18/04/2017

Des F-35A déployés au Royaume-Uni !

lo-res_45157753_960x640.jpeg

Des F-35A de l’US Air Force sont arrivés au Royaume-Uni pour leur premier déploiement en Europe. Selon Washington, il s’agit d’un signal clair de la puissance militaire des États-Unis vis-à-vis du président russe Vladimir Poutine.

Ces appareils, dont le nombre n’est pas divulgué, mais semble cependant restreint, appartiennent au 388ème escadron basé à Hill dans l’Utah. Les appareils sont désormais basés sur les installations de la RAF à Lakenheath. Ces F-35 viennent compléter un dispositif composé d’autres avions de l'OTAN basés en Europe.

Selon l’US Air Force, ces F-35A font partie des appareils prêts au combat. Pour le général Tod D. Wolters, il s’agit d’une opportunité de s'entrainer avec les alliés de l'OTAN.

Tentative de convaincre :

Pourtant, l'envoi des F-35A en Europe ressemble à une tentative de séduction pour démontrer les capacités de l’avion aux partenaires de l’OTAN, en plus de la volonté de l'armée américaine à vouloir agir en cas de représailles contre des adversaires potentiels. Les Lockheed-Martin F-35A seront employés dans les prochains jours à effectuer des opérations de surveillance et de reconnaissance dans des régions touchées par les incursions d’appareils russes.

 

3316347.jpg

Photos : déploiement de F-35A au Royaume-Uni@USAF

 

 

 

 

08/04/2017

Le T-100 de retour dans la compétition aux USA !

alenia_t-100_desert.jpg

L’avionneur italien Leonardo est de retour avec le T-100 (M346) dans la compétition en vue d’équiper l’US Air Force d’un nouvel avion école. En janvier dernier, Leonardo associé à l’époque avec l’équipmentier américain Raytheon avait annoncé son abandon. La question était alors sur toutes les lèvres, l’avionneur allait-il tenté un retour mais sans partenaire ?

Seul mais avec un projet d’usine :

Sous le nom de Leonardo DRS, l’avionneur a annoncé vouloir construire une usine de fabrication d'aéronefs à Tuskegee, en Alabama, pour produire son système de formation de jet intégré T-100, si elle est sélectionnée par l'armée de l'air américaine pour fournir le formateur de prochaine génération. 

L'équipe américaine du T-100 a choisi Moton Field Municipal Airport à Tuskegee pour l’éventuel site de fabrication d'aéronefs et la chaîne de montage finale en raison de la main-d'œuvre qualifiée, de l'infrastructure de l'aérodrome expansif et de solides ressources locales et étatiques soutenant le développement économique dans la région.

 

Le M-346/T-100  :

L'AleniaAermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile delta construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2’880 kgp sont produits sous licence par Fiat-Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « Zero-Zero » Martin-Baker Mk16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multifonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital « Fly-by-Wire2 programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1 800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. 

1590004252.jpeg

Photos : la version T-100 destiné au marché US @ Leonardo

 

25/03/2017

Le KC-46 moins cher mais avec du retard !

1972235577.jpg

Washington, le programme du nouvel avion ravitailleur Boeing KC-46A « Pegasus » de l’US Air Force et la Navy se porte mieux, mais des soucis d’approvisionnement pourraient freiner les livraisons en terme de nombre. Selon le dernier rapport du GAO, les coûts du Boeing KC-46A ont diminué de 7,3 milliards de dollars, soit environ 14%, depuis son estimation initiale, mais le programme pourrait avoir quelques des retards à l'avenir.

Le rapport du GAO :

Les coûts totaux d'acquisition se situent à 44,4 milliards de dollars aujourd'hui, comparativement à l'estimation initiale de 51,7 millions de dollars en 2011. Les estimations des coûts de développement sont passées de 7,15 milliards de dollars en 2011 à 5,9 milliards de dollars en 2017, soit une réduction de plus de 17%. Les coûts d'approvisionnement sont passés de 40,2 milliards de dollars à 35,5 milliards de dollars.

Bien que le bureau du programme du KC-46 estime que Boeing atteindra ses capacités clés en termes de performances techniques, comme la réalisation d'une mission à 92%. Les retards éventuels dans les certifications de l'Administration fédérale de l'aviation pourraient entraîner des retards dans le calendrier de livraison du programme.

 

En ce qui concerne les essais :

Boeing doit encore terminer plus de 1’700 points de test d’ici à septembre 2017, soit un niveau qui est plus du double de ce qu'il a été accompli au cours des 11 derniers mois. En effet, il semble que

les tests déterminés par le GAO peuvent prendre plus de temps que les estimations du bureau du programme et, si ces points de test ne sont pas terminés au taux prévu, le calendrier de livraison révisé est optimiste au mieux. Pour exemple, la société Cobham, qui fabrique les ailettes pour les ailes du KC-46A, n'a pas fourni tous les dessins de conception détaillés à la FAA pour approbation. Cela pourrait retarder les essais d'effets électromagnétiques prévus qui devraient se terminer en mai prochain.

