06/11/2014

Français & Anglais réfléchissent à l’aviation de combat du futur !

 

IMG02_FCAS_DEF-1-600x337.jpg

Dassault Aviation, BAE Systems et leurs partenaires industriels ont reçu un contrat de 150 M€/120 M£ de la part des gouvernements français et britannique pour réaliser sur deux ans une étude conjointe de faisabilité du Système de combat aérien futur (SCAF), qui marque officiellement le début des travaux. Cette première phase préfigure ce qui pourrait donner lieu à un programme de démonstration complet qui définira l’avenir de l’aviation de combat en Europe.

L’étude de deux ans posera les fondations sur lesquelles un programme conjoint à long terme sera bâti, en insistant sur deux points clés :

•Le développement de concepts pour un système opérationnel,

•La maturation des principales technologies nécessaires à un futur système aérien de combat sans pilote à bord (UCAS) à vocation opérationnelle.

A l’issue de la phase d’étude, prévue fin 2016, des travaux pourraient débuter pour développer un démonstrateur technologique d’UCAS (drone) à même de répondre aux futurs besoins militaires des deux nations.

La phase de faisabilité garantira des centaines d’emplois hautement qualifiés chez Dassault Aviation et BAE Systems, et également chez les partenaires industriels comme Rolls-Royce, Selex ES, Snecma (Safran), Thales et autres PME participant au programme. De plus, ce contrat soutiendra le secteur stratégique des industries aérospatiales militaires des deux nations ; il souligne l’importance qu’accordent les gouvernements français et britannique à la sauvegarde d’une capacité souveraine de supériorité aérienne de nouvelle génération.

Analyse :

Cette initiative est primordiale pour le secteur de la défense en Europe et son avenir. Mais encore faut-t-il, que celle-ci débouche sur la concrétisation du projet. En effet, ces dernières années nous avons vu plusieurs projets, pourtant novateurs en Europe terminer dans les tiroirs. L’Europe attend toujours son « super drone » alors que ceux-ci se concrétisent aux USA, en Chine et même en Russie. Encore faudra-t-il que les différents acteurs du secteur se mettent d’accord, pour tirer à la même corde et  mettre en place une famille de drones et d’avions de combat européens commune et non en concurrence comme c’est le cas aujourd’hui.

Photo : Image de synthèse du futur drone européen@ Dassault Aviation.

11:40 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : dassault aviation, drone, ucav, bae |  Facebook | |

16/10/2012

Evaluation du drone Hermes 900 !

02_Evaluation_ADS-15_ELBIT_HERMES_900_okt12.jpg


 

 

L'évaluation du second drone candidat pour équiper nos Forces aériennes à débuter  le 1 octobre et se terminera le 19 octobre prochain depuis les installations de l’aérodrome d’Emmen (LU).  Le drone Hermes 900 d’Elbit Systems est testé par une équipe de projet composée de spécialistes des Forces aériennes suisses et d'armasuisse comme ce fut le cas avec son concurrent. 

 

DSC_2622.jpg

Evaluation des drones :

 

A près le Heron 1, l’Hermes 900 doit se soumettre aux essais, soit, vérifier la fonctionnalité des composants à la fois au sol et dans les airs et ceci dans l'environnement suisse (l'espace aérien, la topographie, les conditions météorologiques, Ground-based environnement, les infrastructures aérodrome et l’ intégration).

Cibler les performances des systèmes de détection et communication, afin de contraster avec les exigences formulées dans le cadre du cahier des charges (capteurs électro-optique/Infrarouge, radar à ouverture synthétique (SAR) ainsi que le LASSO (Large Area Scanning System Operation), système de communication (SATCOM), Electronic Intelligence (ELINT) et Communication Intelligence (COMINT). 

 

Dans un second programme, il est prévu de tester avec des scénarios de vol d’évaluer la capacité de détection et la qualité de celle-ci sur de longues durées de vol et de nuit. 

Deuxième Programme de vol et le nombre de vols. Des vols de plus de 20 heures sont planifiés. 

La dernière phase comprend l’évaluation des possibilités de modernisation du système et son adaptation aux menaces futures. 

