04/03/2022

SWISS va voler avec du carburant solaire !

 

synhelion,éco-varburant,éco-aviation,aviation et climat,voler propre,swiss,eth zurich,les nouvelles de l'aviation,biokérosène

C’est une grand nouvelle grande première pour le transporteur aux couleurs Helvétique, Swiss International Air Lines (SWISSet sa société mère Lufthansa Group ont finalisé un accord avec Synhelion pour l'utilisation de son carburant solaire pour l'aviation.

Avec cet accord, SWISS deviendrait le premier transporteur au monde à utiliser du carburant «sun-to-liquid» ou du kérosène solaire. SWISS prévoit d'utiliser ce carburant à partir de 2023.

De plus, la collaboration entre SWISS et Synhelion jouera un rôle clé dans la production et l'adoption de carburants d'aviation durables.

Dieter Vranckx, PDG de SWISS, a déclaré : « Notre association avec Synhelion est fondée sur notre vision commune de rendre possible un vol neutre en carbone dans les opérations aériennes régulières grâce à l'utilisation de carburant solaire. Nous sommes fiers que SWISS soit la première compagnie aérienne au monde à voler avec du kérosène solaire.

Développé par l’ETH Zürich

synhelion,éco-varburant,éco-aviation,aviation et climat,voler propre,swiss,eth zurich,les nouvelles de l'aviation,biokérosène

La solution la plus économiquement viable, efficace, évolutive et écologique pour un transport longue distance propre. Les carburants solaires sont des carburants synthétiques produits à partir de l'énergie solaire, soit un carburant d’aviation durable (Sustainable Aviation Fuel, SAF) à partir d’énergies renouvelables.

Le carburant solaire va permettre d’atteindre le zéro émission dans le secteur des transports en remplaçant directement les carburants fossiles. Ils sont entièrement compatibles avec l'infrastructure énergétique mondiale existante. Les carburants solaires sont compatibles avec les avions, navires, camions et voitures conventionnels. Le jour où vous faites le plein de votre véhicule avec des carburants solaires est le jour où vous commencez à vous déplacer de manière durable. Remplaçons les carburants fossiles par des carburants synthétiques. Cette solution doit permettre de débloquer un avenir propre pour les transports. La réduction des émissions de CO2 est le plus grand défi de notre époque.

Tout a commencé par une idée folle à l'ETH Zurich. Et si on pouvait inverser la combustion ? C’est-à-dire unique utiliser la chaleur solaire concentrée pour produire du gaz de synthèse, à partir duquel le kérosène est ensuite transformé selon des processus industriels standard. Ce carburant appelé Sun-to-Liquid ferme le cycle du CO2 puisqu’il ne libère, lors de sa combustion, que la quantité de CO2 qui a été utilisée auparavant pour sa fabrication. Suite aux travaux de l’équipe de l’ETH à Zürich, la Start-Up Synhelion est maintenant en mesure de construire la première usine industrielle de production de carburant solaire au monde, nous rapprochant ainsi d'un monde connecté par un transport propre et durable. Cette technologie réduit les émissions de CO2 dans plusieurs secteurs de transport. Il soutient également la décarbonisation des industries à forte intensité de chaleur et de carburant.

En convertissant la chaleur solaire concentrée en la chaleur de procédé existante la plus chaude (au-delà de 1 500 °C) sur le marché, Synhelion va ainsi piloter un nombre sans précédent de procédés industriels tels que la fabrication de ciment et la production d'acier grâce à la chaleur solaire.

 

Photo : A220 de SWISS @ SWISS

26/02/2022

SWISS : double nouveauté pour l’écologie et le confort !

air-journal_Swiss-777-300ER.jpg

Le transporteur Swiss International Air Lines (SWISS) se prépare activement pour la reprise du transport aérien avec deux nouveautés significatives. L’une concerne les économies de carburant et la diminution de CO2, l’autre une nouvelle offre sera faite avec une Classe Premium Economy pour le passager.

