15/02/2018

Mise hors service partielle des derniers F-5 Tiger !

DSC_3182.jpg

Pour compléter le programme d’armement, des économies sont également prévues notamment en ce qui concerne les derniers avions de combat Northrop F-5 E/F « Tiger II » encore en service.

Le F-5 n’est plus adapté :

27 des 53 F-5 « Tiger II » de l’Armée suisse doivent être mis hors service. Bien qu’ils puissent décoller et atterrir dans l’obscurité et par mauvais temps, la faiblesse de leur radar et leur armement leur permettent de mener à bien des missions de sauvegarde de la souveraineté sur l’espace aérien uniquement de jour et par bonne visibilité. Ces avions ne peuvent donc être engagés que de façon limitée pour le service de police aérienne et sont désormais inutilisables dans la défense aérienne. En effet, ils n’auraient aucune chance face à un adversaire doté de moyens modernes.

Deux autres variantes, l’une prévoyant de prolonger la durée d’utilisation des F‑5  et l’autre d’augmenter leur valeur combative, ont été examinées. Une étude de faisabilité portant sur la mise à niveau des F-5 a été réalisée en 2011 sur mandat du chef du DDPS. Une offre a ensuite été soumise par un consortium industriel composé de RUAG Aviation en sa qualité de centre de compétences pour le matériel et de la société Northrop Grumman Coporation en sa qualité de constructeur d’origine des F-5. Cette offre se basait sur un programme de mise à niveau des F-5  vendu par l’entreprise israélienne Elbit Systems Ltd. aux forces aériennes brésiliennes et adapté aux besoins spécifiques des Forces aériennes suisses. Si les deux variantes examinées étaient envisageables techniquement, les appareils modernisés n’auraient tout de même pas pu concurrencer les avions de combat modernes en termes de qualité. Par ailleurs, les coûts de développement, d’acquisition et de transformation qui s’élèvent à 950 millions ou à 1250 millions de francs selon la variante  auraient été disproportionnés par rapport à l’utilité militaire, raison pour laquelle les deux variantes ont été écartées.

Une situation connue :

La flotte d’avions de combat F-5 est fatiguée, depuis les années 2000, celle-ci et régulièrement réduite, car des aéronefs présentent des fissures importantes qui sont le fait de l’utilisation des aéronefs. Le non remplacement des derniers F-5 via le vote sur le « fond Gripen » et l’augmentation des vols de la flotte de « Hornet » rend la situation chaque mois plus critique pour les Forces aériennes. Le besoin en nouveaux avions de combat est devenu une urgence, n’en déplaise à quelques naïfs.

 

Photo : F-5 E à Payerne @ P.Kümmerling

 

 

09/08/2017

En désespoir, la Thaïlande va prolonger 14 F-5 !

399567_409122822458951_914470721_n.jpg

Bangkok, le gouvernement thaïlandais a dégagé un projet visant prolonger 14 avions de combat Northrop F-5E « Tiger II » de Royal Thai Air Force (RTAF) pour un montant estimé à 96 millions de dollars américains, faute de mieux.

Selon le programme la mise à niveau devrait être effectuée par Thai Aviation Industries (TAI), une société appartenant à l'État, et comprendra l'acquisition de systèmes acquis auprès d'entreprises israéliennes telles que Rafael Advanced Defense Systems et Elbit Systems. Ce projet qui concerne 14 avions se décline de la manière suivante : 4 appareils seront complètement modernisés, tandis que les 10 autres seront soumis à des travaux de modernisation axés sur le remplacement du système radar de l'avion non encore modernisé.

Modernisation des F-5 en Thaïlande :

La Thaïlande possède une flotte de 32 avions de combat Northrop F-5 E/F « Tiger II » acquis à la fin des années 1970. En 1988, une première mise à jour à conduit l’installation d’un nouveau HUD/WAC (Head-Up Display / Weapon Aiming Computer) GEC Marconi,  système de sonde AN/ALE-40 et un système d’alerte radar  AN/ALR-46 RWR (Radar Warning Receiver).

En 2002, une seconde mise à jour est confiée à la société israélienne Elbit qui un système de viseur de casque DASH II et un écran MFD (affichage multifonction) ainsi que des commandes de type : HOTAS (Hands On Throttle-and-Stick). En matière d’armement le sF-5 thaïlandais ont reçu le missile israélien  Rafael Python-3.

En 2015, la troisième mise à ne concernait que 15 appareils devant permettre de patienter avant l’arrivée des premiers Saab Gripen C/D et la modernisation de la flotte de F-16. Les appareils subirent une remise à niveau structurelle et l’installation du radar  Elta EL / M-2032 israélien des missiles air-air Python-5 et Derby. Le viseur de casque  DASH a été porté au standard  IV.

Une amélioration qui ne satisfait pas :

Cette nouvelle amélioration doit permettre à la RTAF de tenir en attendant mieux. D’une part ces 14 appareils vont venir remplacer 4 appareils qui sont  hors service et permettre de soulager la dotation en F-5 améliorés qui doit encore tenir bon jusqu’à la commande des troisième et quatrième tranches de JAS-39 Gripen C/D qui se font attendre faute de moyens financiers. Rappelons que la demande pour une troisième tranche avait été transmise par la RTAF au gouvernement Thaï en 2015 déjà, et devait être budgétisée l’année suivante.

Pour la RTAF, cette solution « low cost » n’est qu’un emplâtre sur une jambe de bois, car bien que modernisés, les F-5 ne font plus le poids, vis-à-vis des nouveaux avions de combat, dont s’équipe par exemple la Chine.

Photo : F-5 RTAF @ Somjorn Pawanathee