10/12/2018

Les Philippines optent pour le T129 « ATAK « !

turkey-s-t-129-helicopter-leads-anti-terrorism-fight-1459232927.jpg

Manille, L'armée de l'air philippine a choisi de faire l'acquisition de 8 à 10 hélicoptères d’attaque Turkish Aerospace Industries (TAI) T129 « ATAK » pour un montant limité à 240 millions de dollars.

Le prochain accord de gouvernement à gouvernement entre les Philippines et la Turquie constituera un accord historique pour les relations de défense entre les deux pays.

Troisième clients à l'export:

Les Philippines deviendront le troisièem client à l'export de la verson turque du T129, l'Azerbaïdjan a passé commende pour 60 appareils, le Pakistan a opté poiur 30 aéronefs. La Turquie a en commande 60 T-129A/B en commande ferme (livraison à partir de 2012) + 41 en option. 

Le TAI T129 « ATAK » :

Le T-129A/B «ATAK» est un hélicoptère d'attaque turc, dérivé de la version de l'A-129 «Mangusta» d’AgustaWestland et développé sous transfert de technologie à Turkish Aerospace Industries, Inc (TAI) qui en est la détentrice de tous les droits liés à la propriété intellectuelle, pour le compte de l'Armée turque. Plus long que l'A-129, le T129 utilise surtout la turbine Rolls-Royce/Honeywell LHTEC T800 développée initialement pour le programme de l’hélicoptère RAH-66 «Comanche». L’avionique a été revue et l’hélicoptère dispose d’un nouveau rotor de queue.

T-129B «ATAK» a été optimisé pour satisfaire les exigences «hot and high» concernant les performances pour les conditions géographiques et environnementales difficiles. Le T-129B 2ATAK» permet une mise en oeuvre de jour comme de nuit. Il offre une basse visibilité ainsi qu’une signature radar et IR réduite. La cabine renforcée doit permettre un haut niveau de tolérance balistique et résistance aux chocs. La TAI a opté pour un nouveau système FLIR, qui  augmente la qualité d'image et les performances de la gamme de traitement en temps réel de l'image et la poursuite de cibles multiples avec la caméra à haute résolution thermique.  

794918303.jpg

Photos : 1T129 ATAK de l’armée pakistanaise 2T129 turcs @ TAI

29/11/2017

Le Pakistan négocie l’achat de T129 « ATAK » !

3715619946.jpg

Le Pakistan est entré en négociation en vue de l’achat d'hélicoptères d'attaques T129 ATAK de Turkish Aerospace Industries (TAI).

Le processus est achevé à 90%et le dossier a été examiné par le ministre pakistanais de la de la Défense, Rana Tanveer Hussain. Le ministre a effectué une visite officielle de deux jours (24-26 novembre) en Turquie dans le but d'examiner les programmes de défense bilatéraux en cours.

Le Pakistan a choisi l'hélicoptère T129 ATAK qui était en concurrence avec le Changhe Aircraft Industries Corporation (CAIC) Z-10 chinois. Les deux constructeurs d'hélicoptères étaient dans la course pour fournir à l'armée pakistanaise un hélicoptère d'attaque léger pour plus de 50 unités avec une négociation initiale impliquant 30 hélicoptères additionnels.

Le T129 ATAK :

 Le T129A/B « ATAK » est un hélicoptère d'attaque turc, dérivé de la version de l'A129 « Mangusta » de Leonardo Helicopters et développé sous transfert de technologie à Turkish Aerospace Industries, Inc (TAI) qui en est la détentrice de tous les droits liés à la propriété intellectuelle, pour le compte de l'Armée turque. Plus long que l'A129, le T129 utilise surtout la turbine Rolls-Royce/Honeywell LHTEC T800 développée initialement pour le programme de l’hélicoptère RAH-66 «Comanche». L’avionique a été revue et l’hélicoptère dispose d’un nouveau rotor de queue.

