04/12/2018

Airbus s’allie à Lockheed Martin pour l’A330MRTT !

3.A330-MRTT-RAAF.jpg

Lockheed Martin et Airbus ont signé un accord visant à explorer conjointement les opportunités de répondre au besoin croissant des clients militaires américains en matière de ravitaillement en vol. Les deux entreprises souhaitent fournir des services afin de remédier aux déficits capacitaires identifiés et de satisfaire aux exigences des ravitailleurs de nouvelle génération, capables d’opérer dans les environnements complexes des futurs théâtres d’opérations. 

« Nos clients ont impérativement besoin de capacités de ravitaillement en vol fiables et modernisées afin de préserver leur capacité de projection et leur avantage stratégique », a déclaré Marillyn Hewson, Présidente-directrice générale de Lockheed Martin. « En associant la force d’innovation et l’expertise d’Airbus et de Lockheed Martin, nous serons bien placés pour fournir à l’US Air Force et à ses alliés dans le monde entier les solutions de ravitaillement modernes requises pour relever les défis sécuritaires du 21esiècle. »

 « L’US Air Force mérite la meilleure technologie et la plus haute performance en matière de ravitaillement en vol, et c’est précisément ce que la formidable équipe industrielle regroupant Lockheed Martin et Airbus entend offrir », a déclaré Tom Enders, CEO d’Airbus.

 La coopération des deux entreprises, basée sur l’A330 MRTT (Multi Role Tanker Transport) d’Airbus, doit permettre d’adresser un large éventail d’opportunités allant de besoins court terme en matière de ravitaillement en vol, par exemple sous forme d’une offre de services payants, à la conceptualisation du ravitailleur du futur.

Lockheed-Martin réalise depuis longtemps avec succès l’intégration des systèmes, ainsi que la fabrication et les opérations de MRO de divers gros avions de transport et de ravitaillement. Associée à l’expertise d’Airbus, cette expérience permettra aux deux entreprises de former une équipe solide pour répondre aux futurs besoins en matière de ravitaillement en vol.

Tentative vouée à l’échec ?

Cette alliance qui tente de venir détrôner le KC-46A de Boeing sur le marché des ravitailleurs US a-t-elle une chance de réussir ? L’offre des deux partenaires doit venir combler les retards de livraison du KC-46A pour permettre à l’US Air Force de tenir ses capacités. Certes à court terme il y une option négociable, mais à plus long terme les chance de maintien sont faibles. Par contre, il pourrait y avoir un effet de discréditation du KC-46A à l’exportation et cette alliance pourrait permettre de placer quelques A330MRTT supplémentaires. De son côté, le PDG de Boeing pourra compter sur son amité avec D.Trump pour sauver son ravitailleur, sans oublier que les démocrates avaient, sous Obama, trucidés la vente de l’A330MRTT au profit de Boeing, autant dire que les espoirs sont minces.

Photo : A330 MRTT @ Airbus DS

 

21/10/2018

Préparation de la production du T-X !

tx_flare630x354.jpg

Il n’y pas de temps à perdre, l’avionneur suédois Saab a reçu une commande de Boeing pour la phase de développement de l'ingénierie et de la fabrication (EMD) de l'avion de formation au pilotage avancé T-X. La valeur de cette commande est d'environ 117,6 millions de dollars. La commande durera jusqu'en 2022.

Rappel :

Saab et Boeing ont été choisis par l’armée de l’air américaine le 27 septembre pour le programme T-X, une nouvelle ère pour le partenariat entre Saab et Boeing. Le programme T-X est divisé en plusieurs phases. Cette commande concerne la première phase, EMD, dans laquelle Saab et Boeing industrialisent l'avion T-X avec le client. EMD comprend les tests, la certification des vols militaires américains et la livraison de cinq jets. La phase EMD sera suivie d’une phase de production en série.

«Cette commande est un pas en avant passionnant vers une nouvelle ère en ce qui concerne les jets d'entraînement. Il jette les bases de notre travail commun pendant de nombreuses années. Nous sommes impatients de faire ces prochaines étapes avec Boeing », a déclaré Håkan Buskhe, président et chef de la direction de Saab.

