15/04/2020

Vol inaugural du premier F-15 qatari !

F15QA.jpeg

Boeing a complété avec succès le premier vol de l'avion de combat F-15QA, la version la plus avancée de l’avion. Développé pour la Force aérienne du Qatar (QEAF), le jet a démontré ses capacités de nouvelle génération au cours de sa mission de 90 minutes. Le vol a décollé et atterri de l'aéroport international Lambert à St. Louis. 

L'équipe d'essais en vol de Boeing, dirigé par le chef pilote d'essai Matt Giese, mis en œuvre une liste de contrôle de mission précise pour tester les capacités de l'avion multirôle. L'avion a démontré sa maniabilité lors de son décollage vertical « Viking » et en tirant neuf G. Les contrôles des systèmes tels que l'avionique et le radar ont également réussi. Une équipe de test de suivi des données en temps réel a confirmé l'avion effectué comme prévu. 

Le F-15QA offre non seulement des capacités de changement de jeu, mais est également construit en utilisant des procédés de fabrication de pointe qui rendent le jet plus efficace pour la fabrication. Sur le terrain, les F-15 coûte la moitié du coût par heure de vol des avions de combat similaire et délivre une charge utile beaucoup plus importante à des distances beaucoup plus grandes.

Rappel :

Le département américain de la Défense a accordé Boeing un contrat en 2017 de 6,2 milliards de dollars pour la fabrication de 36 avions de combat F-15 pour le Qatar. Boeing commencera à livrer les avions au client en 2021. En outre, Boeing a reçu de l’US Air Force un contrat en 2019 pour la formation du personnel navigant et de maintenance des F-15QA pour la QEAF. 

Le F-15QA : 

3707431123.jpeg

Les F-15 du Qatar sont la version la plus avancée de la famille « Eagle ». Basé sur le F-15SA fourni à l’Arabie saoudite, le F-15QA (Qatari Advanced) dispose d’un capteur infrarouge de recherche et de suivi, d’une suite de guerre électronique numérique et du radar AESA APG-82 (V) 3 de Raytheon. Contrairement aux anciens F-15, les nouvelles versions SA et QA ont des systèmes de contrôle de vol « fly-by-wire ». Le système de navigation à basse altitude et de ciblage infrarouge de nuit LANTIRN : Low Altitude Navigation and Targeting Infrared for Night), monté à l'extérieur sous les entrées d'air des moteurs, permet à l'avion de voler à basse altitude, la nuit et dans toutes les conditions météorologiques et d'attaquer des cibles au sol avec une variété d'armes guidées et non guidées.

De plus, les avions du Qatar auront un nouveau design d'aile qui conservera le profil aérodynamique, mais une nouvelle structure interne pour une durée de vie plus longue. L'augmentation de la fiabilité, la durabilité et la maintenabilité permettent aux opérateurs de défense à moindre coût restent avant des menaces actuelles et en constante évolution. 

Les nouveaux affichages de poste de pilotage incluent un affichage tête basse de BAE Systems. Le plus remarquable est l’adoption d’un écran tactile large, similaire à celui du F-35 Lightning II. 

Les nouveaux lanceurs permettront aux avions du Qatar d’avoir 16 missiles AIM-120 AMRAAM et quatre frontaux AIM-9X dans des missions de défense aérienne, avec une gamme de magasins guidés avec précision

Un pas vers le F-15EX :

Grâce à des investissements dans la plate-forme F-15QA et de partenariat avec l'US Air Force, Boeing se prépare à construire une variante nationale du combattant avancé, le F-15EX. F-15EX est devenu un programme de record pour la Force aérienne, lorsque la National Defense Authorization Act pour l'exercice 2020 a été signé le 30 décembre 2019. En janvier, la Force aérienne a émis des avis publics de son intention d'attribuer un contrat à Boeing pour huit premiers F-15EX. Boeing prévoit des demande pour l’USAF de l’ordre de 144 avions.

f15qa..jpg

Photos : 1 Le premier vol d’un F-15QA 2 Cockpit 3 Image de synthèse du futur F-15QA @ Boeing

Commentaires

Ah ces Qataris, du Rafale, du F15, de l'Eurfighter... et pas du Saab Grippen, la Suède n'étant pas assez influente. Ils vont bientôt commander en Chine et en Russie aussi si ça continue.
En tout cas, ils ont du fric pour gérer tout ça !

