20/10/2020

L’US Marines Corps retire ses AH-1W « SuperCobra » !

34.jpeg

Le Corps des Marines des États-Unis (USMC) a officiellement retiré l’hélicoptère Bell AH-1W « Super Cobra » de ses unités après plus de 30 ans de service. L'hélicoptère à deux pales emblématiques a servi d'hélicoptère d'attaque dédié aux Marines à travers plusieurs campagnes, notamment l'opération Desert Storm, Iraqi Freedom et Enduring Freedom.

Initialement désigné comme le AH-1T +, le Super Cobra a volé pour la première fois le 16 novembre 1983 au centre de recherche en vol de Bell à Arlington, au Texas. Bell a livré les premiers AH-1W aux Marines le 27 mars 1986 et a livré le dernier appareil en 1999, pour un total de 179 hélicoptères d'attaque. Jusqu'en août 2020, l'USMC a piloté le Super Cobra pendant 933’614 heures de vol.

Rappel :

Les Marines ont d'abord piloté le monomoteur AH-1G prêté par l'armée américaine au Vietnam en 1969, avant d'introduire le bimoteur AH-1J Sea Cobra entré en service en 1971 et qui a vu le combat à la fin du conflit en Asie du Sud-Est, y compris pendant l'opération Frequent Wind, l'évacuation du personnel diplomatique américain de l'ambassade américaine à Saigon en avril 1975. Les Marines ont ensuite obtenu la version améliorée AH-1T en 1976, qui disposait d’une capacité d'armes de précision avec le missile antichar BGM-71 TOW (Tube-Lancement, Optically Tracked, Wire-Guidé).

L'histoire du « Whisky », quant à elle, remonte au démonstrateur AH-1T +. Cette version avait été initialement développée pour l'Iran à l’époque du Shah. Les Iraniens recherchaient un AH-1J amélioré qui intégrerait les nouveaux moteurs General Electric T700-GE-700 et la transmission de l'hélicoptère Bell Model 214ST. Le renversement du Shah en 1979 a mis fin à toutes les ambitions iraniennes pour l’AH-1T +, mais les plans du Corps des Marines américains à l'époque d'acquérir une version navalisée de l'Apache AH-64 de l'armée américaine se heurteraient également bientôt à ses propres problèmes. La variante T + est apparue comme un remplaçant approprié après que le Congrès a refusé d'accorder des fonds pour un achat d’une version maritime de l'AH-64 en 1981. 

L’AH-1T + est ensuite revenu dans les airs avec des moteurs T700-GE-401, une version du T700 optimisée pour les environnements maritimes, le 16 novembre 1983, au centre de recherche en vol de Bell à Arlington, au Texas. À ce moment-là, l'hélicoptère servait effectivement de prototype à l’AH-1W et le nouveau groupe motopropulseur avait été intégré en vertu d'un contrat de 4,1 millions de dollars.

Outre les nouveaux moteurs, le prototype a ajouté une série d'autres nouvelles fonctionnalités, des carénages bombés accueillant l'électronique associée au missile TOW, déplacés de leur position précédente dans la poutre de queue, ainsi que de grands suppresseurs d'échappement pour réduire la signature infrarouge.

En plus du TOW, le prototype a également testé des missiles air-air AIM-9 Sidewinder et des missiles air-sol AGM-114 Hellfire, qui finiraient tous deux par trouver une place dans l'arsenal de l'avion de production. D'autres ajouts comprenaient un dispositif de contre-mesure de missiles à guidage infrarouge AN/ALQ-144, ainsi que des distributeurs de paillettes et de fusées éclairantes AN/ALE-39. La nouvelle électronique dans le nez permettait au nouvel hélicoptère d'attaque d'entreprendre des missions d'attaque de jour comme de nuit. 

La première version de production de cet hélicoptère a été désignée AH-1W, pour laquelle les Marines avaient passé des commandes pour un lot initial de 44, plus un seul hélicoptère d'entraînement TAH-1W. Bell a livré le premier de ceux-ci aux Marines le 27 mars 1986 et a livré le dernier avion en 1999, fournissant finalement une flotte de 179 avions. En achetant des AH-1W, les Marines ont conservé des points communs précieux avec la flotte des « Huey », un avantage qui est aujourd'hui optimisé avec les AH-1Z et UH-1Y.

67.jpeg

Photos : 1 AH-1W SuperCobra @ Ralph Duenas 2 AH-1 W @ Anthony Osborne

 

 

Le Sonaca 200 obtient la certification SPHAIR !

DSC05883.JPG

La plateforme de formation des Forces aériennes suisses SPHAIR  vient de certifier le petit dernier des avions formateurs belges, le Sonaca 200. Pour obtenir la certification SPHAIR, le Sonaca 200 a fait l'objet d'une évaluation approfondie au sol et en vol. 

