06/08/2018

L’USAF prépare l’achat d’un avion d’attaque léger !

ZCYC3ZT37BAMDMOEKDBW5MEVYY.jpg

Après une série d’essais en vol, un accident (crash d’un Embraer A-29 Super Tucano) et une pause suivie d’une réflexion, l’USAF prépare la troisième phase du programme. Cette fois il s’agit de préparer la phase d'acquisitions, avec l'intention d'attribuer un contrat de production.

Pour ce faire, L’USAF a utilisé les données recueillies lors de la phase d’expérimentation d’attaque légère, une série de vols de démonstration sur plus d’un an avec le Sierra Nevada/Embraer A-29 « Super Tucano »  et le Beechcraft AT-6 « Wolverine » de Textron.  L'espoir de ce programme doit permettre de mettre en place une alternative moins chères pour certaines missions utilisant des avions tels que le Lockheed-Martin F-35 et le Boeing F-15 et remplacer en partie seulement le Fairchild A-10 « Thunderbolt II ».

Les responsables de l’US Air Force ont récemment manifesté un intérêt pour une alternative à faible coût en ce qui concerne les missions de soutien aérien rapproché, du moins en ce qui concerne le opérations contre des groupes terroristes ne disposant pas de défense sol-air. Une autre solution devra être trouvée pour l’appui des unités au sol qui combattent des forces protégées par des moyens de défense aérienne.

Demande d’offres :

L’USAF prépare donc un appel d’offre qui devrait être lancé en décembre prochain. Selon toute vraissamblance, le contrat devrait être attribué soit  à Sierra Nevada/Embraer  pour le A-29 « Super Tucano »  ou le Beechcraft AT-6 « Wolverine » de Textron. Soit les deux sociétés ayant été sélectionnées pour les essais et qui ont la capacité nécessaire pour répondre aux exigences dans les délais impartis par l’armée de l’air sans causer un retard inacceptable dans la satisfaction des besoins de l’avion.

L’USAF semble interdire à tout fabricant qui n’a pas participé à la campagne d’essais d’attaque légère de limiter de participer à la demande d’offres. Ceci semble donc être un revers pour Israel Aerospace Industries (IAI) et le constructeur aérospatial tchèque Aero Vodochody qui proposait le F/A-259 « Striker » développé à partir du L-159.

Par contre, il n’est pas clair si IAI et Aero Vodochody pourraient protester contre leur exclusion du programme.

L’AT-6 « Wolverine »:

2928239945.jpg

Basé sur la cellule de son avion d’entraînement militaire AT-6, Beechcraft a développé une version d’attaque au sol & surveillance pour répondre aux besoins d’appui au sol des unités antiguérillas et de lutte contre les narcotrafiquants. Cette solution devrait convenir selon son constructeur d’évoluer à proximité directe des Forces au sol et ceci de manière plus proches que les actuels A-10.  La réalisation de l’AT-6 Light Attack est la conclusion de nombreux essais effectués entre le constructeur et  l’Air National Guard Reserve Command Test de l’Arizona. L’appareil intègre un système de gestion NetCentric  de combat dérivé de l’A-10, permettant l’utilisation d’un viseur de casque, une tourelle FLIR couplée à un armement complet. La cellule est renforcée et permet de résister aux impacts d’armes légères. L’AT-6 dispose également d’une turbine plus puissante que sont petit frère, une Pratt&Whitney PT6A-68D de 1600 chevaux.

L’appareil doit donc pouvoir évoluer et surveiller les frontières, ainsi que les secteurs proches d’unités au sol. Permettre de détecter tout mouvement adverse et d’apporter si besoin une réponse armée.

