09/09/2013

Le trafic aérien continue sa croissance !

92091_1348864522.jpg


 

 

GENEVE, L’Association du transport aérien international (IATA) annonce que la demande de transport aérien a encore été marquée par une solide croissance en juillet. Dans l’ensemble, les kilomètres-passagers payants étaient en hausse de 5,0 % par rapport à juillet 2012. Toutes les régions ont enregistré une croissance sur douze mois, et les marchés émergents ont eu les plus fortes augmentations. La capacité a augmenté de 5,5 % par rapport à juillet 2012, soit plus que la demande, et le taux d’occupation des sièges de l’industrie a diminué de 0,4 point de pourcentage, à 82,4 %.

 

La croissance de 5,0 % observée en juillet n’est pas aussi forte que celle de juin (6,1 %), ce qui reflète probablement une correction du marché en fonction des conditions économiques courantes et l’impact de la réduction des voyages dans les marchés qui observent le ramadan.

 

Marchés passagers internationaux :


 

40971_1329408062.jpg


 

Le trafic de passagers internationaux a augmenté de 5,1 % en juillet, par rapport à l’année précédente. La croissance de la capacité a été un peu supérieure, à 5,4 %, faisant fléchir légèrement le taux d’occupation des sièges, qui a diminué de 0,2 point de pourcentage pour s’établir à 82,7 %. Dans toutes les régions, les résultats sont positifs.

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une hausse de trafic de 6,3 % par rapport à l’année précédente. La capacité a augmenté de 6,6 % et le taux d’occupation a diminué de 0,2 point de pourcentage, à 79,5 %. Le soutien à une telle croissance diminue. La plus grande économie de la région, la Chine, a poursuivi sa décélération au second trimestre. Avec les volumes d’échanges de l’Asie émergente qui ont diminué de près de 5 % durant le premiersemestre, la faiblesse n’est pas le seul fait de la Chine. En Inde, en particulier, les perspectives de croissance à court terme sont sombres. Pour l’ensemble de l’année, nous prévoyons une croissance d’environ 4,1 %, soit le taux observé depuis le début de l’exercice.

Les transporteurs d’Europe ont enregistré une augmentation de la demande de 3,7 % par rapport à juillet 2012, ce qui correspond à la croissance observée depuis le début de l’année. Cela représente toutefois un déclin par rapport à la croissance de 5,3 % enregistrée en juin. Au second trimestre, la zone euro a émergé de 18 mois de récession, ce qui suscite un optimisme prudent quant aux résultats de la région au second semestre, avec d’importantes variations selon les pays. La capacité a augmenté de 3,6 % et le taux d’occupation des sièges s’est légèrement amélioré pour atteindre 85,5 %.

Les transporteurs d’Amérique du Nord affichent en juillet une augmentation de 3,6 % du trafic international, par rapport à juillet 2012. La capacité a augmenté de 2,9 %, améliorant le taux d’occupation de 0,6 point de pourcentage, à 87,4 %, soit le taux le plus élevé parmi toutes les régions. Les derniers indicateurs montrent que le niveau de confiance des milieux d’affaires a atteint en juillet des niveaux qu’on n’avait pas observés depuis le mois de mars. La confiance des consommateurs donnait aussi des signes d’amélioration à la fin du second trimestre.

Les transporteurs du Moyen-Orient ont connu en juillet le plus fort taux de croissance parmi toutes les régions, le trafic augmentant de 7,8 % par rapport à l’année précédente. Bien que cela représente une diminution par rapport au taux de croissance sur douze mois observé en juin (12,1 %), une partie de ce déclin peut être attribuée au ramadan qui a eu un effet négatif sur la demande. En 2013, la plus grande partie du ramadan était en juillet, alors qu’en 2012, il a eu lieu principalement en août. L’augmentation de capacité de 10,5 % a fait baisser de deux points le taux d’occupation des sièges, qui s’est établi à 78,3 %.

Les transporteurs d’Amérique latine affichent une croissance de 7,3 % en glissement annuel, ce qui correspond presque exactement à l’augmentation de capacité de 7,4 %. Le taux d’occupation a fléchi de 0,1 point de pourcentage, à 82,4 %, soit un peu moins que la moyenne de l’industrie. Au Brésil, l’inflation augmente et la demande fléchit, mais ce phénomène est partiellement compensé par les fortes expansions observées au Chili et en Colombie.

