30/11/2019

Airbus célèbre le 100ème A220 !

A220-AirBaltic-group.jpg

Airbus a célébré le 100ème A220 (ex CSeries) produit pour un client à l'occasion d'une cérémonie qui s'est tenue au siège du programme d’avions à Mirabel (Canada). Cet appareil, un A220-300 doté d'un aménagement cabine flambant neuf et confortable, d'une capacité de 149 sièges, et arborant une livrée modernisée, est destiné à la compagnie lettone airBaltic, basée à Riga.

Les appareils de la famille A220 sont assemblés sur la principale chaîne d'assemblage final d'Airbus à Mirabel et, depuis peu, également sur la deuxième chaîne d'assemblage du programme à Mobile (Alabama). Le premier A220 au monde (anciennement C Series) a été livré en juin 2016 à l'opérateur de lancement de l'A220-100, SWISS.

airBaltic est devenu l'opérateur de lancement de l'A220-300 après avoir réceptionné le tout premier A220-300 il y a trois ans, le 28 novembre 2016. Depuis lors, la compagnie lettone a renouvelé deux fois sa commande d'A220-300, portant ainsi sa commande ferme d’appareils de ce type à 50 exemplaires pour devenir le principal client d’A220 en Europe à ce jour. airBaltic exploite actuellement une flotte de 20 A220-300.

Dans un marché fortement concurrentiel, la consommation de carburant inégalée et les excellentes performances de cet appareil ont joué un rôle déterminant pour airBaltic, dont la flotte entièrement composée d'A220 constitue le pilier de son nouveau 'business plan'. airBaltic, qui exploite sa flotte d'A220 sur différentes lignes desservant l'Europe et la Russie, ainsi que le Moyen-Orient, propose actuellement le vol le plus long effectué sur un A220 : un vol d'une durée de 6,5 heures entre Riga et Abu Dhabi.

Initialement conçu et livré sous le nom de Bombardier CSeries, l'A220 est le seul appareil spécialement conçu pour le marché des 100 à 150 sièges et offre à ses passagers un confort digne d'un gros-porteur dans un monocouloir. L'A220 conjugue des caractéristiques aérodynamiques avancées, l'utilisation de matériaux innovants, ainsi que des moteurs de dernière génération PW1500G Geared Turbofan de Pratt & Whitney, et affiche une réduction de la consommation de carburant d'au moins 20 pour cent par siège par rapport aux avions de la génération précédente, ainsi qu'une réduction significative des émissions et des nuisances sonores. L'A220 offre les performances d'un monocouloir de plus grande capacité.

Près de 100 A220 sont en exploitation auprès de six opérateurs sur quatre continents. À fin octobre 2019, cet appareil enregistrait 530 commandes fermes émanant de plus de 20 clients du monde entier. 

A220-AirBaltic-01.jpg

Photos : 1 Célébration du 100ème A220 2 le 100ème destiné à airBaltic @ Airbus

 

29/11/2019

Les MiG-29 polonais de retour dans le ciel !

3.jpg

La Pologne a autorisé le retour en service de vol de son parc d’avions de combat RAC MiG-29 « Fulcrum ». La flotte avait été clouée au sol suite à un accident, non mortel, survenu en début d’année.

Série d’accidents :

Le commandement général des forces armées polonaises a déclaré que la décision avait été prise "après avoir analysé les recommandations mises en œuvre" à la suite d'une série d'accidents impliquant les avions de type MiG-29.

Lors de l'incident le plus récent, le 4 mars dernier, un pilote s'est éjecté en toute sécurité après un dysfonctionnement technique de son aéronef, probablement lié à ses moteurs. Cela faisait suite à un accident mortel en juillet 2018, dont les causes font toujours l'objet d'une enquête et à une autre perte de cellule en décembre 2017, dont les détails n'ont pas encore été publiés.

Le général de division Jacek Pszczola, inspecteur de l’armée de l’air polonaise, a déclaré que cinq des MiG-29 étaient en état de navigabilité et 12 autres attendaient des vols de contrôle. Le pays dispose de suffisamment de pièces de rechange pour soutenir ses opérations pendant trois à quatre ans.

La durée de l’ordre d’interdiction de vol ayant été importante, les pilotes polonais de MiG-29 ont perdu leur certification de vol sur l’avion. «Les autorisations de vol réservées aux pilotes les plus expérimentés seront restaurées en premier», explique Pszczola. Il s'attend à ce que l'ensemble du processus prenne au moins six mois, soit une formation théorique et une formation sur simulateur, ainsi que des activités de vol dans diverses conditions.

