21/01/2017

Un nouvel HUD pour le F-22 « Raptor » !

1280px-Lockheed_Martin_F-22A_Raptor_JSOH.jpg

Lockheed-Martin a choisi l’équipementier BAe Systems pour remplacer l'écran tête haute (HUD) 2 Head up display" sur les F-22 « Raptor » en service au sein de l’US Air Force.

L'unité d'affaires des systèmes électroniques de BAE à Rochester au Royaume-Uni fournira son nouveau HUD entièrement numérique (DLE) avec un contrat de développement qui conduira à la pleine production pour l'ensemble de la flotte de F-22.

Le HUD DLE de BAE Systems : 

BAe Systems a développé HUD DLE (Digital Light Engine ) qui enlève la source conventionnelle d'image du tube à rayons cathodiques et introduit une solution d'affichage numérique plus avancée. La technologie numérique offre une fiabilité accrue, diminue la maintenance et fournit une performance de luminance constante. De plus, le HUD DLE offre des avantages d'espace et de poids combinés à la dernière technologie des guides d'ondes optiques. Sa conception modulaire et légère améliore la sécurité de vol, réduisant la fatigue et augmentant la conscience de la situation jour et nuit. Il fournit un fonctionnement sans interruption avec des lunettes de vision nocturne (NVG). Il permet des améliorations de capacité incrémentales avec un impact minimal sur le casque et l'installation dans l'avion. 60% plus petit et 50% plus léger qu'un HUD classique, il s'intègre facilement dans les cockpits actuels et futurs.  

1434573512586.jpg

Rappel :

Le F-22 a été conçu pour réduire au maximum sa signature radar qui, au final, est environ 100 fois inférieure à celle d’un F-15 «Eagle» bien que les deux avions aient à peu près la même taille. L'avion est entièrement recouvert d'une peinture absorbant les ondes radar. De plus, les surfaces de contrôles sont conçues par thermoformage pour éviter d'utiliser des rivets qui créeraient des aspérités et ses antennes et détecteurs sont noyés dans le revêtement.

Pour réduire la signature infrarouge le F-22  dispose d’un système de refroidissement très sophistiqué. La chaleur est évacuée dans le carburant et part dans le sillage des réacteurs. Ce système ayant été calculé avec une tolérance réduite, quand l'avion termine sa mission, les équipements internes sont à haute température et pour diminuer la chaleur, les soutes sont ouvertes au sol. C'est l'une des raisons qui font que les frais de maintenance  du F-22 sont particulièrement élevés.

Le Raptor dispose de son armement dans deux soutes latérales et une soute ventrale, afin, de maintenir sa furtivité. Les soutes latérales peuvent contenir 1 missile AIM-9 «Sidewinder»chacune. La soute ventrale peut recevoir 4 à 6 missiles AIM-120 AMRAAM, dans les soutes latérales et 2 AIM-120 AMRAAM ou 8 bombes GBU39. Le F-22 dispose également de 4 pylônes sous les ailes, utilisables, lorsque la furtivité n'est pas indispensable.

Le radar principal de type AESA est couplé directement aux divers capteurs noyés dans la cellule. Les moteurs Pratt & Whiney F119 qui produisent environ 38.000 livres de poussée chacun, permettent une vitesse de croisière Mach 1,8, sans postcombustion. Avec postcombustion la vitesse maximale est d’environ Mach 2,2. L’avion peut voler à 60.000 pieds. Les tuyères des réacteurs sont dotées de la poussée vectorielle et peuvent être orientées de 40 degrés vers le haut ou le bas, soit pour améliorer la manœuvrabilité lors d'un combat aérien, soit pour réduire la distance de décollage.

Le F-22 est le premier avion militaire à disposer d'un tableau de bord entièrement composé d'écrans LCD multifonctions couleurs, en complément du système HOTAS (MMM, Mains sur Manettes et manche) et du viseur tête-haute.

f-22 raptor,bae systems,hud,blog défense,infos aviatin,les nouvellles de l'aviation,usaf

 

Photos : 1 F-22 « Raptor » @ USAF@ ROB Schenk 2 & 3 module HUD DLE @ BAe Systems

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

04/12/2016

L’USAF va remplacer ses derniers UH-1N « Huey » !

yourfile.jpg

L'US Air Force a publié un projet de demande de propositions en vue du remplacement des derniers UH-1N « Huey » encore en service. Au total se sont 84 nouveaux hélicoptères qui devront être achetés.