Saab et Boeing ont développé l'avion T-X ensemble. Saab est un partenaire de partage des risques avec Boeing dans le développement. Boeing est le principal contractant désigné pour l’acquisition du système de formation de pilote avancée par l’armée de l’air américaine. Saab sert le marché mondial avec des produits, des services et des solutions de pointe dans les domaines de la défense militaire et de la sécurité civile.

boeing,saab,programme t-x,avions école,jet de école,usaf,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Programme TX :

Le programme TX prévoit en effet, de remplacer la flotte vieille de 45 ans soit près de 350 appareils écoles T-38 « Talon ». Boeing sera le maître d'œuvre et Saab AB le partenaire principal pour couvrir des domaines tels que la conception, le développement, la production, le soutien, les ventes et le marketing.

Le TX de Boeing/Saab :

Le TX de Boeing / Saab comporte une double queue, un grand cockpit avec une excellente visibilité. Des éléments de type LERX ont été repris de la famille F/A-18 « Hornet ». Le TX dispose d’un seul moteur General Electric F404 également utilisé sur le "Hornet" et le "Gripen". Boeing affirme que la conception et la performance de l'avion à double-queue fourni un excellent contrôle, et une très bonne stabilité pour le ravitaillement. Darryl Davis, le président de Boeing's Phantom Works, a déclaré que l'avion a été conçu pour répondre à toutes les exigences du programme, et a noté qu'il offrira un angle d'attaque haut (AoA) et de haute performance en matière d’accélération. Boeing a également souligné que la conception du poste de pilotage offre un positionnement idéal pour l'instructeur avec une très bonne visibilité, tant pour l'instruction en vol que pour la formation avancée en combat aérien visuel. L'offre de Boeing/Saab utilise un cockpit moderne, semblable à celui d'un combattant, avec un écran reconfigurable à grande surface (LAD) qui imite ceux trouvés dans le F-22 et le F-35 et le nouveau Gripen E. Le Boeing TX est également compatible avec les lunettes de vision nocturne. Le Boeing/Saab TX est doté d'une capacité interne de ravitaillement en vol et il dispose d’un point d'ancrage central pour transporter des équipements connexes comme des nacelles. 

 

boeing,saab,programme t-x,avions école,jet de école,usaf,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Photos :le T-X de Saab & boeing, la collaboration entre les deux avionneurs @ boeing

 

05/09/2018

Certification FAA pour le KC-46A !

kc46_av8_highres.jpg

La Federal Aviation Administration (FAA) a accordé au programme de ravitailleur KC-46 de Boeing un certificat de type supplémentaire (STC), en vérifiant que ses systèmes d'avionique de ravitaillement et de mission répondent aux exigences de la FAA. L'étape marque l'achèvement de la certification FAA du KC-46.

Pour recevoir son STC, l'équipe de Boeing a réalisé une série de tests en laboratoire, au sol et en vol, qui a débuté en 2015. Dans le cadre des essais de vol requis, l'équipe a validé le « boom » du KC-46 et DROGUE, soir les deux systèmes (souple et rigide) du systèmes de ravitaillement en vol. Ces deux variante satisfant aux critères de certification de la FAA. » 

Le STC est l'un des deux certifications de navigabilité de la FAA requis. Boeing a reçu un certificat de type pour sa configuration de l'avion de base de type B767-2C en décembre 2017. Toutes les fonctions militaires et de l'équipement peuvent être certifiés par la FAA. L'US Air Force doit également accorder un certificat de type militaire (MTC), qui est attendu dans les prochains mois. L'équipe de Boeing a conclu les essais en vol MTC, qui comprenait le ravitaillement en vol de jet, les systèmes de défense et d'autres spécifiques militaires, au début du mois de juillet dernier. 

Six avions ont soutenu divers segments de la STC et de test MTC. Dans l'ensemble, ils ont accumulé  3’500 heures de vol et délesté plus de trois millions de livres de carburant pendant le ravitaillement des vols avec  des F-16, F/A-18, AV-8B, C-17, A-10, KC-10, KC-135 et avions KC-46. 

