02/02/2017

BAE systems partenaire du futur avion de combat turc !

TF-X'in_üç_kavramsal_tasarımı.jpg

BAE Systems a été confirmé comme le partenaire direct de Turkish Aerospace Industries (TAI) dans le développement par la Turquie d’un avion de combat indigène. Le programme est surnommé TF-X. Un nouvel accord entre les deux compagnies a été signé par leurs dirigeants à Ankara le 28 janvier, en présence des premiers ministres de la Turquie et du Royaume-Uni. BAE Systems travaille avec TAI dans une phase d'étude pour le TF-X depuis 2015. 

"C'est plus qu'un accord commercial, c'est le début d'un partenariat de défense profonde qui contribuera à notre sécurité globale », a déclaré le Premier ministre britannique Theresa May. Elle a également déclaré que les gouvernements turc et britannique avaient signé "un nouvel accord unique qui établit un nouveau cadre de coopération et de dialogue, y compris avec les ministères de la défense et les forces aériennes".

Le programme TF-X :

Le contrat de développement, une fois signé, devrait coûter plus de 120 millions de dollars à la société britannique. BAE a déclaré que des centaines d'ingénieurs britanniques et turcs collaboreront sur le programme, à son apogée. Le directeur général de TAI Muharrem Dortkasli a déclaré l'an dernier que trois options de conception du TF-X avaient émergé, y compris des versions à un ou deux moteurs.

Ce projet d'avion de combat de 5e génération a été confié en 2001 à Turkish Aerospace Industries (TAI). Le coût du développement du projet est évalué de 70 à 80 milliards de dollars. Mais ce prix ne tient pas compte de la motorisation futur de l’avion. En conséquence on peut esquisser un développement proche des 100 milliards de dollars.

 Le premier problème rencontré par les ingénieurs turcs de TAI provient d’un cruel manque d’expérience en matière de conception. En 2013, ceux-ci ont fait appel aux ingénieurs suédois de Saab pour les aider à la définition du design de l'appareil. Cette collaboration a permis de présenter trois versions possibles : un monomoteur adoptant un design proche du F-22, un bimoteur ou enfin un monomoteur plus petit avec des ailes-canard.

La Turquie n'a pas encore choisi le groupe motopropulseur pour le TF-X, bien qu'il ait négocié avec Rolls-Royce pour le turboréacteur Eurojet EJ200 qui alimente l'Eurofighter Typhoon. En octobre 2014, Rolls-Royce a signé un protocole d'accord avec l'institut de recherche scientifique de la Turquie pour ouvrir un «centre technologique avancé»dans le pays. Le choix de BAE Systems pourrait donc bien confirmer une motorisation avec un dérivé de l’EJ200. La Turquie a exprimé son ambition de voir voler le TF-X en 2023.

 

1434592441399.jpg

Photos : 1 programme TF-X @Mehmet Delice 2 Signature de l’accord BAE TAI@ BAE Systems

 

02/06/2015

La Turquie va produire le D328 !

 

New_TRJ328_to_be_built_in_Turkey.jpg

 

Sierra Nevada Corporation et Savunma Teknolojileri Mühendislik ve Ticaret A. (STM) vont collaborer sur la production d'avions régionaux en Turquie. Cet accord fait suite au protocole d'accord (MoU) avec le ministère turc des Transports, des Affaires maritimes et des communications pour répondre aux besoins de produire le premier jet régional du pays dans le cadre de son projetd’ avions régionaux Le premier avion devrait être livré en 2018.

 

Faible risque :

 

La République de Turquie a pris un faible risque stratégie en s’alliant avec Sierra Nevada Corporation pour produire un avion dérivé du Dornier 328.STM  en  Turquie fonctionnera en tant que maître d'œuvre avec Turkish Aerospace Industries (TAI). Les sous-traitant, sont composés de Aselsan, TEI, Havelsan, Alp Aviation, Kale Aviation et Cabin turque Intérieur Inc. (TCI).

