03/12/2016

Le revêtement des F-22 souffre !

F-22_Raptor_edit1_(cropped).jpg

Depuis le mois de septembre 2014, l’US Air Force déploie des avions de combat Lockheed-Martin F-22 « Raptor » en Syrie. Le nombre de F-22 engagé n’est pas connu, mais semble être assez faible. Selon les rapports de l’USAF, les F-22 ont effectué environ 150 sorties et ont largué environ 200 bombes probablement des GBU-32 et GBU-39.

Revêtement en cause :

Les F-22 engagés en Syrie semblent souffrir des conditions climatique, tel que la chaleur, la pluie et la poussière de sable.  Ces conditions ont pour effet d’écailler la pellicule de revêtement absorbant qui recouvre les fuselages. La maintenance semble devenir de plus en plus onéreuse pour ce type d’appareil car les matériaux utilisés pas simple à produire et donnent du fil à retordre, lorsqu’il faut effectuer une réparation. Il faut comprendre que les matériaux à vocation de furtivité sont à base de carbone et de caoutchouc (pyrocéramiques, des silicones et des polyuréthanes). Ces éléments absorbants peuvent être recouverts de peinture à base d'époxy qui contiennent des particules de ferrite en suspension qui ont pour rôle de piéger les ondes qui n'ont pas été absorbées par les couches inférieurs. Ces matériaux sont souvent utilisés sur les éléments de structure susceptibles de recevoir le plus d'ondes radars (bords d'attaque, dérives, ailerons, plans canards). Paradoxalement, ces revêtements se montrent particulièrement fragiles.

Quel avenir pour les avions furtifs ?

 La furtivité semblait il être « la solution » miracle face aux radars ennemis. Pourtant l’arrivée de nouveaux radars notamment AESA et des optroniques de type IRST semblent remettre en cause la furtivité tant vantée il y encore quelques années. Si les avions dit furtifs comme le F-22 et le F-35 sont conçus de manière à être pratiquement invisibles aux radars de poursuite utilisant des hautes fréquences (bandes Ku, X, C et partiellement S), ceux-ci ne sont pas optimisés pour échapper aux radars à basses fréquences en bandes L, UHF ou VHF). Ajoutons le fait que ces appareils sont particulièrement chers à l’achat et fragile en ce qui concerne l’entretien notamment en opération extérieure, la question se pose aujourd’hui sur le réel avenir de cette technologie ?

 

Photo : F-22 Raptor @ USAF

 

29/10/2016

Syrie, les Ka-52 russes vont engager le missile Hermes !

3010478811.jpg

Selon le Ministère de Défense russe les hélicoptères Kamov Ka-52K « Katran » qui se trouvent à bord du porte-avions Admiral Kouznetsov, actuellement en route en Méditerranée disposent du tout nouveau missile antichar à longue portée Hermes-A.

Pour les russes, la Syrie va permettre de tester grandeur nature le missile de nouvelle génération et de le perfectionner avant la livraison à grande échelle à l’armée russe. Le nouveau missile sera principalement utilisé contre des sites en durs aux mains des islamistes.

Le missile Hermes-A :

806680.jpg

Le missile « Hermes-A » est un supersonique, bi-calibre, polyvalent à guidage modulaire conçu par l’usine KBP basée à Tula. Il est utilisable depuis des plateformes aéroportées. La particularité principale du missile est la possibilité d’un usage « horizontal ». La tête autoguidée combinée au capteur infrarouge et au canal laser permet au missile d’atteindre les véhicules blindés de l’ennemi, même s’ils se trouvent hors du champ de vision de l’équipage de l’hélicoptère.

