31/01/2021

Airbus va débuter les livraisons des UH-72B « Lakota » !

UH-72-Lakota3-1024x534.jpg

Airbus Helicopters a livré le dernier hélicoptère UH-72A « Lakota » à l'armée américaine l’année dernière. Maintenant, l’hélicoptériste prépare les livraisons du nouveaux standard UH-72B.

L'armée américaine commencera bientôt à recevoir les UH-72B amélioré, qui viendront grossir les rangs des 463 hélicoptères UH-72A livrés. Pour l’instant un total de 17 UH-72B sont prévus pour la production dans l’usine de Colombus au Mississipi d’Airbus.

Rappel :

L'armée américaine a initialement acheté l’UH-72 « Lakota » pour libérer des appareils de prmeières ligne comme le Sikorsky UH-60 « Black Hawk » et permettre l'élimination progressive des appareils plus anciens comme le Bell UH-1 « Huey » et l'OH-58A « Kiowa ». Le « Lakota » est disponible en sept configurations pour des missions comprenant la formation, la sécurité aux frontières, la recherche et le sauvetage, l'évacuation médicale, la réponse en cas de catastrophe, le transport VIP et le soutien au champ de tir.

L’UH-72B « Lakota » :

L'UH-72B « Lakota » est essentiellement une version de l'armée américaine du dernier modèle d'hélicoptère civil H145. L'armée américaine tire parti des avantages d'un programme commercial prêt à l'emploi en recevant des améliorations et des améliorations de produits grâce à l'évolution de l'hélicoptère, sans investir de l'argent du gouvernement dans le développement de ces capacités.

L'UH-72B est basé sur le très populaire H145, qui incorpore diverses améliorations de produit qui ont été développées au cours du cycle de vie de la version commerciale. L’appareil incorpore dorénavant le rotor de queue de type « Fenestron », des moteurs plus puissants, des commandes améliorées et une suite avionique Airbus Helionix. Le système Helionix, a brisé le moule pour une avionique intuitive et conviviale pour les pilotes. Distingué par une disposition innovante du cockpit qui comprend deux à quatre écrans multifonctions, seuls les détails les plus pertinents d'une phase de vol sont affichés à un moment donné. La clé d'Helionix est qu'il filtre et présente les informations les plus pertinentes lorsque le pilote en a besoin. Lorsqu'un pilote se prépare à décoller, par exemple, Helionix n'affiche que les données (santé du moteur, direction du vent, avertissements de trafic, etc.) spécifiques à la tâche, supprimant tout ce qui est inutile et distrayant.

UH-72B-concept-photo.jpg

Photos : 1 UH-72 A aux USA 2 Le nouveau UH-72B avec fenestron @ Airbus Helicopters.

 

30/01/2021

Des A330 MRTT pour le Brésil ?

A330-FAB-696x489.jpg

La nouvelle est une surprise, le pays prépara l’achat de deux avions Airbus A330 MRTT. L'annonce a été faite lors d'une émission en direct par le président Bolsonaro en fin de semaine, et partagée par le commandant général du soutien (logistique) de l'armée de l'air brésilienne (FAB), le Brigadeiro Baptista.

Combler un vide :

La Force Aérienne Brésilienne manque cruellement de capacité de transport logistique. Cet état de fait s’est particulièrement révélé avec la Pandémie de COVID-19. Actuellement, les deux Embraer KC-390 en service ne suffisent pas en nombre et en capacité de transport. La FAB a dû louer un Boeing B767 pour faire face à ses besoins. De plus, les KC-390 évolue dans une catégorie plus petite et n’ont pas par exemple la capacité d’évoluer en tant qu’avion hôpital. Le Brésil subit de plein fouet la crise du COVID et les besoins de transférer des patients gravement atteints se fait durement sentir.

L’A330 MRTT permet justement de transporter des marchandises sur le pont principal avec des passagers, des civières, un laboratoire médical et tout autre équipement militaire. Il est d’ailleurs capable de se transformer rapidement en un hôpital volant grâce à un système de kit spécial. L’Armée de l’air française utilise maintenant ce module avec une très grande satisfaction.

En cas d'évacuation sanitaire, il est possible d'emmener jusqu'à 130 patients sur des brancards, ou d'utiliser une configuration de 28 brancards et 6 modules de réanimations avec 20 sièges pour le personnel médical. L’avion peut encore emporter jusqu’à 37 tonnes de fret en soute. Et ceci en plus de sa capacité de ravitaillement en vol.

Pour l’instant aucun contrat n’a été signé entre Airbus et le FAB. L’une des questions en suspens concerne les moyens financiers du pays. Selon le gouvernement Bolsonaro, ce dernier a déjà constitué des réserves en vue d’un tel achat.