Le KC-46A «New Generation Tanker»:

Le KC-46A Pegasus «New Gen Tanker» est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 «Dreamliner». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le «New Gen Tanker» se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le «New Gen Tanker» met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «Dreamliner». Le «New Gen Tanker» dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

KC46-1erRavitaillement_USAF.jpg

Photos : les deux modes de ravitaillement du KC-46A @ Boeing

06/08/2018

L’USAF prépare l’achat d’un avion d’attaque léger !

ZCYC3ZT37BAMDMOEKDBW5MEVYY.jpg

Après une série d’essais en vol, un accident (crash d’un Embraer A-29 Super Tucano) et une pause suivie d’une réflexion, l’USAF prépare la troisième phase du programme. Cette fois il s’agit de préparer la phase d'acquisitions, avec l'intention d'attribuer un contrat de production.

Pour ce faire, L’USAF a utilisé les données recueillies lors de la phase d’expérimentation d’attaque légère, une série de vols de démonstration sur plus d’un an avec le Sierra Nevada/Embraer A-29 « Super Tucano »  et le Beechcraft AT-6 « Wolverine » de Textron.  L'espoir de ce programme doit permettre de mettre en place une alternative moins chères pour certaines missions utilisant des avions tels que le Lockheed-Martin F-35 et le Boeing F-15 et remplacer en partie seulement le Fairchild A-10 « Thunderbolt II ».

Les responsables de l’US Air Force ont récemment manifesté un intérêt pour une alternative à faible coût en ce qui concerne les missions de soutien aérien rapproché, du moins en ce qui concerne le opérations contre des groupes terroristes ne disposant pas de défense sol-air. Une autre solution devra être trouvée pour l’appui des unités au sol qui combattent des forces protégées par des moyens de défense aérienne.

Demande d’offres :

L’USAF prépare donc un appel d’offre qui devrait être lancé en décembre prochain. Selon toute vraissamblance, le contrat devrait être attribué soit  à Sierra Nevada/Embraer  pour le A-29 « Super Tucano »  ou le Beechcraft AT-6 « Wolverine » de Textron. Soit les deux sociétés ayant été sélectionnées pour les essais et qui ont la capacité nécessaire pour répondre aux exigences dans les délais impartis par l’armée de l’air sans causer un retard inacceptable dans la satisfaction des besoins de l’avion.

L’USAF semble interdire à tout fabricant qui n’a pas participé à la campagne d’essais d’attaque légère de limiter de participer à la demande d’offres. Ceci semble donc être un revers pour Israel Aerospace Industries (IAI) et le constructeur aérospatial tchèque Aero Vodochody qui proposait le F/A-259 « Striker » développé à partir du L-159.

Par contre, il n’est pas clair si IAI et Aero Vodochody pourraient protester contre leur exclusion du programme.

L’AT-6 « Wolverine »:

2928239945.jpg

Basé sur la cellule de son avion d’entraînement militaire AT-6, Beechcraft a développé une version d’attaque au sol & surveillance pour répondre aux besoins d’appui au sol des unités antiguérillas et de lutte contre les narcotrafiquants. Cette solution devrait convenir selon son constructeur d’évoluer à proximité directe des Forces au sol et ceci de manière plus proches que les actuels A-10.  La réalisation de l’AT-6 Light Attack est la conclusion de nombreux essais effectués entre le constructeur et  l’Air National Guard Reserve Command Test de l’Arizona. L’appareil intègre un système de gestion NetCentric  de combat dérivé de l’A-10, permettant l’utilisation d’un viseur de casque, une tourelle FLIR couplée à un armement complet. La cellule est renforcée et permet de résister aux impacts d’armes légères. L’AT-6 dispose également d’une turbine plus puissante que sont petit frère, une Pratt&Whitney PT6A-68D de 1600 chevaux.

L’appareil doit donc pouvoir évoluer et surveiller les frontières, ainsi que les secteurs proches d’unités au sol. Permettre de détecter tout mouvement adverse et d’apporter si besoin une réponse armée.

