02/10/2017

Premiers « Black-Hawk » afghans !

image.jpg

Les pilotes de la Force aérienne afghane vont débuter à s'entraîner sur les deux premiers hélicoptères Sikorsky UH-60A « Black-Hawk » qui ont été livré en septembre dernier. Les deux premiers exemplaires sont arrivés à bord d’un avion de transport stratégique Boeing C-17 de l'US Air Force sur la base aérienne de Kandahar.

Plus de 150 « Black-Hawk » en provenance des stocks de l'armée américaine, seront expédiés en Afghanistan au cours des cinq prochaines années pour venir équiper la nouvelle armée du pays.

Selon les plans actuels, ce total comprendrait 61 appareils en configuration d'utilité de base, et environ 58 exemplaires en version armée. Ces appareils vont progressivement venir remplacer la flotte vieillissante Mil Mi-17.

Le Sikorsky UH-60A « Black-Hawk »

Le Black-Hawk est un hélicoptère utilitaire moyen développé pour l’armée américaine. Conçu par Sikorsky pour remplacer le célèbre UH-1, cet hélicoptère effectua son premier vol en 1974 et fut admis au service actif en 1979. Malgré son coût élevé, le Black- Hawk est un hélicoptère tactique très apprécié et qui possède d'excellentes qualités de vol et une bonne maniabilité. Le Black-Hawk se décline en près de 17 versions spécialisées.

GYG3JF7CPNAYXLCHGRJFCIIFYA.JPG

Photos : UH-60A « Black-Hawk » afghans @ US Air Force

 

01/09/2017

Production a taux faible lancée pour le CH-53K !

Lockheed Martin helicopter.jpeg

Le Naval Air Systems Command a attribué à Sikorsky (Lockheed-Martin) un contrat premier contrat de production initiale à faible taux (LRIP) portant sur deux hélicoptères lourds de nouvelle génération CH-53K « King Stallion ». Ce contrat suit la décision du Conseil d'acquisition de la défense (DAB) approuvant la production LRIP.

«L'obtention de l'approbation du Corps des Marines des États-Unis pour l'attribution du premier contrat de production est rendu possibles grâce au travail de Sikorsky, Naval Air Systems Command (NAVAIR) et de l'équipe du Marine Corps des États-Unis», a déclaré le Dr Mike Torok, vice-président, programmes CH-53K.

Ce premier contrat d’une valeur 303 millions de dollars, verra la livraison par l’hélicoptériste Sikorsky des deux premiers CH-53K destinés au Corps des Marines américains en 2020, ainsi que des pièces de rechange et un support logistique. L'assemblage aura lieu au siège de Sikorsky à Stratford, dans le Connecticut.

Le programme d'enregistrement du ministère des Défense des États-Unis demeure à 200 avions CH-53K. Le Corps de la marine des États-Unis a l'intention de mettre en place huit escadrons de service actif, un escadron de formation et un escadron de réserve pour soutenir les besoins opérationnels.

Le CH-53K "King Stallion" :

Bien que conçu de la même taille que les CH-53E « Super Stallion », qu’il doit remplacer à partir de 2019,  le CH-53K permettra de tripler la capacité de transport de charge externe à plus de 27 000 lb sur une distance de plus de 110 miles nautiques. Doté d’une nouvelle motorisation General-Electric GE38-1B offrant un meilleur couple  surmonté de d’un rotor de quatrième génération en composite. La cellule est également nouvelle car entièrement en matériaux composites. Encore plus puissante (ses 3 turbines délivreront environ 6000 ch chacune), ravitaillable en vol, équipée de systèmes de communications de dernière génération, le CH-53K est optimisé pour le transport par temps chaud en opérant à partir de terrains peu préparés et deviendra la référence de sa catégorie. En matière de transport, le CH-53K pourra par exemple emporter en interne une Jeep «Humvee».

 

2999381134.jpg

Photos : CH-53K « King Stallion »@ Sikorsky

 

 

18/08/2017

Un nouveau système d’alerte radar pour les futurs HH-60W !

hh-60w.jpg

Les missions de recherche et sauvetage sont particulièrement périlleuses, pour cela le nouvel hélicoptère de l’US Air Force, le Sikorsky HH-60W « Pave Hawk » doit être doté des outils les plus modernes pour se protéger.

