12/08/2014

Oman dit adieu à ses Jaguar !

jaguaros.jpg

 

 

Le Sultanat d’Oman vient de retirer du service ses derniers avions de combat de type SEPECAT Jaguar. Une cérémonie d’adieu avec un défilé aérien a ponctué le départ à la retraite du vénérable chasseur-bombardier.

 

Les quatre derniers SEPECAT Jaguar encore en service au sein du 8 Escadron de la Royal Air Force d'Oman ont été retirés. Ces appareils étaient en service sur la base aérienne de Thumrait.

 

Le Sultanat d’Oman a reçu ses premiers Jaguars en 1977, en vertu de ce qui était à l'origine une acquisition de 12 avions du Royaume-Uni. Un deuxième lot a été ordonné en 1982, et introduit à partir de l'année suivante. Au total, la Royal Air Force d'Oman a disposé de 4 biplaces Jaguar OB et 20 monoplaces Jaguar OS. Le Sultanat avait modernisé à deux reprises au standard GR.1A à la fin des années 1980, puis au standard GR.3A à la fin des années 1990appareils.

 

F-16 et Eurofighter : 

 

Pour compenser le départ à la retraite de ses derniers Jaguar, le Sultanat d’Oman met en ligne une seconde tranche d’avions de combat Lockheed-Martin F-16 C/D Block50, qui sera décliner comme suit : 8 monoplaces C et 4 biplaces D. Ces appareils sont optimisés en plus, de la supériorité aérienne, pour la destruction des radars, ainsi que pour la neutralisation des défenses ennemies (SEAD). Doté de moteurs General-Electric F110-GE-129 et du radar Raytheon AN/APG-68 (V), ils disposeront de nacelles de désignation SNIPER.

 

Puis dès 2017, le petit Emirat recevra 12 avions de chasse Eurofighter " Typhoon II " commandés en décembre 2012.

 

213_1.jpg

 

 

Photos : 1 Jaguar OS Royal Air Force d'Oman @ UKMinistry 2 Biplace  OB Ted Bayliss

22/05/2014

Inde, retard de la modernisation des Jaguar !

20091026123912Photo-12_-_An_IAF_marshaller_receiving_a_Jaguar_at_the_apron6.jpg


 

 

Bangalore, Inde, Hindustan Aeronautics Limited (HAL) annonce un important retard de près de deux ans pour la modernisation des avions de combat SEPECAT Jaguar. La modernisation avait pourtant bien débuté le 29 novembre 2012 avec le premier vol du prototype de Jaguar modernisé.

 

Deux phases de modernisation :

 

L’ambitieux programme de modernisation de la flotte de Jaguar de l’IAF comprend deux phases : la première nommée «Darin III» prévoit l’amélioration de l’avionique, la capacité d’attaque et de navigation. 

La mise à jour intègre donc la nouvelle avionique  «state-of-the-art», y compris l'architecture informatique de Mission (MC), le système d'instruments de vol (EFIS), ainsi que système d’enregistrement vidéo Solid State Digital Système Data Recorder (SSDVRS), les fonctions supplémentaires permettant le guidage de bombe avec système  de positionnement inertiel (INGPS), un nouveau pilote automatique, ainsi que l’intégration d’un nouveau radar Elta Systems multi-mode, de nouvelles contre-mesures électroniques.

La mise à jour couvre également le système de cartographie de navigation. Le cockpit sera doté de deux écrans EFIS  et d’un nouvel HUD à affichage tête haute. 

 

La seconde phase de modernisation dite «Darin IV» comprend la remotorisation de l’avion avec du moteur le F125IN d’Honeywell en remplacement des actuels Rolls-Royce Adour Mk 821.  Ce nouveau moteur pèse 600 livres de moins que l'Adour et dispose d’une poussée de 9850 lbf (43.8kN) qui doit permettre au Jaguar de décoller 25% plus court qu’actuellement et ceci avec un rendement 36% supérieur à la motorisation actuelle. 

 

Notons que les Jaguar de l’IAF ont déjà subi deux modernisations, Darin I & II.


 

2288641261.jpg


 

Les causes du retard :

 

Deux éléments sont à l’origine de ces deux ans de retard, le premier concerne des problèmes de fiabilité avec le nouvel ordinateur de mission (Darin III). Ce nouveau système de mission devait à l’origine être validé au début de l’année 2012, hors le centre d’essais technique de HAL ne l’a validé qu’à la fin de l’année 2013. 

 

Le second problème vient cette fois-ci de l’évaluation du moteur et de son intégration à la cellule. HAL n’a toujours pas terminé de fixer le cahier des adaptations de la cellule, pour l’intégration définitive de la nouvelle motorisation.