2.jpg

Un petit nombre de MiG-29 :

En 2011, le gouvernement polonais a signé un accord, pour la modernisation de 17 avions de combat MiG-29, sur un total de 32 en service, pour un montant de 42,6 millions de dollars. Cette modernisation concernait 14 MiG-29A monoplace et trois biplaces MiG-29UB.

La mise à niveau a été effectuée par l’entreprise polonaise WZL en Pologne et est basée sur une conception et des systèmes fournis par Israel Aerospace Industries (IAI). Le paquet de modernisation comprend une nouvelle avionique, des instruments du poste de pilotage et un système de compte rendu avancé. En détail, celle-ci comprend :

Une modernisation de l’avionique qui remplace les systèmes analogiques, par des unités numériques soit, un nouvel affichage multifonctions, un gestionnaire de mission et de planification, un GPS couplé à un affichage multi-rôle MFD (Multi-Function Display), un enregistreur vidéo numérique avec caméra CTVS, un bus de données MIL-STD-1553B multiplex. En outre, le gyroscope mécanique est remplacé par une centrale de navigation à laser.

Les appareils ont reçu une nouvelle radio de type Rockwell Collins RT-8200 (AN/ARC-210 Talon) à deux canaux UHF / VHF (conformément à la réglementation de l'OACI) avec un Have Quick I/II et système Saturne à saut de fréquence.

Dans l’attente d’un nouvel avion de combat :

La Pologne dispose de 48 avions de combat Lockheed-Martin F-16C/D Block60 en plus des derniers MiG-29 et quelques Sukhoi Su-22 « Fitter » restant. Un projet d’acquisition d’un nouvel avion est actuellement lancé pour remplacer définitivement les avions de combat d’origine russe. Dans un premier temps, le pays envisageait d’acquérir jusqu’à 96 F-16 additionnels, mais l’avionneur américain semble positionner maintenant son F-35 avec une offre pour 32 exemplaires.

1.jpg

Photos : MiG-29 « Fulcrum » polonais @ Piotr Zdunek

 

27/11/2019

L’Espagne a choisi le Pilatus PC-21 !

301195182.jpg

L’information transpirait depuis quelques jours, ce matin le ministère espagnol de la Défense a finalement confirmé  officiellement le choix de l’avion école avancé de fabrication suisse Pilatus PC-21, pour venir remplacer la flotte de jet CASA C-101.

Pilatus est le lauréat du marché public avec une offre qui comprend 24 avions et équipements au sol, deux simulateurs de poste de pilotage et deux simulateurs de vol en réseau, ainsi qu'un package logistique. 

image.php.jpeg

Le meilleur rapport coût/efficacité :

Selon le ministère espagnol de la Défense, le choix du Pilatus PC-21 est la résultante du meilleur rapport coût/efficacité. Le futur PC-21 espagnol permettra aux pilotes de se familiariser au mieux avec leurs futures unités opérationnelles.

Les six premiers appareils doivent être livrés en mars 2020. Au sein l’Ejército del aire, le PC-21 sera nommé E-27. Les concurrents du PIlatus PC-21 étaient : le PZL-130 Orlik Turbo, le KAI KT-1, le Super Tucano EMB-314 d'Embraer pour les aéronefs avec un turbopropulseur. Et à réaction: le Leonardo M-345 et l'Aero-Vodochody L-39NG.

La génération PC-21:

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités qui offrent de nouvelles dimensions. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes, tels que les F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter et F-35 pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

121526723_o.jpg

Dixième client pour le PC-21 :

C’est un nouveau succès pour l’avionneur suisse avec l’Espagne qui n’a jamais été cliente des avions formateurs suisses. L’école de la Force aérienne espagnole sera le dixième client pour le PC-21 avec 24 appareils. Arabie Saoudite : 55, Australie : 49, EAU : 25, France : 17, Jordanie : 10, Qatar : 24, Angleterre : Empire Test Pilots’School : 2, Singapour : 19 et la Suisse : 8

Photos : 1 PC-21 Swiss Air Force en vol 2 CASA-101 @ FAE 3 Cockpit @ Pilatus

La Mongolie réactive sa Force aérienne !

29ub.jpg

La Mongolie réactive sa Force aérienne avec la réception de MiG-29UB. La cérémonie d’acceptation a eu lieu le 26 novembre, jour de l’indépendance du pays, sur la base militaire située à proximité de l’aéroport international Chinggis Khaan qui dessert la capitale du pays, Ulaan-Baatar.