Pour ce faire la division équipement de Lockheed-Martin teste en ce moment un nouveau récepteur d'alerte radar, l’ AN/APR-52 (RWR). Les premiers essais qui on eu lieu au Laboratoire intégré de démonstration et d'applications de la Force aérienne américaine à Wright Patterson Air Force Base à Dayton, dans l'Ohio sont une réussite. Cette étape clé confirme la maturité technique du système AN/ APR-52 RWR et ceci avant même le premier vol du futur HH-60W.

Le Lockheed Martin AN/APR-52 RWR est un récepteur d'alarme radar à quatre canaux tout numérique. Il est conçu pour traiter un grand nombre de signaux simultanément pour identifier plus rapidement et plus précisément les menaces contre l'équipage. Le RWR AN/APR-52 offre une forte probabilité de détection pour les menaces modernes et émergentes dans des environnements de signaux très denses.

Rappel :

L'USAF a annoncé le remplacement de ses hélicoptères vieillissants de type HH-60G par un nouveau Combat Rescue Helicopter (CRH) en 2010. Une demande de proposition (RFP) a été émise pour le programme CRH en octobre 2012. Un contrat de fabrication et de développement d'ingénierie (EMD) de 1,28 milliard de dollars a ét signé et couvre la livraison de quatre systèmes de formation HH-60W. Un second contrat a été suivi en janvier 2017 par l'US Air Force, qui a opté pour un contrat de 203 millions de dollars suppléemntaires avec Sikorsky pour fournir cinq aéronefs additionnels.

A term, il s’agit de remplacer l’ensemble des HH-60G en service par le HH-60W, qui dispose d'une capacité de carburant interne accrue pour des moteurs à grande échelle, des moteurs GE T700-701D, des pales de rotor principaux composites, une structure usinée résistant à la fatigue et à la corrosion et un kit de mission tactique avancé intégrant de multiples capteurs, liens de données et systèmes défensifs .

 

AIR_HH-60_Pave_Hawk_Afghanistan_lg.jpg

Photos : 1 le futur HH-60W @ Sikorsky 2 L’actuel HH-60G G USAF

 

 

04/08/2017

Vol inaugural pour le premier VH-92A « Marine One » !

sikorsky,lockheed martin marine one,hélicoptère présidentiel,sikorsky s-92,vh-92a,blog défense,infos aviation,usmc,maison blanche,aviation et défense

 

Stratford dans le Connecticut, Sikorsky a annoncé avoir effectué avec succès le premier vol du prototype du futur hélicoptère Présidentiel VH-92A N° EDM-1 du Corps des Marines des États-Unis. Ce premier vol a lieu en toute discrétion le 28 juillet dernier. Ce vol inaugure les premiers essais de 250 heures, qui auront lieu sur les installations de Lockheed Martin/Sikorsky à Owego près de New York.

Une fois son premier vol réussi, un second vol a eu lieu le même jour. Le temps de vol total pour les deux sorties était d'une heure et comprenait des contrôles de vol, dont un vol à basse vitesse.

Ce premier prototype sera bientôt rejoint  par un second aéronef d’essai N° EDM-2. Les deux appareils vont être engagés cette-fois sur un programme de tests de vol d’une durée de 12 mois.

Rappel :

La Marine des États-Unis a attribué un contrat de développement de fabrication et d'ingénierie (EMD) de 1,24 milliard de dollars à prix fixes avec options de production auprès de Sikorsky le 7 mai 2014. Le contrat EMD produira un total de six appareils: deux d'essai et quatre aéronefs de production. Les options de production pour les 17 autres appareils seront finalisées au cours de l'exercice budgétaire 2019. Le VH-92A entrera en service en 2020. La VH-92A transportera le président (nom de code « Marine One ») et le vice-président des États-Unis et d'autres fonctionnaires.