 

 

L’Inde et le Jaguar : 

 

L’Inde est le plus gros client à l'export pour le Jaguar franco-anglais. Démarchée dès 1968, l'Inde signa finalement en avril 1979 une commande pour 130 Jaguar, incluant un contrat de fabrication sous licence pour 95 exemplaires et un transfert de technologie. La Royal Air Force devait former les premiers pilotes de la Force aérienne indienne et louer à l'Inde 20 appareils, en attendant qu'elle reçoive ses Jaguar (nommés localement Shamsher, soit "épée de justice"). 

 

Un premier escadron indien fut déclaré opérationnel en septembre 1980, suivi d'un second un an plus tard, après l'arrivée des 38 exemplaires fabriqués par la SEPECAT. La production locale, confiée à Hindustan Aeronautics Ltd, commença par l'assemblage à partir de pièces fournies avant de se poursuivre par une fabrication entièrement indienne à l'exception des réacteurs. Au total, cinq escadrons furent équipés progressivement de 1980 à 1991, dont l'un reçu 12 Jaguar IM destinés à l'attaque maritime que l'Inde est le seul pays à avoir mis en service.


 

376945288.jpg


 

Photos:  1 Jaguar IAF 2 Moteur Honeywell F125IN 3 Premier vol Jaguar Darin III @ IAF

20:56 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : iaf, sepecat jaguar |  Facebook | |

23/10/2012

L’Inde va remotoriser ses Jaguar !

1863329.jpg


 

NEW DEHLI, l’information couvait entre le chaud et le froid depuis plusieurs mois, mais cette fois-ci, elle est confirmée par l’Indian Air Force et le motoriste Honeywell. L’Inde va remotoriser ses avions Jaguar prolongeant ainsi la vie du chasseur de 15 ans.

 

Le programme de remotorisation de la flotte des Jaguar en service au sein de l’Indian Air Force (IAF) date de 2005, à l’époque, deux options étaient envisagées : la première consistait en une mise à niveau des Rolls-Royce Adour Mk 821par le motoriste anglais et la seconde l’adjonction d’un nouveau moteur, le F125IN d’Honeywell. Finalement devant les lenteurs de l’administration indienne et la collaboration de l’Inde avec Honeywell dans le programme commun de développement du HAL-228 (Dornier 228 indien), Rolls-Royce se retira du projet en 2007.


 

10-2012-3-f125in-engine.jpg


 

Le projet continua d’avancer lentement avec notamment des périodes d’incertitude concernant la réelle volonté de prolonger l’utilisation du chasseur franco-anglais au sein des unités de l’IAF. La dernière étant liée au choix de l’avion de combat Rafale.

 

Le motoriste américain se voit donc accorder une commande de 270 turboréacteurs à double flux F125IN. Ce moteur pèse 600 livres de moins que l'Adour et dispose d’une poussée de 9850 lbf (43.8kN) va permettre au Jaguar de décoller 25% plus court qu’actuellement et ceci avec un rendement 36% supérieur  à la motorisation actuelle. 


 

Les études préliminaires ont démontré que le F125IN est conçu pour s'intégrer dans la cellule des Jaguar sans grandes modifications. L’Inde devrait par ailleurs, économiser plus de 1,5 milliard de dollars en matière de cycle de vie et de coûts par rapport à la situation actuelle.

 

L’IAF et Honeywell prévoient de tester un premier Jaguar avec le moteur F125IN  dans la période 2015-2016, le calendrier prévoit que l’ensemble des 125 Jaguar puissent être modernisés d’ici 2023-2024. 

 

Le Jaguar en Inde :

 

L’Inde est le plus gros client à l'export pour le Jaguar franco-anglais. Démarchée dès 1968, l'Inde signa finalement en avril 1979 une commande pour 130 Jaguar, incluant un contrat de fabrication sous licence pour 95 exemplaires et un transfert de technologie. La Royal Air Force devait former les premiers pilotes de la Force aérienne indienne et louer à l'Inde 20 appareils, en attendant qu'elle reçoive ses Jaguar (nommés localement Shamsher, soit "épée de justice"). 

 

Un premier escadron indien fut déclaré opérationnel en septembre 1980, suivi d'un second un an plus tard, après l'arrivée des 38 exemplaires fabriqués par la SEPECAT. La production locale, confiée à Hindustan Aeronautics Ltd, commença par l'assemblage à partir de pièces fournies avant de se poursuivre par une fabrication entièrement indienne à l'exception des réacteurs. Au total, cinq escadrons furent équipés progressivement de 1980 à 1991, dont l'un reçu 12 Jaguar IM destinés à l'attaque maritime que l'Inde est le seul pays à avoir mis en service.


 

800px-IAF_Jaguar.jpg


 

Photos : 1 Jaguar biplaces @ Fred Willemsen 2 le F125IN Honeywell 3 Jaguar indien@ IAF