de 60 à 70 degrés. Le nombre d'émetteurs-récepteurs devrait finalement augmenter à environ 1'300 dans la version finale.

Avec une masse maximale au décollage de 25 600 kilogrammes, l'avion dispose de 10 points d’accrochage pour les missiles air-air et autres armements. Contrairement aux premières spécifications l’avion volera à Mach 1,8 avec une distance de croisière de 2’900 kilomètres. Il est propulsé par deux moteurs General Electric F414. 

L'Indonésie reste un partenaire incertain :

Les mois qui ont précédé la présentation du prototype ont été entachés de spéculations selon lesquelles l’Indonésie souhaitait se retirer du partenariat, l’Indonésie étant apparemment en retard dans les paiements du programme. L'Indonésie doit payer 20% des coûts de développement dans le cadre d'un accord de 2016. Le pays est censé acquérir jusqu'à 48 appareils (appelés IF-X en Indonésie) et bénéficier du transfert de technologies. Pour l’instant Jakarta n'a pas tenu sa promesse, ne payant qu'environ 13% de son engagement financier. Jakarta a évoqué les contraintes budgétaires.

170811749_2568067276835124_430770914730926271_n.jpg

Photos : Présentation du KF-21 « Boramae » @ KAI

 

Commentaires

Le Sénégal ?! Client potentiel ??

Écrit par : philbeau | 10/04/2021

Même surprise. Le Sénégal client, ça veut dire une situation conflictuelle avec le Mali ou la Marétanie... Certes, le Sénégal a des KAI KT-1 coréen, mais ils ne boxent pas du tout dans la même classe.
.
Sur le Pérou, j'y crois très moyennement. L'Équateur n'a pas renouvelé sa chasse supersonique, et les différents semblent apaisés. La Bolivie n'a pas les moyens d'accéder par la force au Pacifique, et de l'autre côté de la Cordillère personne ne revendique rien depuis les accords entre le Portugal et l'Espagne il y a quelques siècles. Ils ont des Mig29 et des Mirage 2000 modernisés en 2012 qui peuvent encore tenir bon un moment...

Écrit par : pfff | 10/04/2021

@philbeau. Que signifie votre propos? Vous pouvez développer ?

Écrit par : Baz driver | 10/04/2021

Soyez pas suspicieux de sous - entendus autres que factuels Baz...le Sénégal 1) n'a pas besoin d'un chasseur de génération 4,5 , comme celui-ci est présenté dans le contexte géopoitique qui est le sien . Et 2) , ses finances sont fléchées sur des besoins autrement plus urgents de développement . On peut ajouter que la crise politique qui enfle en ce moment s'ajoute à ces considérations . Et de toute façon n'a pas l'infrastructure et les personnels susceptibles de mettre en oeuvre ce genre d'appareils .

Écrit par : philbeau | 10/04/2021

Petite Question ?

Est-ce que cet avion pourrait être un outil de qualité pour la police du ciel en Suisse ?

Écrit par : Raphael | 11/04/2021

Huit milliards sur 14 ans soit 600 millions par an pour une cellule et une avionique ( hors moteur qui est probablement le plus coûteux et long à développer sur un avion militaire )de ce niveau à 65% local ,je trouve cela remarquable: bravo à ce pays qui montre à tous que dorénavant la persévérance et le travail d un pays qui sait définir ces priorités peuvent déboucher sur de beaux prototypes. Maintenant il va falloir le produire ( à mon sens les Coréens en sont tout à fait capables tant sur le plan ingénierie qu économie), le rendre opérationnel face aux Chinois ( quelques années supplémentaires) et ensuite l 'exporter ( là aussi au vue de leurs réalisations du type chantier naval, électronique,...pas de soucis) : un sacré concurrent avant cinq ans...le temps que le proto du SCAF vole peut être.

Écrit par : Mikeul | 11/04/2021

@philbeau. Ce n'est pas de la suspicion, mais je préfère lorsque vous argumentez. Un argumentaire, qui dans la situation actuelle, est parfaitement valable. Personnellement, au au-delà de ça,j'ai une autre lecture de cette symbolique des drapeaux. Pour moi, c'est avant tout la volonté de la Corée du Sud de vouloir présenter une alternative, dans ces régions du monde, aux habituelles solutions occidentales, russes, et aujourd'hui chinoises. Et cela va bien au-delà de la vente d'avions. C'est aussi une manière de vouloir investir les marchés de ces régions du monde.