T129B « ATAK » a été optimisé pour satisfaire les exigences «hot and high» concernant les performances pour les conditions géographiques et environnementales difficiles. Le T129B « ATAK» permet une mise en oeuvre de jour comme de nuit. Il offre une basse visibilité ainsi qu’une signature radar et IR réduite. La cabine renforcée doit permettre un haut niveau de tolérance balistique et résistance aux chocs. La TAI a opté pour un nouveau système FLIR, qui  augmente la qualité d'image et les performances de la gamme de traitement en temps réel de l'image et la poursuite de cibles multiples avec la caméra à haute résolution thermique.  

794918303.jpg

Photos : Le T129 ATAK @ TAI

06/11/2017

TAI a débuté le développement de l’hélicoptère ATAK 2 !

794918303.jpg

Turkish Aerospace Industries (TAI) a annoncé qu'elle avait débuté le développement national de l'hélicoptère d'attaque ATAK 2.

Pour l’avionneur turc TAI l'ATAK 2 sera un hélicoptère de six tonnes construit sans assistance étrangère sur la base des connaissances techniques et de l'expérience opérationnelle acquises avec l'hélicoptère d'attaque T129 actuellement produit sous licence de Leonardo. L'ATAK 2 sera plus gros et plus lourd que l’actuel T129.

En plus d'être plus lourd, l’ensemble des systèmes devront être produit en Turquie permettant ainsi un approvisionnement national sans dépendance éttrangère.

L'ATAK-2 disposera de plusieurs améliorations par rapport au T129, telles qu'une charge utile accrue et une avionique mise à jour.

L'ATAK-2 pourrait réutiliser certains des composants critiques de l'hélicoptère utilitaire TAI T625, tels que les parties dynamiques (par exemple le rotor) et le système de transmission. Cela permettra de réduire les coûts de développement ainsi que de fournir des points communs techniques, en réduisant les coûts d'exploitation.

Par ailleurs, le programme ATAK 2 directement est lié au développement du moteur de Engine Industries (TEI). Un premier des moteurs de 1’400 shp de TEI devrait être achevé en 2019.

 

Photo ; l’actuel T129 ATAK-1 @ TAI

02/02/2017

BAE systems partenaire du futur avion de combat turc !

TF-X'in_üç_kavramsal_tasarımı.jpg

BAE Systems a été confirmé comme le partenaire direct de Turkish Aerospace Industries (TAI) dans le développement par la Turquie d’un avion de combat indigène. Le programme est surnommé TF-X. Un nouvel accord entre les deux compagnies a été signé par leurs dirigeants à Ankara le 28 janvier, en présence des premiers ministres de la Turquie et du Royaume-Uni. BAE Systems travaille avec TAI dans une phase d'étude pour le TF-X depuis 2015. 

"C'est plus qu'un accord commercial, c'est le début d'un partenariat de défense profonde qui contribuera à notre sécurité globale », a déclaré le Premier ministre britannique Theresa May. Elle a également déclaré que les gouvernements turc et britannique avaient signé "un nouvel accord unique qui établit un nouveau cadre de coopération et de dialogue, y compris avec les ministères de la défense et les forces aériennes".

Le programme TF-X :

Le contrat de développement, une fois signé, devrait coûter plus de 120 millions de dollars à la société britannique. BAE a déclaré que des centaines d'ingénieurs britanniques et turcs collaboreront sur le programme, à son apogée. Le directeur général de TAI Muharrem Dortkasli a déclaré l'an dernier que trois options de conception du TF-X avaient émergé, y compris des versions à un ou deux moteurs.

Ce projet d'avion de combat de 5e génération a été confié en 2001 à Turkish Aerospace Industries (TAI). Le coût du développement du projet est évalué de 70 à 80 milliards de dollars. Mais ce prix ne tient pas compte de la motorisation futur de l’avion. En conséquence on peut esquisser un développement proche des 100 milliards de dollars.

 Le premier problème rencontré par les ingénieurs turcs de TAI provient d’un cruel manque d’expérience en matière de conception. En 2013, ceux-ci ont fait appel aux ingénieurs suédois de Saab pour les aider à la définition du design de l'appareil. Cette collaboration a permis de présenter trois versions possibles : un monomoteur adoptant un design proche du F-22, un bimoteur ou enfin un monomoteur plus petit avec des ailes-canard.

