29/03/2019

L’Inde a terminé de négocier l’achat de C-295 !

307CF57F-72A1-4C65-AD77-3B03701A589A.jpeg

Le ministère indien de la Défense a achevé les négociations sur les prix en vue d'acquérir un total de 62 avions de transport moyen Airbus Defence and Space C-295 pour l'Indian Air Force (IAF) et l'Indian Coast Guard (ICG).

Le contrat est estimé à près de 2,8 milliards d’euros (3,15 milliards d’USD).
Le programme MTA prévoit l'importation directe de 16 C-295 et l'assemblage sous licences locale des 46 aéronefs restants dans une usine près de Bangalore appartenant au groupe Tata.

Le C-295 :

Au début des années 1980, l'Espagne cherche un appareil complémentaire au C-212, le constructeur national CASA s'entend avec l'indonésien IPTN pour produire la version de base d'un appareil de transport tactique, les autres versions pouvant être produites nationalement. Le premier vol intervient le 11 novembre 1983 et l'avion entra en service dans l'Ejercito del Aire en 1988.
Le CN-235 reprend les éléments traditionnels du transport tactique : ailes et dérives hautes pour les protéger des projections venues des pistes non préparées, aile droite pour diminuer la vitesse d'approche, rampe de chargement à l'arrière. Le CN-235 peut ainsi transporter 51 combattants, 18 brancards ou 4 palettes.

En 1995, l'Espagne crée une version très modernisée, le C-295, pour compléter sa flotte. Le C-295 dispose d'une soute plus longue de 3 mètres, d'une nouvelle avionique, d'un train et d'une structure renforcés, de points d'emports sous les ailes et de moteurs Pratt & Whitney PW127G entraînant des hélices hexapales. Il peut ainsi transporter 71 combattants, 48 parachutistes, 24 civières ou 5 palettes. Il est également proposé en version Persuader pouvant accomplir des missions de chasse aux sous-marins. Le C-295 est vendu à une dizaine d'états, comme le Portugal, la Pologne, l'Algérie ou le Brésil.
Plus de 85 avions C295 sont en service aujourd’hui avec 14 opérateurs différents.

 

08/04/2017

Le T-100 de retour dans la compétition aux USA !

alenia_t-100_desert.jpg

L’avionneur italien Leonardo est de retour avec le T-100 (M346) dans la compétition en vue d’équiper l’US Air Force d’un nouvel avion école. En janvier dernier, Leonardo associé à l’époque avec l’équipmentier américain Raytheon avait annoncé son abandon. La question était alors sur toutes les lèvres, l’avionneur allait-il tenté un retour mais sans partenaire ?

Seul mais avec un projet d’usine :

Sous le nom de Leonardo DRS, l’avionneur a annoncé vouloir construire une usine de fabrication d'aéronefs à Tuskegee, en Alabama, pour produire son système de formation de jet intégré T-100, si elle est sélectionnée par l'armée de l'air américaine pour fournir le formateur de prochaine génération. 

L'équipe américaine du T-100 a choisi Moton Field Municipal Airport à Tuskegee pour l’éventuel site de fabrication d'aéronefs et la chaîne de montage finale en raison de la main-d'œuvre qualifiée, de l'infrastructure de l'aérodrome expansif et de solides ressources locales et étatiques soutenant le développement économique dans la région.

 

Le M-346/T-100  :

L'AleniaAermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile delta construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2’880 kgp sont produits sous licence par Fiat-Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « Zero-Zero » Martin-Baker Mk16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multifonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital « Fly-by-Wire2 programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1 800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. 

1590004252.jpeg

Photos : la version T-100 destiné au marché US @ Leonardo

 

26/01/2017

T-100, Leonardo/Raytheon abandonnent la compétition du T-X !

C3CTAGgXAAQVl-S.jpg-large.jpeg

C’est une petite bombe qui vient secouer la compétition du T-X du futur avion école destiné à l’Us Air Force, l’association de l’avionneur européen Leonardo et de l’américain Raytheon avec le T-100 (M346) a volé en éclat.

La compagnie de défense italienne Leonardo, quitte la compétition pour construire l'entraîneur T-X de la prochaine génération destiné à la Force aérienne des États-Unis, invoquant des difficultés pour parvenir à un «accord commercial» avec son partenaire Raytheon. Les rapports de désaccord entre les deux principaux entrepreneurs de défense ont commencé à émerger l'année dernière. Les compagnies américaines et italiennes avaient un "désaccord" sur certains détails commerciaux au sujet du T-100. Les discussions ont sur le partage du travail entre les deux sociétés n’ont pas semble-t-il trouvé de solution.

Leonardo seul ?

La question se pose aujourd’hui sur une éventuelle participation de Leonardo en tant qu’avionneur unique pour le remplacement des T-38 « Talon ». Selon Filippo Bagnato, directeur de la division des aéronefs de Leonardo, l’entreprise évalue comment exploiter les capacités et le potentiel fort du T-100, dans le meilleur intérêt de l'armée de l'air des Etats-Unis. Mais concourir seul aux Etats-Unis sans pouvoir compter sur l’appuis et les liens d’une entreprise américaine dans cette compétition ne laisse vraisemblablement aucune chance à l’avionneur. Par ailleurs, trouver un partenaire américain dans l’urgence, alors que la compétition vient de démarrer est en soi quasi impossible.

 

Photo : le T-100 (M346 destiné initialement au concours T-X@ Leonardo