 

Le D328 :

 

Le développement du Do 328 remonte aux années 1980. Dornier avait noté dans une étude de marché qu’un vide existait sur le segment des avions régionaux d’une capacité de 33 places maximum. En décembre 1988, Dornier lança le développement du Do 328-100. Le premier vol eut lieu 3 ans plus tard le 6 décembre 1991 et l’avion reçut sa certification en octobre 1993.

L’un des objectifs principaux du développement consistait à assurer à l’appareil une vitesse pure et une vitesse ascensionnelle élevées, ce qui fut possible grâce à la voilure de type TNT et à l’hélice de conception nouvelle. Son empennage était en matériau composite. Le poste de pilotage fut équipé d’une planche de bord moderne et proposait en option une visualisation tête haute, choses peu communes dans un avion de cette capacité à cette époque. Dès le premier vol, il devint évident que le développement coûteux du programme Do 328 ne serait rentabilisé qu’à partir de 300 appareils vendus.

À la suite de la vente de Dornier à Fairchild en 1996, une version supplémentaire équipée de moteurs à réaction fut lancée dès février 1997, le « 328 Jet ». La société Fairchild-Dornier se retrouvait financièrement renflouée du fait que DASA-Daimler-Benz lors de la vente avait pris à sa charge les frais de développement au titre d’amortissements exceptionnels.

La crise du transport aérien provoquée par les attentats du 11 septembre 2001 et ses répercussions sur l’industrie aéronautique (recul des ventes du modèle 328 et annulation des commandes du projet Dornier Do 728 (en)) provoquèrent la faillite de Fairchild Dornier en avril 2002. Même le rachat par Avcraft (en) en 2003 ne put sauver le programme et après avoir effectué quelques livraisons supplémentaires, la société déposa son bilan en 2005.

 

La relance d’un projet abandonné :

 

La relance de ce projet va permettre de produire le D328 en deux versions, le TRJ328 jet  et T328turbopropulseurs avec  32 sièges, le projet comprend la conception future et la certification de nouveaux avions. Ces avions, avec des caractéristiques de décollage court et atterrissage court.

 

Photo : le futur TRJ 328 @Sierra Nevada Copr

11:42 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sierra nevada, tai, infos aviation |  Facebook | |

22/03/2015

La Turquie prépare son avion de 5e génération !

ob_060560_tf-x-photo-ssm.jpg

 

Ankara, la Turquie se montre particulièrement ambitieuse en matière d'aéronautique militaire avec le lancement de son programme TF-X. Ce programme prévoit la construction d’un avion de combat de 5e génération indigène.

 

Le programme TF-X :


Ce projet d'avion de combat de 5e génération a été confié en 2001 à Turkish Aerospace Industries (TAI). Le coût du développement du projet est évalué de 70 à 80 milliards de dollars. Mais ce prix ne tient pas compte de la motorisation futur de l’avion. En conséquence on peut esquisser un développement proche des 100 milliards de dollars.

 

Le premier problème rencontré par les ingénieurs turcs de TAI provient d’un cruel manque d’expérience en matière de conception. En 2013, ceux-ci ont fait appel aux ingénieurs suédois de Saab pour les aider à la définition du design de l'appareil. Cette collaboration a permis de présenter trois versions possibles : un monomoteur adoptant un design proche du F-22, un bimoteur ou enfin un monomoteur plus petit avec des ailes-canard. Coût pour cette première étape, environ 20 millions de dollars. En ce qui concerne la motorisation, la Turquie a lancé un appel d’offre pour un moteur d’une poussée de 10 tonnes.

 

La situation du programme aujourd’hui: 

 

Le secrétariat pour la Défense et l’Industries (SSM) a émis une demande d'information (RFI) le 13 mars dernier pour commencer formellement les travaux de conception préliminaire destinés au programme turque Fighter Aircraft (TF-X).