Le A-29 « Super Tucano :

usaf,avions d'attaque légères,blog défense,aviation et défense

 

Le « Super Tucano » A-29 est doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C deux fois plus puissant que celui du Tucano de base et dispose d’une hélice Hartzell à cinq pales. Son fuselage est également plus long et deux mitrailleuses de 12,7mm Herstal M3P sont incorporées dans des ailes, dotées d’un nouveau profil. Effectuant fréquemment des missions à basse altitude et donc exposé à des tirs terrestres, l’habitacle du « Super Tucano » est protégé par un blindage en Kevlar. Un train d’atterrissage renforcé permet d’utiliser des pistes sommairement aménagées. L’appareil possède 5 points d’accrochage, dont un sous le fuselage, permettant d’emporter jusqu’à 1’500 kg d’armement selon diverses combinaisons. Ainsi, un canon de 20 mm peut être installé sous le fuselage, auquel s’ajoute, soit des bombes en chute libre ou guidées, des roquettes ou des missiles de types : AIM-9 Sidewinder, des MAA-1 Piranha ou des Python 3/4. Des réservoirs extérieurs de carburant peuvent également être utilisés pour augmenter l’autonomie de l’appareil. 

 

Photos : 1 A-29 super Tucano / AT-6 Wolverine  2 AT-6 Wolwerine @ Beechcraft 3 A-29 Super Tucano G Embraer

05/08/2018

La flotte de C-5M « Super Galaxy » au complet !

2318537089.jpg

Lockheed-Martin a livré le dernier avion de transport lourd C-5M « Super Galaxy » à l'US Air Force le 2 août, mettant fin au programme de mise à niveau du service pour les avions de transport lourd datant de la guerre du Vietnam.

L'Air Mobility Command a lancé un programme de modernisation des C-5 en 1998 après qu’une étude ait conclu que les avions vieux de plusieurs décennies avaient 80% de leur durée de vie restante. Depuis lors, Lockheed-Martin a mis à niveau 52 C-5 pour l'USAF avec de nouveaux moteurs, systèmes avioniques et systèmes de diagnostic des mises à niveau qui prolongeront la durée de vie de la flotte jusqu'aux années 2040.

Lockheed-Martin affirme que les nouveaux moteurs sont également dix fois plus fiables et plus silencieux. Et la portée de l'avion a été augmentée de 900 à 5’250 nm par rapport à ses prédécesseurs.

Le premier C-5 a été livré en 1970, avec 128 appareils des versions A, B et C d'origine livrés jusqu'en 1989. Les avions dont la mise à niveau n'était pas prévue ont été retirés en septembre 2017.

Le premier C-5M opérationnel a été livré à la base aérienne de Dover, au Delaware, en 2009. Les avions sont fabriqués à l'usine de Lockheed Martin à Marietta, en Géorgie.

Considéré comme le plus grand moyen de transport de l'USAF, les portes arrière et arrière de l'avion s'ouvrent, permettant aux équipes au sol de charger et de décharger simultanément les cargaisons des deux extrémités, réduisant ainsi les temps de transfert de la cargaison. Sa grande couchette et ses rampes d'accès permettent de transporter des doubles rangées de Humvee.

475414441.jpg

Le C-5 peut également transporter deux chars de combat ou hélicoptères M1A1 de 78 tonnes et d’autres grandes distances intercontinentales.

Le C-5M «Super Galaxy»: 

Le C-5 «Super Galaxy» modernisé est doté d’un nouveau tableau de bord est d’une avionique modernisée dont des écrans plats, un nouveau système de communication, un nouveau système de pilotage automatique. Question motorisation, l’avion est doté de moteurs General Electric CF6-80C2 qui offrent 22% de puissance supplémentaire, permettant une course au décollage plus courte de 30% et un taux de montée supérieur de 38% par rapport aux versions antérieures.

Le C-5M peut dès lors,  transporter une charge de 176,610 lb (80,110 kg) à plus de 41.100 pieds (12.500 m) en 23 minutes, 59 secondes. Le C-5M a d’ailleurs battu le record du monde de transport de charge utile à la plus haute altitude, soit une charge de 294,690 kg à 2.000 mètres.

986366377.jpg

Photos :C-5M « Super Galaxy » @ Lockheed-Martin

23/07/2018

La configuration du futur Air Force One !

yourfile.jpg

Le contrat de 3,9 milliards de dollars de l'US Air Force avec Boeing visant à modifier deux avions de ligne de type B747-8 commerciaux en avion présidentiel VC-25B, communément appelé Air Force One a atteint sa phase de configuration.

