08/12/2019

L’Armée russe réceptionne son premier Mi-38T !

345.jpg

Le ministère russe de la Défense a accepté son premier hélicoptère MIL Mi-38T, selon le directeur général de Russian Helicopters Andrei Boginsky. L'usine d'hélicoptères de Kazan (KVZ) en a assemblé deux exemplaires de Mi-38Tdestinés à être expédiés à la Force aérienne et spatiale russe (VKS) dans le cadre d'une première commande passée à HeliRussia en 2017. L'un d'eux vient d'être remis au client, tandis que le second est en préparation pour expédition d'ici la fin de l'année. Selon une déclaration antérieure du fabricant, les machines sont destinées à « des essais en vol spéciaux communs pour évaluer les systèmes et l'équipement embarqué afin de vérifier leur conformité aux spécifications du ministère russe de la Défense ».

La variante militaire dispose d'une cabine qui peut accueillir 20 soldats armés au lieu de 30 passagers. Il diffère de la variante commerciale par une avionique de qualité militaire et des surfaces aérodynamiques supplémentaires sur le fuselage arrière pour améliorer la circulation de l'air au voisinage de la porte de la rampe. Ils sont censés être une caractéristique distincte de la version militaire.

Pas encore de grosse commande :

L'avenir du Mi-38 avec l'armée russe reste incertain. Il est prévu que la VKS puisse acheter une quantité relativement faible, principalement pour le transport VVIP et la recherche et sauvetage, mais aussi pour le transport de fret et de personnel. Le service peut également s'engager à développer une autre version avec le même système de propulsion, mais avec un équipement spécial et des armes. La VKS recherche cependant un nouvel hélicoptère multirôle comme base pour un certain nombre de versions spécialisées pour la production en série qui seraient considérablement supérieures en performances à la série des Mi-8/17 qui forme actuellement la colonne vertébrale de la VKS Army Aviation. Le Mi-38T semble pour autant pouvoir répondre aux besoins de la VKS, mais celle-ci regarde également en direction de nouveaux projets, dont un hélicoptère lourd à grande vitesse.

Le MIL Mi-38T :

324.jpg

Le Mi-38T est le dernier dérivé de l’hélicoptère Mi-8/17 « Hip ». Il présente toutes les améliorations disponibles comme des commandes de vol électriques, un cockpit avec écrans EFIS, un radar météo, un pilote automatique, un auto-survol et un système d’atterrissage automatique, un système de navigation automatique, des pales composites. L’hélicoptère est motorisé par deux turbomoteurs Klimov TV7-117V.

Le MiL Mi-38-2 d’une avionique russe IKBO-38 avec cinq écrans LCD. La cabine est réalisée en matériaux composites. Le Mi-38-2 a été dévoilé pour la première fois en 2011 et a remporté la certification de type en décembre l'année dernière. Selon Russian Helicopters, le Mi-38 est l'un des hélicoptères les plus automatisés au monde. Son système de commande de vol prévoit un mode automatique pour l'atterrissage, la stabilisation en vol stationnaire. Il est également doté système d'alimentation en carburant avec protection anti-explosion, d'un équipement de communication spécial et de réservoirs de carburant supplémentaires pour augmenter la distance de vol. 

Pour le Ministère russe de la Défense, il est aujourd’hui primordial que le Mi-38 ne possède pas de composants importés. En effet, la plupart des modèles d’aéronefs produits à ce jour par Mil et Kamov sont dotés de moteurs en provenance d’Ukraine, comme le TV3-117. Ce qui provoque maintenant des problèmes pour la Russie en matière d’approvisionnement. Pour la Russie, il est devenu nécessaire de devenir autosuffisant. 

Un record du monde : 

En août 2012, le Mi-38 a établi un nouveau record du monde d’altitude avec un vol qui a atteint les 8'600 mètres en classe E-1H, soit un poids au décollage compris entre 10 et 20 t, selon les normes de la Fédération Aéronautique Internationale.

20190626_133825.jpg

Photos : Mil Mi-38T @ Vladimir Chesnokov

 

Service de police aérienne renforcé !

Capture.png

Le Conseil fédéral a approuvé lors de sa séance du 6 décembre 2019 une restriction temporaire de l’espace aérien lors du Forum mondial sur les réfugiés, organisé par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés les 17 et 18 décembre 2019, à Genève. Cette restriction concerne les petits aéronefs et complète les mesures de sécurité prévues par les autorités cantonales. Afin de garantir la sécurité, l’armée renforce également le service de police aérienne.

Dans le cadre des mesures de sécurité entourant le premier Forum mondial sur les réfugiés, le Conseil fédéral a approuvé une restriction temporaire de l’espace aérien dans la région de Genève. Une telle mesure est nécessaire s'agissant d'une réunion internationale de haut niveau à laquelle participeront notamment plusieurs chefs d'Etat. La Suisse, en vertu du droit international public, est tenue d'assurer leur protection. Ainsi, lors de ce type de conférences, de telles mesures constituent la norme. 

Cette restriction sera active du 17 décembre 2019, à 8 heures au 18 décembre 2019, à 20 heures et se limitera à une zone centrée sur la place des Nations à Genève. Elle complétera le dispositif sécuritaire mis en place par les autorités cantonales. Elle ne concerne que le déplacement des petits aéronefs, soit les avions de tourisme et les hélicoptères. Les vols commerciaux en provenance et à destination de l’aéroport international de Genève ne sont pas touchés par cette restriction.

Photo : tous les types d’aéronefs peuvent subir un contrôle aérien @ DDPS