02/02/2017

BAE systems partenaire du futur avion de combat turc !

TF-X'in_üç_kavramsal_tasarımı.jpg

BAE Systems a été confirmé comme le partenaire direct de Turkish Aerospace Industries (TAI) dans le développement par la Turquie d’un avion de combat indigène. Le programme est surnommé TF-X. Un nouvel accord entre les deux compagnies a été signé par leurs dirigeants à Ankara le 28 janvier, en présence des premiers ministres de la Turquie et du Royaume-Uni. BAE Systems travaille avec TAI dans une phase d'étude pour le TF-X depuis 2015. 

"C'est plus qu'un accord commercial, c'est le début d'un partenariat de défense profonde qui contribuera à notre sécurité globale », a déclaré le Premier ministre britannique Theresa May. Elle a également déclaré que les gouvernements turc et britannique avaient signé "un nouvel accord unique qui établit un nouveau cadre de coopération et de dialogue, y compris avec les ministères de la défense et les forces aériennes".

Le programme TF-X :

Le contrat de développement, une fois signé, devrait coûter plus de 120 millions de dollars à la société britannique. BAE a déclaré que des centaines d'ingénieurs britanniques et turcs collaboreront sur le programme, à son apogée. Le directeur général de TAI Muharrem Dortkasli a déclaré l'an dernier que trois options de conception du TF-X avaient émergé, y compris des versions à un ou deux moteurs.

Ce projet d'avion de combat de 5e génération a été confié en 2001 à Turkish Aerospace Industries (TAI). Le coût du développement du projet est évalué de 70 à 80 milliards de dollars. Mais ce prix ne tient pas compte de la motorisation futur de l’avion. En conséquence on peut esquisser un développement proche des 100 milliards de dollars.

 Le premier problème rencontré par les ingénieurs turcs de TAI provient d’un cruel manque d’expérience en matière de conception. En 2013, ceux-ci ont fait appel aux ingénieurs suédois de Saab pour les aider à la définition du design de l'appareil. Cette collaboration a permis de présenter trois versions possibles : un monomoteur adoptant un design proche du F-22, un bimoteur ou enfin un monomoteur plus petit avec des ailes-canard.

La Turquie n'a pas encore choisi le groupe motopropulseur pour le TF-X, bien qu'il ait négocié avec Rolls-Royce pour le turboréacteur Eurojet EJ200 qui alimente l'Eurofighter Typhoon. En octobre 2014, Rolls-Royce a signé un protocole d'accord avec l'institut de recherche scientifique de la Turquie pour ouvrir un «centre technologique avancé»dans le pays. Le choix de BAE Systems pourrait donc bien confirmer une motorisation avec un dérivé de l’EJ200. La Turquie a exprimé son ambition de voir voler le TF-X en 2023.

 

1434592441399.jpg

Photos : 1 programme TF-X @Mehmet Delice 2 Signature de l’accord BAE TAI@ BAE Systems