Le contrat annoncé le 17 juillet a formalisé un accord de poignée de main que le président Donald Trump a conclu avec le directeur général de Boeing, Dennis Muilenburg, en février. L'USAF affirme qu'elle économisera plus de 1,4 milliard de dollars en utilisant des B747-8 déjà construits. Ceci en réponse à la demande du président Trump.

Les modifications de l'avion incluront l'intégration d'un GPS militaire dans son système de gestion de vol et les capacités d'identification d'ami ou d'ennemi (IFF mode 5) Boeing a été choisi comme maître d'œuvre du programme sans concurrence car aucune autre entreprise n'a la connaissance du B747-8 nécessaire pour modifier fortement sans augmentation significative des prix, selon la justification.

D'autres modifications aux B747-8 incluent le remplacement de l'unité de puissance auxiliaire existante (APU), généralement un Pratt & Whitney PW901A / C sur l'avion de ligne commercial, avec deux APU provenant de sources non nommées. Un deuxième APU est une rareté parmi les avions de ligne modernes et doit assurer qu'ils étaient autosuffisants sur le terrain.

Boeing va également incorporer deux autres portes sur le côté gauche de l'avion, l'une en avant de l'aile et l'autre derrière l'aile, selon le document d'acquisition. Les portes seront munies d'airstairs rétractables pour permettre à l'avion d'embarquer des passagers et des membres d'équipage sans avoir à compter sur des escaliers au sol.

Des modifications supplémentaires seront apportées aux contrôles environnementaux de l'avion, à l'alimentation électrique, à la gestion de l'eau, au système d'alimentation en carburant et aux moteurs, indique la justification.

Par ailleurs les deux avions recevront une capacité de ravitaillement en vol, une protection contre les missiles, un aménagement d’un réseau complet de communications sécurisées qui doit permettre au Président d’assurer la gouvernance en vol. Une zone VIP, un secteur de repos et une salle de conférence et bien d’autres options non divulguées. Les travaux sur les avions seront effectués dans les installations de Boeing à San Antonio, au Texas.

Rappel :

L'USAF prévoit de remplacer sa flotte actuelle d'avions présidentiels, de deux VC-25A B747-200 livrés en 1991, avec deux B747-8 initialement construit pour le transporteur russe Transaero, qui a déposé son bilan en 2015 avant de pouvoir prendre livraison. Les nouveaux avions présidentiels devraient commencer à voler en décembre 2024.

Le nouvel avion présidentiel américain a été sélectionné  à l’époque par l’administration Obama. Le choix s’est porté sur la nouvelle génération du Boeing B747-8« Intercontinental ». Le remplacement des deux aéronefs de type B747-200 présidentiels (VC-25A) stationnés sur la base aérienne d’Andrews AFB est une grande priorité pour l'US Air Force.

Photo :le futur Air Froce One basé sur une cellule de B747-8 @ Boeing

 

 

20/07/2018

Boeing pousse le F-15X pour l’USAF !

hd-aspect-1489434086-advancedeaglegraphite.jpg

Salon de Farnborough,  Boeing lance discrètement une version améliorée avion de son avion de combat F-15 à l'US Air Force en utilisant la même stratégie commerciale qui a convaincu l'administration Trump d'acheter plus d'avions de combat « Super Hornet » pour la Marine.

Le projet F-15X  :

Sous la désignation de projet F-15X, la nouvelle variante du jet offre des commandes de vol plus modernes, un grand écran unique et un radar amélioré. L'avion emporterait également beaucoup plus d’arme avec plus de deux douzaines de missiles air-air, soit une capacité inégalée au sein de l’USAF.

Parfaitement conscient de la situation actuelle, l’avionneur Boeing travaille sur une solution basée sur des améliorations de l’actuel F-15.  Pour Boeing, il s’agit de reprendre les travaux engagés sur le « Silent Eagle » mais avec une capacité d’emport d’armement élargie. Le concept de Boeing « F-15 2.040C » (F-15X ) doit permettre d'étendre la durée de vie de la quatrième génération F-15C en service au sein de l’US Air Force, afin de renforcer la cinquième génération d’avion de combat.  La version 2. 040C permettrait également, selon les études de Boeing, de doubler le nombre de missiles à par avions.

