07/06/2020

Nouvelle-Zélande : remplacement des Hercules par le Super Hercules !

eight_col_rescue.jpg

Le gouvernement de coalition a confirmé l’acquisition de cinq avions de transport Lockheed- Martin C-130J-30 « Super Hercules » pour remplacer la flotte « d’Hercules »  existante. Le projet est estimé à 1,521 milliard de dollars.

«L'an dernier, le Cabinet a choisi ces appareils comme option privilégiée pour remplacer la flotte actuelle d'Hercules. L'achat du « Super Hercules » a été ma priorité absolue en tant que ministre de la Défense », a déclaré Ron Mark.

Cette nouvelle flotte permettra à la Force de défense de continuer à soutenir la résilience communautaire de la Nouvelle-Zélande, et complété la sécurité nationale et contribuera  avec les voisins du Pacifique d’assurer une sécurité dans la région en matière de transport aérien tactique disponible. Le nouvel avion transportera une plus grande charge utile, est ceci plus rapidement avec un rayon d’action plus grand. La nouvelle flotte sera équipée de capacités spécialisées supplémentaires, notamment une large bande passante, un système de communication par satellite à haute vitesse et une caméra électro-optique/infrarouge.

Selon le calendrier prévu, les « Super Hercules » commenceront à être en 2024. La flotte complète sera opérationnelle à partir de 2025, ce qui permettra un retrait progressif de la flotte actuelle. 

Le C-130J « Super Hercules » :

Le C-130J «Super Hercules» est la version la plus avancée du célèbre C-130 cargo,  il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre « Hercules », cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE-2100D3, dotés d’hélices à six pales. L’avionique de dernière génération comprend notamment deux collimateurs tête haute (HUD) avec un poste de pilotage tout-écran. L’avion a une capacité de 26’000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11’000kg de carburant.

C-130J_900x636.jpg

Photos : 1 Hercules actuel de la RNZF@ RNZF  2 Super Hercules @ LM

28/05/2020

L’A400M certifié vol automatique à basse altitude et largage latéral !

airbus ds,a400m. a400m atals,transport tactique,largage parachutistes,blog défense,les noouvelles de l'aviation,aviation francophone

L’A400M progresse avec sa certification pour le vol automatique à basse altitude et le largage de parachutistes par les portes latérales.

Vol tactique à basse altitude :

Une campagne d'essais a eu lieu dans les Pyrénées et le centre de la France courant avril, en vue de la certification des vols jusqu'à 500 pieds, ainsi que des transitions du vol à basse altitude vers d'autres opérations.  La certification couvre les opérations dans des conditions météorologiques de vol à vue, où l'équipage a une visibilité. Une deuxième phase dans des conditions météorologiques de vol aux instruments, sans visibilité, devrait être certifiée au deuxième trimestre 2021.

Cette nouvelle certification doit permettre le vol à basse altitude automatique. Ce mode améliore le masquage du terrain et la capacité de survie de l'A400M, ce qui rend l'avion moins détectable dans les zones hostiles et moins vulnérable aux menaces lors de vols de croisières.  

Largage latéral :

L’autre compétence de l’A400M concerne le largage de parachutistes via les portes latérales.  Dans ce mode d’action, une sangle d’ouverture automatique, reliée à la soute de l’avion, permet de déployer le parachute sous l’effet de la gravité, une fois que le parachutiste a quitté l’avion.

Dans le domaine de l’aérolargage, l’A400M offre des capacités nettement supérieures aux avions de transport tactique de génération plus ancienne. Les prochains incréments permettront d’augmenter l’altitude de largage, le nombre de parachutistes et devraient autoriser, dès l’année prochaine, le largage simultané par les deux portes latérales.

L’A400M « Atlas» :

L’A400M est un avion de transport militaire polyvalent conçu par la division militaire d’Airbus (Airbus Military). Il est pour l'instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents, à savoir l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, et l’Angleterre, qui ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés  dans le cahier des charges européen ESR (Europen Staff Requirement). Cependant, l’A400M ne peut servir pour l’instant que de plateforme de transport aérien, le ravitaillement en vol n’étant hormis celui des avions, pour l’instant pas validé pour les hélicoptères et pose plusieurs problèmes. L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années.

a400m_oa_5_article_pleine_colonne.jpg

Photos : 1 A400M en vol tactique 2 Largage par les portes latérales @ Airbus DS

 

 

14/04/2020

Premier A400M pour le Luxembourg !

