19/06/2022

La 6ème Escadre italienne réceptionne ses F-35 !

876.jpg

Cette semaine la 6e Escadre de l'armée de l'air italienne a commencé à réceptionner ses premiers avions de combat Lockheed martin F-35A « Lightning II ». Le premier appareil numéro « 6-01 » s’est posé sur la piste des installation de la base aérienne de Ghedi.

Cérémonie de réception

Une cérémonie de réception en présence du général Alberto Biavati, commandant de l'escadre aérienne, du général Francesco Dress de la division aérienne, commandant de la 1ère région aérienne et du commandement des forces de combat, et du commandant de la 6e escadre, "Red Devils", Colonel Giacomo Lacaita a célébré l’arrivée du nouveau jet.

Le F-35A doit venir remplacer les actuels  Panavia TORNADO au sein de l'unité. Lorsqu'elle sera pleinement opérationnelle, la 6ème Escadre devrait avoir 2 groupes équipés de F-35A : le 102ème et le 154ème. Ce remplacement progressif marque également le départ petit à petit du Tornado vieux de près de 40 ans.

Le F-35A n° « 06-01 » effectué son premier vol le 7 avril 2022 depuis les installation de Leonardo à Cameri FACO (Final Assembly & Check-Out), où sont construits les F-35 italiens et néerlandais. Le second F-35A 06-2 effectue actuellement des vols de contrôle fonctionnel au sein de l’usine et rejoindra très prochainement l’Escadre.

Changement radical

Avec l’arrivée de l’avion de 5 ème génération, la 6 ème Escadre entre dans une nouvelle ère. Grâce à ses des systèmes et des capteurs de pointe, la bibliothèque des menaces évolutives le F-35 dispose d’un degré de létalité et de survie sans commune mesure avec ses concurrent.

La 6ème Escadre

La 6 ème Escadre ( 6 Stormo), « Red Devils », a été créé à la Terre 'Campoformido Aéroport (UD) le 15 janvier 1936 hommes. Il se composait d'abord de deux escadrons, le 2e Groupe, composé du 150e, 151ª, 152ª Escadron et le 3e groupe terrestre de chasse, composé de 153ª et 154ª Escadron, qui a été ajouté le 15 février 1936, le 155e.  Le groupe vola sur Fiat CR.32, C.R.42 et G.50. A l'entrée de l'Italie dans la Seconde Guerre mondiale, le 2ème groupe était en poste dans les  Pouilles et le 3e groupe en Sardaigne. Le 2ème groupe a combattu dans Méditerranée et en Afrique du Nord avant d'être renvoyé Gorizia en 1941, quand il a été équipé de la chasse Reggiane re.2001

A la fin du conflit le 6 Stormo a été reconstitué à Trévise le 1er janvier de 1951 sur la base Groupe 155º équipé de Mustang P-51D. Puis il a déménagé sur l’aéroport de Brescia-Ghedi incorporation avec le DH-100 Vampire et F-84G. Entre 1956 et 1964, ils ont été remplacés par F-84F et le premier Lockheed F-104G. En 1982, la 6 ème Escadre est devenue  le premier groupe à voler sur Panavia Tornado initialement affecté au groupe 154º.

34.jpg

Photos : F-35 n° 06-01 @ Alessandro Maggia

 

12/02/2021

Le premier Tornado allemand avec une durée de vie allongée a volé !

csm__4342-1_Zeitler_fc88e2c759.jpg

La Luftwaffe en collaboration avec Airbus DS a effectué le vol du premier avion de combat Panavia Tornado dont la durée de vie a été prolongée. Ce premier Tornado,de série 43 + 42 de la Tactical Air Force Wing 33, s’est  envolé des installations d’Airbus à Manching, à la suite du processus qui a vu la durée de vie de sa cellule étendue à 8’000 heures de vol contre les 6’000 heures de vol actuelles.

Jusqu’en 2030 :

Le ministère fédéral de la Défense a confirmé que 85 Tornado devraient rester en service jusqu'à la fin de 2030 grâce à cette prolongation de la vie de la cellule de l’avion.

Pour la prolongation de la vie cellule, Airbus a dû procédé au remplacement de plusieurs pièces de structurelles importantes comme par exemple l’élément de liaison entre la partie avant et la partie médiane du fuselage. Pour se faire les équipes de maintenance ont dû reproduire des pièces de qui n’existaient plus. Au total, ce sont près de 400 pièces structurelles requises qui ont été fabriquées, puis installées à bord de l’avion. Selon un porte-parole de la Luftwaffe, il aura fallu exécuté près de 2’000 étapes pour démonter et remonter le Tornado.

En effet, cette mise à jour cellule implique le démantèlement quasi-complet de l'avion à l'usine d'Airbus Defence and Space à Manching, dans le sud de l'Allemagne. La société d'ingénierie d'analyse et de test Industrieanlagen-Betriebsgesellschaft (IABG) à Ottorbrunn détermine quelles pièces ont atteint la fin de leur vie et doivent être remplacées, qui doivent ensuite être construites et installées.

