08/05/2014

Sikorsky fournira le nouvel hélicoptère présidentiel !

yourfile.jpg

 

Je vous avais annoncé le choix en août 2013, la Marine américaine confirme aujourd’hui, le contrat de 1, 24 milliards de dollars pour l’achat six hélicoptères Sikorsky VH-92 (S-92). Cette confirmation clos définitivement le rocambolesque feuilleton du futur « Marine One » (indicatif lorsque le président est à bord).

 

On se souvient que sous l’Administration Bush (en 2005), le VH-71 « Kestrel » soit un AgustaWestland AW101 avait été choisi, puis recalé avec l’arrivée à la maison Blanche de l’équipe Obama. Celle-ci ayant par la suite modifié le cahier des charges pour favoriser le modèle américain, écartant ainsi les chances de l’hélicoptère européen.

 

Le VH-92 :


1065839996.jpg


 

Le Sikorsky VH-92 est un dérivé du S-92. Le premier appareil a été livré en septembre 2004. Principalement utiliser pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 Cyclone. Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le Sea King. Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Le Sikorsky S-92 est un hélicoptère de transport biturbine, muni d’un rotor principal et d’un rotor de queue quadripales, d’un train d’atterrissage tricycle rétractable et pouvant transporter jusqu’à 22 passagers. Cinq prototypes sont construits, un pour des tests au sol et les quatre autres pour les essais en vol, munis de turbines General Electric CT7-6D. Le premier vol est effectué au centre d’essais de Sikorsky à West Palm Beach, en Floride, le 23 décembre 1998. A partir du troisième prototype, le S-92 reçoit plusieurs modifications. Son fuselage est rallongé de 40cm, le stabilisateur horizontal est repositionné sur le côté gauche de la poutre de queue, qui elle, est raccourcie de 1,04m. Ces modifications permettent de résoudre des problèmes de stabilité en tangage, facilitant ainsi son utilisation dans des conditions de vols difficiles avec des vents importants. Cela a également permis de rajouter une rangée de trois sièges, portant la capacité de transport du S-92 à 22 passagers. La structure de l’appareil est en aluminium et en matériaux composites, ces derniers représentent 40% de la masse totale de l’appareil. 

Le poste de pilotage est équipé de systèmes de navigation modernes, ainsi que de quatre écrans multifonctions. Les pilotes sont assis sur des sièges Martin-Baker anti-crash et utilisent deux manettes qui permettent, grâce aux divers capteurs et de l’ordinateur de gestion du vol, de contrôler l’appareil en tangage, roulis et lacet. Le poste de pilotage est chauffé, ventilé et climatisé indépendamment de la cabine. Un équipement quasi complet permet une sécurité en vol maximale : deux systèmes automatiques de contrôle de vol (AFCS), des systèmes anticollision (TCAS) et d’avertissement de proximité du sol (EGPWS) et un radar météorologique placé dans le nez de l’appareil. Les systèmes vitaux de l’appareil sont redondants, la cellule offre une bonne résistance en cas de crash et la boite à vitesse peut fonctionner durant ½ heure sans huile. En cas d’amerrissage forcé, un système de flottaison se gonfle automatiquement, comprenant également deux radeaux d’une capacité de quinze personnes chacun à l’avant des flotteurs.

Dans le cadre du programme VXX, Sikorsky propose le S-92 dans le standard VH-92 aux moteurs plus puissants et entièrement construit par des entreprises américaines. Les systèmes électriques et hydrauliques sont installés en triple exemplaires et le système d’alimentation en carburant se fait par aspiration, ce qui évite d’éventuelles fuites dues à la pression. Les systèmes de pilotages sont également redondants. Les réservoirs de carburant auto-obturant, placés à l’extérieur de la cabine, sont capables de supporter des impacts d’obus de 23mm. L’appareil possède un système de dégivrage et est également protégé contre la foudre et les champs de rayonnement d’intensité élevée.


2553692609.jpg


Photos. VH-92 de Sikorsky @ Sikorsky

 

 

11:44 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : sikorsky, vh-92, vh-92 marine one, sikorsky s-92 |  Facebook | |

03/08/2013

Le VH-92 de Sikorsky remporte le contrat VXX !

00001307.jpg


 

 

Pour faire suite à mon article du 30/07/2013 concernant la défection du constructeur européen AgustaWestland dans le cadre des futurs hélicoptères destinés au transport du Président américain et des officiels, Sikorsky termine donc seul, en course comme je vous l’avais expliqué.

 

La date limite de soumission de remplacement de l'hélicoptère présidentiel VXX de la marine américaine s’est terminée le 1er août. Il ne reste donc, en course, plus que le VH-92 de Sikorsky qui termine seul et remporte une victoire peu glorieuse. Certes, pour l’instant, il n’y a rien d’officiel dans l’annonce de la victoire du VH-92. L’annonce sera faite par la Federal Acquisition Regulations and Defense Federal Acquisition qui ne dispose donc, aujourd’hui plus que d’une seule offre, celle de Sikorsky !