Un peu d’histoire :

Sous l’ère de l’Union Soviétique, le ciel de la Mongolie était sous protectorat de l’aviation russe. Celle-ci entretenait plusieurs bases aériennes. Mais suite à l’effondrement du Mur de Berlin, l’espace aérien Mongol a été en  partie délaissé, hormis un contrôle ponctuel de l’aviation russe.

Le premier embryon de l’Armée de l’air Mongole est créé en mai 1925 avec l’entrée en service d’un Junkers F.13, appuyée par l'aviation soviétique. En 1937, la force aérienne est renommée Corps aérien de la république populaire de Mongolie. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les Soviétiques fournissent des Polikarpov I-15, I-16, Yak-9 et Iliouchine Il-2. Le MiG-17, le premier avion à réaction de l'armée mongole entre en service en 1970 et cela jusqu'au milieu des années 1970 avant d'être rejoint par des MiG-21, des Mi-8 et des Kamov Ka-26. Après la fin de la guerre froide, la force aérienne reste au sol du fait du manque de carburant et de pièces de rechange.

Activation de la nouvelle armée de l’air :

5dde241b1eeb9.jpg

La Mongolie a accepté un premier lot constitué d’une paire d’avion de combat MiG-29UB donnés par la Russie, selon l’ordre donné par le président Poutine. Ces premiers appareils vont servir à former les premiers nouveaux pilotes, puis serviront progressivement à reprendre la surveillance de l’espace aérien du pays. D’autres MiG-29 devraient suivre et venir grossir la Force aérienne, cependant, ni le nombre ni de dates n’ont été évoqués pour l’instant.

S'exprimant lors de l'événement, le commandant des forces aériennes mongoles, le brigadier général Enkhbayar, a décrit cette opération comme "l'ouverture d'une nouvelle page pour l'aviation mongole". Il a ajouté que les deux avions, reçus gratuitement, amélioreront l'efficacité au combat du service et lui permettent de s'acquitter de sa tâche principale consistant à patrouiller l'espace aérien mongol et à garder le contrôle des frontières du pays. S'adressant au personnel des escadrons 303 et 337, il leur a demandé de considérer les deux MiG comme "les symboles de notre coopération avec la Russie".

MiG-29UB :

Le chasseur d'entraînement au combat MiG-29UB est conçu pour assurer l'entraînement en vol et opérationnel du personnel navigant et mener des missions de combat. Le MiG-29UB peut être efficace pour développer et améliorer les compétences des pilote pour voler, naviguer, exécuter des manœuvres de combat et employer des chasseurs de type MiG-29, en mission solo ou en groupe. Il peut également être utilisé pour engager des cibles aériennes et terrestres, effectuer un soutien aérien des troupes au sol et des forces de débarquement, interdiction aérienne du champ de bataille et reconnaissance aérienne.

Le MiG-29UB de base dispose d’un système de contrôle de tir radar Phazotron RLPK-29 qui comprend le radar N010 Zhuk-M et le calculateur numérique Ts100.02-02. L’appareil est doté d’un IRST S-31E2 KOLS. L’armement du MiG-29 comprend un seul canon GSh-30-1 de 30 mm dans la racine de l’aile gauche. Trois pylônes sont fournis sous chaque aile (quatre dans certaines variantes), pour un total de six (ou huit). Les pylônes intérieurs peuvent contenir un réservoir de carburant de 1’ 150 litres, un missile air-air Vympel R-27 (AA-10 "Alamo") à moyenne portée, des bombes ou des roquettes non guidées. Les pylônes extérieurs portent généralement des missiles air-air R-73 (AA-11 "Archer"), bien que certains utilisateurs conservent encore l'ancien R-60 (AA-8 "Aphid"). Un réservoir unique de 1’500 litres peut être installé sur la ligne médiane, entre les moteurs.

Note : l’aide russe à la Mongolie comprend un volet sur la coopération technico-militaire centré sur les expéditions d'équipement militaire provenant de stocks de l'armée russe. En plus des MiG, Moscou a fait don de systèmes sol-air à moyenne portée de type Almaz-Antey Pechora-2M.

Photo : 1 MiG-29UB de face  2 MiG-29UB aux couleurs mongoles @ VVS

Bombardier Aviation s’engage en direction des biocarburants

Static_Pan_EBACE_2017.jpg

L’avionneur canadien Bombardier Aviation a augmenté ses capacités de carburant d’aviation durable sur son site de Montréal. Cette action vient renforcer l’engagement de la société  à l’égard du transport aérien écoresponsable. Cette livraison est le premier pas en vue d’établir des partenariats à long terme avec des fournisseurs de carburant, afin de déployer du carburant d’aviation durable dans tous ses établissements, alors que l’approvisionnement mondial devient plus facilement accessible.