Une première mondiale

SWISS va devenir la première compagnie aérienne de passagers au monde à tirer parti de la nouvelle technologie de revêtement d'avion AeroSHARK en appliquant le film riblet innovant à sa flotte d'avions de passagers Boeing B777-300ER. Son investissement dans cette nouvelle technologie permettra à SWISS de réduire considérablement les émissions de dioxyde de carbone (CO2) et la consommation de carburant de sa flotte de Boeing B777. AeroSHARK est un nouveau film biomimétique développé conjointement par Lufthansa Technik et BASF. Le film présente des millions de "riblets" de petites saillies de seulement 50 micromètres de haut qui reproduisent la peau hautement hydrodynamique des requins, et réduisent ainsi la traînée aérodynamique d'un avion partout où il est appliqué.

img_0680.jpg

Jusqu'à 15 200 tonnes d'économies annuelles d'émissions de CO2.

En appliquant un total de 950 mètres carrés de film riblet AeroSHARK sur les surfaces du fuselage et de la nacelle du moteur d'un Boeing 777, des économies de carburant d'environ 1,1 % peuvent être réalisées. Cela réduira sa consommation annuelle de carburant de plus de 4’800 tonnes et les émissions annuelles totales de dioxyde de carbone de la flotte SWISS de Boeing B777 jusqu'à 15’200 tonnes la quantité émise respectivement par quelque 87 vols long-courriers de Zurich à Mumbai.

L’origine d’AeroSHARK

Le requin est un véritable maître de la réduction de la traînée, Lufthansa Technik, en coopération avec BASF, a réfléchi à l'utilisation de ce phénomène naturel et a réalisé son adaptation pour les avions commerciaux afin de réduire la consommation de carburant et les émissions.

La solution développée s'intitule AeroSHARK et consiste en des films bioniques adhésifs reproduisant la peau des requins. L'efficacité bien connue de ce dernier est désormais utilisée pour optimiser le flux d'air autour de l'avion, permettant ainsi d'importantes économies de carburant et une réduction des émissions.

Le film riblet est facile à appliquer, même sur les gros avions commerciaux, il a déjà été certifié jusqu'à 500 m2 sur le fuselage inférieur et le carénage ventral d'un Boeing B747-400. Il est extrêmement résistant, résiste aux grands changements de température et aux différentiels de pression ainsi qu'au rayonnement ultraviolet à des niveaux de vol élevés.

En augmentant ce potentiel d'économies à une flotte mondiale d'environ 24 000 avions, AeroSHARK pourrait même économiser environ deux millions de tonnes de kérosène et environ 6,3 millions de tonnes de CO2 chaque année. La technologie riblet peut être adaptée à toutes sortes d'avions avec un effet similaire, par conséquent, Lufthansa Technik prévoit déjà de le certifier pour des surfaces et des types d'avions supplémentaires dans un proche avenir.

csm_LH-Technik-AeroSHARK-Okt-2021_af3f80d9af.png

SWISS a participé aux essais

SWISS a également soutenu Lufthansa Technik et BASF dans leur développement du film AeroSHARK pour le Boeing B777. À l'été 2021, les performances aérodynamiques d'une aile de Boeing B777 ont été contrôlées avec précision tout au long d'un vol SWISS Zurich-San Francisco programmé. Les données collectées ont permis à Lufthansa Technik de concevoir des modèles de simulation de flux d'air 3D de haute précision qui seront utilisés dans un proche avenir pour développer le film AeroSHARK riblet pour une application supplémentaire sur les ailes du Boeing B777, afin d'exploiter davantage le potentiel d'économies de carburant et d'émissions.

SWISS installera successivement le nouveau film riblet AeroSHARK sur sa flotte de Boeing B777 à partir de mi-2022. Les travaux seront exécutés lorsque les temps d'arrêt de chaque avion le permettront.

Neutre en carbone d'ici 2050

L'adoption de la nouvelle technologie AeroSHARK est une initiative clé dans les efforts plus larges de SWISS pour minimiser ses émissions de dioxyde de carbone. Il souligne également l'engagement de l'entreprise à promouvoir l'utilisation de technologies innovantes. SWISS s'est fixé pour objectif de réduire de moitié ses émissions nettes de CO 2 par rapport à 2019 d'ici 2030 et de rendre son activité et ses opérations neutres en carbone d'ici 2050.