 

Ne pouvant réalisé seul le programme TF-X, la Turquie à lancé un second programme de coopération avec des entreprise étrangères. A ce jour, plusieurs  entreprises ont déclarés leur intérêt pour le programme, soit : Lockheed-Martin, Shenyang Aircraft Corporation, Dassault, BAE Systems, et Saab. 

 

La Turquie devrait donc sélectionner cette année encore l’une de ces entreprise pour pouvoir se lancer dans la phase préliminaire de conception du TF-X avec un premier prototype prévu pour 2023.

 

T-FX.jpg

 

 

Photos : Images de synthèse des trois concepts du TF-X @ TAI


08/09/2014

Les F-16 pakistanais modernisés !

PAF-F-16-last-batch-mid-life-upgradation-ceremony.jpg

 

Ankara, Turkish Aerospace Industries a livré le dernier Lockheed-Martin F-16A/B «Fighting Falcon» modernisé à l'armée de l'air pakistanaise. Cette livraison clôt le programme de modernisation signé en 2009.

 

La modernisation : 

 

Un total de 41 F-16 pakistanais ont subi une profonde mise à jour au sein des installations de Turkish Aerospace Industries (TAI). L’entreprise turque a procédé à la modernisation des aéronefs pakistanais dans ses installations de Kazan près d’Ankara. Plus de plus de 1300 pièces ont été changées sur chaque F-16, il aura fallu six mois de travail par avion. 

La société a également fourni une formation pour le personnel de la Force aérienne pakistanaise. 


large_dsc-6807-2.jpg


 

La modernisation comprend un renforcement de la structure des F-16, une nouvelle avionique avec écrans couleurs, la mise en place d’une liaison de données Link16, d’un nouvel enregistreur de vol numérique et une mise à jour des logiciels radars au standard AN/APG-68 (V)9. Le montage d’un viseur de casque de type JHMCS. De nouvelles radios AN/ARC-238 avec HAVE QUICK I/II. Les F-16 pakistanais disposent également d’une nouvelle protection électronique avec les systèmes ALQ-211 AIDEW d’alerte et le système de contre-mesures électronique AN/ALQ-184.

 

Cérémonie de remise : 

 

Une cérémonie de remise du dernier F-16 modernisé, soit un F-16B a eu lieu sur les installations de TAI ou de nombreuses autorités de haut niveau parmi lesquels se trouvaient le chef adjoint de la Pakistan Air Force, le Maréchal de l'Air Sohail Aman, le sous-secrétaire adjoint à la Défense, le Dr Faruk Özlü, président de TAI.


AIR_F-16A-15s_Pakistani_PAF_lg.jpg


 

 

Photos : 1 Le dernier F-16B modernisé 2 Cérémonie de remise @ TAI 3 F-16 pakistanais avant modernisation@ Pakistan Air Force


20/12/2012

La Turquie reçoit son dernier F-16 !

 

large_dsc-6807-2.jpg

ANKARA, Turkish Aerospace Industries, Inc (TAI) et Lockheed-Martin ont célébré la livraison du dernier F-16 Block 50 fabriqué en Turquie ( un biplace D) au sein des installations de TAI sur un total de 30 appareils commandés en 2009. Une cérémonie a marqué cet évènement.

 

La cérémonie s'est déroulée en présence du sous-secrétaire adjoint de la Défense turc Serdar Demirel M. et des cadres de haut niveau de l’industries de défense (SSM) de  la Force aérienne turque (TurAF),et de  Lockheed Martin.

 

La Turquie disposait déjà de 246 F-16 auxquels viennent s’ajouter ces 30 appareils.


Le programme F-16 a fourni un important développement industriel et d’emploi en Turquie au cours des 25 dernières années. L'armée de l'air turque a reçu 30 nouveaux modèles de F-16C/D Bloc 50 entre mai 2011 et Décembre 2012.

Photo : le dernier F-16D monté en Turquie @ TAI

 

11:28 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : f-16 turque, tai, lockheed-martin f-16cd |  Facebook | |