Le programme allemand d'amélioration de la durée de vie (SLE) engage les responsabilités de conception de systèmes d’Airbus et BAE Systems.

csm__4342-0681_Zeitler_1ddbaf1324.jpg

Photos : Premier vol d’un Tornado avec une vie allongée @ Airbus DS

20/04/2020

L’Allemagne confirme le Boeing Super Hornet !

45.jpg

La ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, a officiellement informé en fin de semaine dernière les États-Unis que l'Allemagne achèterait 45 Boeing F/A18 & EA-18 pour remplacer en partie ses avions de combat Tornado.  L’Europe n’est pas en reste, Airbus DS recevra également une commande pouvant aller jusqu’à 93 Eurofighter.

Rappel :

A fin mars, je vous parlais d’un choix possible en direction d’une flotte mixte pour remplacer les Tornado ECR et sa capacité d’emport de la bombe nucléaire B61 sous commandement de l’USAF.

Actuellement le Boeing Advanced Super Hornet BlockIII et l’EA-18 « Growler » sont directement en compétition avec l’Eurofighter.  Le Lockheed-Martin F-35 ayant été écarté de la compétition. Si, le gouvernement allemand semble préférer l’offre d’Airbus, la question de la bombe B61 sème le trouble.  En effet, le Tornado est de son côté capable de mener les missions « ECR » et d’emporter la bombe B-61. Son remplaçant est censé pouvoir reprendre les mêmes missions.  De plus, une prolongation de la flotte de Tornado coûterait particulièrement cher et grèverait le budget de la Luftwaffe, on parle de 9 à 10 milliards d’euros. Il y a urgence ! 

Le problème actuel, vient du fait que ni l’Eurofighter, ni l’Advanced Super Hornet ne sont qualifiés pour l’emport de la bombe B-61. Les américains, de leurs côtés semblent « évidemment » plus disposés à une qualification rapide sur le F/A-18 E/F. Pour l’Eurofighter, il faudra attendre. Cette problématique pose une question de fond sur le choix final du gouvernement allemand et de ses engagements en termes de capacité au sein de l’Otan. 

En novembre dernier, Airbus a présenté son Eurofighter ECR SEAD de reconnaissance et de combat électronique et de Suppression des défenses aériennes ennemies. Cette nouvelle possibilité de l’avion doit permettre de venir complètement remplacer les Tornado ECR de la Luftwaffe, soit près de 40 aéronefs. Reste cependant l’épineux problème politique de la dissuasion nucléaire et de la place de la Luftwaffe que celle-ci occupe au sein de l’Otan.

Une flotte mixte :

L’Allemagne semble confirmer son choix en direction d’une flotte mixte composée de la manière suivante 90 avions de type Eurofighter et 45 avions de chasse F/A-18 Advanced Super Hornet/Growler du constructeur américain Boeing à partir de 2025. Soit 30 Advanced Super Hornet BlockIII ainsi que 15 EA-18 "Growler » BlockII pour combattre les positions de défense aérienne ennemies. 

Bataille au Bundestag :

Pour autant, une bataille va avoir lieu au Bundestag. Ce dernier doit en effet, approuver le financement de chaque acquisition de défense d'une valeur de plus de 25 millions d'euros. Hors, du côté des du parti socialiste SPD on ne soutient pas cet achat principalement dû à une remise en cause de la mission de frappe nucléaire et préfère que les États-Unis retirent les bombes nucléaires qu’ils ont stockées à la base aérienne de Büchel. Une autre faction du SPD s'oppose à l'octroi d'un tel contrat d'armes d’une manière générale. On peut donc s’attendre à des débats très animés au Parlement allemand.

Photo : Image d’artiste d’un Futur Advanced Super Hornet aux couleurs de la Luftwaffe @Wolfmann

 

 

 

01/02/2019

L’Allemagne n’achètera pas le F-35 !

 

luftwaffe,tornado,eurofighter,super hornet,nouvel avion de combat,blog défense

                                                        

L'Allemagne n’achètera pas l’avion de combat Lockheed-Martin F-35 pour venir remplacer la flotte actuelle de Panavia Tornado, selon des sources du ministère de la Défense. Le gouvernement allemand ne veut pas jeter de l’huile sur le feu avec le futur programme européen d’une part et de l’autre, il veut tenir ses engagements vis-à-vis du programme Eurofighter qui a besoin de soutien. Cependant, les ennuis de développement du F-35 y sont probablement aussi pour quelques choses, les critiques n’ont cessé de prendre de l’ampleur en Allemagne, ces derniers mois.

Trois possibilités :

Trois options semblent donc possibles pour le choix du nouvel avion avec l’Eurofighter et le Super Hornet/Growler qui restent en course :

  • L’achat unique d’Eurofighter T3
  • L’achat mixte d’Eurofighter et d’une flotte plus petite de Super Hornet ou mieux la version de guerre-électronique Growler.
  • Et finalement une dernière option moins privilégiée avec l’achat de Super Hornet avec ou sans le Growler.
  1.  

    luftwaffe,tornado,eurofighter,super hornet,nouvel avion de combat,blog défense

Le ministère prendra une décision finale après avoir reçu des informations détaillées de Boeing et d'Airbus. Une question reste également ouverte en ce qui concerne l’emport d’armes nucléaires américaines pour satisfaire aux obligations de l'Allemagne vis-à-vis de l'OTAN.