 

 L’intégration dans le trafic aérien et l’évaluation de la sécurité avec Skyguide est également prise en compte. L’intégration en zone de circulation d’aérodrome et l’utilisation en en dehors des heures normales d'opération de vol.

 

DSC_2658.jpg

 

L’Hermes 900 d’Elbit Systems :

 

L’Hermes 900 a été conçu comme un dérivé de la famille Hermès d’Elbit Systems, il a effectué son premier vol en décembre 2009. Il est un dérivé de la famille «Hermes» 180 & 450.  Dérivé du Hermes 450, le 900 hérite des blocs de construction fiables, de l'équipement de soutien au sol, des charges utiles et des contrôles de mission au sol, tout en élargissant l'enveloppe de vol et de l'endurance à des niveaux supérieurs. Le décollage et l’atterrissage sont entièrement automatiques.

 

hermes900.jpg


Parmi les fonctionnalités clés offertes par ce drone, on trouve l'endurance, l'altitude de vol de 30.000 pied et une capacité de charge utile importante (jusqu'à 350 kg). Contrairement de nombreux concurrents,  l'Hermes 900 est conçu avec une baie de 2,5 mètres de long pour la  charge interne, il est capable d'accueillir jusqu'à 250 kg et permettant l'installation rapide de charge utile modulaire et le remplacement. L’avionique est innovantes ainsi que ses systèmes électroniques, un moteur ROTAX à faible bruit, le train d’atterrissage est escamotable.

L’Hermes 900 emploie une  station au sol pour le contrôle, la liaison de données. Basé sur l’expérience de du modèle 450, le nouvel aéronef bénéficie de la logistique et de la réduction des coûts opérationnels.

Un ensemble de capteurs comprend la charge utile de base EO DCoMPASS, ou Stand off EO / IR / Système laser tels que les AMPS de constructeur  Elop. Différentes missions de surveillance de la zone peut être réalisée en parallèle à des charges utiles EO,  il s'agit notamment des systèmes radar différents tels que le SAR / GMTI et des radars de recherche. Trois modules de mission spécifiques de détection sont mises en place pour le drone : la cartographie électro-optique et les systèmes d'enquête zone de numérisation (LASSO), la charge utile hyperspectrale et large système de regard zone persistante.

 

DSC_2664_2.jpg


La taille du drone permet le déploiement d'autres capteurs comme par exemple  la communication sécurisée SIGINT qui inclut le COMINT Skyfix / DF et Skyfix-G et les systèmes GSM.

Pour la configuration d'attaque électroniques le drone comprend un système de brouillage SKYJAM pour les communications et AES 210 V/V2 ESM (ELINT) pour les systèmes électronique.

L’Hermes 900 utilise un ensemble de données intégrées de communication par satellite permettant de lier les opérations au-delà de la ligne de mire et dans les zones montagneuses, où la ligne de visée restreint UAS SATCOM sans avoir besoin de descendre à une altitude inférieure. En outre, il peut  décoller simplement aménager à proximité du théâtre d’opération.

Calendrier  :

Novembre à mars 2013 : évaluation de l’ensemble des données et mise à jours.

Septembre 2013 : Mise à jour des offres des deux concurrents.

 

Premier  trimestre 2014 : Annonce du choix. 

 

Second trimestre 2014 : Présentation au Parlements.

 

2015 : Mise en consultation pour le programme d’armement 2015.

 

2017 : Livraison. 

 

DSC_2642_2.jpg

Photos : 1 Hermes 900  en vol @ Armasuisse 2,3,4,5 au sol à Emmen @ Pascal Kümmerling

22/01/2012

Présentation du Drone Neuron !

 

premier-demonstrateur-neuron.jpg


 

Le démonstrateur du drone multirôles européen «Neuron», soit, le premier drone furtif et armé européen, a été présenté la semaine dernière  aux directions des armements des pays partenaires du projet. Un pas décisif vers les phases de test qui vont s’étaler sur plus de deux ans avec un premier essai en vol prévu en milieu d’année.

