26/12/2020

La Force aérienne russe réceptionne son premier Su-57 de série !

277086.jpeg

C’est un joli cadeau de Noël qui a été réalisé pour la Force aérienne et spatiale russe (VKS) avec la livraison du tout premier Sukhoi Su-57 « Felon » de série le 25 décembre. Cette livraison marque ainsi le début de la phase d’entrée en service du nouvel appareil.

L’appareil a été vu sur l’aéroport de Novosibirsk Tolmachevo après avoir décollé de l’usine de production de Komsomolsk-sur-l’amour. Ce premier exemplaire devrait commencer sa carrière au sein de la VKS comme avion test en vue de l’intégration des armements de bord. Le camouflage retenu est le modèle « pixels » identique utilisés sur les derniers avions de préséries.

2021 les livraisons vont s’accélérer :

La cadence des livraisons va s’accroître avec la nouvelle année, quatre appareils sont attendus ainsi qu’en 2022 puis une douzaine par année dès 2024. Si les premiers appareils sont encore dotés de l’ancien moteur, le Su-57 devrait recevoir son moteur définitif l’IZD-30 dès 2022. A ce jour, le contrat d'État porte sur 76 avions livrable d’ici 2028.

Ce premier Su-57 de série T-50S-2 numéro de série 51002 aurait dû être le second appareil de série, mais en 2019, celui qui à l’origine aurait été le « premier » s’est écrasé le 24 décembre 2019, soit le T-50S-2 n°51001.

Le Sukhoi Su-57 "Felon" :

Le nouvel avion dispose d’un nombre considérable de nouveauté, l’adjonction de la fusion des données et une signature radar réduite. Le Su-57 est doté d’une centrale de navigation inertielle BINS-SP2M à gyrolasers qui permet de gérer automatiquement les informations de navigation et ceci même si la réception GPS (Glonass) ne fonctionne plus. L’avion dispose de commandes de vol électriques et multiplexées avec un système mécanique en « back-up » permettant de ramener l’appareil à destination en cas de défaillance généralisée du système électrique. Un système de communication S111-N avec deux radios cryptées UHF/VHF, une liaison de données complète le tout.

On notera que le Su-57 dispose d’une extension mobile le LEVCON (Leading Edge Vortex Controllers) qui vient se positionner devant l’aile et permet de combiner l’effet des plans canards avec celui des extensions des bords d’attaques. Ce système permet à l’avion d'être moins sujet à des pertes de portances, lors d’angles d’attaques élévés.

Le Sukhoi Su-57 dispose de cinq radars intégrés développés par NIIP Tikhomirov MIRES (MultifunctionIntegrated Radio-Electronic System) ce dernier est composé de deux ensembles de capteurs principaux : soit le radar AESA en bande X N036 dans le nez, deux radar AESA en bande X N036B placés à côté du cockpit en amont, deux radars AESA en bande L N036L placés sur les bords d’attaques. De fait, le Su-57 peut "voir" sur une plage de 270° autour de l’appareil. Les performances précises des radars ne sont pas encore complètement estimées (données confidentielles). Les premiers chiffres parlent d’une capacité de détection montant jusqu’à 400 Km (donnée estimée) en air-air et en fonction de la taille de la cible avec la possibilité de détecter 62 cibles et d’en engager 16 simultanément en air-air tandis que le système peut assurer l’engagement de 4 cibles en air-sol simultanément.

En ce qui concerne la guerre-électronique, l’avion dispose du système de contremesures L402, soit un ensemble de nombreux capteurs qui assure une protection spécifique. De plus, l’avion est doté d’un système de contre-mesure infrarouge directionnelle, capables de perturber à la fois les systèmes de détection air-air et les missiles air-air infrarouge.

Question armement, l’avion emporte une vaste gamme de missiles air-air : K-74M2, K-77M et IZD80. Pour l’air-sol : le Kh-38M, Kh-58USK, Kh-59MK2 et KAB-250 sans oublier le BrahMos et le missile balistique hypersonique Kh-47M2 Kinzhal («Dagger») (ALBM). Un canon GDh-301 de 30mm vient compléter l’équipement. 

EqFotljWMAQwiC7 2.jpeg

Photos : Su-57 de série @ Svetlana Balaeva

 

 

05/03/2019

Russie, livraison du dernier Sukhoi Su-27SM3 !

2056961.jpg

L’usine de Sukhoi à Komsomolsk-sur-Amour (KAZ) a achevé la livraison du dernier avion de combat multirôle monoplace Su-27SM3, représentant la dernière variante en production de la ligne de base du célèbre Su-27 « Flnaker ». L’usine a livré depuis 2017 les 10 derniers appareils de ce type au ministère de la Défense russe.Le Su-27 au standard SM3 à volé pour la première fois en 2008, il s’agit d’une version qui n’a jamais été prévue pour l’exportation. 

Sukhoi Su-27SM3 «Flanker» :  

Le Su-27SM(3) était considéré comme un modèle provisoire utilisant la cellule de base avec des systèmes embarqués et des équipements de mission plus récents. Le Su-27SM (3) a été structurellement renforcé et pèse trois tonnes de plus au décollage que le modèle précédent.

