19/05/2020

La reprise du trafic passagers !

20180409145107316.jpg.png

Après une mise à l’arrêt de près de douze semaines, le trafic aérien passagers entame lentement des signes de reprise. En Chine, le trafic aérien intérieur est monté à 73% de son niveau d'avant crise lundi devrait continuer à grimper.  

Reprise tout azimut :

Avec le reprise annoncée le 11 mai dernier, l’offre mondiale en termes de sièges a augmenté de 2 % comparée à la semaine précédente. Cela représente environ 600’ 000 sièges de plus disponible en quelques jours sur les réseaux de réservation. Mais l'offre mondiale reste inférieure de 68 % à la même période de l'an dernier, avec 29,8 millions de sièges programmés, contre 110 millions avant crise.

Il faut donc s’attendre à une nouvelle augmentation de l'offre dans les prochaines semaines avenir, avec une estimation à 42,3 millions de sièges prévus la semaine prochaine. Les premières projections montrent une réouverture soutenue en Asie-Pacifique.

En tenant compte des décalages par région, L’Inde qui était pratiquement à l’arrêt à fin avril, annonce une relance d’un tiers de son niveau d’avant crise. La baisse semble également stoppée en Amérique du Sud, au Moyen-Orient et plus étonnant en Amérique du Nord, alors que les cas de COVID-19 sont encore très présents.

En Europe, le trafic passagers reprend timidement son envol. L’Est semble moins timoré et bénéficie d’une ouverture plus rapide des frontières et donc de l’autorisation de voyager. On notera, selon les statistiques d’Eurocontrol un retour de près de 4'000 vols en début de semaine.

Un mois de juin déterminant :  

Le mois de juin qui s’annonce sera déterminant pour la véritable reprise, la plus part des transporteur prévoient en effet, une relance importante à cette date. Le groupe Lufthansa dont fait partie SWISS prévoit ainsi d'offrir 106 destinations avec 160 appareils en service, sur un total de 760 pour les quatre compagnies du groupe. Air France-KLM espère remonter à 10 % de son niveau d'avant crise en juin et 20 % en juillet, avec la ré-ouverture de destination depuis Paris et les aéroports de Nice Toulouse et Marseille. Etihad Airways augmentera les fréquences sur les vols déjà ouverts en direction de Belgrade, Dublin, Genève, Milan, Paris Charle de Gaulle et Toronto, Sydney.  

Sécurité sanitaire à bord :

7NCoJDNrqrBAqBCR62eGc_.jpg

Cette reprise ne peut être faite sans une adaptation des mesures sanitaires à bord des avions. Les informations récoltées sur le COVID-19 montrent que les passagers étant assis côte-à-côte sont de fait moins sujet à des projections de gouttelettes. Cependant, les mesures généralisées suivantes sont en vigueurs :

 

  • Procédures d’embarquement et de débarquement qui réduisent les contacts entre les passagers et avec les membres d’équipage. (impressions des cartes d’embarquement et étiquettes à la maison).
  • Port du masque obligatoire durant tout le vol.
  • Limitation des déplacements dans la cabine durant le vol.
  • Nettoyage de la cabine plus fréquent et plus en profondeur.
  • Simplification des procédures de service à bord, de façon à réduire les déplacements des membres d’équipage et les interactions avec les passagers.

Pourquoi ne recommande-t-on pas une séparation avec le siège central :

L’IATA ne recommande pas de restreindre l’utilisation du siège central pour créer une distanciation sociale à bord des aéronefs. Les preuves, bien qu’elles soient limitées, suggèrent que le risque de transmission du virus à bord des aéronefs est faible, même en l’absence de mesures spéciales.  

Une reprise totale pas avant 2023 :

Selon les premières estimations de l’IATA le retour du trafic aérien à son niveau d'avant-crise n'interviendra pas avant 2023. L'IATA table sur un retour de l’ordre de 76 % du trafic en 2021. Avec toutefois une différence entre le trafic intérieur, qui devrait être le premier à se redresser. En ce qui concerne le trafic international long-courrier, les prévisions sont moins évidentes, car il faut tenir de l’important décalage de la pandémie et de l’ouverture de l’ensemble des régions. Ce dernier devrait reprendre avec une différence de l’ordre de 12 à 15 mois.

Photos : Reuters