11/06/2020

Livraison du 400ème CV-22 « Osprey » !

bell boeing,cv-22 osprey,usaf,sun,ssmc,blog défense,tiltrotors,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

L'équipe de Bell Boeing a récemment livré le 400ème exemplaire du giravions CV-22 « Osprey » le Special Operations Command de l’US Air Force.

Le premier V-22 de production a été livré le 24 mai 1999 et les livraisons ont lieu aujourd'hui dans le cadre du contrat d'approvisionnement pluriannuel III, d'une valeur de 5 milliards de dollars. Cet accord, qui s'étend jusqu'en 2024, comprend des variantes pour les Marines, l'Air Force et la Marine, ainsi que le premier client international, le Japon. 

Le V-22 décolle, plane et atterrit comme un hélicoptère, mais vole sur de longues distances comme un turbopropulseur. La variante CV-22 effectue des missions d'opérations spéciales, y compris l'infiltration, l'extraction et le réapprovisionnement, ce que les avions conventionnels ne peuvent pas faire. La variante du Marine Corps, le MV-22B, assure le transport sûr et fiable du personnel, des fournitures et de l'équipement pour les attaques au combat, le soutien aux assauts et la logistique de la flotte. La variante Navy, le CMV-22B, remplace le C-2A « Greyhound » pour les missions de livraisons et logistiques à bord des porte-avions. 

Le V-22 a été déployé dans une variété de rôles de combat, d'opérations spéciales et humanitaires depuis qu'il est devenu opérationnel en 2007. Ayant accumulé plus de 500’000 heures de vol, le V-22 est sûr et éprouvé au combat. L'assistance post-livraison de Bell Boeing comprend une maintenance complète, des modifications et une expertise en chaîne d'approvisionnement.

2947713384.jpg

 Le V-22 « Osprey » :

Le V-22 « Osprey » est aéronef de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent. Pour se comporter comme un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et  de vol à haute altitude.

Le programme « Joint Advanced Vertical Lift Aircraft » est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopters et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre. En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte-avions est validé.

Il faudra cependant attendre 2005 pour le lancement de la production de présérie qui devra permettre la mise en service d’une escadrille « test ». 

3940830465.jpg

Photos : CV-22 « Osprey » Bell Boeing

16/03/2020

F-35, ALIS pose encore plus de problèmes que prévu !

ALIS-F-35101.jpg

On le sait maintenant depuis un certain temps, le système de diagnostique en ligne ALIS du F-35 ne marche pas bien du tout. A tel point d’ailleurs, qu’il est prévu de remplacer ALIS par un nouveau système, nommé ODIN (Operational Data Integrated Network). De nouvelles révélations à propos d’ALIS ont été rendues publique vis l’agence Bloomberg ce matin.

Travaux manuels en augmentation :

A la base, le système ALIS était censé diminuer le travail de la maintenance et donc simplifier celle-ci. Il n’en est rien. Selon le dernier rapport du GAO et les auditeurs du Congrès, le personnel au sol doit passer des heures à saisir les données à la main, alors que celles-ci devraient être implémentées automatiquement dans les ordinateurs.

Les équipes de maintenance de l'US Air Force, de la Marine et du Corps des Marines qui ont été examinées ont estimé qu'elles dépensent en moyenne 5’000 à 10’000 heures par an pour suivre manuellement les informations qui devraient être capturées automatiquement et avec précision par le système de Lockheed-Martin.

De plus, il s’avère que des données inexactes ou manquantes dans le système d'information logistique autonome, entraînent parfois des alertes, selon lesquelles un avion ne devrait pas être piloté même s'il est prêt à voler.  Par exemple, les problèmes d'intégrité des données font que le système « dit que les enregistrements électroniques sont souvent incorrects, corrompus ou manquants, ce qui fait que l'ALIS signale que l'avion devrait être immobilisé au sol, souvent dans les cas où les mainteneurs savent que les pièces ont été correctement installées et sûr pour le vol ».

Les pilotes ont déclaré de leur côté, que les défauts affectent l'état de préparation des avions de chasse. Les équipages ont connu jusqu'à 400 problèmes par semaine liés à des enregistrements électroniques inexacts ou manquants, selon le rapport.

Problèmes apparus en Finlande :

Cette problématique du téléchargement des mises à jour est apparue dernièrement en Finlande, lors des essais en vol. L’un des deux F-35A (arrivés dans le pays sur quatre prévus initialement) n’a pas pu prendre part correctement aux essais en vol. Le téléchargement des données n’ayant pas été concluant. De fait, il était impossible de télécharger les données informatiques de vol destinées aux essais du jour. Seul, un F-35 a pu effectuer les vols tests.

1572374182.jpg

Augmentation des coûts :

Toujours, selon le GAO, le coût de l'entretien des avions estimé à environ 1’200 milliards de dollars sur 66 ans. Un système de diagnostic pleinement opérationnel au niveau de l'escadre et de l'escadron, ainsi qu'un réseau de dépôts de pièces sont essentiels pour réduire les coûts estimés, selon les responsables.

Le personnel de maintenance dans les bases a également exprimé des préoccupations similaires à celles du bureau de l'inspecteur général du Pentagone, qui a déclaré en juin dernier que des pièces de Lockheed Martin basées à Bethesda, dans le Maryland, manquaient souvent au sein de l'historique d'utilisation électronique nécessaire pour les installer. L'inspecteur général a déclaré que Lockheed avait peut-être perçu trop d’argent de la part du Pentagone et ceci de l’ordre de 10,6 millions de dollars. Le projet de loi sur la politique de défense de cette année a exigé que le Pentagone prenne des mesures pour récupérer ces dollars

Remplacement à venir :

Le Pentagone a annoncé en janvier qu'il introduirait progressivement un nouveau système de diagnostic géré par l'armée destiné à incorporer les meilleures fonctionnalités de la version de Lockheed tout en offrant des améliorations majeures que l'Air Force a développées dans ses propres laboratoires de logiciels et le 309th Software Engineering Group.

Surnommé « ODIN », d'après le père du dieu Thor dans la mythologie nordique, le premier du nouvel équipement devrait être livré en septembre, avec une utilisation initiale fin 2021. Il devrait être pleinement opérationnel d'ici décembre 2022 pour tous les F-35. Encore faudrait-il que ce nouveau programme respecte le calendrier, ce qui est rare avec le F-35, pour l’instant.

Photo : F-35A relié à ALIS @ USAF

 

 

 

04/07/2018

Nouvelle commande le V-22 « Osprey » !

194416_1.jpg

Bell Boeing, ont reçu un contrat d’une valeur de 4 milliards de dollars l’achat d’aéronefs V-22 « Osprey » pour la marine américaine.

Ce contrat prévoit la fabrication et la livraison de 39 aéronefs CMV-22B pour la Marine, 34 appareils pour MV-22B pour le Corps des Marines et 1 CV-22B pour l'armée de l'air ainsi que 4 MV-22B pour le gouvernement du Japon.

Le V-22 «Osprey» :

Le V-22 Osprey est aéronef de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner  les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent. Pour se comporter comme  un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et  de vol à haute altitude.

A ce jour, 340 V-22 sont en service sur un total de 360 appareils commandés. Le programme «Joint Advanced Vertical Lift Aircraft» est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopter et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre. En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte-avions est validé.

Il faudra cependant attendre 2005 pour le lancement de la production de présérie qui devra permettre la mise en service d’une escadrille «test». 

bell boeing,v-22 osprey,tilt rotors,us navy,ssmc,blog défense,aviation et défense,transport tactique,les nouvelles de l'aviation

Photos :V22 « Osprey » @ USMC