Les transporteurs d’Afrique ont enregistré une hausse de trafic de 7,5 % par rapport à juillet 2012, le second meilleur taux parmi les régions, tandis que la capacité augmentait de 5,6 %, hissant le taux d’occupation de 1,3 point de pourcentage, à 73,6 %, ce qui demeure le plus faible taux parmi toutes les régions. L’expansion du commerce alimente la croissance de la demande de transport aérien sur le continent.


 

17396_1315448804.jpg


 

Photos : 1 ERJ-190 TACA 2 A330 Air Transat 3 B-737-800 Delta @ Fabricio Jimenez

11/07/2013

Nouvelle mise à jour de la liste noire !

 

87310_1329969773.jpg

La liste noire de la commission européenne liste les compagnies aériennes jugées comme peu sûres et est mise à jour régulièrement. La dernière mise à jour importante vient d’avoir lieu il y a quelques heures. Cette dernière version liste une nouvelle série de compagnies.

Des améliorations :

L’Union européenne commence enfin à tenir compte de certaines remarques, faites par les associations de pilotes et de l’observatoire du transport aérien. En effet, jusqu’ici la liste noire faisait pression uniquement sur les transporteurs et ne tenait pas compte des pays. Hors, je le rappelais l’année dernière les compagnies aériennes dépendent de l’application strictes des règles de sécurité qui doivent être menées par les Etats dans lesquels les avions sont immatriculés. Le laxisme, le manque de transparence et de moyens de la part de certains pays, sont à la base des problèmes de sécurité dans le transport aérien. On conséquence, il est donc primordial de pointer du doigt les Etats qui font défauts  à ce sujet.

Un avertissement à certains pays :

La liste des transporteurs aériens faisant l'objet d'une interdiction d'exploitation ou de restrictions d'exploitation dans l'UE a été crée dans le but de protéger l'espace aérien et les citoyens de l'UE, mais elle peut dorénavant également servir d'avertissement aux pays et aux transporteurs aériens dont la situation en matière de sécurité aérienne laisse à désirer.

Pays à risque :

Plusieurs transporteurs continue à poser des problèmes sérieux et du même coup les pays qui hébergent ces compagnies, la nouvelle liste site notamment : L’Afghanistan, l’Angola, le Bénin, la République du Congo, la République Démocratique du Congo, Djibouti, la Guinée Equatorial, le Kazakstan, le Kyrgystan, le Libéria, le Gabon, la Mauritanie, le Mozambique, les Philippines, Sao Tome, La Sierra leone, le Soudan, le Swaziland, la Zambie et l’Indonésie.

La plupart  des compagnies aériennes de ces pays sont jugées comme peu sûres.

Des compagnies sortent de la liste noire :

Mais à contrario, des compagnies sont également sorties de la liste noire. Ainsi, suite aux progrès accomplis par les Philippines en matière de sécurité aérienne, Philippine Airlines est, depuis 2010, le premier transporteur aérien certifié dans ce pays à être autorisé à exploiter à nouveau des vols à destination de l'espace aérien de l'Union européenne. Conviasa, un transporteur aérien titulaire d'une licence au Venezuela, qui a fait l'objet d'une interdiction en avril 2012, a été à nouveau autorisé à exploiter des vols à destination de l'UE.

La liste noire :

http://d1ie852cekyo2j.cloudfront.net/files/wtf/pdf/blackl...

 A découvrir le listing des compagnies de securvol/Obssat :

http://www.securvol.fr/barometre.php#d

Photo : A319 @ Fabricio Jimenez

04/04/2013

Retour de la croissance du trafic passagers !

2239923.jpg


L’Association du transport aérien international a publié ses statistiques sur le trafic passagers mondial pour le mois de février, qui indiquent que la croissance de la demande s’accélère en raison de l’augmentation de la confiance des milieux d’affaires, en particulier dans les régions émergentes. La demande du secteur passagers a augmenté de 3,7 % par rapport à février 2012.

 

Le taux de croissance de 3,7 % masque l’amélioration constatée au cours des derniers mois. Octobre 2012 semble avoir été un tournant dans les marchés de transport aérien. Depuis octobre, la demande dans le secteur passagers a augmenté à un taux annualisé de 9 %. Cela représente presque le double de la croissance observée durant les neuf premiers mois de 2012.

La capacité était en hausse de 1.0 % par rapport à février 2012 et le coefficient d’occupation des sièges était de 77,1 %. Il faut dire que les compagnies aériennes gèrent rigoureusement l’augmentation de capacité, ce qui maintient le coefficient d’occupation à un niveau record. Cela aide l’industrie à demeurer rentable malgré les prix continuellement élevés du pétrole. 