Écrit par : Baz driver | 11/04/2021

@ Mikeul :Je ne pense pas que le (mince comment s’appelle-t-il déjà ?) soit un succès commercial . Pour l’unique raison que la Corée du Sud ne pèse rien internationalement . Un avion de combat , c’est quelque part le pays qui le produit qu’on achète avec , et tout ce que cela comprend comme interactions transverses , dans tous les domaines , diplomatiques et économiques . D’où le « succès » des productions américaines . Ou russes . Et la capacité des avions Dassault à se glisser occasionnellement , dans la brèche des états qui veulent faire preuve d’indépendance . L’Inde en étant l’exemple le plus démonstratif . Il se peut néanmoins que quelques voisins asiatiques (Viet Nam ? Indonésie ?) soient tentés . Mais le cas coréen va nous poser des problèmes . Qui aurait pensé il y a deux décennies qu’on achète des télés , des smartphones hi-tech , des automobiles électriques notamment , provenant de ce pays ? Qui nous a seriné qu’avec l’Europe on serait plus forts ensemble ? Pour ouvrir les frontières au nom du consommateur ?

Écrit par : philbeau | 11/04/2021

@philbeau. Je me réjouis de voir que vous avez la même opinion que moi concernant les capacités Sud Coréennes économiques à faire du mal à l'occident...D'où mes propos plus-haut....
Cordialement.

Écrit par : Baz driver | 11/04/2021

@philbeau: la Corée du Sud « ne pèse rien internationalement » et de ce fait ne pourrait pas vendre son avion à d’autres pays selon vous. Mais est-ce que la Suède « pèse » plus? et pourtant le Gripen a été vendu sur quatre continents (même si le nombre d’avions vendus n’est pas aussi énorme).

Écrit par : Jim | 11/04/2021

@Jim : la Corée pèse moins que la Suède politiquement. D'une part car la Corée est en conflit de longue durée avec son voisin du nord, et que tout échange militaire suppose un ricochet avec les deux grands parrains et alliés du nord et du sud : Chine et USA. Dans le contexte asiatique, c'est un choix stratégique, et quiconque fait le choix "contre la Chine"... préférera le faire directement avec les USA. Il n'est pas impossible que les USA favorise occasionnellement une vente militaire sud coréenne à leurs dépends pour alléger l'économie coréenne, mais de là à laisser naître un concurrent sur le marché des avions de combats, je n'y crois pas.
.
Côté Suédois, on a un pays affiché neutre, ce qui est un atout politique pour certains marchés, justement, certains ne veulent pas être alliés explicites à la Russie, à la Chine ou aux USA. Le cas emblématique est le Vietnam, qui ne veut pas être allié à la Russie ou la Chine, mais ne peut pas acheter américain ni à la France à cause d'un passif chargé...
.
C'est d'ailleurs très exactement sur ce marché du ni-ni que se place également la France. Alors que la Suède est neutre et la France s'affiche pro-Européenne et interventionniste ce qui irait dans le sens d'un 4e pôle de puissance, l'Europe, qu'elle cherche activement à construire.
.
Du coup la France vend à la Grèce à l'Égypte et la Suède à l'Afrique du sud et à la Hongrie.

Écrit par : pfff | 12/04/2021

@philibeau : l'unité et l'ouverture des frontières sont deux éléments distincts. On pourrait être unis avec des accords commerciaux plus réduits ; on le fait très bien dans les domaines qui intéressent certains.

Écrit par : pfff | 12/04/2021

@philbeau :merci pour votre réponse.
Un URL dans la presse française qui traite du sujet.
https://www.air-cosmos.com/article/kf-21-un-nouveau-concurrent-pour-le-rafale-24603
Mon propos était centré sur l idée qu avec un budget annuel somme toute raisonnable ( 600M) soutenu pendant une période longue une puissance moyenne peut développer un produit sophistiqué à terme exportable même s il ne faut pas sous estimer comme vous le soulignez l aspect " géopolitique"
de la vente de ce type produit bien différent d un produit grand public ( smartphone) ou un bien industriel( navire civil). La dualité civil/militaire de bon nombre de nouvelles technos va néanmoins ouvrir des évolutions de ce type.