Le premier démonstrateur du «Neuron» a été dévoilé hier à Istres :

L’avion de combat sans pilote « Unmanned Combat Air Vehicle »(UCAV) «Neuron» a été présenté aux délégations des armements des pays participants au projet. Les représentants des ministères de la Défense français, italien, espagnol, grec, suédois et suisse ont enfin vu l’appareil de Dassault monté dans son intégralité. Ce premier démonstrateur est « une étape importante dans le programme puisqu’il marque la fin de l’assemblage et le début des essais », explique t-on chez l’industriel.

Les premiers essais de vol devraient en effet avoir lieu à la mi 2012, aux alentours du mois de juillet. Dans la foulée, ce sont toute une batterie de tests qui seront effectués sur une durée de deux ans : tirs air-sol depuis les soutes, furtivité et fonctionnalités aériennes. Au delà du drone en lui même, l’ensemble de ce développement doit participer à l’avancée technologique nécessaire pour la prochaine génération d’avions de combat.

 

neuron-20120120.jpg

 

 

Ce projet a été initié en 2003 par le ministère de la Défense avec une ferme volonté d’en faire un appareil européen. Il implique des industriels des six pays partenaires, du Français Dassault au Suèdois Saab en passant par la branche espagnole Casa de l’Européen EADS, en Suisse, RUAG Aerospace à développé la capacité d’armement de type «berceau modulable» et la soufflerie d’Emmen (LU) a permis de validé l’aérodynamisme à basse altitude. Ce premier aéronef furtif de grande taille est stratégique pour les bureaux de recherche des industriels qui souhaitent maintenir leur niveau de compétitivité face au concurrent américain.

Dans les vingt prochaines années, l'industrie européenne des avions de combat doit faire face à trois grands défis :

  • le besoin de développer des technologies stratégiques
  • la nécessité de maintenir des pôles d'excellence dans les domaines ou l'industrie européenne a développé des niches technologiques
  • l’objectif de maintenir du plan de charge pour ses bureaux d'études

Le but du démonstrateur nEUROn est de donner aux bureaux d'études européens un projet qui leur permet de développer leur savoir-faire, et de maintenir leurs compétences technologiques pour les années à venir.

Ce projet va bien au-delà des études théoriques conduites jusqu’alors puisqu’il prévoit la construction, et la mise en vol d’un démonstrateur d’avion sans pilote.

C’est également un moyen de mettre en œuvre un processus innovant en termes de gestion et d'organisation d’un programme mené en coopération européenne.

Pour être totalement efficace, un point unique de décision, la Délégation Générale pour l’Armement française (DGA), ainsi qu’un point unique d'exécution, Dassault Aviation comme maître d’œuvre, ont été mis en place pour assurer la gestion du programme.

Les gouvernements italien, suédois, espagnol, grec et suisse, conjointement avec leurs équipes industrielles, Alenia, SAAB, EADS-CASA, Hellenic Aerospace Industry (HAI) et RUAG, ont rejoins l’initiative française.

A terme le Neuron ou son successeur seront capable de voler en binôme avec les appareils tels que le Gripen E/F, le Rafale F4 par exemple !

 

987662257.jpg

 

 

Photos : 1 Présentation 2 Au sol 3 Image de Synthèse @ Dassault Aviation

 

09/02/2011

Drone : premier vol du X-47B

 

9543.jpg

Northrop Grumman vient finaliser le premier vol du drone X-47B destiné à la marine américaine . Le X-47B UCASV (Unmanned Combat Aircraft System Vehicule) est destiné à être déployé depuis les porte-avions d’ici 2013.

 

Premier vol :

 

Le prototype du X-47B a décollé pour la première fois de la base aérienne d’Edwards en Californie, dirigé par une équipe d’essais en vol de l'US Navy et de Northrop Grumman, l'appareil a effectué un vol d’une durée de 29 minutes. Le X-47B est monté à une altitude de 5 000 pieds, et a atterri en toute sécurité à après avoir effectué plusieurs types de tours de piste. Le but du vol était de vérifier et de valider à la fois le logiciel de guidage et de navigation, et le contrôle aérodynamique de cette conception dite "sans queue". En effet, cet appareil présente la particularité de ne pas avoir de dérive (gouverne verticale d'un avion).

 

Le prochain objectif est de permettre à l'appareil de décoller et d'apponter sur un porte-avions.