AIRBUS-SPS-ENCENDIDO-MOTORES-A400-MSN104-LUXEMBURGO-07-02-2020-007.jpeg

Le premier avion de transport tactique lourd Airbus A400M destiné aux Forces armées luxembourgeoises, a effectué son premier vol, marquant une étape clé vers sa livraison. L'avion, connu sous le nom de MSN104, a décollé de Séville (Espagne), où se trouve la chaîne d'assemblage final, à 16h08 heure locale (CET) et a atterri sur le site 5 heures plus tard le 13 avril.

L’A400M sera exploité par les forces armées belges et luxembourgeoises au sein d'une unité binationale basée en Belgique sur la base militaire belge de Melsbroek, près de Bruxelles. Le MSN104 devrait être livré au deuxième trimestre 2020. Le premier des huit Airbus A400M sera livré en mai prochain. L'avion a été commandé par le Luxembourg alors que les sept autres, qui devraient être prêts en 2022, ont été commandés par le gouvernement belge.

L’enveloppe budgétaire pour l’acquisition de cet appareil est de 168,5 millions d’euros. Le Luxembourg fournira trois équipages, soit six pilotes (officiers) et six soutiers (sous-officiers). À noter qu’au coût d’acquisition il faut ajouter des frais d’exploitation de 420 millions d’euros, étalés sur 35 ans.

L’A400M « Atlas» :

L’A400M est un avion de transport militaire polyvalent conçu par la division militaire d’Airbus (Airbus Military). Il est pour l'instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents, à savoir l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, et l’Angleterre, qui ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés  dans le cahier des charges européen ESR (Europen Staff Requirement). Cependant, l’A400M ne peut servir pour l’instant que de plateforme de transport aérien, le ravitaillement en vol n’étant hormis celui des avions, pour l’instant pas validé pour les hélicoptères et pose plusieurs problèmes. L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années.

Luxembourg Armed Forces A400M makes its maiden flight.jpg

Photos : A400M Luxembourgeois @ Airbus DS

 

19/01/2020

Allemagne, dépôt des offres définitives pour l’hélicoptère lourd !

https---api.thedrive.com-wp-content-uploads-2019-05-top-1.jpg?quality=85.jpeg

A mi-janvier, Sikorsky et Boeing ont déposé leurs offres définitives pour le programme allemand de nouveaux hélicoptères de transport lourd, appelé Schwerer Transporthubschrauber. Les entreprises attendent un contrat de la Bundeswehr en 2021 pour 44 à 60 hélicoptères, y compris des services de soutien et de formation. Pour l’Allemagne, il s’agit de venir remplacer la flotte d’hélicoptères lourds de type Sikorsky CH-53G « Stallion » construit sous licence par VFW-Fokker pendant la guerre froide.

Short List:

Dans le cadre du remplacement de la flotte de 68 hélicoptères de transport lourd de type CH-53G « Stallion », l’Allemagne a retenu une « Short List » de deux appareils, soit : le nouveau Sikorsky CH-53K « King Stallion » et le Boeing CH-47F « Chinook ». Pour Berlin, il est important de pouvoir disposer d’un hélicoptère déjà en production, plutôt que de lancer un programme de développement national à travers Airbus Helicopters. Le programme de sélection a pris un an de retard, suite à des discussions sur les priorités du budget militaire. L’Allemagne a l’intention d’acquérir 40 à 60 hélicoptères dans le cadre de l’initiative SHT, qui prévoit un hélicoptère d’une masse maximale au décollage supérieure à 20t.

Les deux concurrents :

Boeing en partenariat avec Aircraft Philipp, CAE Elektronik, Diehl Defence, Honeywell, Liebherr-Aerospace, Reiser Simulation and Training et Rolls-Royce propose une variante du CH-47F Chinook, avec une capacité de ravitaillement en vol, et souligne l’interopérabilité avec d’autres pays européens, notamment l’Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Sikorsky et ses partenaires Hensoldt, Liebherr-Aerospace, MTU, Rheinmetall et ZF lancent le CH-53K qu’il construit pour le US Marine Corps et qui est le digne successeur de l’actuel CH-53. 

