26/12/2020

La Force aérienne russe réceptionne son premier Su-57 de série !

277086.jpeg

C’est un joli cadeau de Noël qui a été réalisé pour la Force aérienne et spatiale russe (VKS) avec la livraison du tout premier Sukhoi Su-57 « Felon » de série le 25 décembre. Cette livraison marque ainsi le début de la phase d’entrée en service du nouvel appareil.

L’appareil a été vu sur l’aéroport de Novosibirsk Tolmachevo après avoir décollé de l’usine de production de Komsomolsk-sur-l’amour. Ce premier exemplaire devrait commencer sa carrière au sein de la VKS comme avion test en vue de l’intégration des armements de bord. Le camouflage retenu est le modèle « pixels » identique utilisés sur les derniers avions de préséries.

2021 les livraisons vont s’accélérer :

La cadence des livraisons va s’accroître avec la nouvelle année, quatre appareils sont attendus ainsi qu’en 2022 puis une douzaine par année dès 2024. Si les premiers appareils sont encore dotés de l’ancien moteur, le Su-57 devrait recevoir son moteur définitif l’IZD-30 dès 2022. A ce jour, le contrat d'État porte sur 76 avions livrable d’ici 2028.

Ce premier Su-57 de série T-50S-2 numéro de série 51002 aurait dû être le second appareil de série, mais en 2019, celui qui à l’origine aurait été le « premier » s’est écrasé le 24 décembre 2019, soit le T-50S-2 n°51001.

Le Sukhoi Su-57 "Felon" :

Le nouvel avion dispose d’un nombre considérable de nouveauté, l’adjonction de la fusion des données et une signature radar réduite. Le Su-57 est doté d’une centrale de navigation inertielle BINS-SP2M à gyrolasers qui permet de gérer automatiquement les informations de navigation et ceci même si la réception GPS (Glonass) ne fonctionne plus. L’avion dispose de commandes de vol électriques et multiplexées avec un système mécanique en « back-up » permettant de ramener l’appareil à destination en cas de défaillance généralisée du système électrique. Un système de communication S111-N avec deux radios cryptées UHF/VHF, une liaison de données complète le tout.

On notera que le Su-57 dispose d’une extension mobile le LEVCON (Leading Edge Vortex Controllers) qui vient se positionner devant l’aile et permet de combiner l’effet des plans canards avec celui des extensions des bords d’attaques. Ce système permet à l’avion d'être moins sujet à des pertes de portances, lors d’angles d’attaques élévés.

Le Sukhoi Su-57 dispose de cinq radars intégrés développés par NIIP Tikhomirov MIRES (MultifunctionIntegrated Radio-Electronic System) ce dernier est composé de deux ensembles de capteurs principaux : soit le radar AESA en bande X N036 dans le nez, deux radar AESA en bande X N036B placés à côté du cockpit en amont, deux radars AESA en bande L N036L placés sur les bords d’attaques. De fait, le Su-57 peut "voir" sur une plage de 270° autour de l’appareil. Les performances précises des radars ne sont pas encore complètement estimées (données confidentielles). Les premiers chiffres parlent d’une capacité de détection montant jusqu’à 400 Km (donnée estimée) en air-air et en fonction de la taille de la cible avec la possibilité de détecter 62 cibles et d’en engager 16 simultanément en air-air tandis que le système peut assurer l’engagement de 4 cibles en air-sol simultanément.

En ce qui concerne la guerre-électronique, l’avion dispose du système de contremesures L402, soit un ensemble de nombreux capteurs qui assure une protection spécifique. De plus, l’avion est doté d’un système de contre-mesure infrarouge directionnelle, capables de perturber à la fois les systèmes de détection air-air et les missiles air-air infrarouge.

Question armement, l’avion emporte une vaste gamme de missiles air-air : K-74M2, K-77M et IZD80. Pour l’air-sol : le Kh-38M, Kh-58USK, Kh-59MK2 et KAB-250 sans oublier le BrahMos et le missile balistique hypersonique Kh-47M2 Kinzhal («Dagger») (ALBM). Un canon GDh-301 de 30mm vient compléter l’équipement. 

EqFotljWMAQwiC7 2.jpeg

Photos : Su-57 de série @ Svetlana Balaeva

 

 

03/12/2020

Les Sukhoi Su-34 « Fullback » du second lot au complet !