L'avion restera sur la base aérienne d'Edwards pour l'expansion du domaine de vol avant d'être transféré à la Naval Air Station Patuxent River dans le Maryland, plus tard dans l'année. Le système sera alors soumis à des tests supplémentaires pour valider son aptitude à démarrer les essais dans l'environnement maritime et sur  porte-avion.

 

9544.jpg

 

Caractéristiques du X-47B :

 

 Le drone  présente une configuration en pointe de flèche, sans queue. L'angle du bord d'attaque est de 55° et celui du bord de fuite de 35°. Le train d'atterrissage est rétractable tricycle avec une roulette de nez. La configuration comporte 6 surfaces de contrôle : 2 ailerons et 4 inlaids (des petits volets à proximité des extrémités d'ailes).

Le moteur, un Pratt & Whitney JT15D est installé sur le dos de l'avion, l'entrée d'air avec une structure en serpentin destinée à réduire la signature radar. Par contre, pour des raisons de coût, la tuyère d'éjection est simple, sans réduction de signature radar ou infrarouge.

L'avion a été construit sur la base de Mojave en matériau composite par Burt Rutan Scaled Composites, la société aéronautique de Burt Rutan. Cette société dispose de l'expérience nécessaire pour construire un avion dans ces matériaux avec un coût maitrisé.

 

  

 

Photos :1 & 2 Le premier vol du X-47B 3 Image de synthèse d'un X-47B patrouillant au-dessus d'un porte-avions de la Navy @ Northrop Grumman

 

581px-X-47B_over_sea.jpg

07:54 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : drone, ucav, x-47b, us-navy, defense |  Facebook | |

25/01/2011

Le drone européen NEURON prend forme !

_D3C1024-r.jpg

 

Saab AB a officiellement livré à Dassault Aviation, maître d’œuvre du programme nEUROn, le fuselage avant et central du démonstrateur technologique européen d’UCAV. Pour les deux sociétés, cette livraison constitue une étape importante après six années d’acquisition, de partage et de maintien des compétences dans les domaines technologique et programmatique. Les deux sociétés se félicitent de ce succès qui trouvera son aboutissement en 2012 dans le premier vol du nEUROn, puis dans plusieurs campagnes d’essais en vol.

La section de fuselage réalisée par Saab ira rejoindre le fuselage arrière déjà livré par HAI (Grèce) mi-janvier à Istres (France). Les éléments réalisés par les autres partenaires vont rapidement converger vers le site du maître d’œuvre : le pantographe de largage de l’armement à livrer par RUAG (Suisse) fin février ; les deux demi-voilures à livrer par EADS-CASA (Espagne) début mars ; les deux trappes de soute armement à livrer par Alenia (Italie) fin mars ; et les trois trappes de train à livrer par Saab en avril. En outre, des éléments contribuant à la furtivité (bords d’attaque, bords de fuite, entrée d’air, …) réalisés par Dassault Aviation à Argenteuil et Biarritz seront livrés entre janvier et mars.

head250111b.jpg


La direction de programme, les cinq autres partenaires industriels et l’agence exécutive ont déjà tiré de nombreux enseignements, y compris en matière de gestion de programme et de sécurisation du calendrier. C’est sur le site d’Istres qu’il appartiendra aux équipes du maître d’œuvre, avec l’aide d’équipes des différents partenaires détachées sur place, de procéder à l’installation des tuyauteries, des câblages électriques et des équipements - tels que définis dans la maquette numérique de référence -, ainsi qu’à l’assemblage final. C’est ensuite, au cours du dernier trimestre 2011, que les équipes Dassault Aviation d’Istres procèderont aux essais sol de nEUROn, prélude à des premiers essais de roulage fin 2011/début 2012, visant une date de 1er vol mi-2012.

 

 

 

 

DM142_DSC_0028.jpg

Liens sur le NEURON :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/03/02/neuron-deb...

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2007/07/22/demonstrat...

 

Photos : 1 Image de synthèse du NEURON 2  premier fuselage  3 Essais de maquette en soufflerie en Suisse@ Dassault Aviation

 

15:49 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : drone, ucav, défense, neuron |  Facebook | |