Pour transformer une partie de la flotte actuelle de F-15C/D, Boeing prévoit un paquet de mesures qui comprendraient une mise à niveau du radar Raytheon APG-63 (V) 3 radar à balayage électronique actif avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS «  Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant  de travaillant en binôme avec le F-22.

Le F-15 ainsi modernisé, offrirait la possibilité de travailler directement avec le F-22 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité résident dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes

"Nous voyons le marché se développer à l'international et cela crée des opportunités de revenir parler à l'US Air Force de ce qui pourrait être de futures mises à niveau ou même de futures acquisitions potentielles d'avions F-15", a déclaré Gene Cunningham, vice-président des ventes mondiales de Défense, Espace & Sécurité chez Boeing, a déclaré vendredi au Royal International Air Tattoo en Angleterre.

La Force aérienne n'a pas acheté de nouveaux F-15 depuis qu'elle a passé une commande de cinq F-15E « Strike Eagle » en 2001, une version à deux places qui peut bombarder des cibles au sol et abattre d'autres avions. Le F-15 original a volé pour la première fois en 1972, et de nombreux « Eagle »  air-air actuels de l'Air Force sont entrés en service dans les années 1980. Beaucoup d'entre eux sont plus âgés que les pilotes qui les pilotent.

Pour Boeing l’intérêt du F-15 au sein de l’USAF est double, d’une part le F-22 a été acquis en nombre insuffisant et le F-35 ne répond que partiellement aux besoins et ceci avec encore de nombreux problèmes à résoudre.

Du côté de l’US Air Force, on affirme que les responsables évaluent actuellement un mélange d'avions.

«Nous avons une nouvelle stratégie de défense nationale et la Force aérienne travaille sur le processus de détermination de la Force aérienne nécessaire pour respecter cette nouvelle stratégie de défense nationale a déclaré le général James« Mike »Holmes, chef de l’Air Combat Command.

Parmi les options envisagées figurent les nouvelles versions des F-15 et F-16, selon un observateur de l'USAF.

 

f-15-advanced-eagle.jpg

Photos :Le projet F-15X 2.040C @ Boeing

 

15/07/2018

Le KC-46A prêt pour la livraison !

18BFT000077_32_lrg_high-res.jpg

C’est une étape cruciale qui vient d’être franchie en ce qui concerne le programme de l’avion ravitailleur KC-46A « Pegasus ». L’avionneur Boeing et les équipes de l’US Air Force ont terminé tous les essais en vol requis pour la première livraison de l’avion. La semaine dernière, l'équipe en charge du KC-46 a conclu à la fois ses essais de certification de type militaire et les tests de certification de récepteur avec KC-135, F-16 et C-17. 

« Ceci est une réalisation importante sur le chemin vers la première livraison en octobre », a déclaré Mike Gibbons, Boeing ravitailleur KC-46A vice-président et gestionnaire de programme.

La certification du récepteur, qui a commencé en avril, a été menée de Boeing Field à Seattle et depuis Edwards Air Force Base, en Californie. Dans le cadre de l'essai, le KC-46 et des avions récepteurs ont effectué des vols à différentes vitesses à des altitudes et des configurations spécifiques pour assurer la compatibilité et les performances tout au long de l’enveloppe de chaque récepteur de ravitaillement en carburant. 

L'équipe de test KC-46 a terminé les essais en vol STC en avril et travaille maintenant à travers les documents associés avant l'attributionde la STC. Le programme a six avions à terminés 3’300 heures de vol et délestée deux millions de livres de carburant pendant le ravitaillement des vols avec sur des avons F-16, F/A-18, AV-8B, C-17, A-10, des avions KC-10 et KC-46. 

Le KC-46A «New Generation Tanker»:

Le KC-46A Pegasus «New Gen Tanker» est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 «Dreamliner». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le «New Gen Tanker» se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le «New Gen Tanker» met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «Dreamliner». Le «New Gen Tanker» dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

3797140504.jpg

Photos :le KC-46A « Pegasus » @ Boeing