Écrit par : Mikeul | 12/04/2021

@Pff & Jim : Pff: pas sûr que la Corée pèse moins que la Suède, cette dernière est neutre et de fait n'exporte pas sont matériel militaire à tous le monde. Les équipement sur les Gripen peuvent très bien être européen ou amércain et d'ailleurs les moteurs sont US. Un choix suédois est de nature économique avant tout et permet une large choix d'équipement.

Par contre la Corée n'a pas ce problème, elle est d'ailleurs présente sur plusieurs marchés : avions école, avion d'attaque, léger, obusier blindé, navire de guerre. Le KF-21 va donc légitimement venir se placer sur l'ensemble des marchés en parfaite concurrence. Après c'est aussi une question de confiance en direction d'un avionneur moins expérimenté. A l'avenir il faudra comptet dessus.

Écrit par : Mathieu | 12/04/2021

@pfff,
Il faut dire que la liste de clients potentiels est réellement une liste de clients potentiels, pas des clients avec lesquels les négociations sont avancées.
Pour l'Afrique sub-saharienne, il y a des forces qui progressent fortement avec le renouvellement de capacité aérienne. Sinon, pour d'autres nations,leur flotte est en général ancienne, d'origine soviétique, chinoise et française (Mirage F1 pour les plus récents). L'Afrique du Sud est une exception:
- Afrique du Sud, 26 Gripen C/D, 23 BAE Hawk-120
- Soudan, Mig-29, 23 et 21, Su-24 et 25 ainsi que d'anciens appareils chinois vient de commander 36 Su-35 et en a reçu 4.
- Ethiopie, 21 Mig-21, 9 Mig-23, 4 Su-25, 18 Su-27, 10 Aero L-39.
- Nigeria 13 Alphajet, et 8 Chengdu F-7, mais le Nigeria a commandé 24 M-346 18 Emb 314 Super Tucano, et 35-40 JF-17A Block 2.
...
Bref, il est normal de voir une modernisation et l'augmentation des flottes. Les appareils de plus de 30-50 ans ont atteint leur limite. Et l'exploitation de ressources naturelles offrent enfin des capacités financières pour leurs forces aériennes. Et avec l'arrivée de la Chine et l'implication plus forte de la Russie en Afrique, les contrats militaires se multiplient, probablement avec des facilités de paiements.

Écrit par : Fab | 15/04/2021

@Raphael,
Oui, il s'agit clairement d'un appareil intéressant pour plusieurs raisons, mais il n'a pas été possible de le tester pour la sélection, donc non-considéré.
Mais il a certaines qualités intéressantes pour de petites nations. Il est pour le moment relativement furtif passivement, et le deviendra plus dans le futur avec une soute à armement. Ces évolutions offrent sur le marché un concurrent potentiellement passivement furtif au F-35.
Concernant l'armement, il emporte en gros ce que les Suisses ont vu à l'appel d'offre (Meteor, AMRAAM, IRIS-T, Sidewinder, Taurus KEPD-350).
Il emporte les technologies radars, IR, fusion des données, etc, etc...
Comme pour le Gripen E/F, il a le potentiel pour être un réel concurrent au appareils de 4e génération les plus avancés.
Et comme pour le Gripen, les équipements complexes sont sélectionnés sur étagère, ce qui permet de baisser les coûts !
Et niveau coût il est annoncé aux environs de $ 65 millions unitaire pour une dimension similaire au Rafale, et donc un coût inférieur à l'achat. Après, pour la partie opérationnelle, seul le futur pourra ire si oui ou non il tiendra ses promesses.
Je pense que parmi les nouveaux projets d'avions de chasse de pays ayant importé des chasseurs par le passé, il est parmi les plus prometteurs.

Écrit par : Fab | 15/04/2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.