SWISS dévoile sa Premium Economy

img.jpg

Le transporteur désire également offrir une nouvelle qualité de confort dans son offre passager avec sa Classe Premium Economy qui devrait établir de nouvelles références sur les vols longs. La nouvelle classe de voyage sera d'abord disponible sur les vols à destination et en provenance de Miami, San Francisco et São Paulo. D'autres destinations depuis la Suisse desservies en Boeing B777-300ER seront ensuite progressivement ajoutées.

SWISS Premium Economy est le premier choix des passagers qui apprécient l'individualité et souhaitent arriver à destination encore plus détendus. Par rapport à SWISS Economy, vous pouvez vous attendre à un siège de dernière génération qui promet plus d'intimité, un confort accru et le meilleur divertissement à un prix attractif. Un nouveau siège confortable, surtout grâce à sa conception innovante à coque dure. Le réglage de ce dernier est simple et ne dérangera pas vos voisins. Un écran de 15,6 pouces est prévu offrant une vision remarquable couplé à un casque antibruit.A bord le passager recevra une trousse de toilette fabriquée de manière durable en SWISS Premium Economy contenant une brosse à dents et du dentifrice, un masque de sommeil et des bouchons d'oreilles. Celui-ci est disponible en différentes variantes, formes et couleurs selon l'aéroport de départ. En parallèle, la Premium Economy offre un système d’enregistrement sans files d'attente avec un service en ligne.

588024-scaled.jpg

Photos : 1 B777 SWISS 2 Principe AeroSHARK 3 & 4 Premium Economy @ SWISS

 

 

20/01/2022

Cabine Airspace pour les A320neo de SWISS !

swiss,airbus,a320neo,airspace,les nouvelles de l'aviation

Le transporteur SWISS a pris livraison de son premier Airbus A320neo doté de la nouvelle configuration de cabine Airspace d’Airbus.

Dans le prolongement du lancement réussi de l'A330neo et de l'A350 en 2016, Airbus a annoncé que l'A320neo rejoindrait la famille « Airspace ».

 L'ADN de la marque repose sur une gamme cohérente d'éléments de produits de cabine solides qui offrent à la fois des avantages tangibles aux passagers et une différenciation aux compagnies aériennes. L'A320 partagera non seulement une ergonomie de cockpit commune avec les gros porteurs, mais aura également un langage de conception de cabine commun et les dernières technologies. Certains des éléments améliorés du nouvel intérieur comprennent :

Le plus grand compartiment de rangement supérieur (OHSC) de sa catégorie : appelé « Airspace Bin », il permet non seulement huit, au lieu de cinq sacs, par bac à quatre cadres, mais peut également accueillir des sacs plus gros et plus lourds rangés verticalement.

Éclairage de plafond emblématique LED : offre une expérience lumineuse à bord entièrement personnalisée, qui commence à l'entrée avec une ambiance accueillante et se poursuit dans tout l'avion avec des fonctions d'éclairage variables. 

Nouveaux panneaux latéraux avec cabine plus large : un pouce de plus au niveau des épaules pour un espace personnel supplémentaire.

Nouveau cadre de fenêtre : Les nouveaux stores entièrement intégrés offrent aux passagers plus d'espace de fenêtre et une vue dégagée, évoquant la sensation de l'A350.

De nouvelles toilettes avec des fonctions hygiéniques sans contact et des surfaces antimicrobiennes.

SWISS est un client de longue date d'Airbus, exploitant des Airbus de la famille A220 et A320 sur son réseau européen ainsi que des A330 et A340 dans le monde. En 2018, Lufthansa Group, la société mère de SWISS, a choisi d'équiper plus de 80 de ses nouveaux avions de la famille A320 commandés par Airbus avec des cabines Airspace.

swiss,airbus,a320neo,airspace,les nouvelles de l'aviation



L’A320neo

La famille A320neo est une famille d'avions particulièrement performante et affiche un taux de fiabilité opérationnelle de 99,7 %. L'A320neo offre aux opérateurs une réduction de 20 % de la consommation de carburant et des émissions de CO2. La famille A320neo intègre les dernières technologies, notamment des moteurs de nouvelle génération et des dispositifs de bout d'aile Sharklet. La famille A320neo d'Airbus offre un confort inégalé dans toutes les classes et des sièges larges de 18 pouces d'Airbus en classe économique en standard.

