01/12/2021

Taïwan, premier T-5 « Yun Yin » de série !

3375479268.jpg

L'armée de l'air de la République de Chine (RoCAF) a reçu le premier avion d'entraînement à réaction avancé (AJT)/avion de chasse léger T-5 « Yung Yin » produit en série par Aerospace Industrial Development Corporation (AIDC).

Ce premier appareil a décollé de la base aérienne de Ching Chuan Kang à Taichung, où se trouvent les installations de l'AIDC, à 9h00 heure locale le 28 novembre dernier et a atterri à la base aérienne de Zhihang à Taitung, où une cérémonie de remise officielle a eu lieu, à 10h35.

Le T-5, porte le numéro de série « 11003 ». Il  est le premier avion de série et le troisième à être remis à la RoCAF. Le second avion de série devrait être livré d'ici la fin de 2021, selon un rapport présenté en septembre par le ministère taïwanais de la Défense nationale au Yuan législatif (Parlement de Taïwan). Ces deux avions seront utilisés pour des tests supplémentaires par la RoCAF.

AIDC AT-5 « Yung Yin » (Brave Eagle ) 

Taïwan s'est engagé à développer un avion indigène pour répondre à ses besoins de formateur en février 2017, après avoir flirté avec l'acquisition du KAI T-50 ou du Leonardo M-346. À l'époque, le nouvel entraîneur taïwanais était connu sous le nom de « Blue Magpie ». L'avion « A1 » a été dévoilé lors d'une cérémonie le 24 septembre 2019, au cours de laquelle, il a été nommé Yung Yin (Brave Eagle) par la présidente Tsai Ing-wen.

Le développement de l'AT-5 a été dirigé parle le National Chung-Shan Institute of Science and Technology (NCSIST), qui a conçu une version simplifiée du chasseur de défense indigène F-CK-1D « Ching-kuo » biplace. Alors que l'IDF est propulsé par deux Honeywell / ITEC F125 avec postcombustion, l'AT-5 dispose des F124-200 similaires, mais sans postcombustion. Bien que basé sur le F-CK-1 « Ching-Kuo », l’avion incorpore 80% de nouveaux composants. Parmi les changements figurent l'utilisation accrue de matériaux composites pour réduire le poids, une plus grande capacité de carburant, le retrait du canon de bord. L'avion dispose d’une plus grande capacité de carburant interne que la variante opérationnelle, mais ne pourra pas transporter de réservoirs de carburant sous les ailes. Le profil aérodynamique dispose d’une section révisée, légèrement plus épaisse pour des vitesses d'approche et d'atterrissage plus basses, tandis que le train d'atterrissage sera également repensé. L’avion dispose d’une nouvelle avionique et d’un radar AESA. L’avion emportera les divers armements en service au sein de la RoCAF dont un canon en nacelle ventrale.

3153299353.jpg

Photos : le prototype 11001 de l’AT5 @ AIDC

21/11/2021

Taïwan, premier escadron en service avec le F-16 « Viper » !

QEG22B73GVBHFNXN2EPQXEHZK4.jpg

Cette fin de semaine a vu l'armée de l'air de la République de Chine (RoCAF) mettre en service sa première escadre de chasse entièrement équipée du nouveau standard « Viper » pour ses F-16.  

La cérémonie, qui a été reportée s'est tenue à la base aérienne de Chiayi en présence du président Tsai Ing-wen et de Sandra Oudkirk, directrice de l'American Institute à Taiwan.

Le président Tsai a déclaré lors de l'événement que le projet de mise à niveau du F-16V montre l'engagement ferme du partenariat taïwanais-américain et les progrès continus de l'industrie aérospatiale locale. Cela contribuera également à renforcer davantage les capacités de défense nationale, a-t-il ajouté. 

Les premier F-16V améliorés sont entrés en service au sein de la  4th Tactical Fighter Wing, en mars dernier. La Base aérienne de Chiayi est composée des 21e, 22e et 23e groupes de chasse tactique. Le 21st Tactical Fighter Group est l'unité qui s'est entièrement convertie au F-16V, la RoCAF indiquant que le service compte déjà 64 appareils modernisés avec le nouveau standard. Au total se sont 141 F-16 qui doivent être modernisés. De plus, Taïwan a en commande 66 nouveaux avions F-16 Block 70/72 entièrement neufs.

Rappel 

L’iles de Taïwan met à niveau ses anciens F-16 à la norme F-16 « Viper » et  procède à l’acquisition de nouveaux appareils au même standard. La nouvelle de l'achèvement de la première tranche des mises à niveau du F-16V intervient deux ans et demi après la livraison du premier avion a la RoCAF par les partenaires de Lockheed Martin's Aerospace Industrial Development Corp (AIDC) en octobre 2018. Le projet a débuté en janvier 2017, les quatre premiers avions étant intronisés dans le programme de mise à niveau de l'usine AIDC de Taichung, dans le nord-ouest de Taïwan.