Le Sikorsky CH-53K « King Stallion » : 

898242705.jpg

Bien que conçu de la même taille que les CH-53E « Super Stallion », qu’il doit remplacer à partir de 2019, le CH-53K permettra de tripler la capacité de transport de charge externe à plus de 27 000 lbs sur une distance de plus de 110 miles nautiques. Doté d’une nouvelle motorisation General-Electric GE38-1B offrant un meilleur couple surmonté de d’un rotor de quatrième génération en composite. La cellule est également nouvelle, car entièrement en matériaux composites. Encore plus puissante (ses 3 turbines délivreront environ 6’000ch chacune), ravitaillable en vol, équipé de systèmes de communications de dernière génération, le CH-53K est optimisé pour le transport par temps chaud en opérant à partir de terrains peu préparés et deviendra la référence de sa catégorie. En matière de transport, le CH-53K pourra par exemple emporter en interne une Jeep « Humvee ».

Le Boeing CH-47F « Chinook » :

4220308908.jpg

Les nouveaux CH-47F disposent de caractéristiques améliorées en vue de la survie, avec notamment un système directionnel de contre-mesures électronique à infrarouges, une meilleure protection balistique et un carénage résistant à l'écrasement. L’équipage dispose de sièges blindés. Le CH-47F possède une cellule et une avionique modernisée, ainsi qu'un poste de pilotage automatique et numérique.

Photos : 1 Ch-53K VS CH-47Fle CH-53K « King Stallion » @ Sikorsky Le CH-47F « Chinook » @ Boeing

 

 

 

18/11/2019

Le KC-390 & C-390 « Millennium » !

2238362064.jpg

Boeing et Embraer ont baptisé l’avion de transport KC-390 en tant que C-390 « Millennium » destinée aux missions de transport du fret. Les sociétés ont également annoncé que leur coentreprise de défense créée pour vendre le KC-390 porterait la marque Boeing Embraer - Defence. Les deux entreprises ont annoncé leur coentreprise en 2018.

Boeing Embraer - Defence vendra également une version du transporteur à ravitaillement en vol qui conservera le nom KC-390. L’avion sera commercialisé en tant que C-390 pour les versions civiles. Les sociétés n’ont pas indiqué s’il existait des différences matérielles entre le KC-390 ou le C-390, ou si la nouvelle image de marque était destinée à des fins de marketing.

Rappel : 

Le développement du KC-390 a été lancé en 2009 sous la forme d'un projet commun entre l'armée de l'air brésilienne et Embraer. Le premier exemplaire a volé en 2015.

L'armée de l'air brésilienne a commandé 27 appareils supplémentaires. En juillet, l’aviation portugaise est devenue le premier client à l’exportation du KC-390 avec une commande ferme de cinq exemplaires. Par ailleurs, Embraer a 33 lettres d’intention pour le KC-390, dont six de l’aviation argentine, six de l’aviation chilienne, 12 de l’aviation colombienne, deux de l’aviation tchèque de la société de services d’aviation SkyTech. 

L’Embraer KC-390 :

Le KC-390 est doté d’une avionique avec double affichage tête haute, avec un système de mission complet. L’avion est également doté d’un système complet d'autoprotection. Les pilotes disposent de commandes «fly-by-wire» avec système de contrôle de vol et des fonctions optimisées, qui assurent d’excellentes performances avec un équipage réduit. L’équipage dispose de quatre grands écrans reconfigurables et de deux manches latéraux, le KC-390 permet des utilisations sécurisées à partir de pistes semi-préparées. 

L’avion a une capacité de décollage d’environ 72 tonnes avec une charge maximale de 20 tonnes. D’une longueur de 33,4 mètres et d’une hauteur de 11,4 mètres l’avion dispose d’une envergure de 33,9 mètres. Doté d’une porte cargo à l’arrière, l’avion peut être également aménagé rapidement pour le ravitaillement en vol, ainsi que pour des missions spécifiques, comme l’écoute électronique et le largage de parachutistes par exemple. Le KC-390 est motorisé par deux IAE V2500-A5. Selon l’avionneur Embraer, les deux moteurs à double flux et la conception en flèche des ailes le rendent plus efficace et lui confère « le coût du cycle de vie le plus bas du marché ».

Photo : le KC-390 @ Embraer