« Nous honorons notre engagement d’aider à promouvoir une utilisation accrue du carburant d’aviation durable dans le secteur du transport aérien », a déclaré David Coleal, président de Bombardier Aviation. « Aujourd’hui, nous sommes fiers de l’offrir pour la première fois dans l’une de nos usines canadiennes, et ce n’est qu’un début. Bombardier travaille à assurer que l’utilisation de ces carburants devienne la norme dans nos activités quotidiennes, en faisant notre part pour réduire les émissions de CO2 dans le monde et en respectant l’engagement de longue date de l’industrie en matière de changements climatiques. »

Des vols avec du biocarburant :

Depuis 2017, Bombardier Aviation a tiré profit d’un approvisionnement de carburant d’aviation durable pour utilisation dans ses vols de démonstration à son usine de Hartford (Connecticut), siège de ses activités de démonstration à l’intention des clients. De plus, Bombardier fait voler toute sa flotte d’avions de démonstration vers d’importants salons aéronautiques et événements pour sensibiliser l’industrie et pour montrer que le carburant d’aviation durable peut devenir un choix de remplacement généralisé pour le carburant d’aviation classique des avions de l’aviation générale. La société a participé activement à des événements de l’industrie qui faisaient la promotion de l’utilisation du carburant d’aviation durable comme pratique courante, notamment à Van Nuys (Californie) et à Farnborough, au Royaume-Uni  et tout récemment au salon de la NBAA où du carburant d’aviation durable était disponible non seulement pour l’aller, mais également pour le retour des avions en exposition statique.

Des engagements :

En 2009, le monde de l’aviation d’affaires a élaboré un programme audacieux en soutien aux cibles de l’Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) et s’est engagé à contribuer aux objectifs de l’ensemble de l’aviation. À cette fin, il s’est engagé à des objectifs précis dont la croissance neutre en carbone d’ici 2020, l’amélioration de l’efficacité du carburant de 2 % par an de 2010 à 2020 et la réduction des émissions totales de CO2 de moitié d’ici 2050 par rapport à 2005. Bombardier joue un rôle prépondérant dans l’engagement de l’ensemble de l’industrie à lutter contre les changements climatiques et, en collaboration avec des organismes de l’industrie, comme l’European Business Aviation Association (EBAA), la General Aviation Manufacturers Association (GAMA), le Conseil international de l’aviation d’affaires (IBAC), la National Air Transportation Association (NATA) et la National Business Aviation Association (NBAA), a conçu un cheminement pour atteindre ces objectifs reposant sur quatre domaines d’intervention : les technologies, les améliorations infrastructurelles et opérationnelles, des mesures axées sur le marché et les carburants de remplacement.

Des moteurs certifiés pour les biocarburants :

ebace-SAJF-logo-vert-bombardier.jpg

Les nouvelles motorisations, tels que le nouveau réacteur Pearl 15 de Rolls-Royce, construit spécialement pour les avions d’affaires Global 5500 et Global 6500, rend les avions plus propres et plus efficaces, avec un avantage de consommation carburant pouvant aller jusqu’à 13 %, ce qui contribue à des coûts d’exploitation très favorables. Le moteur Passport TechX de General Electric est un moteur turbofan à dérivation haute conçu spécialement pour l’avion Global 7500, le propulse à des vitesses pouvant aller jusqu’à Mach 0,925 avec une fiabilité à toute épreuve et une plus grande efficacité carburant. Ces deux motorisations sont certifiées pour l’utilisation de biocarburant.

L’avionneur fait remarquer que toute sa gamme d’avions d’affaires (LearJet, Challenger, Global) est aujourd’hui optimisée pour l’emploi de biocarburant.

L’essor des biocarburants pour l’aviation :     

Les grandes sociétés comme BP développent maintenant du biocarburant destiné à l’aviation, à partir de déchets organiques, de plantes ou même d’huile de friture. L’ensemble du cycle de production et de consommation du biocarburant, produit environ 50% moins de CO2 que les combustibles fossiles, car le carbone qu’il contient est déjà présent dans la nature. L’utilisation de biocarburant est en passe de se démocratiser dans tous les secteurs de l’aviation (commercial, militaire, privé). Du côté de l’aviation d’affaires, l’EBAA et la NBAA (Association américaine de l’aviation d’affaires) en collaboration avec l’association des constructeurs de l’aviation générale (GAMA), le Conseil de l’aviation d’affaires internationale Association nationale du transport aérien (NATA) travaillent à la promotion de carburant pour aviation durable.

Photo : Lors l’Edition 2019 du Salon EBACE à Genève, les avions de Bombardier ont volé au biocarburant