Cette mise à jour doit permettre une revalorisation des appareils de type F-16 A/B, afin, de combler le retard technologique vis-à-vis de l’imposant et menaçant voisin chinois. Celui-ci, a en effet sérieusement renforcé sa position avec la mise en ligne des Shenyang J-2 « Dragon Véloce » et l’arrivée des Shenyang J-11 (Sukhoi 27 chinois).

L'administration Trump a approuvé la vente du F-16V en août 2019, qui a ensuite été approuvée par le Congrès. En novembre, le Parlement de Taïwan a accepté le budget de 8,1 milliards de dollars, permettant au MND de signer l'accord.  

Les F-16 Block70/72 « Viper » taïwanais 

La modernisation des F-16 taïwanais comprend l’adjonction d’un nouveau radar de type AESA, soit le Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam », une avionique modernisée, un cockpit tout écrans compatibles avec des lunettes de vision nocturne, une centrale de navigation GPS, un nouveau système de guerre électronique de type l’ALQ-176 couplé avec système de leurres ALQ-184 (V)7.  En matière de communication les appareils reçoivent de nouvelles radios numériques, ainsi qu’une liaison de donnée (Link16) améliorée « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation AN/AAQ-33 « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS), d’un nouvel ordinateur de mission et des équipements de guerre électronique améliorés comme les systèmes de gestion de guerre électronique Terma AN/ALQ-213.

Les pilotes disposent d’un viseur de casque permettant l’emploi du missile Raytheon AIM-9X « hyper véloce » en remplacement des AIM-9PM actuels.

Question motorisation, les moteurs Pratt & Whitney F100-PW-220 sont portés à la norme -229E plus puissant et permettant de réduire le temps de maintenance.
Concernant l’armement, les F-16 seront dotés en plus de l’AIM-9X de missiles AIM-120C7 AMRAAM et d’une variété d’armes guidées d’attaque au sol comme les bombes GBU-10 Enhanced Paveway II ou GBU-56 JDAM Laser.

Taiwan a reçu des missiles Raytheon AGM-84L « Harpoon » Block II antinavire et du matériel connexe. Dont des unités de contrôle de guidage « Harpoon », 30 conteneurs, 30 pylônes de lancement, ainsi que des kits de configuration AGM-84G à AGM-84L. On notera que la RoCAF ne précise pas si à l'avenir des réservoirs conformes seront installés. 

e4492296-0b72-11ea-afcd-7b308be3ba45_image_hires_102451.jpg

Photos : F-16 Viper @ RoCAF

 

23/09/2021

Grosse incursion chinoise dans l’espace aérien taïwanais !

IMG_7867.jpeg

La Force aérienne taïwanaise était en alerte ce jeudi matin pour intercepter pas moins de 19 avions de combat chinois qui sont entrés dans sa zone de défense aérienne, a annoncé le ministère taïwanais de la Défense. Les incursions de la PLAAF sont légion, et de plus en plus massives. Retour sur la tension militaire qui secoue depuis des années le détroit de Taïwan.

14 avions de combat chinois

L’incursion de l’aviation militaire chinoise de ce matin comprenait 14 avions de combat, soit 12 Shanyang J-16 multirôle et 2 bombardiers Xian H-6 à capacité nucléaire. Si les incursions chinoises sont régulières, Taïwan fait maintenant face à une pression accrue avec un nombre important d’avions de combat. La première a été effectuée en avril dernier avec pas moins de 25 avions de combat qui chinois sont entrés dans la zone d’identification de défense aérienne (ADIZ) taïwanaise. Pas moins de 18 chasseurs accompagnaient des bombardiers à long rayon d’action.

La Force aérienne taïwanaise a dû adapter sa tactique en fonction des violations constantes de son espace aérien. Par exemple, si, il ne s’agit que d’un appareil, elle ne se précipite plus pour le rejoindre, mais le suit avec ses systèmes de missiles sol-air. Par contre, les incursions massives comme celle de ce matin, sont systématiquement contrées.

Répétition d’une possible invasion ou guerre psychologique ?

h_56648994.jpg

Ces incursions massives de la Chine sont un nouveau mode de pression. La Chine n’a pas peur de se montrer au grand jour et de faire valoir sa toute nouvelle puissance dans la région. La volonté de s’emparer de Taiwan est bien présente. Qu’il s’agisse d’une attaque soudaine et rapide ou d’une invasion à grande échelle. Mais Pékin semble préférer une réunification plus pacifique avec ce qu’elle nomme communément île de Formose. Détruire les actifs de cette dernière n’est. La Chine semble donc bien jouer au chat et à la souris avec Taïwan en espérant que cette dernière craquera sous la pression. Mais rien n’est moins sûr, en effet, la petite île ne cesse de renforcer ses capacités de défense et de frappes capables de mettre à mal une possible agression chinoise. 