Le A-29 « Super Tucano :

usaf,avions d'attaque légères,blog défense,aviation et défense

 

Le « Super Tucano » A-29 est doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C deux fois plus puissant que celui du Tucano de base et dispose d’une hélice Hartzell à cinq pales. Son fuselage est également plus long et deux mitrailleuses de 12,7mm Herstal M3P sont incorporées dans des ailes, dotées d’un nouveau profil. Effectuant fréquemment des missions à basse altitude et donc exposé à des tirs terrestres, l’habitacle du « Super Tucano » est protégé par un blindage en Kevlar. Un train d’atterrissage renforcé permet d’utiliser des pistes sommairement aménagées. L’appareil possède 5 points d’accrochage, dont un sous le fuselage, permettant d’emporter jusqu’à 1’500 kg d’armement selon diverses combinaisons. Ainsi, un canon de 20 mm peut être installé sous le fuselage, auquel s’ajoute, soit des bombes en chute libre ou guidées, des roquettes ou des missiles de types : AIM-9 Sidewinder, des MAA-1 Piranha ou des Python 3/4. Des réservoirs extérieurs de carburant peuvent également être utilisés pour augmenter l’autonomie de l’appareil. 

 

Photos : 1 A-29 super Tucano / AT-6 Wolverine  2 AT-6 Wolwerine @ Beechcraft 3 A-29 Super Tucano G Embraer

05/08/2018

La flotte de C-5M « Super Galaxy » au complet !

2318537089.jpg

Lockheed-Martin a livré le dernier avion de transport lourd C-5M « Super Galaxy » à l'US Air Force le 2 août, mettant fin au programme de mise à niveau du service pour les avions de transport lourd datant de la guerre du Vietnam.

L'Air Mobility Command a lancé un programme de modernisation des C-5 en 1998 après qu’une étude ait conclu que les avions vieux de plusieurs décennies avaient 80% de leur durée de vie restante. Depuis lors, Lockheed-Martin a mis à niveau 52 C-5 pour l'USAF avec de nouveaux moteurs, systèmes avioniques et systèmes de diagnostic des mises à niveau qui prolongeront la durée de vie de la flotte jusqu'aux années 2040.

Lockheed-Martin affirme que les nouveaux moteurs sont également dix fois plus fiables et plus silencieux. Et la portée de l'avion a été augmentée de 900 à 5’250 nm par rapport à ses prédécesseurs.

Le premier C-5 a été livré en 1970, avec 128 appareils des versions A, B et C d'origine livrés jusqu'en 1989. Les avions dont la mise à niveau n'était pas prévue ont été retirés en septembre 2017.

Le premier C-5M opérationnel a été livré à la base aérienne de Dover, au Delaware, en 2009. Les avions sont fabriqués à l'usine de Lockheed Martin à Marietta, en Géorgie.

Considéré comme le plus grand moyen de transport de l'USAF, les portes arrière et arrière de l'avion s'ouvrent, permettant aux équipes au sol de charger et de décharger simultanément les cargaisons des deux extrémités, réduisant ainsi les temps de transfert de la cargaison. Sa grande couchette et ses rampes d'accès permettent de transporter des doubles rangées de Humvee.

475414441.jpg

Le C-5 peut également transporter deux chars de combat ou hélicoptères M1A1 de 78 tonnes et d’autres grandes distances intercontinentales.

Le C-5M «Super Galaxy»: 

Le C-5 «Super Galaxy» modernisé est doté d’un nouveau tableau de bord est d’une avionique modernisée dont des écrans plats, un nouveau système de communication, un nouveau système de pilotage automatique. Question motorisation, l’avion est doté de moteurs General Electric CF6-80C2 qui offrent 22% de puissance supplémentaire, permettant une course au décollage plus courte de 30% et un taux de montée supérieur de 38% par rapport aux versions antérieures.

Le C-5M peut dès lors,  transporter une charge de 176,610 lb (80,110 kg) à plus de 41.100 pieds (12.500 m) en 23 minutes, 59 secondes. Le C-5M a d’ailleurs battu le record du monde de transport de charge utile à la plus haute altitude, soit une charge de 294,690 kg à 2.000 mètres.

986366377.jpg

Photos :C-5M « Super Galaxy » @ Lockheed-Martin