Photo : A330 MRTT aux couleurs de la FAB @ Canal AEROIN

29/01/2021

Paris commande des Rafale !

IMG_5947.jpeg

La Ministre des Armées, Madame Florence Parly, a confirmé aujourd’hui une commande portant sur 12 avions de combat Rafale. Ces appareils doivent venir combler ceux vendu à la Grèce.

« Avec les avions que l'avionneur doit déjà livrer, cette commande permettra d'assurer la pérennité de du plan de charge jusqu'à la fin de l'année 2025", a déclaré la ministre lors d'un déplacement sur le site de Dassault Aviation à Argonay en Haute-Savoie.

L’objectif est double, il s’agit d’une part de ne pas laisser de vide dans le renouvelement de la flotte d’avions de combat de l’Armée de l’air et de maintenir une cadence d'environ un Rafale par mois, en production. Ce maintien est essentiel pour maintenir la viabilité des chaînes de production au sein de Dassault Aviation. Pour l’avionneur français une telle cadence représente près de 7'000 emplois au total, en tenant compte de différent fournisseurs et équipementiers.

Ces appareils seront livrés à la fin des livraisons des 28 déjà en commandé par la France auprès de Dassault. Au total, l’Armée de l’air devrait pouvoir compter sur 129 Rafale. L’aéronavale on comptera 42.

Des Rafale au standard le plus moderne :

Selon le calendrier évoqué par Mme Parly, les 12 nouveaux Rafale seront au standard F-4. De fait, l’Armée de l’air pourra compter sur un renouvellement d’avions neufs au standard le plus haut, plus important que prévu et plus rapidement. 

Que va apporter ce nouveau standard : 

Cette évolution de l’avion français doit permettre d’amener celui-ci pleinement dans le combat en réseau avec de nouvelles liaisons satellite et intra-patrouille, serveur de communication, radio logicielle. De nouvelles fonctions seront également développées pour améliorer les capacités de l’avion comme l’évolutions des capteurs et du radar, de l’optronique secteur frontal (IRST), capacités viseur de casque et de nouveaux armements seront intégrés comme le missile air-air Mica NG et l’armement air-sol modulaire de 1’000 kg.

Enfin, en termes de disponibilité, Dassault travaille dans le cadre d’un MCO (Maintien en Condition Opérationnelle) qui sera davantage verticalisé sous l’autorité de l’avionneur. F4 comprendra un nouveau Système de Pronostic et d’Aide au Diagnostic introduisant des capacités de maintenance prédictive. D’autres optimisations de la maintenance sont également programmées, avec notamment des solutions basées sur le Big Data et l’intelligence artificielle. Enfin, le Rafale sera doté d’un nouveau calculateur. La validation du standard F4 est prévue pour 2024, avec certaines fonctions disponibles dès 2022.

Photo : Rafale F-3R @ Dassault Aviation/ A. Pecchi

 

28/01/2021

La Chine favorise son avionneur !

china-economy-aviation_qt1013_53752747.jpg

La crise du COVID est bien maîtrisée en Chine et le trafic aérien a pratiquement retrouvé sa pleine capacité en ce qui concerne les vols intérieurs. Cette reprise génère de nouvelles opportunités pour le développement des voies aériennes du pays.

A la fin du mois d'août dernier, le nombre moyen de vols quotidiens assurés par l'industrie chinoise de l'aviation civile s'est élevé a 1,6 million, soit environ 80% du volume enregistrée à la même période l'an dernier. Le volume de passagers transportés sur les routes aériennes nationales a repris environ 90% du niveau enregistré l'année dernière, tandis que le fret aérien soutien sa performance au niveau de 2019.

Les regards se tournent vers la Chine :

La nouvelle bonne santé du transport aérien chinois pousse les acteurs de l'industrie du monde entier à regarder en direction de ce marché dans l’attente d’un retour à la normale dans les autres régions de la planète. La Chine est devenue en quelques années le premier marché en Asie et pour beaucoup de compagnies aériennes ce retour à la normale incite à investir sur ce dernier.

Les avionneurs comme Airbus et Boeing tentent également de relancer les commandes sur ce marché avec diverses initiatives, dont la mise en place de procédures qui visent à minimiser les risques sanitaires liés au transport aérien. En effet, selon le FMO, la Chine devrait maintenir l'élan d'une reprise progressive au second semestre de cette année.

