04/04/2021

Lorsque l’écologie s’attaque aux rêves d’enfants !

reve-gosses.jpg

Faut-il briser les rêves d’un enfant à plus forte raison handicapé pour sauver la planète ? Question incroyable et néanmoins bien réelle qui secoue depuis deux jours la ville de Poitiers chez nos voisins français. La Maire de la ville, élue d’Europe Écologie-Les verts a décidé de couper les vivres de l’association « RevesdeGosse » qui permet de faire leur baptême de l’air à des enfants ayant un handicap. L’objectif avoué selon l’élue est de : « détruire le goût de l’avion chez les enfants » !

Donc au nom de l’écologie, un enfant n’aurait plus de rêver à l’aviation ? Et quoi d’autre, demain on interdit les jeux vidéo car ceux-ci font partie de la pollution électronique, qui en passant, pollue quatre fois plus que l’ensemble des compagnies aérienne en une année ? Donc, dans un dogme quasi sectaire on stoppe toute forme d’industrie ? Et puis tant pis, si la médecine régresse, si les gens de voyage plus, ne font plus de sport mécanique.

Non, le rêve justement c’est la première étape qui mène à un monde meilleur, la réalisation de l’être humain, le fil conducteur d’une société vivante. Quel que soit les rêves, ils ont permis de trouver des vaccins, de voler, de marcher sur la Lune. Mais les rêve c’est aussi savoir se réinventer pour des solutions viables pour la transition écologique de toute l’industrie, y compris l’aviation. Ne plus rêver, c’est justement régresser, tomber dans l’ignorance, le signe de la mort de cérébrale de l’humanité. Et puis s’attaquer à une association qui s’occupe d’enfants handicapés n’a rien d’écologique, mais la marque d’une démagogie ignoble.

S’attaquer au plus faible de cette manière et le résultat d’un manque de vision, d’ambition, de compétences, un cauchemar en fait !

La transition écologique ne doit pas devenir une prison de l'esprit, certains semblent confondre écologie et régression, la transition écologique est une révolution industrielle et le rêve en est le détonateur.