La Turquie n'a pas encore choisi le groupe motopropulseur pour le TF-X, bien qu'il ait négocié avec Rolls-Royce pour le turboréacteur Eurojet EJ200 qui alimente l'Eurofighter Typhoon. En octobre 2014, Rolls-Royce a signé un protocole d'accord avec l'institut de recherche scientifique de la Turquie pour ouvrir un «centre technologique avancé»dans le pays. Le choix de BAE Systems pourrait donc bien confirmer une motorisation avec un dérivé de l’EJ200. La Turquie a exprimé son ambition de voir voler le TF-X en 2023.

 

1434592441399.jpg

Photos : 1 programme TF-X @Mehmet Delice 2 Signature de l’accord BAE TAI@ BAE Systems

 

02/06/2015

La Turquie va produire le D328 !

 

New_TRJ328_to_be_built_in_Turkey.jpg

 

Sierra Nevada Corporation et Savunma Teknolojileri Mühendislik ve Ticaret A. (STM) vont collaborer sur la production d'avions régionaux en Turquie. Cet accord fait suite au protocole d'accord (MoU) avec le ministère turc des Transports, des Affaires maritimes et des communications pour répondre aux besoins de produire le premier jet régional du pays dans le cadre de son projetd’ avions régionaux Le premier avion devrait être livré en 2018.

 

Faible risque :

 

La République de Turquie a pris un faible risque stratégie en s’alliant avec Sierra Nevada Corporation pour produire un avion dérivé du Dornier 328.STM  en  Turquie fonctionnera en tant que maître d'œuvre avec Turkish Aerospace Industries (TAI). Les sous-traitant, sont composés de Aselsan, TEI, Havelsan, Alp Aviation, Kale Aviation et Cabin turque Intérieur Inc. (TCI).

 

Le D328 :

 

Le développement du Do 328 remonte aux années 1980. Dornier avait noté dans une étude de marché qu’un vide existait sur le segment des avions régionaux d’une capacité de 33 places maximum. En décembre 1988, Dornier lança le développement du Do 328-100. Le premier vol eut lieu 3 ans plus tard le 6 décembre 1991 et l’avion reçut sa certification en octobre 1993.

L’un des objectifs principaux du développement consistait à assurer à l’appareil une vitesse pure et une vitesse ascensionnelle élevées, ce qui fut possible grâce à la voilure de type TNT et à l’hélice de conception nouvelle. Son empennage était en matériau composite. Le poste de pilotage fut équipé d’une planche de bord moderne et proposait en option une visualisation tête haute, choses peu communes dans un avion de cette capacité à cette époque. Dès le premier vol, il devint évident que le développement coûteux du programme Do 328 ne serait rentabilisé qu’à partir de 300 appareils vendus.

À la suite de la vente de Dornier à Fairchild en 1996, une version supplémentaire équipée de moteurs à réaction fut lancée dès février 1997, le « 328 Jet ». La société Fairchild-Dornier se retrouvait financièrement renflouée du fait que DASA-Daimler-Benz lors de la vente avait pris à sa charge les frais de développement au titre d’amortissements exceptionnels.

La crise du transport aérien provoquée par les attentats du 11 septembre 2001 et ses répercussions sur l’industrie aéronautique (recul des ventes du modèle 328 et annulation des commandes du projet Dornier Do 728 (en)) provoquèrent la faillite de Fairchild Dornier en avril 2002. Même le rachat par Avcraft (en) en 2003 ne put sauver le programme et après avoir effectué quelques livraisons supplémentaires, la société déposa son bilan en 2005.

 

La relance d’un projet abandonné :

 

La relance de ce projet va permettre de produire le D328 en deux versions, le TRJ328 jet  et T328turbopropulseurs avec  32 sièges, le projet comprend la conception future et la certification de nouveaux avions. Ces avions, avec des caractéristiques de décollage court et atterrissage court.

 

Photo : le futur TRJ 328 @Sierra Nevada Copr

11:42 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sierra nevada, tai, infos aviation |  Facebook | |