Les transporteurs chinois achètent chinois :

Le duopole Airbus/Boeing tient encore la corde en Chine avec de nombreuses commandes. Cependant, les deux avionneurs ont souligné dernièrement que les commandes diminuent progressivement par rapport aux besoins de la Chine et de l’autre la libération d’options se fait attendre. En contrepartie, les transporteurs chinois accentuent leurs commandes en direction de l’avionneur national COMAC. Deux appareils émergent, il s’agit du COMAC ARJ-21 de 78 à 90 places et du COMAC C919 de 150 à 190 places, soit le concurrent direct des A320 et B737.

Or les appareils de 70 à 190 places sont exactement taillés pour répondre aux besoins du marché intérieur chinois. Or, c’est bien là que se trouve le véritable enjeu du marché aérien dans les prochaines années. Sur ce créneau. Airbus et Boeing font maintenant jeu égal avec les deux aéronefs chinois qui profitent de la préférence nationale. Pour exemple, l’ARJ-21 a engendré près de 208 commandes et près de 815 pour le C919.

L’ARJ21 tout comme le C919 profitent de technologies étrangères en ce qui concerne la motorisation et l’avionique par exemple. Certaines entreprises occidentales bénéficient donc de ces commandes. Mais à termes, COMAC ne veut plus dépendre de fournisseurs étrangers et être capable de se fournir exclusivement chez des fabricants chinois.

Made in China 2025 :

La Chine débute un processus d’indépendance vis-à-vis des aéronefs étrangers à travers un plan nommé : Made In China 2025.  Un défi technologique dont le régime communiste a fait un enjeu de prestige : ne pas avoir d'avion "made in China", c'est se trouver "à la merci des autres", avait déploré le président Xi Jinping en 2014.

Selon les prévisions, la Chine aura besoin de 6’800 avions de ligne sur les vingt années à venir, soit un triplement de la flotte du pays durant cette période. L’avionneur chinois COMAC compte bien avoir sa part du gâteau et prendre des parts de marché actuellement détenues par Airbus et Boeing.

Pour l’avionneur COMAC il s’agit également de venir taquiner les deux grands avionneurs sur le marché de l’international. Cependant, l’avionneur chinois devra pour cela s’imposer en tant qu’avionneur de prestige. D’une part, car il faudra encore obtenir une certaine « crédibilité » et de l’autre faire face à la longue histoire des avions commerciaux d’Airbus et Boeing qui disposent également d’un réseau de service après-vente et d'entretien très étoffé. Sans oublier que les avions chinois devront obtenir les certifications des différents régulateurs internationaux. Mais la Chine est en marche, elle va offrir d’ici quelques années une nouvelle concurrence dans le secteur de l’industrie aéronautique.

079cf041386f4025bdaf9f2bf86204aa.jpg

Photos : 1 Roll Out du C919 2 ARJ21 de China Southern @ COMAC

Le HondaJet certifié en Russie !

760246461.jpg

L'Agence fédérale du transport aérien de la Russie a accordé la certification de type au petit jet d’affaires HondaJet Elite, a annoncé hier l'avionneur basé à Greensboro, en Caroline du Nord. Immédiatement après la certification, le premier avion de type HondaJet immatriculé en Russie a commencé à voler dans la région. 

Le biréacteur léger de Honda Aircraft détient la certification de type de 13 agences de réglementation. Ils comprennent la FAA, l'AESA, Transports Canada, l'AFAC du Mexique, l'ANAC du Brésil, l'ANAC de l'Argentine, l'AAC du Panama, la DGCA de l'Inde, le JCAB du Japon, la CAAC de la Chine, la DGCA de la Turquie et la PCAA du Pakistan. 

2755646769.jpg

Le HondaJet : 

Le HondaJet est un avion léger d'affaires, offrant un excellent rapport performance/ confort, selon son constructeur. Le HondaJet incorpore de nombreuses innovations technologiques dans la conception. Notamment dans le montage du moteur qui améliore considérablement les performances et la consommation de carburant en réduisant la trainée. Doté de deux moteurs GE Honda HF120 particulièrement économe. Le poste de pilotage dispose d’une avionique Garmin G3000 ® doté de trois écrans larges de 14 pouces avec double écrans tactiles de contrôle.

Le HondaJet est le fruit d’une filiale totalement autonome détenue à 100% par Honda Aircraft Company, basée près de l’aéroport de Greensboro en Caroline du Nord aux Etats-Unis. Le HondaJet est un projet voulu et dirigé, par Michimasa Fujino, à présent à la tête de cette filiale, l’avion a demandé 20 ans de R&D avant d’aboutir à un prototype pouvant accueillir 7 passagers et offrant une vitesse maximum de 778 km/h et un rayon d’action de 2'000 km. Sur le plan commercial, Honda Aircraft Company s’est associé à Piper Aircraft pour la vente et la distribution du HondaJet.

1714545032.jpg

Photos : le HondaJet au salon EBACE, Genève @ P.Kümmerling