Le programme de modernisation doit venir remplacer notamment les 59 UH-1N « Huey » datant de la guerre du Vietnam qui soutiennent les bases de missiles balistiques intercontinentaux nucléaires dans le Wyoming, le Montana et le Dakota du Nord.

Selon le cahier des charges émis par l'armée de l'air, le nouvel l'hélicoptère de remplacement doit pouvoir transporter au moins neuf soldats équipés et ceci à une vitesse d'au moins 135kt. De plus, le nouvel hélicoptère doit pouvoir disposer d’un rayon d’action de 225 nm (416 km) avec une endurance de 3 heures.

Après avoir examiné initialement un achat à fournisseur unique, soit l’hélicoptériste Sikorsky avec son UH-60M « Black Hawk », l’USAF a annoncé vouloir avancer avec une concurrence ouverte. Avec cette annonce les fabricants suivant se sont déclarés intéressé à concourir, il s’agit : d’Airbus avec l’ UH-72A « Lakotas », Leonardo avec l’AW139 et Bell Helicopter avec son UH-1Y « Venom » et Sikorsky avec UH-60M « Black Hawk ».

L’UH-72A « Lakota » :

2791558120.jpg

L’UH-72A « Lakota » est la version militaire de l’hélicoptère civil H145 d’Airbus Hélicoptères (ex Eurocopter). La dénomination UH (Utility Helicopter) est propre à l’armée américaine. L’EC-145 est, avec la gamme H135/635 la nouvelle génération d’hélicoptères de la gamme légère du constructeur européen. Hélicoptère bimoteur polyvalent, il est utilisé pour une vaste gamme de missions telles que : la sécurité intérieure, la répression des drogues, un soutien logistique et d'évacuation médicale (MEDEVAC). Pour les ambulances et les missions d'évacuation médicale, la cabine peut accueillir deux civières, plus un chef d'équipe (qui est qualifié pour faire fonctionner le treuil et autres matériels d'équipement aéronautique) et d'un accompagnateur médical. L'UH-72A dispose d’un système de communications tactiques de type RT-5000 à large bande. L'hélicoptère est motorisé par deux Turbomeca Arriel 1E2, chacun fournissant 550kW de puissance au décollage et 516kW puissance continue.

L’AW139 :

3114915098.jpg

L’AW139 est devenu l'hélicoptère le plus vendu de sa catégorie pour une variété impressionnante de rôles commerciaux et gouvernementaux qui répondent aux exigences les plus exigeantes à travers le monde. Depuis sa certification en 2003, l'AW139 a été constamment amélioré pour atteindre des niveaux toujours croissants de performance, la sécurité, l’efficacité de la mission et la capacité de répondre aux dernières exigences très difficiles des clients actuels et futurs. Le seul hélicoptère de nouvelle génération dans sa catégorie de poids, l'AW139 établit de nouvelles normes de performances dans sa catégorie, avec la plus grande cabine de sa catégorie, une vitesse de croisière maximale de 165 noeuds (306 kilomètres par heure) et une portée maximale au-delà de 570nm (1060 km) avec carburant auxiliaire. Les AW139 sont dotés d’une motorisation de type Pratt & Whitney Canada PT6C-67C. Le poste de pilotage intégré et avancé doté d’une avionique de dernière génération minimise la charge du pilote permettant à l'équipage de se concentrer sur les objectifs de mission. 500 appareils sont déjà en service dans des nombreux  rôles y compris EMS/SAR/VIP/ transport corporate, application de la loi et de transport militaire. Près de 170 clients de plus de 50 pays ont commandé plus de 640 hélicoptères AW139 jusqu'ici.

Bell UH-1Y « Venom » :

1203688598.JPG

Le Bell UH-1Y « Venom » est destiné à remplacer le bon vieux Bell UH-1 « Iroquois » dans le corps des Marines. La principale amélioration est l'installation d'un rotor quadripale au lieu du bipale de son prédécesseur. En fibres composites, il est conçu pour résister à plusieurs impacts directs par des armes de calibres allant jusqu'à 23 mm. L'appareil présente aussi des turbines et une transmission améliorée, une avionique et une électronique modernisées, grâce à l'ajout d'écrans LCD multifonctions. L’UH-1Y a une charge utile augmentée de 125 % par rapport à l'Iroquois, un rayon d'action augmenté de 50 % , une plus grande vitesse de croisière ainsi qu'une réduction des vibrations de la structure, améliorant la stabilité de l'appareil. Cet aéronef est équipé d'un capteur infrarouge de 3e génération de type (FLIR).