Extérieurement, la version SM3 diffère de la version de base Su-27 par le fait qu’elle dispose d’une antenne radio supplémentaire derrière la canopée. Sur ses extrémités, il peut porter les conteneurs ECM SAP-518 appartenant à la famille Khibiny. En matière d’avionique, l’avion dispose de quatre écrans couleurs MFD et du système d enavigation GLONASS. Les technologies intégrées dans le radar N-001V et le système de conduite de tir SUV-27 permettent d’utiliser le missile air-air à moyenne portée RVV-SD.

Alors que le classique «Flanker» est avant tout un intercepteur et un chasseur de supériorité aérienne, le Su-27SM3 est un avion multirôle. Contre des cibles au sol, il peut utiliser les missiles S-25LD, Kh-29T / L, Kh-31P, Kh-25MP et Kh-59M et les bombes guidées de la série KAB-500.

Le moteur AL-31F du classique «Flanker» est remplacé par le AL-31F-М1 produisant une poussée de 132,4 kN (29 760 livres) contre 125,6 kN (28 220 livres). Le -M1A est doté d'un contrôle numérique, 

La Russie dispose d’un parc d’un plus de 350 Su-27 répartit entre 12 régiments en plus du centre de démonstration en vol de la patrouille des Chevaliers Russes (Russian Knights), les unités d’entraînements et le centre d’essais en vol des Forces aériennes.

347930600.jpg

 

Photos :Su-27SM3 @ Max Briansky

 

 

 

 

 

 

 

 

 

03/01/2019

Vol inaugural pour le Tu-22M3M !

MOD_Tupolev_Tu-22M3.jpg

Le premier bombardier stratégique modernisé Tupolev Tu-22M3M russe a décollé pour la première fois le 28 décembre 2018 pour son vol inaugural, depuis l'aéroport de Kazan. United Aircraft (UAC) indique que l’avion a subi des tests de ses systèmes et équipements et a atteint une altitude de 16 400 pieds.

Parmi les nombreuses modifications apportées à l’avion, on notera notamment des modifications en ce qui concerne la géométrie variable, le remplacement de 80% de avionique par des systèmes numériques, notamment de nouveaux équipements de navigation, de communication, de ciblage et de guerre électronique, ainsi que des commandes de moteur et de carburant.

 

«Tous les tests concernant la vérification de nouveaux systèmes et équipements embarqués, installés dans le cadre d'une modernisation poussée, ont été complétés pendant le vol. Les données de l'équipe de vol montrent que le vol s'est déroulé comme prévu, les systèmes et équipements ont été utilisés sans problème. ”

174206505.10.jpg

Le Tupolev Tu-22M3M : 

Les Tu-22M seront portés au standard M3M par Tupolev (UAC), ils seront munis de nouveaux équipements. Le Tu-22 modernisé au standard « M3M » démultiplie les performances opérationnelles de l'appareil, avec notamment de nouveaux équipements électroniques, moyens de liaison et une avionique modernisée..

Selon les renseignements disponibles, les avions modernisés seront équipés du missile X-32 (Kh-32) de la prochaine génération, qui est actuellement en cours de développement sur la base du X-22 (Kh-22), avec de nombreuses améliorations comme la portée accrue jusqu'à 1000 km et une vitesse jusqu'à 5 Mach en phase terminale. Ce missile devrait entrer en service en 2020. L’avion emporte également les nouveaux missiles Kh-55 avec une ogive explosive ou à fragmentation élevée d’un poids de 350-400 kg. Le Tu-22M3M peut également transporter le missile aéro-balistique Rhaduga Kh-15. Le bombardier sera capable de transporter jusqu'à trois missiles Kh-32 ou 12 Kh-15. Les Kh-15 et Kh-32 peuvent également être équipés d'ogives nucléaires ou conventionnelles.Doté de réservoirs plus gros, le Tu-22M3M sera capable d’emporter ses missiles de croisière sur 2’410 kilomètres.Le nouveau bombardier devrait entrer en service dans l'armée de l'air russe d'ici 2021. La Russie prévoit de transformer jusqu'à 30 Tu-22 en version plus avancée, Tu-22M3M.

270874267.13.jpg

Photos : 1 Tu-22M3M à l’atterrissage 2 & 3 Tu-22M3M avant son premier vol @ UAC

29/12/2018

L’Armée russe va recevoir ses premiers Mi-38T !

Mil-Mi-38T-1er-vol_AFP.jpg

Les forces armées russes vont recevoir les premiers hélicoptères de transport Mil Mi-38T l'année prochaine, a annoncé le ministère de la Défense (MoD). Le vice-ministre russe de la Défense, Alexei Krivoruchko, a déclaré lors d'une démonstration du Mi-38T à l'usine de production de Kazan que les livraisons des deux premiers hélicoptères aux unités opérationnelles débuteraient au troisième trimestre de 2019.

