12/05/2018

Arrivée prochaine du premier CH-53K au sein de L’USMC !

ch-53k_rollout_500.jpg;width=560.jpeg

Le Corps des Marines des Etats-Unis 8USMC) devrait prendre livraison du premier exemplaire de production de l’hélicoptère lourd de nouvelle génération Sikorsky CH-53K « King Stallion » au début de la semaine prochaine.

L'hélicoptère de transport lourd doit être reçu à MCAS de New River en Caroline du Nord. L’USMC a déclaré qu'il prévoyait de soumettre le « King Stallion » à son plan de test de supportabilité en effectuant une évaluation logistique de l'entretien, du maintien en puissance et du soutien global de l’aéronef.Cette phase d’essai doit permettre de valider le nouvel appareil aux besoins de l’USMC avant son entrée en service officiel.

Le CH-53K « King Stallion » ressemble à son prédécesseur, le CH-53E « Super Stallion », mais il a trois fois la capacité de levage. Il peut transporter une charge externe de 12’200 kg (27 000 lb) sur 110 nm (204 km).

L'USMC a l'intention de remplacer sa flotte vieillissante de CH-53E, introduits pour la première fois à la fin des années 1970, avec 200 CH-53K. Le prix unitaire moyen de l'aéronef est estimé à environ 87 millions de dollars,  si les 200 CH-53K sont commandés.

Le CH-53K "King Stallion" :

Bien que conçu de la même taille que les CH-53E « Super Stallion», qu’il doit remplacer à partir de 2019,  le CH-53K permettra de tripler la capacité de transport de charge externe à plus de 27 000 lb sur une distance de plus de 110 miles nautiques. Doté d’une nouvelle motorisation General-Electric GE38-1B offrant un meilleur couple  surmonté de d’un rotor de quatrième génération en composite. La cellule est également nouvelle car entièrement en matériaux composites. Encore plus puissante (ses 3 turbines délivreront environ 6000 ch chacune), ravitaillable en vol, équipée de systèmes de communications de dernière génération, le CH-53K est optimisé pour le transport par temps chaud en opérant à partir de terrains peu préparés et deviendra la référence de sa catégorie. En matière de transport, le CH-53K pourra par exemple emporter en interne une Jeep «Humvee».

CH-53K-prototypes-lined-up-21-12-16-800x445.jpg

Photos :le CH-53K « King Stallion » @ Sikorsky

28/04/2018

Problèmes à répétition pour le premier déploiement du F-35 !

1000w_q95.jpg

J’aurais aimé vous donner de bonnes nouvelles du programme F-35, malheureusement une fois de plus, les informations qui nous parviennent ne sont pas encourageantes. Les dernières mauvaises nouvelles concernent le déploiement de l’avion au Japon. L’US Marins Corps attendaient beaucoup de cet exercice extérieur et nombreux sont les observateurs qui espéraient « enfin » voir le F-35 sortir du long et ténébreux tunnel dans lequel il s’est engagé.

Problèmes à répétitions :

Depuis le déploiement du Lockheed-Martin F-35B « Lightning II » par le Corps des Marines des États-Unis à destination du MCAS d’Iwakuni, au Japon, en janvier 2017, l'avion a été confronté à un assortiment de problèmes de maintien en puissance. Au total se sont 16 F-45B du VFMA-121 qui ont été déployés à Iwakuni.

De nombreux problèmes affectant le premier déploiement outre-mer du F-35 sont de nature logistique et sont liés à la distance entre l'avion et les installations de maintenance et de fabrication de pièces aux États-Unis, selon un rapport publié le 25 avril dernier par le Government Accountability Office (GAO).

Les problèmes avec la chaîne d'approvisionnement du F-35B comprennent de longs temps de déplacement pour les pièces, des dates de livraison estimées inexactes, des retards aux douanes et des difficultés à expédier les équipements du système d'information logistique (ALIS).

Mais il y a pire, le Corps des Marines a appris qu'il devait prendre en considération «les préoccupations météorologiques lors de l'expédition du matériel via ALIS», a déclaré le GAO. "Alors que les avions ont été transférés au Japon via l'Alaska, ALIS a été déplacé à Hawaii en raison de préoccupations sur la façon dont la température de congélation affecterait le système logistique."

Parmi les autres problèmes liés à la maintenance du F-35 au Japon figurent les longs délais de réparation, la maintenance qui devait être rapide et efficiente sur le F-35 s’avère longue et bien plus complexe que prévu. Par ailleurs l’USMC a dû faire face à de nombreuses pénuries de pièces de rechange. De plus, il s’est avéré que lors de l’exercice, certaines pièces de l’avion, pourtant neuves, avaient une faible fiabilité.

Des maladies incurables ?

Le GAO s’interroge aujourd’hui sur les maladies de jeunesse du F-35 qui se transforment en maladies chroniques. Pour les responsables de la maintenance de l’USMC et du GAO, tous les nouveaux avions connaissent des maladies de jeunesse. L’entrée en service à l’époque du Boeing AV-8B « Harrier » qui apportait la capacité de décollage court et atterrissage vertical, puis l’arrivée du F/A-18 A/B « Hornet » ont apporté leurs lots de « petits pépins ». Mais ceux-ci ont été rapidement réglés, lors des premiers déploiements, et n’ont que peu affectés les missions. Avec le F-35, c’est tout le contraire déclare Cary Russel du GAO.

fe7d0925a1d8bcc8ca259400069ba5c2.jpeg

Photos : 1F-35B à Iwakuni 2maintenance du F-35@ USMC

29/10/2017

F-35, pas assez de pièces de rechanges !

1920px-thumbnail.jpg

Un nouveau problème gangrène la mise en service du nouvel avion de combat américain Lockheed-Martin F-35. En effet, il s’avère que les besoins en matière de pièces de rechange ont été jusqu’ici sous-estimés.