 

Marchés passagers internationaux

En février, la demande dans le secteur passagers international était en hausse de 3,6 % par rapport à l’année précédente, et de 0,9 % par rapport à janvier. La capacité a augmenté de 1,1 % par rapport à février 2012 et le coefficient d’occupation des sièges a grimpé de 1,8 point de pourcentage pour atteindre 76,3 %.


 

2148388.jpg


Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une croissance de 4,5 % par rapport à février 2012. Le rétablissement continu de l’économie chinoise et la croissance du commerce à l’intérieur de l’Asie favorisent le secteur passagers des transporteurs de la région. Avec cette forte performance, la demande associée aux marchés émergents d’Asie-Pacifique a été l’un des principaux moteurs de la forte croissance du trafic passagers international observée récemment.

 

Les transporteurs d’Europe affichent une croissance de 0,8 % par rapport à février 2012. Dans la foulée de la contraction de l’économie de la zone euro qui a marqué le quatrième trimestre de 2012, les transporteurs européens n’ont enregistré aucune croissance de la demande internationale depuis octobre dernier. Ils ont réagi en gérant rigoureusement leur capacité, qui a diminué en février de 2,0 % en glissement annuel. Cela a fait augmenter le coefficient d’occupation à 76,5 %.

 

Les transporteurs d’Amérique du Nord ont enregistré une hausse du trafic international de seulement 0,3 % en février, par rapport à février 2012. Toutefois, ce chiffre ne reflète pas l’importante tendance de croissance sous-jacente des derniers mois. Le nombre de passagers-kilomètres payants (RPK) internationaux en Amérique du Nord était en hausse de 3 % en février, par rapport à octobre. Le coefficient d’occupation s’est élevé à 76 % en raison d’une réduction de capacité de 4,6 % en glissement annuel.

 

Les transporteurs du Moyen-Orient ont connu une croissance annuelle de 10,6 %, la plus forte parmi toutes les régions. L’augmentation de capacité a été limitée à 9,7 %, ce qui a permis une augmentation du coefficient d’occupation de 0,7 point de pourcentage, à 77,7 %, le plus fort parmi les régions.

 

 

Les transporteurs d’Amérique latine affichent une croissance annuelle de 7,0 %. Toutefois, une augmentation de capacité de 9,9 % a fait baisser le coefficient d’occupation de 2,1 points de pourcentage, à 76,7 %. La forte croissance économique dans des pays comme la Colombie, qui connaît une forte demande de matières premières, stimule le transport aérien.

 

Les transporteurs d’Afrique affichent une hausse de trafic de 7,7 % par rapport à février 2012, la seconde plus importante parmi les régions, tandis que leur capacité a augmenté de 3,9 %, hissant le coefficient d’occupation à 65,2 %, en hausse de 2,3 points de pourcentage. L’augmentation du coefficient d’occupation a commencé à la mi-2012, soutenue par une hausse de la demande et une meilleure gestion de la capacité.

 

 

Marchés passagers intérieurs : 


 

77947_1363909863.jpg


 

Les marchés intérieurs ont connu une croissance de 3,9 % en février, par rapport à l’année précédente, en raison principalement de la subite hausse de la demande en Chine. Tous les autres marchés ont subi des déclins, à l’exception de l’Australie, qui affiche une croissance de 2,2 %. La capacité intérieure totale était en hausse de 0,8 % par rapport à février 2012, et le coefficient d’occupation a augmenté de 2,3 points de pourcentage pour atteindre 78,8 %.

 

Aux États-Unis, le trafic a fléchi de 0,6 % en février, alors que la capacité diminuait de 2,5 %, faisant grimper le coefficient d’occupation à 80,4 %, soit le deuxième plus élevé parmi les marchés intérieurs. Comme pour le trafic international, le taux de croissance annuel masque la récente poussée de croissance. Le marché américain a connu une croissance annualisée de 9 % depuis le quatrième trimestre de 2012.

 

Le trafic intérieur en Chine a bondi de 20,2 % par rapport à l’année précédente, ce qui reflète l’impact du Nouvel An chinois sur les voyages, mais également l’accélération de la croissance économique. Avec une capacité en hausse de 13,7 %, le coefficient d’occupation a grimpé de 4,5 points de pourcentage pour atteindre 83,8 %, soit le plus élevé parmi tous les marchés intérieurs. Par rapport à janvier, le trafic était en hausse de 5,3 %.