Fin décembre 2021, la famille A320neo avait reçu près de 7’900 commandes de plus de 120 clients dans le monde.

Photos : 1 A320neo SWISS @ SWISS 2 La nouvelle cabine Airspace SWISS @ Airbus

 

14/07/2021

SWISS se met au carburant durable !

First-SWISS-flight-with-SAF-from-ZRH_1-696x385.jpg

Le transporteur SWISS est devenu la première compagnie aérienne régulière à voler avec du carburant durable au départ de la Suisse. Pour ce faire la compagnie a ouvert des partenariats avec plusieurs entreprises afin de mettre en place une toute première chaîne logistique intégrée pour l'importation de carburant durable d'aviation (SAF) en Suisse.

Compte tenu de la haute technologie de ses avions, tels que ceux de la famille Airbus A320neo, la quantité de SAF livrée permet mathématiquement à SWISS d'effectuer près de 175 vols. Les passagers de SWISS peuvent promouvoir l'utilisation de SAF par l'intermédiaire de Compensaid et ainsi voyager de manière responsable. Un accroissement de la production permettrait potentiellement une réduction durable des émissions de CO2.


En collaboration avec Neste, l'un des plus grands producteurs de carburant durable au monde (Sustainable Aviation Fuel – SAF), SWISS a mis en place une toute première chaîne logistique intégrée pour l'importation de carburant durable (SAF) en Suisse. Elle est ainsi la première compagnie aérienne à utiliser ce type de carburant sur ses vols réguliers en partance de la Suisse. L'importation de carburants d'aviation à teneur biogène et leur avitaillement en Suisse sont possibles depuis le 1er juillet 2021 grâce à une nouvelle réglementation douanière.
Dieter Vranckx, CEO de SWISS : « Nous sommes très heureux d'avoir pu prendre livraison du premier train de SAF en auto-approvisionnement en Suisse, peu après l'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation. SWISS et le groupe Lufthansa plaident depuis des années en faveur de l'importation de carburants durables. En regard des technologies de propulsion aujourd'hui disponibles dans le transport aérien, les SAF constituent à moyen et long terme une technologie- clé pour atteindre nos objectifs 2030. Nous exprimons nos plus vifs remerciements à toutes les personnes qui se sont impliquées dans la mise en place du nouveau processus en déployant leurs efforts pour trouver une solution – en particulier la Direction générale des douanes, Flughafen Zürich AG, Avenergy et Neste. »
A l’aéroport de Zurich l’approvisionnement s'effectue par les oléoréseaux habituels. Le mélange de Neste est certifié Jet A-1 et, comme le kérosène fossile, peut être utilisé pour tous les types d'avions sans qu'il soit nécessaire de modifier les appareils ou les moteurs. Le SAF de Neste est produit à partir de déchets et de matières premières résiduelles provenant de sources durables et renouvelables. Sous sa forme pure et tout au long de son cycle de vie, son utilisation peut réduire les émissions de gaz à effet de serre à hauteur de max. 80 % par rapport aux combustibles fossiles. La production a été certifiée durable par l'organisation indépendante Roundtable on Sustainable Biomaterials (RSB) en avril de cette année. Neste dispose d'une longue expérience de la production de biocarburants et collabore efficacement avec le groupe Lufthansa depuis de nombreuses années.
 

Le SAF, une technologie-clé pour des vols neutres en CO2

Le SAF a un rôle exceptionnel à jouer dans la décarbonisation du transport aérien. SWISS considère donc qu'il est essentiel d'en promouvoir la commercialisation et la mise sur le marché, d'une manière coordonnée au niveau international. Par cette première importation en Suisse et les efforts qu'elle déploie pour mettre en place une logistique SAF, SWISS souligne son intention de promouvoir le lancement du SAF sur le marché.
« Nous nous sommes fixé des objectifs climatiques ambitieux : une réduction de 50 % de nos émissions nettes de CO2 d'ici 2030, par rapport au niveau atteint en 2019, et des émissions nettes nulles d'ici 2050. En investissant des milliards de francs dans une flotte de haute technologie, en promouvant le SAF par le biais de collaborations ainsi qu'en adaptant nos produits et nos processus métier, nous apportons notre contribution à un avenir plus durable pour les voyages », poursuit Dieter Vranckx.