Le Sikorsky UH-60 « Black-Hawk » :

2961868939.jpg

Le « Black-Hawk » est un hélicoptère utilitaire moyen développé pour l’armée américaine. Conçu par Sikorsky pour remplacer le célèbre UH-1, cet hélicoptère effectua son premier vol en 1974 et fut admis au service actif en 1979. Malgré son coût élevé, le « Black-Hawk » est un hélicoptère tactique très apprécié et qui possède d'excellentes qualités de vol et une bonne maniabilité. L’UH-60se décline en près de 17 versions spécialisées.

Sikorsky UH-60M «Black-Hawk» dispose de la motorisation de type General-Electric T-700-701D,  montés au dessus de la cabine. Cette dernière est conçue pour amortir au mieux, les chocs en cas de crash, il dispose de deux larges portes coulissantes assez large pour accueillir jusqu’à 20 personnes. La survie est améliorée par une résistance accrue aux impacts de balles et de canons, grâce à différents blindages et une redondance des systèmes.

Photos : 1 Bell Uh-1N « Huey » @ USAF 2 UH-72 « Lakota »@ Airbus 3 AW139 @ Leonardo 4 Bell UH-1Y « Venom »@ Bell 5 UH-60M @ Sikorsky

 

 

 

 

 

 

04/11/2016

C-5M « Super Galalxy » pour la Garde Nationale !

1478103674260.jpg

Marietta, Lockheed-Martin a livré un nouvel exemplaire du C-5M « Super Galaxy ». Ce C 5M sera affecté à la 433e Escadre aérienne américaine, soit une unité de commandement de la Réserve aérienne de la Base de San Antonio-Lackland au Texas.

L’aéronef numéro de série 87-0038 de la US Air Force numéro 124 avait été livré à l'armée de l'air en décembre 1988 en tant que C-5B et avait enregistré environ 18’950 heures de vol avant le vol.

A ce jour l’ensemble des C-5M « Super Galaxy » ont été livré à l’US Air Force, soit un total de 32 appareils. Les appareils encore en cours de rénovation sont tous affectés à la Garde Nationale.

Le C-5M «Super Galaxy»: 

Le C-5 «Super Galaxy» modernisé est doté d’un nouveau tableau de bord est d’une avionique modernisée, dont des écrans plats, un nouveau système de communication, un nouveau système de pilotage automatique. Question motorisation, l’avion est doté de moteurs General Electric CF6-80C2 qui offrent 22% de puissance supplémentaire, permettant une course au décollage plus courte de 30% et un taux de montée supérieur de 38% par rapport aux versions antérieures.

Le C-5M peut dès lors, transporter une charge de 176,610 lb (80,110 kg) à plus de 41.100 pieds (12.500 m) en 23 minutes, 59 secondes. Le C-5M à d’ailleurs battu le record du monde de transport de charge utile à la plus haute altitude, soit une charge de 294,690 kg à 2.000 mètres.

Les C-5M  «Super Galaxy» devront pouvoir rester en service durant les quarante prochaines années au sein de l’US Air Force. L’USAF a décidé de convertir l’ensemble des C-5B et C en version M. L’ensemble de la flotte sera convertie comme prévu, d’ici 2016.

 

Photos :  C-5M Super Galaxy  @ Lockheed-Martin

 

11/10/2016

Les F-15 seront dotés d’un IRST !

260776.jpg

Boeing a reçu un contrat en vue d’équiper la flotte d’avion de combat F-15 C/D « Eagle » d’un système de capteur IRST (Infra Red Search and Track) pour un montant de 198 millions de dollars.

L’US Air Force prévoit d’acquérir 132 systèmes IRST pour venir équiper les escadrons de service actifs ainsi que ceux de la Garde Nationale.

Une fois le fournisseur de pod IRST choisi, Boeing sera chargé de l'intégration de la nacelle avec d'autres systèmes du F-15, y compris le radar réseau à balayage électronique actif de Raytheon.

Deux modèles possibles :

wmlnl40wy54zzrkzjtha.jpg

Boeing va pouvoir disposer de deux modèles de système susceptibles de venir équiper la flotte d’Eagle. Il s’agit des nacelles AAS-42 IRST de Lockheed-Martin, l’OpenPod de Northrop-Grumman.