Selon l’avionneur Boeing, certains fournisseurs auraient sous-estimé le niveau des détails de dessin de conception que la Federal Aviation Administration devait examiner pour déterminer si les pièces étaient conformes à la conception pour approbation. L’avionneur travaille depuis plusieurs mois pour résoudre ses problèmes avec les fournisseurs.

 

Calendrier revu :

Pour Boeing, la livraison des 18 premiers avions est prévue pour février 2018, plutôt que la date d'août 2017 annoncée en mai dernier.

 

 

Photo : KC-46A aux essais de ravitaillement d’un Hornet @ Boeing

01/03/2017

Le premier «Super Hercules » basé au Japon !

eMP17-0346_C-130J_5807_Deliv-001-700.jpg

Le premier de 14 avions de transport tactique de type C-130J-30 « Super Hercules » qui sera affecté sur les installations de la base aérienne de l’US Air Force de Yokota au Japon, a quitté l’usine de Lockheed-Martin. Il s'agit du premier « Super Hercules » qui sera affecté en permanence dans la région du Pacifique.

Ce C-130J-30 sera exploité au sein de la 36ème escadrille de transport aérien de Yokota, et veindra remplacer les vieux C-130H de l'unité. Les C-130J seront utilisés pour soutenir des opérations de maintien de la paix et des opérations dans la région du Pacifique occidental, y compris le transport de marchandises, le transport de troupes. La 36e escadrille "Eagle Airlifters" est l'une des composantes de la 374e Escadre Airlift.

Le C-130J « Super Hercules » :

Le C-130J « Super Hercules » est la version la plus avancée du célèbre  C-130 cargo,  il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales. 

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre Hercules, cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.

 

Photo : le premier Super Hercules destiné à Yokota @ Lockheed-Martin

 

10/02/2017

Des B-1B pour contrer la Chine dans le Pacifique !

342.jpg

 

L’US Air Force vient de déployer quatre bombardiers Rockwell B-1B « Lancer » sur la base aérienne d’Andersen sur l’île de Guam dans le Pacifique. Ces appareils sont en provenance de la base aérienne de Dyess et appartiennent au 7ème Bomber Wings.

Imposer une présence :

Cette rotation doit durer environ six mois, l’US Air Force a considérablement renforcé sa présence dans la région avec des déploiements réguliers de bombardiers stratégiques en vue d’accentuer la dissuasion dans la région. Le 10 août dernier, un B-1B et un Boeing B-52H et un Northrop-Grumman B-2 ont sillonnés simultanément la région pour marquer le renouveau de la présence US.

L’US Air Force tente ainsi de faire face à l’augmentation des patrouilles des bombardiers chinois Xian H-6K sur les territoires et îlots revendiqués par Pékin en mer de Chine. Une action qui démontre non seulement le rejet chinois de la décision du CPA, mais sa détermination dans la région. Dans un communiqué, Pékin a expliqué que la Chine respectait la liberté de navigation et de survol dans la zone contestée. Par contre le pays restera intraitable en ce qui concerne ses revendications et les installations implantées sur plusieurs îles de la région.

Une zone à risques :

L'archipel des Spratleys, soit plus de 100 îlots, récifs et atolls situés à mi-chemin entre le Vietnam et les Philippines constituent l'une des zones les plus disputées en raison de son importance militaire stratégique. Les Chinois y mènent actuellement d'énormes opérations de remblaiement, transformant des récifs coralliens en ports et en infrastructures diverses. Plusieurs pays voisins ont également développé des avant-postes dans la zone, à des échelles diverses, y compris le Vietnam avec 48 avant-postes, les Philippines avec huit, la Malaisie avec cinq et Taïwan avec un. Les pays de la région redoutent une action de force de la part des chinois.

Le B-1B : 

Le premier exemplaire a été livré le 29 juin 1985 à l'US Air Force. Le B-1B n’a cessé d'évoluer pour répondre aux exigences d'un champ de bataille en évolution rapide. Capable de remplir une mission nucléaire comme un bombardier classique, il est également capable d’effectuer mission d'appui au sol classique.

Développé par la firme Rockwell à partir de 1974, le B-1B Lancer est un bombardier à long rayon d’action et utilisant des ailes à géométrie variable. C’est l’Administration dirigée par le président Reagan, qui en 1981 le développement de cet avion. Le premier B-1B est sorti d’usine en septembre 1984 et le premier avion fût livré au 96e Bomb Wing à Dyess AFB au Texas. Commandé à 100 exemplaires à l’époque, le Lancer subit plusieurs améliorations pour  l’adapter aux multiplications des menaces.

 

43567.jpg

Photos : 1 B1-B @ Stuart Freer 2 le B-1B Lancer @ USAF