En Suisse des recherches, mais pas encore de production

Notre pays ne produit pas encore de biocarburant, mais de nombreux chercheurs travaillent à la mise en points de techniques révolutionnaires afin de rendre l’avion plus respectueuse du climat. La demande se fait sentir de la part des compagnies aériennes mais également des Forces aériennes. Si les avions électriques et à l’hydrogènes offrent de bonnes perspectives, leurs développements prendra du temps. Pour l’instant les biocarburants restent chers et ne sont utilisés et mélangés qu'en quantités limitées par certaines compagnies aériennes. Mais l'Association internationale du transport aérien (IATA), l'organisation qui chapeaute l'industrie aérienne, souhaite augmenter massivement l'utilisation des SAF d'ici 2025. Ce plan nécessite un engagement accru des compagnies aériennes, de l'industrie, des gouvernements et des scientifiques. Cela pour produire des carburants durables plus nombreux et moins chers. Dans notes pays plusieurs initiatives sont engagées comme celle de

l'Institut Paul Scherrer (PSI) et le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa), qui ont lancé un programme de recherche conjoint de 6,2 millions de francs suisses. Le programme Synfuels doit permettre d’identifier les meilleurs moyens de produire du biocarburant pour l’aviation.

On relèvera également l’initiative du groupe Lufthansa auquel appartient SWISS qui a conclu un partenariat avec Synhelion, une start-up suisse issue de l'EPFZ, qui utilise une technique permettant de produire des carburants neutres en carbone à partir de la lumière du soleil et de l'air.

saf.jpg

Photos : 1 Vol avec du biocarburant 2 des moteurs plus respectueux @ SWISS

 

 

 

 

03/06/2021

Climat : les compagnies suisses soutiennent l’objectif zéro émission ! 

525-Airline-SWISS-lead-image.jpg

L'industrie aéronautique suisse a déjà réalisé d'importants efforts pour réduire les émissions de CO2 de l'aviation. Par une déclaration d'intention commune et sur la base du rapport « Road Map Sustainable Aviation » (avril 2021), les principales compagnies aériennes basée en Suisse apportent leur soutien à l'objectif climatique visant le zéro émission nette 2050.

L’industrie de l’aviation en ordre de bataille

Les entreprises signataires de la déclaration sont : Swiss Air Lines, easyJet Suisse, les aéroports nationaux de Zurich, Genève et Bâle, ainsi que la Swiss Business Aviation Association (SBAA).

Le changement climatique est l’un des plus grands défis de notre époque. Il existe aujourd’hui un large consensus sur le fait que les émissions de CO2 doivent être réduites pour éviter de graves conséquences. Avec l’Accord de Paris sur le climat de 2015, la Suisse et tous les autres États signataires se sont engagés à réduire considérablement les émissions de CO2 d’ici 2030. La loi sur le CO2 votée par le Parlement est basée sur l’Accord de Paris. En outre, le Conseil fédéral a adopté l’objectif de zéro émission nette d’ici 2050.

Comme tous les autres secteurs, l’aviation est appelée à contribuer à la réduction des émissions de CO2. À ce titre, l’Aviation Research Center Switzerland (ARCS) a lancé en 2020 le projet d’une «Road Map Sustainable Aviation» Suisse et a préparé la présente étude en collaboration avec la société Ecoplan. Un groupe de travail composé de représentants de SWISS, de l’Association suisse de l’aviation d’affaires, des aéroports nationaux de Zurich, Genève et Bâle, de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) et de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), ainsi que de l’EPF Zurich et de la Haute école spécialisée zurichoise (ZHAW) a accompagné l’étude. Durant la phase finale du projet easyJet a rejoint le groupe de travail. Cette étude montre comment le transport aérien au départ et vers la Suisse peut réduire ses émissions de gaz à effet de serre et son impact sur le climat, conformément aux objectifs de la stratégie climatique à long terme du Conseil fédéral: étude et résumé