 

Le Sikorsky VH-92 : 


 

sikorskyvh92_washington-dc_monuments_v4-10i.jpg


 

Le Sikorsky VH-92 est un dérivé du S-92. Le premier appareil a été livré en septembre 2004. Principalement utiliser pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 Cyclone. Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le Sea King. Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Le Sikorsky S-92 est un hélicoptère de transport biturbine, muni d’un rotor principal et d’un rotor de queue quadripales, d’un train d’atterrissage tricycle rétractable et pouvant transporter jusqu’à 22 passagers. Cinq prototypes sont construits, un pour des tests au sol et les quatre autres pour les essais en vol, munis de turbines General Electric CT7-6D. Le premier vol est effectué au centre d’essais de Sikorsky à West Palm Beach, en Floride, le 23 décembre 1998. A partir du troisième prototype, le S-92 reçoit plusieurs modifications. Son fuselage est rallongé de 40cm, le stabilisateur horizontal est repositionné sur le côté gauche de la poutre de queue, qui elle, est raccourcie de 1,04m. Ces modifications permettent de résoudre des problèmes de stabilité en tangage, facilitant ainsi son utilisation dans des conditions de vols difficiles avec des vents importants. Cela a également permis de rajouter une rangée de trois sièges, portant la capacité de transport du S-92 à 22 passagers. La structure de l’appareil est en aluminium et en matériaux composites, ces derniers représentent 40% de la masse totale de l’appareil. 

Le poste de pilotage est équipé de systèmes de navigation modernes, ainsi que de quatre écrans multifonctions. Les pilotes sont assis sur des sièges Martin-Baker anti-crash et utilisent deux manettes qui permettent, grâce aux divers capteurs et de l’ordinateur de gestion du vol, de contrôler l’appareil en tangage, roulis et lacet. Le poste de pilotage est chauffé, ventilé et climatisé indépendamment de la cabine. Un équipement quasi complet permet une sécurité en vol maximale : deux systèmes automatiques de contrôle de vol (AFCS), des systèmes anticollision (TCAS) et d’avertissement de proximité du sol (EGPWS) et un radar météorologique placé dans le nez de l’appareil. Les systèmes vitaux de l’appareil sont redondants, la cellule offre une bonne résistance en cas de crash et la boite à vitesse peut fonctionner durant ½ heure sans huile. En cas d’amerrissage forcé, un système de flottaison se gonfle automatiquement, comprenant également deux radeaux d’une capacité de quinze personnes chacun à l’avant des flotteurs.

Dans le cadre du programme VXX, Sikorsky propose le S-92 dans le standard VH-92 aux moteurs plus puissants et entièrement construit par des entreprises américaines. Les systèmes électriques et hydrauliques sont installés en triple exemplaires et le système d’alimentation en carburant se fait par aspiration, ce qui évite d’éventuelles fuites dues à la pression. Les systèmes de pilotages sont également redondants. Les réservoirs de carburant auto-obturant, placés à l’extérieur de la cabine, sont capables de supporter des impacts d’obus de 23mm. L’appareil possède un système de dégivrage et est également protégé contre la foudre et les champs de rayonnement d’intensité élevée.


 

Sikorsky_s92(Jarvin).jpg


 

Photos : Le Sikorsky VH-92 « Marine One» @ Sikorsky

11:35 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sikorsky, marine one, programe vxx, vh-92 |  Facebook | |

30/07/2013

Marine One : AgustaWestland abandonne !

723349705.jpg


 

 

C’est une bien mauvaise surprise pour l’aéronautique européenne, le constructeur AgustaWestland vient d’annoncer qu’il quittait la compétition pour le futur hélicoptère Présidentiel américain, laissant ainsi la place à l’américain Sikorsky.

 

Cette décision est d’autant plus grave, puisque sous l’administration de G.W. Bush le VH-71 «Kestrel» (AW101) d’AgustaWestland avait remporté le concours, nous étions en 2005. 

 

L’Administration Obama veut freiner l’Europe :

 

Comment expliquer cette décision ? AgustaWestland s’est retrouvé comme Airbus-Military et son A330 MRTT face à un changement de politique avec l’arrivée des démocrates à la Maison Blanche, un changement qui est clairement en faveur du lobbying américain et qui ne laisse aucune chance aux industriels étrangers. 

 

Pour AgustaWestland, la nouvelle méthodologie d’évaluation et les changements du cahier des charges favorisent très nettement les appareils américains. Ce qui est d’autant plus regrettable c’est que le VH-71 «Kestrel» répondait parfaitement aux besoins du futur «Marine One». 

 

L’Aministration Obama n’a pas simplement, changer les règles du programme VXX, elle a discrètement imposé sa vision.  En 2008 elle a rejeté le choix du VH-71 «Kestrel» européen en passant commande d’un appareil qui n’était pas prévu dans la compétition, soit le MV-22B «Osprey» dont les premiers exemplaires ont été livrés ce printemps (voir article du (16/05/2013). Restait alors le Sikorsky VH-92 et l’AgustaWestland VH-71.