Actuellement, près de 250 F-35 sont en service et cette flotte devrait tripler d’ici 2021. Hors, le nouveau jet n’a pas pu voler durant 22% du temps entre janvier et août en 2017 en raison de la pénurie de pièces de rechange, selon un rapport du Government Accountability Office (GAO) publié cette semaine à Washington.

La maintenance a accumulé six ans de retard, ce qui a entraîné un délai moyen de réparation des pièces de 172 jours, soit le double de l'objectif du programme. L'achat de pièces prend de deux à trois ans, y compris une longue période contractuelle suivie d'un délai supplémentaire pour produire des pièces.

Soucis pour l’US Navy et l’USMC :

Le US Marine Corps et l’US Navy prévoient de déployer le F-35 sur les navires après 2018, mais ils ne pourront pas le faire sans une maintenance nécessaire en mer. Pendant ce temps, le programme continue de se heurter à des retards dans le système d'information logistique autonome (ALIS), un système de maintien en puissance complexe que certains partenaires internationaux du F-35 rejettent.

Il semble donc, qu’une fois les livraisons terminées, le programme continuera de faire face à des problèmes de maintien en puissance, puisque le Pentagone n'a pas identifié toutes les données techniques requises de l'entrepreneur principal pour assurer la performance et le soutien du système d'armes, selon le GAO. 

« En 2014, nous avons recommandé que le bureau du programme élabore une stratégie à long terme pour inclure l'identification de tous les besoins des données techniques critiques et de leurs coûts associés », déclare le GAO. "En septembre 2017, le programme a pris quelques mesures pour développer une stratégie, mais il n'a pas identifié tous les besoins critiques et leurs coûts associés."

 

Photo : le F-35 de Lockheed-Martin @ USAF

 

01/09/2017

Production a taux faible lancée pour le CH-53K !

Lockheed Martin helicopter.jpeg

Le Naval Air Systems Command a attribué à Sikorsky (Lockheed-Martin) un contrat premier contrat de production initiale à faible taux (LRIP) portant sur deux hélicoptères lourds de nouvelle génération CH-53K « King Stallion ». Ce contrat suit la décision du Conseil d'acquisition de la défense (DAB) approuvant la production LRIP.

«L'obtention de l'approbation du Corps des Marines des États-Unis pour l'attribution du premier contrat de production est rendu possibles grâce au travail de Sikorsky, Naval Air Systems Command (NAVAIR) et de l'équipe du Marine Corps des États-Unis», a déclaré le Dr Mike Torok, vice-président, programmes CH-53K.

Ce premier contrat d’une valeur 303 millions de dollars, verra la livraison par l’hélicoptériste Sikorsky des deux premiers CH-53K destinés au Corps des Marines américains en 2020, ainsi que des pièces de rechange et un support logistique. L'assemblage aura lieu au siège de Sikorsky à Stratford, dans le Connecticut.

Le programme d'enregistrement du ministère des Défense des États-Unis demeure à 200 avions CH-53K. Le Corps de la marine des États-Unis a l'intention de mettre en place huit escadrons de service actif, un escadron de formation et un escadron de réserve pour soutenir les besoins opérationnels.

Le CH-53K "King Stallion" :

Bien que conçu de la même taille que les CH-53E « Super Stallion », qu’il doit remplacer à partir de 2019,  le CH-53K permettra de tripler la capacité de transport de charge externe à plus de 27 000 lb sur une distance de plus de 110 miles nautiques. Doté d’une nouvelle motorisation General-Electric GE38-1B offrant un meilleur couple  surmonté de d’un rotor de quatrième génération en composite. La cellule est également nouvelle car entièrement en matériaux composites. Encore plus puissante (ses 3 turbines délivreront environ 6000 ch chacune), ravitaillable en vol, équipée de systèmes de communications de dernière génération, le CH-53K est optimisé pour le transport par temps chaud en opérant à partir de terrains peu préparés et deviendra la référence de sa catégorie. En matière de transport, le CH-53K pourra par exemple emporter en interne une Jeep «Humvee».

 

2999381134.jpg

Photos : CH-53K « King Stallion »@ Sikorsky

 

 

31/08/2017

Essais au sol pour le V-280 « Valor » !

 

21233.jpg

Bell Textron a débuté les premiers essais au sol de son V-280 « Valor ». Selon le calendrier du programme, le prototype devrait également effectuer son vol inaugural avant la fin de l’année.

Le Bell V-280 «Valor» dont le design a été présenté pour la première fois le 10 avril 2013, lors de l'Army Aviation Association of America Annual Professional Forum and Exposition à Forth Worth au Texas. Le V-280 est un aéronef multi-rôle susceptible de répondre au programme «Vertical Lift Program» du département de la Défense. L'armée américaine et le ministère de la Défense sont en effet, à la recherche d’un hélicoptère capable à l’avenir de voler à une vitesse de 230 nœuds, en lieu et place des 140 actuels.

Le concept du V-280 «Valor» est basé sur la gamme des « tilt-rotors » de troisième génération, fortement inspiré du V-22, mais légèrement plus petit. Une des grosses différences avec le V-22 est que les moteurs du V-280 seront fixes et ne pivotent pas avec le rotor, ce qui réduit la complexité et le nombre de pièces mobiles.

Le Bell V-280 «Valor» à rotors basculants doit offrir selon son concepteur, les plus hauts niveaux de maturité et de préparation technique. Le Bell V-280 aura la capacité d'effectuer une multitude de missions avec une vitesse inégalée avec une grande agilité. 

Deliverable 4 US Marines Scenic.jpg

 

Photos : 1 Le prototype au essais au sol 2 Image de synthèse @ Bell Textron