Déclaration d’intention sur la politique climatique de l’aviation suisse

  1. L’aviation suisse soutient les objectifs de politique climatique de l’Accord de Paris et de la Stratégie climatique d’ici 2050 du Conseil fédéral.
  2. Elle veut contribuer au respect de ces objectifs dans l’aviation également.
  3. L’aviation suisse a déjà fait des efforts considérables pour réduire les émissions de CO2. Cependant, des mesures supplémentaires sont nécessaires.
  4. Sur la base du rapport «Road Map to Sustainable Aviation» Suisse, l’aviation suisse a l’intention de mettre en œuvre les quatre ensembles de mesures suivants:
    • remplacement progressif du kérosène fossile par des combustibles biogènes et synthétiques (Sustainable Aviation Fuels SAF)
    • promotion d’avions plus efficaces
    • organisation d’un trafic aérien plus économe en carburant au sol et en vol
    • utilisation d’instruments économiques (compensation volontaire du CO2, participation à ETS et CORSIA comme solution provisoire, ainsi que des projets de suppression de carbone afin de réduire les émissions restantes).
  5. Pour mettre en œuvre ces quatre ensembles de mesures, le trafic aérien dépend de conditions-cadres politiques et juridiques appropriées. Le gouvernement fédéral est donc invité à soutenir activement la «Road Map Sustainable Aviation» Suisse. Les mesures de réduction des émissions de CO2 dans l’aviation doivent notamment être spécifiquement promues afin de développer rapidement les combustibles synthétiques (SAF) et les introduire sur le marché.
  1. L’aviation étant une industrie mondiale, toutes les mesures doivent être coordonnées au niveau international dans la mesure du possible. La Suisse doit militer activement pour cette coordination à l’échelle planétaire.

L’essentiel

Le changement climatique est l’un des plus grands défis de notre époque. Il existe aujourd’hui un large consensus sur le fait que les émissions de gaz à effet de serre doivent être réduites pour éviter de graves conséquences. Comme tous les autres secteurs, l’aviation est appelée à contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. A ce titre, l’Aviation Research Center Switzerland (ARCS) a lancé le projet d’une «Road Map Sustainable Aviation» et a pré- paré la présente étude en collaboration avec la société Ecoplan. Un groupe de travail composé de représentants de SWISS, de l’Association suisse de l’aviation d’affaires, des aéroports na- tionaux de Zurich, Genève et Bâle, de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) et de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), ainsi que de l’EPF Zurich et de la Haute école spécialisée zurichoise (ZHAW) a accompagné l’étude. Durant la phase finale du projet easyJet a rejoint le groupe de travail. Cette «Road Map Sustainable Aviation» montre comment le transport aérien au départ et vers la Suisse peut réduire ses émissions de gaz à effet de serre et son impact sur le climat, conformément aux objectifs de la stratégie climatique à long terme du Conseil fédéral.

Sur la base des travaux des organisations faîtières de l’aviation au niveau mondial, européen et suisse, une «Road Map Sustainable Aviation» Suisse a été élaborée. Cette dernière se concentre sur les quatre ensembles de mesures suivants:

  • Développer le marché des SAF: l’ensemble de mesures le plus important consiste à rem- placer le kérosène fossile par des carburants biogènes et synthétiques (Sustainable Avia- tion Fuels, SAF). Dans ce contexte, les mesures pour développer le marché des SAF sont appliquées aussi bien au niveau de la demande que de l’offre. Les mesures internationales et transnationales sont prioritaires, mais peuvent être complétées de manière efficace par des mesures nationales suisses.
  • Promouvoir des avions plus efficaces: promouvoir et encourager l’utilisation d’avions plus économes en carburant, en particulier sur les liaisons long-courriers, et à moyen et long terme, l’utilisation d’avions électriques sur les liaisons de courtes distances et d’avions à hydrogène sur les liaisons court et moyen-courriers.
  • Mettre en place des mesures opérationnelles: une organisation du trafic aérien plus éco- nome en carburant au sol et en vol.
  • Encourager la compensation: compensation du CO2 à court et moyen terme grâce à la compensation volontaire et la participation au système européen d’échange de quotas d’émission et au Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation (COR- SIA), développement à moyen et long terme de marchés mondiaux pour les technologies d’émissions négatives (NET) afin de réduire les émissions restantes ayant une incidence sur le climat.