 

Le marché intérieur du Japon s’est contracté de 3,1 % par rapport à février 2012, en raison de l’immobilité de l’économie et de la faible demande de transport aérien intérieur qui en résulte. Le trafic intérieur du Japon est inférieur de 12 % à ce qu’il était avant le tsunami. La capacité a diminué de 4,7 % en glissement annuel, et le coefficient d’occupation était le plus faible de tous les marchés intérieurs, à 62,4 %.

 

Le Brésil a subi une baisse de trafic de 4,3 % alors que sa capacité diminuait de 10,6 %, les transporteurs du pays tentant de compenser la pression à la baisse sur la rentabilité. En même temps, la croissance économique continuait de chuter sous les niveaux prévus. Le coefficient d’occupation a augmenté de 4,6 points de pourcentage pour atteindre 70,7 %.

 

 Le trafic intérieur en Inde a chuté de 9.1 % en février par rapport à l’année précédente. En plus du ralentissement économique, les compagnies aériennes indiennes ont réduit leur capacité qui atteignait des niveaux insoutenables. La capacité a diminué de 7,5 % en février et le coefficient d’occupation était en baisse, à 74,5 %.


 

55625_1323223493.jpg


 

Photos : 1 A380 Thai Airways 2 A330 Hawaiian @ YK 3 B767 UPS 4 B737 Copa Airlines @ Fabricio Jimenez

31/12/2012

Trafic aérien, on termine avec une note positive !

0997281-1.jpg


 

L’Association du transport aérien international (IATA) a annoncé une révision à la hausse de ses prévisions pour l’industrie. En 2012, les compagnies aériennes devraient réaliser des profits de 6,7 milliards $ (plutôt que les 4,1 milliards $ prévus en octobre). Ce résultat devrait s’améliorer légèrement en 2013, pour atteindre 8,4 milliards $ (légèrement plus que les 7,5 milliards $ prévus en octobre). Toutefois, la marge nette après impôt de l’industrie demeurera faible, soit 1,0 % en 2012 et 1,3 % en 2013.

 

L’année 2012 :

 

Les prévisions améliorées pour 2012 s’appuient sur une forte performance des transporteurs aériens aux deuxième et troisième trimestre. Malgré le prix élevé du carburant et le ralentissement de l’économie mondiale, les profits et les flux de trésorerie des compagnies aériennes sont demeurés à des niveaux semblables à ceux de 2006, au moment où le prix du pétrole était de 45 $ de moins par baril et que la croissance économique mondiale était de 4 %.

Historiquement, lorsque le taux de croissance du PIB descend sous la barre des 2 %, l’industrie aérienne subit des pertes collectives. « Avec une croissance du PIB proche du niveau de stagnation de 2,0 % et un prix du pétrole à 109,50 $, nous nous attendions à des résultats beaucoup plus faibles. Mais les compagnies aériennes se sont adaptées à cet environnement difficile en améliorant leur efficience et en se restructurant. Cela protège les flux de trésorerie contre la faible croissance économique et les prix élevés du pétrole », a déclaré M. Tony Tyler, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

L’amélioration des résultats est plus visible chez les grands transporteurs aériens qui ont réalisé en moyenne des bénéfices avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA) de 10 à 15 % des revenus au troisième trimestre de l’année. « C’est une situation contrastée. Les économies d’échelle permettent aux grands transporteurs de mieux s’adapter à l’environnement difficile, alors que les petits et moyens transporteurs, eux, continuent de se débattre », explique M. Tyler. Dans l’ensemble, les résultats ont été favorisés par une forte croissance du trafic passagers (5,3 %) et une augmentation des rendements de 3,0 %. Malgré le ralentissement de l’économie mondiale, le secteur des voyages d’affaires a été favorisé par des échanges internationaux de biens et services plus solides. Cela a contribué à améliorer la situation, en termes de volumes de passagers et de rendements. À l’opposé, les marchés de fret ont subi une contraction de 2,0 % et les rendements du fret aérien sont en baisse de 2,0 % par rapport à 2011. Bien que le commerce mondial soit toujours en expansion, la tendance de croissance économique – concentrée dans les marchés émergents – a favorisé le transport maritime plutôt que le fret aérien.


 

DSC_1884.jpg


 

Résultats régionaux :

 

Les transporteurs d’Amérique du Nord devraient terminer l’année 2012 avec des profits collectifs nets de 2,4 milliards $. Ce résultat est meilleur que les profits de 1,7 milliard $ enregistrés en 2011, principalement en raison d’une meilleure utilisation des actifs par suite de la récente consolidation de l’industrie. La marge EBIT de 3,4 % est la plus élevée parmi toutes les régions.

