07/10/2020

Début du retrait des Boeing C-135FR au sein de l’Armée de l’air !

thumb2-boeing-kc-135-stratotanker-c-135fr-airplane-tanker-military-aircraft-us-air-force.jpg

Ce mardi 7 octobre débute au sein de l’Armée de l’air française le début du retrait des vénérables Boeing C-135FR. L’avion est remplacé par l’Airbus A330 MRTT « Phénix ».

Un premier Boeing C-135FR de l’Escadron de ravitaillement en vol 4/31 Sologne, n°475, codé 93CF va être retiré du service après une entrée en service en 1964.

Le C-135F est une variante construite par la France en tant qu'avion ravitailleur, cargo et de transporteur de troupes. 12 ont été construits pour l'armée de l'air française avec l'ajout d'un adaptateur pour panier sur la rampe de ravitaillement. La version C-135F été modernisée avec des réacteurs CFM International F108 entre 1985 et 1988. Modifié plus tard avec des nacelles d'aile MPRS et une avionique modernisée.

Le Boeing C-135 « Stratolifter » est un avion de transport dérivé du prototype d'avion de ligne Boeing 367-80 (également la base du 707) au début des années 1950. Il a un fuselage plus étroit et est plus court que le B707. Contrairement à certaines croyances, le C-135 n’est pas un B707 modifié.

Boeing a donné à l'avion la désignation interne du modèle 717.  Depuis que le premier a été construit en août 1956, le C-135 et ses variantes font partie intégrante de l'US Air Force.

Le C-135 était en grande partie conçu comme une mesure provisoire en attendant le développement de transports à réaction plus spécialisés, tels que le Lockheed C-141 « Starlifter » et en tant que tel, il a incorporé de nombreux compromis dans sa capacité de transport aérien stratégique. Le plancher de chargement de l'avion était à environ 3,0 m du sol, ce qui nécessitait un équipement de manutention au sol, sa seule porte de chargement à chargement latéral était limitée dans ce qui pouvait y passer et sa portée utile était d'environ 9’700 km, insuffisant pour atteindre de nombreux sites d'opérations de l'armée de l'air en Asie et dans le Pacifique. Bien que la portée ait été considérablement améliorée par rapport aux transports précédents, elle ne pouvait pas être augmentée par le ravitaillement en vol, car les C-135 n'étaient pas configurés avec des réceptacles de ravitaillement. De plus, ses performances de décollage et d'atterrissage nécessitaient de longues pistes disponibles uniquement dans les plus grandes bases militaires ou aéroports commerciaux, qui n'étaient pas nécessairement situés à proximité de zones de combat potentielles.

Photo : C-135FR @ Armée de l’air

Heart Aerospace a dévoilé son avion régional électrique !

Heart-Bild-till-Hangaren-2-1536x869.jpg

La startup suédoise Heart Aerospace vient de présenter son projet d’avion régional électrique. La société a dévoilé les premières images de synthèse de son futur avion baptisé ES-19.

Programme ELISE :

Ce développement fait partie d’un programme soutenu par le gouvernement suédois dans le cadre du programme de recherche ELISE. Le nom Elise est un acronyme pour « Elektrisk Lufttransport i Sverige ». Le projet est financé par l'agence d'innovation suédoise Vinnova.

Il s'agit d'une collaboration entre l'Université de technologie Chalmers, le KTH - Institut royal de technologie, l'Université de Linköping, l'Université de technologie de Luleå, l'Université d'Uppsala, l'Administration de l'aviation civile et l'institut de recherche RISE Viktoria avec l'industrie aérospatiale et d'autres acteurs.

À l'avenir, les vols électriques pourront accueillir des transports court-courriers et contribuer à atteindre les objectifs mondiaux de durabilité de l'Agenda 2030 en réduisant les émissions et le bruit, en développant des industries durables et innovantes et en améliorant l'interaction urbaine-rurale.

La Suède a une forte industrie aérospatiale et une infrastructure de transport qui repose sur les voyages aériens. Le projet associe l'industrie aérospatiale et les entreprises technologiques aux autorités, aux services de santé, à la police, aux pompiers, aux urbanistes, aux sociétés d'énergie et aux entreprises de transport pour évaluer comment la technologie des avions électriques peut au mieux servir la Suède.

L'idée est qu'à l'avenir, les vols électriques pourront être utilisés sur des distances plus courtes et contribuer à réduire les émissions de dioxyde de carbone et également à réduire le bruit.

L’ES-19 :

C’est dans cette optique, qu’Heart Aerospace travaille sur son avion régional électrique de 19 places Baptisé ES-19, ce quadri-moteur électrique est doté d’une voilure haute et d’un empennage en T. Selon le constructeur, l’ES-19 aura un rayon d’action de 400 km et une vitesse de croisière de 330 km/h et serait capable d’opérer sur des pistes aussi courtes que 750 m.

Le premier vol d’essai d’un prototype grandeur nature est planifié pour 2024. Son système de propulsion électrique alimenté par des batteries vient de débuter ses premiers essais au sol.

Pour Heart Aerospace l'électrification change l'équation du transport aérien régional. Les avions électriques sont abordables à acheter, à exploiter et à entretenir. Des moteurs électriques simples et fiables réduisent les coûts de maintenance de 90% par rapport aux turbopropulseurs et la surveillance électronique intelligente réduit les besoins d'inspection. Plus important encore, les coûts de carburant diminuent de 50 à 75%.

Première lettre d’intention :

Si l’ES-19 ne vole pas encore, le projet suscite de l’intérêt, la compagnie Sounds Air a signé une lettre d'intention avec l'avionneur suédois Heart Aerospace pour acheter un avion électrique ES-19, qui devrait être disponible en 2026. La compagnie aérienne doit commencer un service entre Wanaka et Christchurch le mois prochain avec un avion classique.

Rhyan Wardman, président de Sounds Air, a déclaré que la Nouvelle-Zélande était l'endroit idéal pour les avions électriques. « Le type d’avion électrique que nous examinons est un peu plus grand que la flotte que nous avons actuellement, et l’autonomie de 400 km est idéale pour les routes que nous empruntons.» M. Wardman a déclaré que les faibles coûts de fonctionnement faisaient de l'avion une option économique et écologique.

soundsairsupplied.png

Photos : 1 l’ES-19 2 Aux couleurs de Sounds Air @ Heart Aerospace