Avec le montage d’un capteur IRST, et les nombreuses mises à jour engagées la flotte de F-15C/D, celle-ci devrait maintenant rester en service jusqu'en 2040. Du moins en ce qui concerne les appareils dont le potentiel cellule est encore suffisant.

Northrop OpenPod 8 June 2015.jpg

Nouveau processeur :

Pour garantir l’intégration de ce nouveau système ainsi que du système BAe EPAWSS qui permet de tracer les signaux radar à un endroit pour ensuite les cibler, Boeing teste en ce moment un nouveau processeur d'affichage qui permettra de prendre en charge le flot d'informations générés par le radar amélioré, l’IRST et l’EPAWSS.

Une situation compliquée :

L'US Air Force est actuellement aux prises avec un dilemme en ce qui concerne ses capacités de supériorité aérienne. Avec les plates-formes de combat qui vieillissent rapidement alors que le remplacement de celles-ci n’est pas disponible. En effet, il faudrait aujourd’hui à l’USAF pouvoir compter sur une cinquantaine de F-22 « Raptor » supplémentaires alors la chaîne de fabrication est définitivement fermée. Le F-35 continue de se faire attendre et ne pas disponible en nombre suffisant avant 2025 au minimum.

Boeing serait prêt à produire de son côté des « Silent Eagle » neufs pour venir combler rapidement le manque d’avions, mais les finances manquent car entièrement déployées pour le F-35 !

 

Photos : 1 F-15C Eagle @ Rick Ingham 2 AAS-42 IRST@ Lockheed-Martin 3 OpenPod@ Northrop-Grumman

 

02/10/2016

Un AC-130 « Gunship » laser ?

549a5a2610f2f6cd258a89534caddbaa.jpg

Verra-t-on un jour un Lockheed-Martin AC-130 « Ghostrider » doté d’un canon laser ? La question est sérieuse. En fin de semaine dernière, l’US Special Operations Command a demandé un financement au ministère de la Défense pour le budget 2018, afin de tester un AC-130 avec une arme laser à haute énergie.

Selon l’Air Force Special Operations Command, si ce budget est accepté, un AC-130W sera prélevé sur l’inventaire actuellement en réserve basé à Cannon AFB au Nouveau-Mexique. Un porte-parole de l’AFSOC confirme de son côté que ses millions de dollars ont déjà été mis de côté pour les essais au sol et en vol.

Le Pentagone septique :

Du côté du Pentagone, on se montre encore septique en ce qui concerne les armes à énergie dirigée, et principalement en ce qui concerne les lasers aéroportés. En effet, ceux-ci ont montré des problèmes d’adaptation lors de conditions atmosphériques difficiles. De plus les problèmes de taille et de poids ne sont pas encore résolus.

Mais du côté de l’AFSOC, il est grand temps d’aller de l’avant dans ce domaine et de travailler justement à la réduction du poids et à la miniaturisation des éléments du futur canon laser. La question semble également s’inscrire dans une optique de concurrence face à la Chine et à la Russie qui sont eux aussi embarqués discrètement sur ce type d’armes.

L’AC-130J «Ghostrider»:

L’AC-130J «Ghostrider» est doté d’un radar à ouverture synthétique, de capteurs infrarouge d’un canon de 30mm, de missiles AGM-176 «Griffin». L’avion peut également mettre en oeuvre la bombe de petit diamètre de type GBU-39 (SDB laser). 

Les capteurs permettent d’identifier visuellement ou électroniquement,  les forces et les cibles terrestres amies à tout moment, même dans des conditions météorologiques défavorables.

L'avion est optimisé pour le ravitaillement en vol en mode universelle avec le système  «Air Prise Slipway». Pour répondre aux exigences de puissance imposées par l’avionique et les différents systèmes, l'AC-130J est équipé de 60 générateurs d'amplification qui offrent une production accrue en électricité.

Pour la protection de l’appareil, L’US Air Force a opté pour le système de contre-mesure électronique (DIRCM) AN/AAQ-24 Nemesis  produit Northrop-Grumman qui équipe notamment le C-17 «Globemaster III».

 

1*QUAZnRYAEFAoiyo2H8RTxQ.jpeg

Photos : 1 AC-130 H 2 Tirs au canon d’un AC-130H @ USAF