De son côté, la Chine est plus forte que jamais Pékin peut, à présent, prétendre disposer d’une marine puissante. Cette amélioration de la marine chinoise s’inscrit dans une logique doctrinale selon laquelle les forces navales d’un pays montrent la puissance de celui-ci. La marine chinoise dispose désormais de 350 bâtiments de guerre dont 130 étant considérés comme des « combattants de surface majeur ». On compte donc dans l’inventaire chinois deux portes avions et un troisième en construction, 6 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins et une flotte de destroyers, de corvettes et de frégates, dont la qualité ne cesse d’augmenter tant en qualité qu’en technologie embarquée. La puissance navale chinoise s’appuie également sur une aviation de plus en plus performante et nombreuse qui est aujourd’hui la troisième au monde avec un total de 2’500 aéronefs. S’ajoute ensuite une gamme de missile complète, largement capable d’atteindre Taïwan. Il manquait à Pékin les moyens de mener un débarquement, c’est presque chose faite avec l’arrivée de navires de débarquement de classe Yuzhao Type 071 et de navires d'assaut amphibies de classe Yushen Type 075, cet ensemble comprendra bientôt un total 32 navires lourds, 16 de taille moyenne et 29 transports de tanks. A cela, il faut ajouter des ravitailleurs en vol Y-20, des aéronefs de détection avancée AEW&C et des appareils de guerre électronique.

Difficile de dire si Pékin osera la confrontation, mais les risques d’un accident augmentent dans ce jeu dangereux ou les nerfs sont soumis à une pression toujours plus forte.

IMG_7870.jpeg

Photos : 1 F-16 Taïwanais interceptant un Xian H-6  2 Scramble avec un F-CK-1 Ching Kuo @ TaF 3 Shenyang J-16 chinois @ TaF

 

 

18/03/2021

Les premiers F-16 taïwanais modernisés !

3615622831.jpg

Taïwan a achevé la modernisation de la première tranche de ses F-16 A/B. Au total se sont 42 appareils qui se trouvent au nouveau standard F-16V Block 70/72. Au total, se sont 142 appareils qui sont concernés par cette importante mise à jour. Le 17 mars, l'Armée de l'air de la République de Chine (RoCAF), a annoncé d'attribuer ces premiers avions à la 4e Escadre de chasse tactique à Chiayi dans le sud-ouest de Taiwan. Le chef de la RoCAF, le général de division Huang Chih-wei, a déclaré qu'une cérémonie officielle de remise et d'acceptation de l'avion nouvellement modernisé se tiendrait vers la fin du mois de mars.

Rappel :

L’iles de Taïwan met à niveau ses anciens F-16 à la norme F-16 Bock70/72 procède à l’acquisition de nouveaux appareils au même standard. La nouvelle de l'achèvement de la première tranche des mises à niveau du F-16V intervient deux ans et demi après la livraison du premier avion a la RoCAF par les partenaires de Lockheed Martin's Aerospace Industrial Development Corp (AIDC) en octobre 2018. Le projet a débuté en janvier 2017, les quatre premiers avions étant intronisés dans le programme de mise à niveau de l'usine AIDC de Taichung, dans le nord-ouest de Taïwan.

Cette mise à jour doit permettre une revalorisation des appareils de type F-16 A/B, afin, de combler le retard technologique vis-à-vis de l’imposant et menaçant voisin chinois. Celui-ci, a en effet sérieusement renforcé sa position avec la mise en ligne des Shenyang J-2 « Dragon Véloce » et l’arrivée des Shenyang J-11 (Sukhoi 27 chinois).

L'administration Trump a approuvé la vente du F-16V en août 2019, qui a ensuite été approuvée par le Congrès. En novembre, le Parlement de Taïwan a accepté le budget de 8,1 milliards de dollars, permettant au MND de signer l'accord. Le calendrier de livraison du programme, nommé en interne « Phoenix Soaring », prévoit que les deux premiers F-16V un monoplace et biplace soient livrés d'ici 2023 pour les tests initiaux, tandis que le dernier des 66 appareils être livré en 2026. La commande se décline ainsi :  56 des avions monoplaces et 10 biplaces.

Report-Taiwan-2019-kop3-4Aviation.jpg

Les F-16 Block70/72 « Viper » taïwanais :

La modernisation des F-16 taïwanais comprend l’adjonction d’un nouveau radar de type AESA, soit le Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam », une avionique modernisée, un cockpit tout écrans compatibles avec des lunettes de vision nocturne, une centrale de navigation GPS, un nouveau système de guerre électronique de type l’ALQ-176 couplé avec système de leurres ALQ-184 (V)7.  En matière de communication les appareils reçoivent de nouvelles radios numériques, ainsi qu’une liaison de donnée (Link16) améliorée « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation AN/AAQ-33 « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS).