Le Sikorsky VH-92A :

Le Sikorsky VH-92 est un dérivé du S-92. Le premier appareil a été livré en septembre 2004. Principalement utiliser pour le ravitaillement des plates-formes pétrolières et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 « Cyclone ». L’appareil peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le S-92 est environ 10 % plus rapide que le « Sea King ». Le S-92 peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Le Sikorsky S-92 est un hélicoptère de transport biturbine de type : General Electric CT7-6D, muni d’un rotor principal et d’un rotor de queue quadripales, d’un train d’atterrissage tricycle rétractable et pouvant transporter jusqu’à 22 passagers.  

Le poste de pilotage est équipé de systèmes de navigation modernes, ainsi que de quatre écrans multifonctions. Les pilotes sont assis sur des sièges Martin-Baker anti-crash. Le poste de pilotage est chauffé, ventilé et climatisé indépendamment de la cabine. Un équipement complet permet une sécurité en vol maximale : deux systèmes automatiques de contrôle de vol (AFCS), des systèmes anticollision (TCAS) et d’avertissement de proximité du sol (EGPWS) et un radar météorologique placé dans le nez de l’appareil. Les systèmes vitaux de l’appareil sont redondants, la cellule offre une bonne résistance en cas de crash et la boite à vitesse peut fonctionner durant ½ heure sans huile.

Dans le cadre du programme VXX, Sikorsky propose le S-92 dans le standard VH-92 aux moteurs plus puissants et entièrement construit par des entreprises américaines. Les systèmes électriques et hydrauliques sont installés en triple exemplaires et le système d’alimentation en carburant se fait par aspiration, ce qui évite d’éventuelles fuites dues à la pression. Les systèmes de pilotages sont également redondants. Les réservoirs de carburant auto-obturant, placés à l’extérieur de la cabine, sont capables de supporter des impacts d’obus de 23mm. L’appareil possède un système de dégivrage et est également protégé contre la foudre et les champs de rayonnement d’intensité élevée.

VH-92A-420x282.jpg

Photos : 1 VH-92A EDM-1 lors de son premier vol  2 Image de synthèse du futur VH-92A @Sikorsky

03/08/2017

Le prototype du S-97 « Raider » rate son atterrissage !

S-97-crash-landing.jpg

Le prototype de l’hélicoptère tactique léger S-97 « Raider » a raté son atterrissage après un vol d’essai, au centre de vol de Sikorsky Development à West Palm Beach. Deux pilotes étaient à bord, mais aucun n’a été blessé selon les déclarations de Sikorsky. Il faudra plusieurs semaines avant que l'appareil puisse être réparé et reprenne sa campagne de vol. Mais il semble déjà que cet incident ne remette pas en cause la participation de l'appareil, lors de la compétition pour venir équiper l'US Army.

Le « Raider » de Sikorsky a débuté sa campagne d’essai en vol en mai 2015. Le S-97 « Raider » avec son rotor coaxial rigidedoit être testé à des vitesse jusqu'à 220kt - soit environ 50 kt plus vite que la limite de vitesse de la plupart des hélicoptères classiques.

Le Sikorsky S-97 « Raider » :

Le «Raider» est basé sur la technologie du X-2 développé par Sikorsky à la fin des années 2000. Le démonstrateur X-2 est une plate-forme de 5’000 livres, alors que le «Raider» est d'environ 11’000  livres et permettra d’emporter jusqu’à six soldats en mode assaut. En mode reconnaissance, cet espace pourrait être utilisé pour l'équipement supplémentaire ou des munitions avec 2 pilotes et réservoirs de carburant auxiliaire. Outre, sa vitesse maximale presque deux fois supérieure, à 250 nœuds, le S-97 sera plus manœuvrable et aura une signature acoustique plus faible qu’un hélicoptère standard.

Le principe des rotors contrarotatifs coaxiaux à hélices propulsives offrent des vitesses de croisière allant jusqu'à 250 kt (253 mph), plus du double de la vitesse des hélicoptères classiques, selon Sikorsky. Le S-97 est propulsé par un moteur General Electric YT706, une variante du CT7. 

Pour Sikorsky, ces attributs permettront au S-97 d’égaler ou dépasser les exigences de l’US Army pour son prochain hélicoptère léger polyvalent, car celui-ci, sera en plus, très performant dans les opérations à haute altitude qui posent problème aux hélicoptères légers actuels.

 

408129044.jpg

Photos : 1 Le 97 accidenté 2 lors de son premier vol en 2015@ Sikorsky