26/09/2014

Embraer & Saab prépare le Sea Gripen !

seagripen_2.jpg

 

Le choix du Brésil pour l’avion de combat suédois JAS39 Gripen E pour équiper la Force aérienne brésilienne (FAB), permet également de rapprocher les deux avionneursque sont Embraer et Saab, sur le développement de l’avion. Mais, je vous l’annonçais, lors du choix du Brésil, l’avionneur Saab prenait du coup une sérieuse option pour la finalisation de la version navalisée du Gripen E, le Sea Gripen.

 

Embraer & Saab préparent le Sea Gripen: 


22428_resize_620_380_true_false_null.jpg


 

Dans le but de remplacer les actuels Douglas A4 «Skyhawk» de la Marine brésilienne, les deux avionneurs travaillent en plus, du Gripen E, à la préparation du futur Sea Gripen. Au début du mois de septembre, une délégation conjointe d’Embraer et de Saab en collaboration avec le ministère de l'aéronautique de la Marine (DAerM) a effectué une visite sur le porte-avions A-12 São Paulo, afin d’identifier les détails techniques de modifications nécessaires pour adapter les Gripen E à la Marine du pays.


j3910.jpg


 

Sea Gripen : 

 

L’idée d’une version navale du Gripen existe depuis le milieu des années nonante, mais tant l’aviation suédoise que les premiers clients de l’avion n’ayant pas un tel besoin, le projet est resté en sommeil. Le but est simple, fournir un avion moderne omnirole avec un prix raisonnable, dont la taille permet une intégration facile sur un porte-avions de petites dimensions ! Ce qui est le cas le Brésil, qui a racheté le bon vieux «Foch» aujourd’hui baptisé «Sao Paulo». Le Sea Gripen répondra en terme de CATOBAR (Catapult Assisted Take Off Arrested Recovery), ainsi que STOBAR (Short Take Off Arrested Recovery) avec cependant une sensible différence de masse au décollage MTOW (Maximum Take-Off Weight). Dans une conception CATOBAR, le SEA Gripen aura une masse maximale au décollage de 16,500 kg et une masse maximale à l'atterrissage de 11,500 kilogrammes. Dans une conception STOBAR, elle dépend de la physique du transporteur. En gros, la charge de carburant et d'armes dans les opérations STOBAR, sera un tiers de moins que la charge utile dans les opérations de CATOBAR.

Pour ce faire, Saab n’a pas eu à faire de grandes modifications sur le Gripen NG, car celui-ci reprend les capacités de décollage court optimisés sur la version Gripen C/D utilisable sur les autoroutes. La vitesse d’atterrissage et naturellement basse et l’avion permet déjà une descente en contrôle avec une forte pente (précision-glide). Les Gripen ayant une cellule à la base renforcée, aucune modification ne sera nécessaire. Toujours selon Saab, les Gripen sont optimisés pour une maintenance facilitée notamment pour des soldats de milices (ravitaillement et ré-équipement en 10 minutes), le Sea Gripen sera donc parfaitement intégrable en milieu clos qu’offre un navire.

Alors, que tous les capteurs, avionique et armes ainsi que le moteur General-Electric 414G du Gripen NG sera proposé dans la variante de la marine, le Gripen mer, disposera d’un nouveau châssis de train d’atterrissage et d’un crochet d’arrêt. L’envergure étant petite, il n’y aura pas besoin de le doter d’ailes repliables.

Le Gripen mer sera environ 400 kg plus lourd que le Gripen NG, avec une cellule dont le poids atteindra à vide entre 7500-8000 kg. 

 

L’industrie brésilienne déjà sur le Gripen:


Comandante-da-Marinha-e-o-Sea-Gripen.jpg


 

Bien que rien ne soit encore acquis, SAAB tient ici une sérieuse option, au Brésil des entreprises participent déjà au développement du Gripen NG et donc de la version navale de celui-ci. 

 

Faisabilité validée : 

 

Navalisé une version d’un avion de combat, pose énormément de problèmes et rien n’est gagné d’avance.  En 2012 pourtant, un rapport faisant suite à une étude de faisabilité et de conception pour l’adaptation de la version Gripen E démontrait la compatibilité avec un porte-avions.

Tony Ogilvy, directeur général et chef du Centre de Saab aéronautique au Royaume-Uni pour le Design Gripen naval, déclarait : « après des années de conception préliminaire et de pré-faisabilité de travail, les plans pour une version opérateur sur la base de la plate-forme du Gripen NG  sont maintenant terminés. Ce travail mené à bien par une équipe d’ ingénieurs suédois et britanniques c’est terminé à la fin de août». «Notre travail consistait à prendre la conception à un point où nous pouvons dire « oui, Saab peut construire une variante marine », et nous y sommes parvenus" a-t-il dit.


999244695.jpg


 

 

Photos : 1&5 Image de synthèse Sea Gripen 2 Visite du Sao Paulo @Defesa 3&4 Maquette du Sao Paulo & Sea Gripen @ Embraer/Saab

18/12/2013

Le Brésil choisit le Gripen E !