 

3090944719.jpg


 

Porte ouverte pour Sikorsky :

 

Dès lors, les jeux sont faits (pipés), le constructeurs américain Sikorsky devrait remporter la seconde tranche du contrat avec son VH-92 et peut-être même s’assurer de pouvoir à terme, placer quelques MH-60 «Black Hawk» d’escorte.

 

2032109030.jpg



 

Le Sikorsky VH-92 est un dérivé du S-92. Le premier appareil a été livré en septembre 2004. Principalement utiliser pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 Cyclone. Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le Sea King. Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement.

 

Photos : 1 Le VH-71 Kestrel n’emportera pas le Président @ AgustaWestland 2 MV-22B Osprey @ Boeing-Bell 3 Sikorsky VH-92 @ Sikorsky

 

12:02 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : marine one, vh-71 kestrel, mv-22b osprey, vh-92 |  Facebook | |

16/05/2013

Marine One : On recommence !

600789_10151350265345194_337263508_n.jpg


 

STRATFORD, Connecticut, la marine américaine vient de relancer le programme (VXX) de remplacement de l'hélicoptère présidentiel par l'émission d'une demande de proposition finale. Trois appareils s’affrontent  aujourd’hui, le VH-71 «Kestrel» (dérivé de l’AW101), le VH-92 et le MV-22B.

 

Rappel sur le programme VXX :

 

Les plus anciens hélicoptères qui équipent le Corps des Marines (Marine Helicopter Squadron One) qui transportent le président des Etats-Unis, le Vice président ainsi que les différents secrétaires d’Etat ont atteint l’âge vénérable de 40 ans, Il s’agit des Sikorsky VH-3D (issus du modèle S-61) complété dans les années nonante par des VH-60N «White-Hawk» (Sikorsky AH-60 Black-Hawk), la flotte du gouvernement américain compte près de 28 machines. 

Le programme VXX a été mis en route en 2005 dans le but de trouver un successeur pour la Maison Blanche.

 

Initialement, le nouvel hélicoptère choisit et l’AW-101 «Merlin» du consortium Agusta Westland qui devait prendre l’appellation VH-71 «Kestrel» (lorsque le Président est à bord l’indicatif radio est «Marine One»). Sauf, que cette décision a été remise en question puis finalement mise de côté en 2009. 

 

Trois concurrents :

 

En espérant qu’il s’agisse du dernier épisode de ce long feuilleton, la marine se retrouvent avec trois appareils en concurrence, soit deux hélicoptères et un tilt-rotor.

 

Arrivée du MV-22B Osprey :

 

Un appareil dispose déjà d’une certaine avance, il s’agit du programme offert par Boeing avec une version VIP de son V-22 «Osprey». En effet, en avril 2011 et pour palier au départ à la retraite imminent des VH-3D «Sea Stallion» le gouvernement Obama a passé commande de 12 appareils en version MV-22B qui vont progressivement entrer en fonction ces prochaines semaines. Dans un premier temps les MV-22B ne devraient pas transporter le Président des Etats-Unis, mais en premier lieu le «Staff » présidentiel.

 

Par conséquent, la question du remplacement des hélicoptères dévoués à l’homme fort de la Maison blanche reste encore en suspend. 

 

La question pour Boeing est de savoir si son MV-22B remplacera complètement la flotte actuelle, avec une seconde commande, ou si l’appareil sera complété par un hélicoptère conventionnel ?

 

L’un des deux hélicoptères sera-t-il choisi ?


 

723349705.jpg


 

L’européen AgustaWestland en partenariat avec Northrop-Grumman qui avait initialement remporté la compétition avec le VH-71 «Kestrel» un dérivé de l’AW101 «Merlin» espère bien cette fois-ci placer son appareil pour de bon. Le VH-71 dont un exemplaire a été testé sur les installations de Patuxent Rivers, il dispose d’équipements spéciaux pour répondre aux besoins du cahier des charges. L’hélicoptère a reçu un système de contre-mesures anti-missiles, d’un système complet de brouillage et d’alerte radar et laser. Par ailleurs, pour garantir une parfaite sécurité de ses occupants l’appareil a reçu un blindage et des renforts de sécurité en cas de crash. 

 

Sikorsky dans la course :


 

VH-92_10.jpg


 

Le second constructeur américain, Sikorsky vient de se lancer avec une version adaptée de son VH-92 (dérivé du S-92), qui a été modifiée pour répondre aux besoins du cahier des charges.

 

Le Sikorsky S-92 est un hélicoptère de transport susceptible de remplacer les H-3 Sea King. Le premier appareil a été livré en septembre 2004. Principalement utiliser pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 Cyclone. Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le Sea King. Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement.

A suivre.....

Photos : 1 Le premier Boeing MV-22B «Osprey» @ Boeing 2 AgustaWestland/Northrop-Grumann VH-71 «Kestrel» @ AW 3 VH-92 Sikorsky @ Sikorsky