Le Mi-38T est le dernier dérivé de l’hélicoptère Mi-8/17 «Hip». Il présente toutes les améliorations de la ligne de base Mi-38, ainsi que des améliorations supplémentaires. Les améliorations du Mi-38 comprennent des commandes de vol électriques, un cockpit avec écrans EFIS, un radar météo, un pilote automatique, un auto-survol et un système d’atterrissage automatique, un système de navigation automatique, des pales composite. L’hélicoptère est motorisé par deux turbomoteurs Klimov TV7-117V.

Le MiL Mi-38-2 d’une avionique russe IKBO-38 avec cinq écrans LCD. La cabine est réalisée en matériaux composites. Le Mi-38-2 a été dévoilé pour la première fois en 2011 et a remporté la certification de type en décembre l'année dernière. Selon Russian Helicopters, le Mi-38 est l'un des hélicoptères les plus automatisés au monde. Son système de commande de vol prévoit un mode automatique pour l'atterrissage, la stabilisation en vol stationnaire.Il est également doté système d'alimentation en carburant avec protection anti-explosion, d'un équipement de communication spécial et de réservoirs de carburant supplémentaires pour augmenter la distance de vol. 

Pour le Ministère russe de la Défense, il est aujourd’hui primordial que le Mi-38 ne possède pas de composants importés. En effet, la plupart des modèles d’aéronefs produits à ce jour par Mil et Kamov sont dotés de moteurs en provenance d’Ukraine, comme le TV3-117. Ce qui provoque maintenant des problèmes pour la Russie en matière d’approvisionnement. Pour la Russie, il est devenu nécessaire de devenir autosuffisant. 

Un record du monde : 

En août 2012, le Mi-38 a établit un nouveau record du monde d’altitude avec un vol qui a atteint les 8'600 mètres en classe E-1H, soit un poids au décollage compris entre 10 et 20 t, selon les normes de la Fédération Aéronautique Internationale.

mi-38t-ngua-tho-duong-khong-sieu-ngau-cua-quan-doi-nga-Hinh-5.jpg

Photos : 1 Le MIL Mi-38T Cockpit @ United Helicopters

28/12/2018

Les Sukhoi Su-35 chinois au complet !

sukhoi,su-35 flanker-3,plaaf,aviation russe,vks,force aérienne de libération du peuple,blog défense,nouveaux avions de combat,les nouvelles de l'aviation,romandie aviation,les nouvelles francophone de l'aviation

La Force aérienne de Libération du Peuple (PLAAF) a pris livraison de ses 24 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E » fabriqués en Russie. Cette livraison a été éffectuée dans le cadre d'un contrat de 2,5 milliards de dollars finalisé en novembre 2015.  La Russie doit encore d'expédier du matériel supplémentaire couvert par le contrat, notamment des pièces détachées et des armes jusqu'en 2020.

Un premier lot de quatre avions Su-35S a été livré en décembre 2016. L'année suivante, le client a accepté 10 avions sur deux lots de cinq. L’avion est officiellement entré en service au sein de la PLAAF en avril 2018. Cette année, les livraisons ont eu lieu en juin et en novembre, à chaque fois avec cinq avions.

Les Sukhoi Su-35 ont rejoint la 6e brigade de l’aviation de la PLAAF basée à la base aérienne de Suji, dans la province du Guangdong, dans le sud-est de la Chine. Cette unité utilisait auparavant des intercepteurs monoplaces  de type Su-27SK.

La Chine est le premier client étranger en ce qui concerne le Su-35 et le deuxième opérateur après les forces aériennes et spatiales russes (VKS). Ce dernier a commandé un premier lot de 48 chasseurs Su-35S en 2009 et ajouté un contrat de suivi pour 50 d'entre eux en décembre 2015. Les livraisons devraient s'achever en 2020. Le 11 décembre, United Aircraft Corporation (UAC), a publié communiqué notant l'acceptation par le ministère russe de la Défense du 100e Su-35S devant être assemblé à l'usine de Komsomolsk-sur-Amour.

Le Sukhoi Su-35 chinois :

La version chinoise du Su-35 conserver les symboles cyrilliques d'origine sur les écrans LCD du poste de pilotage du Su-35S au lieu d'utiliser des hiéroglyphes en anglais ou en chinois  et ceci, afin de préserver l'intégrité du champ d'informations du pilote. De plus, les appareils sont modifiés pour permettre un mélange de munitions russes et chinoises.

Le Su-35 « Flanker-E » est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale. L’avion est doté de la suite de guerre électronique L-265 Khibiny-M de la société KRET basée à Moscou.

La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation. La durée de vie assignée des moteurs AL-117S dérivé de l’AL-31F avec poussée vectorielle est de 4’000 heures. L’avion dispose d’une vitesse maximale de Mach 2,25 à 11’000 m (36 089 pi), un taux de montée de 16’800 m/min au niveau de la mer, une charge utile de combat de 8’000 kg et un rayon d’action maximum avec un carburant interne de 1’529 km (niveau de la mer).

572775625.jpg

Photos : Su-35 chinois @ PLAAF