 

Les transporteurs européens devraient être au seuil de rentabilité. Il s’agit d’une baisse de 400 millions $ par rapport aux résultats de 2011, mais d’une augmentation de 1,2 milliard $ par

rapport aux prévisions d’octobre. Cela est largement attribuable aux succès des programmes d’efficience et à une plus forte croissance du trafic qui a entraîné des résultats améliorés au second et au troisième trimestre. Bien qu’il s’agisse du facteur le plus important de l’amélioration des prévisions pour 2012, il faut noter que la position financière des transporteurs du continent est la plus faible. Les marges EBIT devraient être de 0,6 % et les résultats au seuil de rentabilité font que cette région est l’une des deux seules (avec l’Afrique) à ne pas prévoir de profits.

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique devraient afficher des profits nets de 3,0 milliards $ (700 millions $ de plus que selon les prévisions d’octobre). Cette région est celle qui obtiendra les bénéfices totaux les plus élevés, tandis que la marge EBIT prévue de 2,9 % est la seconde meilleure, derrière celle des transporteurs d’Amérique du Nord. Il est important de souligner que les transporteurs de la région connaîtront la plus importante chute des profits par rapport à 2011, alors que les compagnies aériennes d’Asie-Pacifique enregistraient des bénéfices de 5,4 milliards $. La région est sous pression en raison de la faiblesse des marchés de fret aérien et du ralentissement de la croissance économique de la Chine.

 

Les transporteurs du Moyen-Orient devraient enregistrer des profits de 800 millions $ (100 millions $ de plus que selon les prévisions d’octobre). Il s’agit d’une légère baisse par rapport aux profits de 1 milliard $ réalisés en 2011 par les transporteurs du Moyen-Orient. Bien que cette région connaisse une forte croissance du trafic long-courrier en transit, ses résultats ont été affaiblis par les événements du printemps arabe et l’instabilité persistante.


 

DSC_2560.jpg


 

Les prévisions pour les transporteurs d’Amérique latine sont inchangées, à 400 millions $. Il s’agit d’une des deux régions, avec l’Amérique du Nord, à connaître une amélioration par rapport à 2011, alors que les profits des transporteurs de la région s’élevaient à 300 millions $. Ce résultat est attribuable en partie à la force du commerce et des économies de la région, et en partie à la consolidation qui a commencé à inverser les pertes observées au Brésil.

 

Les transporteurs d’Afrique devraient terminer l’année au seuil de rentabilité – une prévision inchangée par rapport aux prévisions précédentes et un résultat égal à celui de 2011. Tandis que l’économie du continent est en rapide expansion, ses transporteurs aériens souffrent d’une forte concurrence sur les routes long-courriers, de structures onéreuses et d’un régime réglementaire qui nuit au développement de liaisons à l’intérieur de l’Afrique.

 

Prévisions pour 2013 :

 

Les résultats prévus pour 2013 sont en bonne partie inchangés par rapport à 2012. Les profits nets devraient s’élever à 8,4 milliards $, procurant à l’industrie une marge bénéficiaire nette de 1,3 %. Il est bien que nous allions dans la bonne direction, mais l’année qui vient s’annonce encore difficile pour l’industrie.  

 

Secteur passagers : la demande dans le secteur passagers devrait augmenter de 4,5 % en 2013 (moins que la prévision de 5,3 % pour 2012). Les rendements devraient diminuer de 0,2 % en réaction au prix moins élevé du carburant.

 

Fret aérien : la demande dans le secteur du fret aérien devrait augmenter de 1,4 % (pas suffisamment pour compenser le déclin de 2,0 % en 2012). Le décalage entre les taux de croissance de la demande des secteurs passagers et de fret aérien tend à causer un excès de capacité du fret et une baisse de 1,5 % des rendements.

 

Carburant : 

 

Les prix du pétrole devraient diminuer légèrement à 104 $ par baril (5,50 $ par baril de moins qu’en 2012). Toutefois, la prime payée pour le raffinage du carburéacteur entraînera une légère baisse du carburéacteur qui s’établira à 124,30 $ par baril (en baisse de 5,20 $ par baril par rapport à 2012).


 

DSC_2563.jpg


 

Photos : 1 B747-400 Thaï Aiways @ TK 2 A319 Brussels Airlines 3 B737-800NG Air Algérie 4 A319 easyJet @ Pascal Kümmerling