17/02/2021

Le Canada modernise ses CH-146 Griffon !

Bell-CH-146-Griffon--Serial-No--146469---408-Tactical-Helicopter-Squadron--CFB-Wainwright--Alberta--Ex-MAPLE-RESOLVE-May-2016.jpg

La Royal Canadian Air Force (RCAF) a lancé un programme de modernisation de sa flotte d’hélicoptères CH-146 « Griffon » (Bell 412). Le programme d’un montant de 640millions de dollars canadien vise une prolongation de vie jusqu’en 2031.

Rappel :

Commandé au début des année 1990 le CH-146 « Griffon » est issu de l’hélicoptère Bell-412 assemblés au Canada sur le site de Mirabel à Montréal. Au total, 85 appareils ont été acquis pour le transport tactique et utilisé pour remplir de nombreuses fonctions, notamment le transport tactique des troupes, les missions de surveillance, d’escorte et de reconnaissance, l’évacuation des blessés, les secours en cas de catastrophe, l’appui aérien des opérations spéciales et les opérations de recherche et sauvetage (SAR).

Modernisation des CH-146 « Griffon » :

Selon le cahier des charges de la RCAF, il est prévu de remplacer certains systèmes de l’avionique de l’appareil, les radios de communication et l’équipement cryptographique, les enregistreurs de vol et de conversations dans le poste de pilotage, les systèmes de navigation, les systèmes de contrôle automatique de vol et les tableaux de commande et d’affichage. De nouveaux écrans EFIS seront installés, une mise à niveau des moteurs et l’intégration d’un système de systèmes de détection et d’alerte missile (MAW) de nouvelle génération. Par ailleurs, le simulateur de vol et les dispositifs de formation seront également mis à niveau.

Bell 412 / CH-146 Griffon :

Le Bell 412 est un hélicoptère léger biturbine, muni d’un rotor principal quadripale et d’un rotor de queue bipale, d’un train d’atterrissage constitué de patins et pouvant transporter jusqu’à 14 passagers. Vers la fin des années 1970, Bell Helicopter décide de moderniser son Bell 212 et de le munir d’un rotor principal quadripale et de plus faible diamètre, afin d’augmenter ses performances. Deux Bell 212 sont modifiés et reçoivent le nouveau rotor, muni de quatre pales en matériaux composites. Le premier vol est effectué en août 1979 et la certification est obtenue en janvier 1981. Directement dérivé du Bell 212, il en garde la cellule robuste et les caractéristiques générales. Le poste de pilotage est équipé de deux sièges anti-crash. La cabine, d’un volume de 6,23 m3, permet de transporter jusqu’à 13 passagers. Les sièges facilement démontables permettent l’emport de fret ou de deux civières en cas de transport sanitaire. Il est toutefois possible, en cas d’urgence, de transporter jusqu’à six blessés sur civières. L’accès à la cabine est facilité par une porte de 2,34 m de large de chaque côté de l’appareil. De plus, ces portes sont largables en cas de nécessité. Un compartiment à bagage de 0,8 0m3, dans la poutre de queue, permet d’emporter jusqu’à 180 kg de matériel. Les turbines sont des Pratt & Whitney PT6T-3B-1 de 671 kW (912 cv) chacune. La capacité totale en carburant est de 1250 L, contenus dans sept réservoirs auto-étanches. Un réservoir de carburant auxiliaire de 620 L peut être emporté, portant la distance franchissable à 980 km.  Un pilote automatique trois axes diminue la charge de l’équipage, lui permettant de mieux se concentrer sur sa mission. Un radar météorologique et un altimètre radar permettent également de faciliter le vol.

Le CH-146 « Griffon » est un dérivé direct du Bell 412EP (Enhanced Performance), il dispose d’un système de vol automatique numérique et des turbines PT6T-3D «Twin Pac » avec un cockpit avec affichage numérique semblable à celui du Bell 429, comportant des écrans multifonctions tactiles.

23.jpg

Photos : CH-146 Griffon @ RCAF

19/01/2021

La Slovénie opte pour le C-27J « Spartan » !

leleonardo,c-27j spartan,slovénie,transport tactique,les nouvelles de l'aviation

La Slovénie opte pour l'avion de transport tactique Leonardo C-27J « Spartan » NG, le gouvernement désire renforcer, ainsi la capacité de transport aérien au niveau national. Les négociations portent sur l’achat d’un exemplaire de l’avion.