Le changement climatique est l’un des plus grands défis de notre époque. Il existe aujourd’hui un large consensus sur le fait que les émissions de gaz à effet de serre doivent être réduites pour éviter de graves conséquences. Avec l’Accord de Paris sur le climat de 2015, la Suisse et tous les autres Etats signataires se sont engagés à réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Afin de mettre en œuvre cet engagement de réduction con- formément à l’accord de Paris sur le climat, le Parlement a adopté la loi sur le CO2 et le Conseil fédéral l’objectif de zéro émission nette d’ici 2050. La Suisse respecte donc l’objectif convenu au niveau international de limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C maximum par rapport à l’époque préindustrielle.

«Road Map Sustainable Aviation» – la réponse de l’aviation suisse au défi climatique

Comme tous les autres secteurs, l’aviation est appelée, conformément à la stratégie climatique à long terme du Conseil fédéral, à contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. A ce titre, l’Aviation Research Center Switzerland (ARCS) a lancé en 2020 le projet d’une «Road Map Sustainable Aviation» et a préparé la présente étude en collaboration avec la so- ciété Ecoplan. Un groupe de travail composé de représentants de SWISS, de l’Association suisse de l’aviation d’affaires, des aéroports nationaux de Zurich, Genève et Bâle, de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) et de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), ainsi que de l’EPF Zurich et de la Haute école spécialisée zurichoise (ZHAW) a accompagné l’étude. Durant la phase finale du projet easyJet a rejoint le groupe de travail. Cette «Road Map Sus- tainable Aviation» montre comment le transport aérien au départ et vers la Suisse peut réduire ses émissions de gaz à effet de serre et son impact sur le climat, conformément aux objectifs de la stratégie climatique à long terme du Conseil fédéral.

Les principes et les lignes directrices de la «Road Map Sustainable Avia- tion»

Les principaux travaux préliminaires à la présente «Road Map Sustainable Aviation» ont été réalisés au niveau mondial par l’Air Transport Action Group (ATAG) avec son rapport «Waypoint 2050», au niveau européen avec le rapport «Destination 2050» de cinq organisa- tions faîtières de l’aviation européenne, et au niveau suisse par Aerosuisse. Outre ces impor- tants travaux préliminaires, la «Road Map Sustainable Aviation» repose sur les principes et lignes directrices suivants:

  • L’objectif de zéro émission nette est réalisable. Toutefois, cela implique beaucoup d’efforts, une action immédiate et une coopération internationale intensive. La Suisse dépend de cette coopération, elle ne peut pas atteindre cet objectif seule.
  • Réduire les émissions – conserver le bénéfice: il faut ramener les émissions de CO2 à un niveau de zéro émission nette et réduire les effets des autres gaz, et ce, sans perdre le bénéfice que l’aviation apporte à la Suisse. La réduction de la demande en transport aérien n’est donc pas une fin en soi, mais peut être une conséquence des mesures à prendre concernant les émissions de CO2 et les effets des autres gaz.
  • Priorité aux mesures internationales: les mesures coordonnées au niveau international (mondial ou européen) sont prioritaires. La Suisse adopte et participe aux mesures de l’UE. Les mesures nationales prises par le gouvernement doivent être conformes aux règles et règlements internationaux et avoir un effet subsidiaire lorsque les mesures internationales ne sont pas suffisantes.
  • Concurrence internationale: les mesures nationales prises par le gouvernement ne doivent pas mettre en danger la compétitivité internationale du trafic de ligne, du trafic charter et du trafic d’affaires au départ de la Suisse.
  • Utiliser la marge de manœuvre: outre les mesures transnationales qu’elle soutient, la Suisse dispose d’une grande marge de manœuvre concernant ses mesures nationales, et il convient de l’utiliser.
  • Mettre l’accent sur la réduction des émissions dans le secteur de l’aviation: la priorité doit être donnée à la réduction des émissions dans le secteur de l’aviation. La compensation peut être judicieuse à moyen terme. Mais à long terme, elle est réservée aux émissions qui ne peuvent pas être réduites. A plus long terme, la compensation doit reposer sur des tech- nologies d’émissions négatives (NET comme le BECCS ou le DACCS).
  • Neutralité envers les choix technologiques: Toutes les technologies, efficace pour le climat, doivent être utilisé pour une réduction des émissions et il doit avoir une concurrence juste entre ces technologies. Le choix de ces mesures doit se faire en se basant sur l’importance de la réduction de émissions et ne doit pas exclure une ou l’autre technologie.
  • Définir des priorités: la Suisse définit quatre priorités dans ses actions: l’engagement en faveur des marchés internationaux de SAF (Sustainable Aviation Fuels) et de compensation par les NET (Negative Emission Technologies), la recherche et le financement des carbu- rants synthétiques, ainsi que le rôle de précurseur dans la décarbonation des infrastructures au sol. La Suisse a un intérêt direct dans la première priorité. Avec les trois autres, elle compte jouer un rôle de pionnier.
  • Réalité des coûts dans le transport aérien: les mesures doivent faire en sorte que le secteur de l’aviation supporte l’intégralité de ses coûts – y compris ceux de la décarbonation.
  • Transparence et crédibilité: les progrès doivent être documentés (suivi) et l’orientation des mesures doit être revue périodiquement (mise à jour de la « Road Map Sustainable Avia- tion »). Le suivi et la « Road Map » sont communiqués.

Le choix des priorités de la «Road Map Sustainable Aviation» Suisse

La Suisse est pauvre en matières premières pour la production de biocarburants et de carbu- rants synthétiques. Les atouts de la Suisse concernant le développement du marché des SAF résident dans les points suivants:

  • la recherche en carburants synthétiques: recherche et développement pour améliorer les technologies de production de SAF telles que Power to Liquid (PtL y compris l'hydrogène) ou Sun to Liquid (StL) (apport du «facteur» connaissances)
  • le financement de la production de carburants synthétiques: (co)financement de la mise à l’échelle de la production de SAF (apport du «facteur» capital)

En outre, les acteurs suisses doivent plaider en faveur des marchés internationaux de SAF et des marchés de compensation par les NET. La Suisse peut contribuer à promouvoir le captage direct de l’air (Direct Air Capturing), qui peut jouer un rôle important à l’avenir, aussi bien pour la production de carburants synthétiques que pour la compensation par les NET (DACCS). Les aéroports suisses doivent également jouer un rôle de pionnier dans la décarbonation des in- frastructures au sol.

La série de mesures de la «Road Map Sustainable Aviation»

Pour les avions long-courriers, la «Road Map Sustainable Aviation» Suisse se concentre sur les mesures visant à accélérer et à renforcer l’utilisation de carburants respectueux de l’envi- ronnement. Pour les vols court et moyen distance, nous voyons aussi, à côté de l’utilisation de carburants respectueux de l’environnement, l’utilisation des avions à motorisation plus effi- ciente, comme par exemple des avions électriques ou à hydrogène, qui pourront jouer un rôle à moyen- ou long-terme.

Les mesures pour l’utilisation de carburants respectueux de l’environnement et favorisant l’uti- lisation des avions à motorisation plus efficiente seront complétées avec d’autres mesures en faveur du développement durable de l’aviation. L’accent est mis sur la réduction de l’impact de l’aviation sur le climat.  

La «Road Map Sustainable Aviation» Suisse présente les mesures qui peuvent être mises en œuvre immédiatement et l’orientation des mesures à moyen et long terme. Les éventuelles réglementations applicables à partir de début 2022 conformément à la révision de la loi sur le CO2 (fonds pour le climat et taxe sur les billets d’avion) seront prises en compte. La Figure 4 suivante résume la diversité des mesures dans une représentation synthétique et indique les acteurs concernés. Pour plus de détails sur les différentes mesures, pour les références aux chapitres correspondants et les listes de mesures dans le rapport principal.

Sources : ARCS, IATA, OFAC