23.jpeg

L’avionneur Sukhoi membre du consortium United Aircraft Corporation (UAC) et de la société d'État Rostec a annoncé avoir livré le dernier lot de bombardiers multirôles Su-34 « Fullback » dans le cadre d'un contrat à long terme avec le ministère russe de la Défense.

Le dernier bombardier du lot final a été fabriqué à Novosibirsk Aircraft Enterprise (une filiale de la société Sukhoi) et a passé ses essais. L’avion a été ensuite réceptionné par la Force aérienne & aérospatiale russe (VVS). Les deux derniers Su-34 du contrat de 2012 ont été livrés au 968th Fighter Aviation Regiment de la base aérienne de Lipetsk en août 2020, ce qui porte à 129 le nombre total d'avions opérationnels livrés à l'armée de l'air russe.

Un nouveau contrat :

Pour autant, les chaînes d’assemblage ne vont pas s’arrêter, en effet, le ministère russe de la Défense a signé cette année encore un nouveau contrat (le troisième) portant sur la livraison de 24 Su-34 qui s’étaleront sur les trois prochaines années.

Des améliorations en vue :

A noter que les engagements du Su-34 en Syrie ont porté leurs fruits. Des améliorations vont être intégrées au troisième lot et être installées en rattrapage sur les aéronefs en service. On parle déjà d’un nouveau radar, une avionique améliorée, une nouvelle variante du système de brouillage Khibiny, l’adjonction de nacelles externes, dont une nacelle « reco » avec radar latéral, une nacelle Opto-électronique avec scanner infrarouge.  

Le Sukhoi Su-34 « Fullback » : 

Le Su-34 « Fullback » peut attaquer des cibles terrestres, maritimes et aériennes, de jour comme de nuit et par tous les temps, en utilisant l’ensemble des types de munitions en service en Russie. En termes de capacités opérationnelles, il s'agit d'un appareil de génération 4+. Son système de sécurité active avec les nouveaux ordinateurs, fournit des capacités supplémentaires pour le pilote et le navigateur, pour effectuer des bombardements précis et à manœuvrer sous le feu ennemi. L’excellente aérodynamique de l’avion, les grands réservoirs de carburant de capacité interne, la nouvelle génération de moteurs plus économe en carburant, doté d’une commande numérique, font que le Su-34 de bombardement tactique, se trouve très proche de la catégorie de bombardier stratégique de classe moyenne. L’avion dispose d'un système de brouillage numérique Khibiny L175V / KS418 grâce auquel l'avion peut être utilisé comme un brouilleur de combat aérien. Les deux radars (avant et arrière) sont couplés à un système de ciblage électro-optique qui est capable de capturer et de surveiller de façon continue plusieurs cibles simultanément. 

Le Su-34 dispose également d’un système de communication et le système d'échange d'informations de type liaison de données russes équivalent au Link16 de l'Otan, lui permettant une interface avec des troupes terrestres et des navires de surface, ainsi qu’avec d’autres aéronefs. Les caractéristiques du Su-34 incluent un rayon d’action jusqu'à 4000 km en convoyage, une vitesse maximale de 1900 km/h, et une charge utile de jusqu'à 8 tonnes. L'espace entre les sièges du cockpit permet de se coucher dans le couloir, le cas échéant. Un office et un WC sont situés derrière les sièges de l'équipage.

67.jpeg

Photos : 1 Su-34 @ Dmitry Pichugin 2 Su-34 en vol @ Alexander Beltyukov(VVS)

04/10/2020

Tir d’un missile supersonique à partir d’un Su-35 !

russie,sukhoi,su-35,r-37m,arme supersonique,les nouveaux missiles russes,blog défense,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Depuis le printemps dernier, la Russie travaille à l’intégration du missile supersonique R-37M sur l’avion de combat Sukhoi Su-35. Les essais de tir ont débuté avec le lancement de ce dernier. Le calendrier de l’intégration du missile R-37M (également connu sous le nom de RVV-BD) à partir des avions de combat Su-35 prévu pour fin 2020 et largement maintenu avec au moins un premier tir réalisé avec succès.