Grâce à la certification SPHAIR, le Sonaca 200 rejoint la flotte d'avions certifiés disponibles pour évaluer les compétences de jeunes talents suisses en vue d'une carrière dans la Force aérienne ou dans l'aviation générale. C'est une belle reconnaissance qui renforce la Sonaca 200 dans sa mission de dépistage des futurs pilotes et de formation ab initio. Conçu en étroite collaboration avec des acteurs du terrain (Aéro clubs & écoles de pilotage), le Sonaca 200 répond aujourd'hui aux attentes des pilotes privés et des professionnels de la formation. 

Le Sonaca 200 :  

Fin 2015, le groupe Sonaca a annoncé la création de la filiale « Sonaca Aircraft » dédiée au développement, à la certification et au lancement sur le marché d'un nouvel avion d'entraînement basé sur le Sling 2 de TAF. Plus tard, l'avion a été rebaptisé Sonaca 200. Le monomoteur le biplace, spécialement conçu pour la formation des pilotes et les vols de loisirs, a été certifié en juin 2018. Le Sonaca 200 est certifié EASA pour une masse maximale au décollage de 750 kg et une vitesse de croisière de 115 nœuds. En plus de l'obtention de la certification de type, Sonaca Aircraft a obtenu une certification d'agrément d'organisme de conception (DOA) et d'approbation d'organismes de production (POA).

Un premier démonstrateur a été assemblé en avril 2015, à Johannesburg par The Airplane Factory. En avril 2017, Sonaca Aircraft a dévoilé la nouvelle version du Sonaca 200 dans laquelle 80% de la structure a été redessinée par rapport à la version prototype initiale de "Construction Amateur". En 2018, après avoir obtenu la certification de type du S200, Sonaca Aircraft a annoncé le développement d'une variante Glass Cockpit, baptisée S201.

Le Sonaca 200 présente une structure en aluminium semi-rigide (construction du longeron, du cadre et du revêtement). Le fuselage, l’aile et la dérive sont conçus en alliage d’aluminium, tandis que le train d’atterrissage principal est composé d’une arche unique en alliage d’aluminium prévu pour résister à des charges de l’ordre de 6 G.

La structure a été conçue pour offrir une résistance accrue à la corrosion. Pour ce faire, nous avons soigneusement sélectionné des alliages d’aluminium haut de gamme et nous utilisons un drainage, des joints et des inhibiteurs de corrosion de qualité.

Les deux réservoirs séparés d’une capacité utile de 70 litres sont intégrés dans les ailes, à l’avant du longeron principal. Les ailes sont équipées de volets électriques.

Son plan horizontal classique comprend un empennage et une gouverne de profondeur. Sa gouverne de profondeur est en outre munie d’un compensateur manuel.

La structure est équipée d’un grand nombre de trappes d’inspection qui peuvent être rapidement ouvertes pour un entretien facile. Certaines sont montées sur charnières pour optimiser les maintenances légères.

978d268b-419b-41f7-a6da-4db079c6ba5a.jpeg

La version de base du cockpit du Sonaca 200 est entièrement équipée pour les vols à vue (VFR) de nuit. Avec agencement classique en T des instruments de base pour des raisons ergonomiques et de respect de la tradition. La position de chaque instrument et les manipulations nécessaires ont été optimisées pour une utilisation plus efficace, plus logique et plus sécurisée.

Le tableau de bord est équipé d’instruments modernes, notamment un système numérique de contrôle du moteur, un horizon artificiel et une aide à la navigation. La version Glass Cockpit à savoir le « Sonaca 200 Trainer Pro » est équipé d’instruments certifiés TSO.

Le Sonaca 200 est équipé de feux à éclats de haute qualité, de feux de navigation et de phares d’atterrissage (installés dans les deux ailes) pour garantir une visibilité parfaite dans des conditions difficiles (avec technologie LED). Les ailes sont équipées de volets à fente électriques à trois positions (0 ° – 10 ° – 30 °).

Tant l’étudiant que l’instructeur apprécieront la facilité d’opération et d’accès du compensateur manuel et de la manette de contrôle de puissance.

Le système de freinage, de qualité supérieure, est extrêmement puissant et évolutif, ce qui permet à l’appareil de ménager les atterrissages et les décollages courts.

Le Sonaca 200 est équipé du moteur certifié Rotax 914, qui offre des performances élevées pour un taux de montée et des vitesses de croisière qui le sont tout autant.

Le Rotax 914, turbocompressé, offre d'excellentes performances à haute altitude pour un poids minimal. Son intervalle de révision est de 2 000 heures.

À propos de SPHAIR:

212ShairNews.JPG

L'objectif du programme SPHAIR est de découvrir de jeunes talents pour une formation de pilote professionnel ou de parachutiste et d'évaluer leurs aptitudes en vue d'une carrière dans les Forces aériennes, l'armée ou l'aviation générale. Les experts de l'aviation civile et militaire évaluent les candidats selon un processus en plusieurs étapes et les préparent aux aspects pratiques de leur formation. Le certificat SPHAIR est le label de qualité suisse pour le talent et la motivation des candidats pour l'aviation. www.sphair.ch

Photos : 1 Sonaca 200 2 Cockpit Sonaca 200 Trainer pro @ Sonaca 3 Publicité SPHAIR @ SPHAIR