Le choix :

Pour cette décision, le gouvernement a évalué plusieurs options avec notamment des appareils d’occasions. L’étude a pris en compte les aéronefs suivants : le C295 d’Airbus, let C-27J « Spartan » de Leonardo) et des avions plus lourds tels que les C-130J-302 Super Hercules » de Lockheed Martin, le C-390 Millennium d'Embraer et l’A400M d'Airbus

Les besoins de transport moyen et lourd de la Slovénie étant déjà suffisamment satisfaits dans le cadre des programmes de capacité de transport aérien stratégique (SAC) et de la solution de transport aérien stratégique (SALIS) soutenus par l'OTAN, la décision a été prise d'acquérir un avion léger.de transport tactique, ce qui a conduit à la décision de choisir le C-27J. Au final une « Short List » comprenant deux appareils a été pris en compte pour l’évaluation finale, soit le C-27J « Spartan » et un second type , non précisé,  ont été inclus dans l'évaluation finale, mais après avoir examiné les exigences techniques militaires, le C-27J « Spartan » s'est avéré être le meilleur », a déclaré le gouvernement. L'achat du C-27J « Spartan » permettra également d'atteindre partiellement les objectifs de performance de l'OTAN. Deux de ces appareils seraient nécessaires pour atteindre pleinement les objectifs de performance.

L’appareil sera affecté à la 15e escadre d'aviation (15e Polk Vojaskega Letalstva: 15e PVL), composante des forces armées slovènes conjointes (SAF) d'ici 2025.

Leonardo C-27J « Spartan » NG :

leleonardo,c-27j spartan,slovénie,transport tactique,les nouvelles de l'aviation

Le C-27J « Spartan » Next Generation (NG) est un aéronef à voilure fixe de transport tactique léger polyvalent pour diverses missions. Particulièrement maniable et polyvalent, le robuste C-27J offre un rapport poids puissance le plus élevé de sa catégorie avec la capacité d'effectuer des manœuvres sous un facteur de charge de l’ordre de 3G, permettant des virages serrés et une montée rapide, ainsi que la descente.

Il offre la capacité unique de faire varier la hauteur plancher, afin d’ajuster en permanence celui-ci pour faciliter le chargement et le déchargement de grands volumes, ainsi que les charges utiles à haute densité sans équipement de soutien au sol et en facilitant le « drive-in/out » de véhicules, afin qu'ils puissent être utilisés immédiatement.

Le C-27J offre un niveau élevé de sécurité et un taux imbattable de disponibilité particulièrement haut.  Le C-27J décolle sur environ 1’900 pieds sur une surface non goudronnée. Dans un environnement tactique, l'avion est capable de monter à 10’000 pieds en 3 minutes, en descendant à partir de 10’000 pieds en moins de 2,5 minutes. Avec une masse à l'atterrissage maximale, le C-27J à une course au sol de moins de 1115 pi.

La nouvelle avionique du C-27J est conçue pour être conforme aux exigences en matière de contrôle de la circulation aérienne de nouvelle génération, telles que SESAR et NextGen et offre une fonctionnalité TCAS 7.1 (système de prévention des collisions de trafic). Elle comporte de nombreuses mises à niveau majeures, telles qu'un nouveau système FMS (système de gestion de vol) doté de fonctionnalités d'approche RNP (performances de navigation requises) et LPV (performances de localisateur avec guidage vertical). Le mode 5 de l'IFF (ami d'identification ou ennemi) a été mis à jour à la dernière norme. De nouveaux écrans de poste de pilotage, un nouveau radar météorologique, une nouvelle navigation par radio, des capacités de communication par satellite et de communication par radio améliorées, un nouveau système d'intercommunication, de nouveaux panneaux de poste de pilotage et de chargement ainsi qu'un système d'éclairage à technologie LED ont également été inclus. De plus, les anciens boîtiers d’interface avionique et systèmes généraux ont été remplacés par de nouveaux équipements fabriqués par la division Systèmes aéroportés et spatiaux de Leonardo.

leleonardo,c-27j spartan,slovénie,transport tactique,les nouvelles de l'aviation

Photos : 1 & 3 C-27J Spartan 2 Cockpit @ Leonardo

23/12/2020

Premier A400M pour la Belgique !

A400M_MSN106_Belgium_Ferry_Flightjpg.jpeg

La Composante air de l'armée belge a réceptionné le premier des sept avions de transport militaire tactique Airbus A400M.  L'avion a été remis au client sur la chaîne d'assemblage final de l'A400M à Séville (Espagne) et a ensuite effectué son vol de convoyage vers le 15e Wing de transport aérien à Melsbroek, où l'avion sera basé. Le deuxième A400M pour la Belgique sera livré au début de 2021.

 Cet A400M, connu sous le nom de MSN106, sera exploité au sein d'une unité binationale composée d'un total de huit avions, sept de la Composante air de l'armée belge et un des Forces armées luxembourgeoises.

Alberto Gutiérrez, Directeur de Military Aircraft au sein d’Airbus Defence and Space, a déclaré : « Avec la livraison de cet avion, tous les clients de lancement sont désormais équipés de l'A400M. Le MSN106 rejoindra l'avion luxembourgeois dans l'unité binationale exploitée conjointement avec la Belgique. Malgré les défis en raison du Covid-19, nos équipes ont réalisé toutes les 10 livraisons d'avions prévues cette année, ce qui porte la flotte mondiale en exploitation à 98 avions ».