Les pilotes disposent d’un viseur de casque permettant l’emploi du missile Raytheon AIM-9X « hyper véloce » en remplacement des AIM-9PM actuels.

Question motorisation, les moteurs Pratt & Whitney F100-PW-220 seront portés à la norme -229E plus puissant et permettant de réduire le temps de maintenance.
Concernant l’armement, les F-16 seront dotés en plus de l’AIM-9X de missiles AIM-120C7 AMRAAM et d’une variété d’armes guidées d’attaque au sol comme les bombes GBU-10 Enhanced Paveway II ou GBU-56 JDAM Laser.

Taiwan a reçu des missiles Raytheon AGM-84L « Harpoon » BlockII antinavire et du matériel connexe. Dont des unités de contrôle de guidage « Harpoon », 30 conteneurs, 30 pylônes de lancement, ainsi que des kits de configuration AGM-84G à AGM-84L.

On notera que la ROCAF ne précise pas si à l'avenir des réservoirs conformes seront installés. 

2823834014.jpeg

Photos : 1 F-16 Block70/72 Viper @ Chinag Kuan-lun 2 F-16 en cours de mise à jour 3 F-16 Viper avec missile Harpoon @ TaïwanNation

 

06/03/2021

L’AT-5 « Yung Yin » bientôt prêt pour les tests opérationnels ! 

1257484700.jpg

L’avionneur taïwanais Aerospace Industrial Development Corporation (AIDC) a annoncé le 2 mars dernier que son avion d'entraînement avancé (AJT) AT-5 « Yung Yin » ( Brave Eagle ) serait bientôt prêt pour être livré à la Force aérienne de la République de Chine (RoCAF) afin de subir les tests opérationnels et son évaluation finale avant livraison.

L'annonce a été faite le jour où le président d’AIDC Hu Kai-hung a volé sur l'un des deux prototypes biplaces de l'AT-5 (11001, 11002) qui ont fait leur première présentation officielle en public. Le premier prototype du T-5, qui a été développé en collaboration avec le National Chung-Shan Institute of Science and Technology (NCSIST), a effectué son premier vol en juin 2020 soit environ neuf mois après son déploiement en septembre 2019. Le deuxième prototype a volé fin décembre 2020.

Le RoCAF devrait acquérir 66 AT-5 « Yung Yin » biplace dans le cadre d'un contrat de 2,2 milliards de dollars US attribué en 2017. L'avion devrait remplacer l’avion école AIDC AT-3 tandis qu'une variante d'attaque et de combat léger est destinée à remplacer les Northrop F-5 E/F Tiger II en service. La production de l'AT-5 devrait commencer fin 2021 et se poursuivre jusqu'en 2026. 

AIDC AT-5 « Yung Yin » (Brave Eagle ) :

Taïwan s'est engagé à développer un avion indigène pour répondre à ses besoins de formateur en février 2017, après avoir flirté avec l'acquisition du KAI T-50 ou du Leonardo M-346. À l'époque, le nouvel entraîneur taïwanais était connu sous le nom de « Blue Magpie ». L'avion « A1 » a été dévoilé lors d'une cérémonie le 24 septembre 2019, au cours de laquelle, il a été nommé Yung Yin (Brave Eagle) par la présidente Tsai Ing-wen.

Le développement de l'AT-5 a été dirigé parle le National Chung-Shan Institute of Science and Technology (NCSIST), qui a conçu une version simplifiée du chasseur de défense indigène F-CK-1D « Ching-kuo » biplace. Alors que l'IDF est propulsé par deux Honeywell / ITEC F125 avec postcombustion, l'AT-5 dispose des F124-200 similaires, mais sans postcombustion. Bien que basé sur le F-CK-1 « Ching-Kuo », l’avion incorpore 80% de nouveaux composants. Parmi les changements figurent l'utilisation accrue de matériaux composites pour réduire le poids, une plus grande capacité de carburant, le retrait du canon de bord. L'avion dispose d’une plus grande capacité de carburant interne que la variante opérationnelle, mais ne pourra pas transporter de réservoirs de carburant sous les ailes. Le profil aérodynamique dispose d’une section révisée, légèrement plus épaisse pour des vitesses d'approche et d'atterrissage plus basses, tandis que le train d'atterrissage sera également repensé. L’avion dispose d’une nouvelle avionique et d’un radar AESA. L’avion emportera les divers armements en service au sein de la RoCAF dont un canon en nacelle ventrale.

FG_3911003-JDW-10894.jpg

Photos : le prototype 11001 de l’AT5 @ AIDC