Pour l’instant aucun calendrier de décision n’a été donné, mais le processus pourrait prendre du temps, car le gouvernement américain devra certifier les deux avions à réaction pour transporter les armes nucléaires.

Pour la petite histoire, il s’agit du second pays après Taïwan qui décide de pas opter pour le F-35.

luftwaffe,tornado,eurofighter,super hornet,nouvel avion de combat,blog défense

Photos : 1 Tornado allemand 2 Eurofighter @ Luftwaffe 3 Super Hornet @ USN

06/03/2018

La Luftwaffe est en crise !

456.jpg

L'Allemagne a du mal à maintenir la disponibilité opérationnelle de ses stocks d'avions militaires, car les problèmes d'obsolescence et les défis liés à l'introduction de nouvelles plates-formes se combinent pour réduire la disponibilité de la ligne de front. C’est le constat amère qui ressort du rapport annuel publié par le commissaire parlementaire à la Bundeswehr, le social-démocrate Hans-Peter Bartels.

Le cas des hélicoptères :

Les hélicoptères, en particulier, sont distingués pour leurs faibles taux de déploiement par le dernier rapport annuel du ministère allemand de la Défense sur les niveaux de préparation de tous les principaux systèmes d'armes exploités par ses forces armées.

Dans le cas des 21 Westland "Sea King" et 22 "Sea Lynx" de la marine allemande, le problème est simple: les hélicoptères âgés, introduits respectivement en 1975 et 1981 atteignent la fin de leur vie naturelle. La marine a eu du mal à maintenir les flottes déployables minimales pour les deux types tout au long de 2017, indique le rapport.

Cependant, le taux de préparation opérationnelle de six hélicoptères de "Sea Lynx", ou 32%,  basé sur une disponibilité moyenne de 19 hélicoptères est considéré comme une amélioration par rapport aux années précédentes, où la marine a eu du mal à atteindre ce chiffre modeste: 2016 étaient quatre et cinq hélicoptères, respectivement.

56.jpg

Bien qu'un remplaçant pour le Sea King ait été choisi, le NH90 "Sea Lion" de NH Industries et  en cours de développement, les premières livraisons en 2019 ne peuvent pas arriver assez tôt.

Cependant, le type doit se battre jusqu'en 2023. Entre-temps, la marine doit donner la priorité à ses efforts pour combler tout déficit de capacité présenté par la flotte âgée. C'est le cas de la flotte de 72 hélicoptères de transport lourd Sikorsky CH-53G de la Luftwaffe, entrée en service en 1975. En moyenne, 40 hélicoptères étaient disponibles l'année dernière, dont 16, soit 40%, étaient déployables.

L'armée a un problème différent avec les deux nouveaux giravions de son inventaire, le Tigre d'Airbus Helicopters et la variante de transport de troupes du NH90. La paire affichait des niveaux de préparation opérationnelle respectifs de 31% et 35%.

Et les avions :

Les Airbus A400M de l'armée de l'air, avec un taux de déployabilité de 38%, ou seulement trois des 15 avions totaux en service. Les "attentes opérationnelles matérielles faibles et bien en deçà" du transport tactique étaient dues à un "noyau de problèmes d'entretien complexes et imprévisibles, qui étaient aussi causés par des défauts de qualité",

En ce qui concerne les avions de combat, la situation n’est pas meilleure. Sur l’ensemble de la flotte des Airbus Eurofighter « Typhoon II » soit 128 appareils, seul 39 ont été disponibles en 2017. Soit un taux de disponibilité de 30%. Les raisons de cette pronfonde attrition proviennent d’une maintenance prolongée et du manque de disponibilité des pièces de rechange.

Du côté des PANAVIA Tornado, le bilan n’est guère meilleur avec 26 avions disponibles sur un total de 93.

Les raisons :

Le rapport pointe plusieurs explications. D’une part les coûts des opération extérieurs (Opex) comme le déploiement des Tornado à l’étranger ont été sous-estimés. De l’autre, les grandes différences de « standards » entre l’Eurofihgter T1 et le T2 complique un peu plus une maintenance déjà rendue complexe avec le système de production de l’avion européens. On retrouve également des causes dues à des problèmes techniques sur l’A400M et sur les hélicoptères Tigre. Pour le reste, la critique concerne le manque de réactivité en ce qui concerne la modernisation et le remplacement des systèmes d’armes. Les remplacements sont trop long et surtout trop tard ce qui pousse à tirer les systèmes aux limites de leur utilisation.

Le gouvernement allmeand à bien prévu de porter le budget de la Défense à 2% du PIB, cependant le montant ne sera pas atteint avant 2024. Hors, plusieurs systèmes seront hors serices d’ici là. Attention à ne pas faire pareil chez nous !

 

89.jpg

Photos : 1 Eurofighter 2 Tigre 3 Tornado@ Luftwaffe