L’Hermes-A est conçu équiper les aéronefs à voilure tournante ou fixe tels que le Ka-52 et Su-25. Le missile est guidé à travers la zone visée par un système de navigation inertielle (INS). Le guidage terminal est fourni par un système laser semi-actif avec une optronique fournissant la désignation d'objectif monté généralement sur l'aéronef. Le Hermes-A dispose d’une portée de tir maximale comprise entre 15 à 20 kilomètres à une vitesse moyenne de 500mps. Les diamètres du missile sont 170mm (booster) et 130mm (souteneur). Le souteneur transporte une charge HE de 28 kg à fragmentation qui peut vaincre les chars de combat actuels et futurs. Deux missiles Hermes-A peuvent être tirés contre deux cibles différentes simultanément. Le missile dispose également d'une meilleure résistance contre les contre-mesures par rapport aux missiles antichars existants.

Le Kamov Ka-52K «Katran» : 

Le Kamov Ka-52K "Katran" est une version navalisée du Ka-52 « Alligator ». Le Ka-52K bénéficie de pales et d’ailes repliables, d’un train d’atterrissage renforcé, d’un traitement anticorrosion, ainsi que de nouvelles capacités comme la lutte antinavire. En matière d'armement, cet appareil recevra le missile air-mer Kh-35UV en plus de l’armement classique de l’Alligator. Les deux pilotes disposent d’un système d’éjection inédit qui éjecte en premier le rotor coaxial, puis déclenche l’éjection des deux sièges, du pilote et du mitrailleur. Les systèmes de vol comprennent un système de navigation inertielle (INS), un pilote automatique et affichage tête haute (HUD). Les capteurs comprennent une nacelle infrarouge (FLIR) et un radar de suivi de terrain. Le Ka-52 est équipé d'un récepteur d'alerte radar couplé à un système de guerre électronique. Le Ka-52 est propulsé par deux turbines Klimov117VMA, fournissant chacune 2.200 CV (1660 kW). Les moteurs sont placés de chaque côté du fuselage pour renforcer la capacité de survie au combat. L'hélicoptère a également une unité de puissance auxiliaire (APU) pour le fonctionnement autonome. L'hélicoptère disposant de petites ailes équipées chacune rails de suspension, ainsi, que les contre-mesures de bout en bout d'aile. L’Alligator peut emporter jusqu’à 12 missiles anti-char «Vikhr» d’une portée de 8 km et le nouveau missile Herme-A. Le Ka-52 est armé d'un canon 2A42 à tir rapide de 30mm, sans restriction d’azimut.

 

Kamov Ka-52K (1).jpg

Photos : 1 & 3 Ka-52K « Katran » @ Sergui 2 Missiles Hermes-A @ KPB

 

13/07/2016

Syrie, des bombardiers Tu-22M3 engagés par la Russie !

1535629902.jpg

La Russie continue de mettre la pression en Syrie, le département de la Défense confirme avoir engagé six bombardiers stratégiques à long rayon d'action Tupolev Tu-22M3.

Les troupes aérospatiales russes ont frappé avec des bombes sur plusieurs sites en Syrie. Les appareils de type Tu-22M3 ont décollé de leur base aérienne en Russie et ont attaqué des positions de l’Etat islamique à l’est de la ville de Palmyre selon le communiqué officiel du ministère de la défense.

Selon les russes, ces bombardements ont visé notamment des entrepôts de munitions et d'armes, des chars et des véhicules blindés.

Toujours, selon le ministère, les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'Etat Islamique ainsi que du Front Al-Nosra et l’ensemble des groupes armés qui combattent les forces fidèles à Bachar El-Assad. Les Kurdes et les rares unités chrétiennes ne seraient pas concernées par ces attaques.

Le Tupolev Tu-22M3 :

Les Tu-22M ont été modernisé et portés au standard M3M par Tupolev, ils sont munis de nouveaux équipements. Le Tu-22 modernisé au standard « M3M » démultiplie les performances opérationnelles de l'appareil, avec notamment de nouveaux équipements électroniques, moyens de liaison électronique et une avionique modernisée et la dotation des nouveaux missiles Kh-55 avec une ogive explosive ou à fragmentation élevée d’un poids de 350-400 kg. Doté de réservoirs plus gros, le Tu-22M3M est capable d’emporter ses missiles de croisière sur 2410 kilomètres ainsi qu’une variété plus large de bombes diverses.