 L’A400M « Atlas » :

L’A400M est un avion de transport militaire polyvalent conçu par la division militaire d’Airbus (Airbus Military). Il est pour l'instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents, à savoir l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, et l’Angleterre, qui ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés dans le cahier des charges européen ESR (Europen Staff Requirement). Cependant, l’A400M ne peut servir pour l’instant que de plateforme de transport aérien, le ravitaillement en vol n’étant hormis celui des avions, pour l’instant pas validé pour les hélicoptères et pose plusieurs problèmes. L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années.

IMG_5579.jpeg

Photos : 1 A400M aux couleurs de la Belgique @ Airbus 2 A400M @ BE Defense/M. Azoug

08/10/2020

Un A400M pour le Luxembourg !

cq5dam.web.1280.1280.jpeg

Les forces armées luxembourgeoises ont pris livraison de leur avion de transport militaire Airbus A400M, qui a été accepté sur la ligne d'assemblage final de l'A400M à Séville (Espagne). Il fera une première escale au Luxembourg avant de poursuivre son voyage vers la 15e escadre de transport aérien à Melsbroek (Belgique), où sera basée l'unité de transport aérien mixte entre la Belgique et le Luxembourg. Avec cette livraison, le Luxembourg devient le septième opérateur de l'A400M.

L'avion, connu sous le numéro de série MSN104, sera exploité par les forces armées luxembourgeoises et la Belgique au sein d'une unité binationale, ainsi que les sept A400M commandés par la Belgique, qui devrait recevoir son premier avion dans les semaines à venir. 

L'A400M a récemment atteint des capacités supplémentaires telles que l'envoi simultané de parachutistes pour un maximum de 116 parachutistes utilisant les portes latérales, le vol automatique à basse altitude dans des conditions météorologiques de vol à vue (le seul avion de transport militaire avec cette capacité), et la livraison aérienne et le combat à vide qui permet de larguer automatiquement une seule charge de 16 tonnes par extraction par parachute. En outre, 25 tonnes peuvent être larguées par gravité et le déchargement de combat manuel jusqu'à 19 tonnes sur palettes ou 25 tonnes sur une piste non goudronnée est possible, ce qui est sans précédent. En ce qui concerne les opérations de ravitaillement en vol des hélicoptères, l'A400M a récemment réussi les premiers contacts de ravitaillement avec un hélicoptère H225M. 

Photo : A400M luxembourgeois@ Airbus DS

07/10/2020

Début du retrait des Boeing C-135FR au sein de l’Armée de l’air !

thumb2-boeing-kc-135-stratotanker-c-135fr-airplane-tanker-military-aircraft-us-air-force.jpg

Ce mardi 7 octobre débute au sein de l’Armée de l’air française le début du retrait des vénérables Boeing C-135FR. L’avion est remplacé par l’Airbus A330 MRTT « Phénix ».

Un premier Boeing C-135FR de l’Escadron de ravitaillement en vol 4/31 Sologne, n°475, codé 93CF va être retiré du service après une entrée en service en 1964.

Le C-135F est une variante construite par la France en tant qu'avion ravitailleur, cargo et de transporteur de troupes. 12 ont été construits pour l'armée de l'air française avec l'ajout d'un adaptateur pour panier sur la rampe de ravitaillement. La version C-135F été modernisée avec des réacteurs CFM International F108 entre 1985 et 1988. Modifié plus tard avec des nacelles d'aile MPRS et une avionique modernisée.

Le Boeing C-135 « Stratolifter » est un avion de transport dérivé du prototype d'avion de ligne Boeing 367-80 (également la base du 707) au début des années 1950. Il a un fuselage plus étroit et est plus court que le B707. Contrairement à certaines croyances, le C-135 n’est pas un B707 modifié.

Boeing a donné à l'avion la désignation interne du modèle 717.  Depuis que le premier a été construit en août 1956, le C-135 et ses variantes font partie intégrante de l'US Air Force.

Le C-135 était en grande partie conçu comme une mesure provisoire en attendant le développement de transports à réaction plus spécialisés, tels que le Lockheed C-141 « Starlifter » et en tant que tel, il a incorporé de nombreux compromis dans sa capacité de transport aérien stratégique. Le plancher de chargement de l'avion était à environ 3,0 m du sol, ce qui nécessitait un équipement de manutention au sol, sa seule porte de chargement à chargement latéral était limitée dans ce qui pouvait y passer et sa portée utile était d'environ 9’700 km, insuffisant pour atteindre de nombreux sites d'opérations de l'armée de l'air en Asie et dans le Pacifique. Bien que la portée ait été considérablement améliorée par rapport aux transports précédents, elle ne pouvait pas être augmentée par le ravitaillement en vol, car les C-135 n'étaient pas configurés avec des réceptacles de ravitaillement. De plus, ses performances de décollage et d'atterrissage nécessitaient de longues pistes disponibles uniquement dans les plus grandes bases militaires ou aéroports commerciaux, qui n'étaient pas nécessairement situés à proximité de zones de combat potentielles.

Photo : C-135FR @ Armée de l’air