Écrit par : Michel | 15/04/2020

Ce ne serait pas du racisme ? Ils font bien ce qu'ils veulent non? Un super super remerciement à ce blog le plus intéressant, je pense, en matière d'aviation. Comme cela la Suisse pourra demander au Qatari quel est le meilleur (ok sauf le Saab mais il était exclu). Faites bien attention à vous avec ce covid

Écrit par : Steph | 15/04/2020

Rien de tout cela, je trouve intéressant de réfléchir à ce qui provoque l'achat de ces avions ! A l'Otan c'est du F35, ailleurs comme en Inde, il y a d'autres intérêts, comme au Brésil, et ailleurs ! On se rend compte qu'on achète plus des avions pour des raisons politiques que pour des raisons techniques et en fonction de besoins réels !!

Écrit par : Michel | 15/04/2020

Les Chasseurs et bombadiers m'ont toujours faciné... J' crois que ce prototype va révolutionner les machines de guerre aériennes!

Écrit par : Rhony Tognide | 15/04/2020

"Sur le terrain, les F-15 coûte la moitié du coût par heure de vol des avions de combat similaire et délivre une charge utile beaucoup plus importante à des distances beaucoup plus grandes."
Pourquoi donc n'est-il pas en course pour la Suisse. Il y a bien le super-hornet, qui est bien similaire, non ? (Merci d'avance pour la-les réponse-s).

Écrit par : Mokito | 15/04/2020

@Mokito: Le F-15 est surtout un très grand avion fait pour l'attaque, la Suisse n'a pas besoin d'une telle capacité. Advanced Super Hornet, Rafale, Eurofighter et F-35 sont parfaitement compatible au cahier des charges.

Écrit par : Pk | 15/04/2020

@Mokito Le F15 est énorme. Il faudrait agrandir toutes les infrastructures existantes le super hornet étant déjà limite.

Écrit par : yo | 16/04/2020

@ Pour rebondir sur ce que vous dites , on peut en dire autant du Qatar , dont on se demande pour quel usage ,étant donné sa faible superficie , il aurait besoin d'un avion d'attaque lointaine comme le F15...Enfin , cela a de l'allure sur les parkings des bases qataries (3 bases pour une superficie de 11600 Km2...)
https://en.wikipedia.org/wiki/Qatar_Air_Force

Écrit par : philbeau | 16/04/2020

@ Philbeau

A mon avis, ils les sortent pour les nettoyer et les mettent en ligne quand l'émir passe par là ! En plus qu'ils n'ont rien d'autre à survoler que leur timbre poste de territoire et beaucoup d'eau, leurs voisins leur ayant fermé leur espace ! Y'a pas plus vaniteux qu'un micro état dormant sur l'une des plus grande réserve gazière au monde ! Ils peuvent même les faire customiser à l'or fin, l'argent n'est plus un problème ici!!

Écrit par : Michel | 16/04/2020

@michel
Vous avez expliquer la situation sans voir la raison de cette frénésie d'achat.
Le Qatar est sous embargo des autres pays du Golfe (hors Oman qui est neutre).
Par crainte d'envahissement et de mise sous tutelle du pays ils ont passés des accords militaires et politique renforcés avec les puissances occidentales (USA, France, Royaume-Uni, Turquie), mais ces accords sont liés a soit des achats de matériel (Us, Fr, RU), ou a l'installation de base militaire (Turquie).
Mais pour justifier une demande d'assistance en cas de conflit ils doivent aussi justifier d'une force militaire raisonnable.
Par ailleurs une force aérienne de cette taille (96 à 132 appareils si ils lèvent leurs options), permet d'envoyer un signal au gros voisin belliqueux : on ne peut pas résister si vous nous attaquez mais on a de quoi vous infliger des pertes inacceptables...

Écrit par : Emixam | 16/04/2020

@Emixam : bonne analyse. Cela étant, l'achat de la première tranche de rafale est antérieure à cette crise et se place plus logiquement dans le remplacement des 12 M2k qataris. La seconde tranche est clairement d'ordre purement politique vis-à-vis de l'AS.
.
Non pas que la première tranche ne soit pas politique, mais elle était plus dans la continuité de la création de la BA104 base française au Qatar, donc plus impliquée dans un conflit avec l'Iran et la surveillance du détroit qu'avec le voisin du sud. A noter le rôle important de cette base qatari dans le conflit afghan que ce soit pour les US ou pour la France avec notamment avec les derniers vols des Mirages IV entre 2001-2002 dont la base de départ est restée classifiée jusqu'à récemment.
.
Cela étant, le covid fait des ravages à la cours des Séouds, il risque de mettre tout le monde d'accord.

Écrit par : v_atekor | 17/04/2020

Les commentaires sont fermés.