 

3920335158.jpg

Photos : Tupolev Tu-22M3 @ Sergy

 

10/05/2016

Modernisation des MiG-29 syriens !

mig-29m2_01.jpg

Moscou continue d’apporter son aide technique aux forces de Bachar El-Assad avec la modernisation de la flotte d’avions de combat de type MiG-29 en service. Le nombre d’appareils concernés n’est pas précisé, mais pourrait concernés un total de 48 appareils.

Standard « M/M2 » :

Les MiG-29 « Fulcrum » syriens sont progressivement portés au standard « M/M2 » avec l’adjonction d’une nouvelle avionique dotée d’écrans multifonctions (EFIS). Le pilote dispose également d’un nouveau système de contrôles des armes et du concept HOTAS. Un système de recherche infra-rouge avec piste (IRST) et un viseur de casque complète l’équipement. Le tout fonctionne avec un nouveau radar Phazotron NIIR N010 « Zhuk-ME » avec capacité de suivi de terrain et mode cartographique numérique. Celui-ci peut suivre jusqu’à 10 cibles et en attaquer quatre simultanément en mode air-air. Ce type de radar permet la détection d’un bâtiment de surface jusqu’à 300km. Question armement, l’avion peut tirer l’ensemble des armes de nouvelle génération, ainsi que des bombes à guidage par laser et satellite.

Par ailleurs, il semble que la Syrie souhaite relancer la commande de 24 MiG-29M/M2 datant de 2012.

 

Photo : Mig-29 M/M2 @ RACMiG

 

 

20/04/2016

Syrie, les Su-24 engagent de nouvelles bombes !

2809149.jpg

 

Les Russes ne se sont pas réellement retirés du conflit en Syrie et sont toujours bien présents. Les bombardiers russes ne sont plus forcément engagés à partir des aérodromes syriens, mais depuis la Russie. Le conflit en Syrie représente une opportunité de tester divers armements et les Russes ne s’en privent pas.

Les Sukhoi Su-24 vecteurs de nouvelles bombes :

Bien que plus très jeunes, les bombardiers de type Sukhoi Su-24M2 sont encore de très bons appareils, capables d’opérer dans le conflit syrien avec efficacité. De plus, le bon « vieux bombardier » permet de tester de nouvelles armes. Le ministère russe de la Défense confirme que des Su-24 ont été dotés des nouvelles bombes cargos de type RBK-500, dotées de sous-munitions de type SPBE-D.

t_rbk-500__ez.jpg

Si, en Occident, la plupart des pays ont signé et appliquent le traité d’interdiction des bombes à sous-munitions, les Russes eux, les testent à grandes échelles.

Une fois éjectée du conteneur de type RBK-500, la munition de type SPBE-D détecte elle-même sa cible et se dirige sur elle grâce à de petites ailettes, pour ensuite venir la frapper sur le dessus. L’arme est capable de percer des blindages jusqu’à 160mm.

pede109.jpg

Le Sukhoi Su-24M2 :

C’est durant l’année 1969 qu’en grand secret, le premier Su-24 prenait l'air. Le Su-24M, désigné Fencer-D par l'OTAN, représentait une nette avancée. La version définitive fut terminée en 1975 et son prototype T-6M-8 vola dès le 29 juin 1977.

La version actuelle encore en service et le Su-24M2. Le M2 » est une version modernisée du Su-24M en attendant le Su-34. La durée de vie est augmentée à 2400heures. Il emporte un nouvel ordinateur de bord SVP-24, un nouveau HUD, un système GPS. Il peut aussi mettre en œuvre des bombes KAB-1500L et des missiles Kh-31P, Kh-25L, Kh-29, Kh-59, et des missiles AA-11 Archer d'auto-défense. Au total la Russie disposent de 260 Su-24M2 livrés de 2007 à 2009.

 

2761890.jpg

Photos : 1 Su-24M2@ Sergy 2 Bombe cargo RBK-500 3 Su-24M2 @ Andrey Kiselnikov