L'arme supersonique air-air de base :

Le R-37M est destiné à être la principale arme air-air à longue portée pour les avions de combat russes actuels de type Sukhoi et MiG pendant la prochaine décennie. Il est destiné à remplacer les missiles R-77 dont la portée maximale est d’environ 100 km à des vitesses supersoniques (2-3 fois la vitesse du son) par rapport aux 200 km du R-37M à des vitesses hypersoniques (six fois la vitesse du son).

russie,sukhoi,su-35,r-37m,arme supersonique,les nouveaux missiles russes,blog défense,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Le missile rivalise avec l’AIM-120C de Raytheon (portée de plus de 160 km), le futur AIM-260 JATM (200 km plus de portée) développé par Lockheed Martin et le Meteor de MBDA (portée de plus de 160 km avec 60 km de non-évasion- zone) qui fait partie des armes des Gripen, Eurofighter, Rafale et F-35 et probablement du possible « Super Hornet » allemand.

La vitesse hypersonique du R-37M (RVV-BD) lui permet de surmonter la distance de la cible même à portée maximale en deux à trois minutes. Le système de navigation inertielle, construit sur des gyroscopes laser de haute précision, le guide sur la majeure partie de la trajectoire de vol vers la cible. Si la cible change soudainement de cap, la trajectoire du missile peut être corrigée à partir du lanceur via une liaison radio. Le radar de guidage est activé à proximité immédiate de la cible, ce qui fait exploser son ogive et évite d'être détecté trop tard.

Bien que le missile soit censé avoir une portée de 200 km, la distance de ciblage idéale (également appelée zone de non-fuite) dépend du type d'avion ennemi : pour les avions de combat, elle est de 40 à 70 km, pour les avions furtifs ou les missiles de croisière, cette distance serait moindre, pour les gros bombardiers ou les avions d'alerte précoce, la distance de tir effective pourrait être supérieure à 70 km à 100 km. Le missile est capable de tirer parti de sa vitesse hypersonique à une distance de visée relativement plus courte et de frapper des avions ennemis équipés des systèmes de détection de missiles les plus sophistiqués. 

Selon Tactical Missiles Corporation, le fabricant du RVV-BD, le système de guidage du missile est inertiel avec mise à jour de la liaison de données et prise de référence radar active à l'étape finale du trajet. La propulsion comprend un SPR double mode avec démarrage interne du missile après la séparation du lanceur. L’arme est dotée d’un détecteur de proximité avec une ogive à fragmentation.

Le R-37M a été conçu pour venir équiper le Su-35, le MiG-31BM et le Su-57.

russie,sukhoi,su-35,r-37m,arme supersonique,les nouveaux missiles russes,blog défense,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Le Sukhoi Su-35 :

Le Su-35 est un appareil de la génération 4++. Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radars progressives avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de quatre écrans MFI avec affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels, soit deux LCD MFI-35, un LCD latéral MFPI-35M, un LCD de secours. Le pilote dispose d’un viseur de casque Sura-M.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N035 PESA avec système IRST OLS-35 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant l’antenne est montée sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydrauliques tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale estimée à 400 km. Pour sa protection l’avion est doté du détecteur d’alerte radar de type L150-35 de TsKBA à Omsk doté de six antennes couplées au système d’alerte d’approche missile (MAWS) soit des capteur SOAR couvrant les 360° de l’avion complètent le système de détection. De plus l’avion est doté de deux capteurs « SOLO » qui détectent les télémètres lasers. L’autoprotection reprend l’architecture du système L-265M10-01 « Khibiny-M » avec leurres thermiques UV-50M.

La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation. La durée de vie assignée des moteurs AL-117S dérivé de l’AL-41F1S (Izd.117S).

russie,sukhoi,su-35,r-37m,arme supersonique,les nouveaux missiles russes,blog défense,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Photos 1 Su-35 @Nickolay Krasnov 2 & 3 Tir d’un R-37M depuis un Su-35@ VVS 4 Le R-37M@ TMC

23/07/2020

Les premiers Sukhoi Su-35 égyptiens !

489.jpeg

Sur le site de production de Komsomolsk-sur-Amour, l'usine d'aviation KnAAZ a terminé l’assemblage des premiers avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E » destinés à l'armée de l'air égyptienne. Un premier lot a quitté l'aérodrome du constructeur et s’est rendu dans la partie européenne de la Russie, où se déroulera la livraison au client.

Importante discrétion :

Ce qui frappe d’entrée dans ce programme, c’est l’énorme discrétion qui a été mise en place dès le début des négociations. En effet, l’annonce de l’achat de Su-35 de la part du Caire, n’a jamais véritablement été confirmée. Certains articles dans les journaux russes ont même été supprimés.

Rappel :

C’est en 2018, que la Russie et l'Égypte ont signé un contrat pour la fourniture d’environ 24 Su-35 « Flanker-E » pour un montant de 2 milliards de dollars. Les détails du contrat n'ont pas été divulgués.

L'Égypte est le troisième acheteur étranger de Su-35 après que la Chine ait reçu 24 avions en 2016-2018, suivi de l’Algérie qui en a commandé 14.  

Pleine production :

La production des premiers Su-35 pour l'armée de l'air égyptienne bat son plein et de manière rondement menée et ceci depuis plusieurs mois au sein de l’usine knAAZ « Youri Gagarine » à Komsomolsk-sur-Amour. La date exacte de la livraison des premiers appareils n’est pas divulguée, mais devrait intervenir très prochainement.

Menaces américaines :

La discrétion qui entoure ce dossier n’est plus qu’un secret de polichinelle, le secrétaire d'État américain Michael Pompeo a averti lors d'une audience du Congrès que le pays d'Afrique du Nord faisait face à des sanctions en vertu de la loi intitulée Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act,  (CAATSA) qui interdit la plupart des accords d'armement avec l'industrie de la défense russe. Interrogé sur ce que faisaient les États-Unis pour empêcher la vente, Pompeo a déclaré : « Nous avons clairement indiqué que si ces systèmes devaient être achetés, la loi CAATSA exigerait des sanctions contre le régime ».

De son côté l’Egypte est décidée à faire front, les médias égyptiens ont cité des responsables du gouvernement du pays comme rejetant la pression américaine et affirmant que l’achat d’armements à la Russie était une question souveraine.

Le Sukhoi Su-35 « Flanker-E » :

Le Su-35 « Flanker-E » est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale.

843.jpg

Photos : Su-35 Flanker-E destiné à l’Egypte @ Andrey Neyman

 

 

18/05/2020

Sukhoi lance la fabrication des Su-35 pour l’Egypte !

EBB79D4E-3C6A-491E-97E7-BF96F684F0F6.jpeg

L’avionneur russe Sukhoi a annoncé avoir lancé la production des avions de combat Su-35  « Flanker-E »  destinés à l'Egypte. L’Egypte a signé un contrat d’une valeur de 2 milliards de dollars pour la livraison de 24 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E ». Soit de quoi équiper deux escadrons. Les livraisons étant planifiées entre 2021 et 2022. A noter que le Caire est resté très discret sur cet achat engagé 2018.

C’est l’usine d'avions Gagarine à Komsomolsk-sur-l'Amour qui produira les Su-35. Il semble cependant que la livraison pourrait prendre du retard à cause de l’épidémie de COVID-19.

Le Sukhoi Su-35 devrait donc venir renforcer les flottes de MiG-29M/M2 et de Rafale. Les trois avions vont venir remplacer progressivement les actuels MiG-21, les F-7 chinois, les Mirage 5 ainsi que les derniers les F-4E «  Phantom » en service.

L'Egypte confirme ainsi sa volonté de moderniser sa flotte d'avions de combat dans l'optique déjà retenue de la diversification du matériel. Soit un choix stratégique en matière d'approvisionnement, de technologie et politique. Le choix du Su-35 permet également une certaine limitation des coûts à l'achat et d’assurer une certaine qualité de matériels. En effet, il semble bien que l’Egypte a été motivée dans ce choix par la rentabilité et l'efficacité du matériel russe éprouvé sur le champ de bataille. En Syrie, la Russie a démontré que la plupart de ses offres de défense qu'elle commercialise aujourd'hui dans de nombreux pays du Moyen-Orient avaient prouvés leurs efficacités dans le conflit.

Le Sukhoi Su-35 « Flanker-E » :

251d6cb1765d5c64a073edc293755103.jpg

Le Su-35 « Flanker-E » est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale.

xobdu1mBuEOksB6IbCtOlHOIlVMbAE7RyRhIZYvi.jpeg

Photos : 1 & 3 Su-35 Flanker-E @ UAS 2 Cockpit@ Amir