DSC_2825.jpg


 

SAO PAULO, le Brésil vient de choisir le Gripen E et devient le troisième pays à opter pour cet avion ! Après la Suisse, la Suède, le Brésil rejoint la nouvelle génération de la famille Gripen ! Au total se sont 36 appareils qui sont concernés pour une première tranche ! Au total se sont 100 à 120 avions qui seront concernés pour l’Air Force !

 

Deux perdants : 

 

Le Rafale de Dassault aviation jugé trop cher et dont certains équipements manquaient (viseur de casque par exemple) et le Boeing F/A-18 «Super Hornet» dont l’image a été éclaboussée par les écoutes de la NSA et dont la fabrication pourrait être stoppée prochainement ne faisait qu'entamer la confiance.

 

Un choix semblable à la Suisse : 


 

axalp2012.parsys.28470.Image.jpeg


 

La décision brésilienne ressemble à celle de la Suisse, le Gripen E offre le meilleur rapport qualité coût, avec de nombreux avantages techniques comme l’ouverture radar AESA sur 200° (contre 140° à la concurrence), une architecture électronique particulièrement rapide et une avionique nouvelle génération. Les choix offerts en matière d’équipements connexes : armement, nacelles de reconnaissance et de désignation laser sont sans communes mesures face à la concurrence.

 

Coup double des suédois : 

 

En plaçant le Gripen E au sein de la FAB, le constructeur Saab a réussi un double coup, d’abord avec une sérieuse option en direction des marchés comme la Colombie, le Chili et l’Argentine, mais également avec le lancement du «Sea Gripen» soit, la version navale du Gripen E qui pourrait venir équiper la Marine brésilienne. 


 

saab,gripen e,gripen f,brésil gripen,gripen e brésil gripen suisse,swiss air force,fab,sea gripen,gripen blog


 

Production en série pour le Gripen E !

 

Stockholm, le constructeur Saab vient de recevoir une commande l’Administration suédoise du matériel de défense (FMV) concernant la production large de l’avion de combat Gripen E. Cette commande de production en série est évaluée à un montant de 16.4 milliards de couronnes. 

 

Situation actuelle : 

 

A ce jour, le Gripen F de développement vole avec l’ensemble des systèmes de nouvelle génération à l’état de prés-séries. Trois Gripen E de prés-série sont actuellement en phase  d’assemblage au sein des installations de Linköping, soit un taux d’industrialisation à taux faible. Le premier Gripen E volera fin 2014 et sera rejoint début 2015 par les deux autres appareils. Ceux-ci serviront à la formation des instructeurs suédois et suisses en vue de l’arrivée des appareils de série.

 

Industrialisation à large taux : 

 

La commande effectuée aujourd’hui permet le lancement de l’industrialisation large du Gripen E, dans le but de fournir l’appareil pour 2018 conformément au calendrier annoncé par Saab. Il s’agit là de la troisième commande reçue selon l’accord du FMV portant sur le Gripen E et rendu publique le 15 février 2013. D’autres commandes contenues dans cet accord concernent:

Les commandes reçues dans le cadre de cet accord sont comptabilisées lorsque chaque commande et passée, et les commandes restantes sont prévues pour 2014.

 

“La commande passée par la FMV démontre une fois de plus la confiance du parlement suédois dans le Gripen, dans son potentiel de développement et dans sa capacité de défense. De plus, elle apporte la confirmation que le programme suit son cours selon la planification prévue", dit Håkan Buskhe PDG de Saab.

 

“Nous continuons à construire sur le succès du Gripen. Le Gripen est unique dans sa capacité à combiner haute technologie et performance avec efficacité en termes de coûts, et nous relevons un intérêt marqué pour le Gripen sur le marché de l’exportation”, affirme Lennart Sindahl, responsable de la division aéronautique de Saab.


 

Axalp3.jpg


Les clients de la famille «Gripen» :

 

Version C/D :

 

Suède: 175 monoplaces et 29 biplaces, Hongrie: 12 monoplaces et 2 biplaces, Rép. Tchèque: 12 monoplaces et 2 biplaces, Afrique du Sud:  19 monoplaces et 9 biplaces, Thaïlande : 10 monoplaces et 2 biplaces (6 monoplaces supplémentaires en attente de commande).

 

 

Version E (NG) :

 

Suisse : 22 exemplaires, Suède: 60 exemplaires, Brésil 36 (jusqu’à 120 exemplaires).

 


 

Photos : 1, 2, 4 Gripen F de développement en Suisse, 3 Sea Gripen

09/09/2012

«Sea Gripen» étude validée !

741183607.jpg


 

En 2010 le constructeur suédois  créa la surprise avec le lancement du projet «Sea Gripen» soit, une version navalisée de son Gripen E Next Generation.  Le projet se trouvait depuis à l’étude, celle-ci se trouve maintenant terminée.

Rapport de faisabilité :

Navalisé une version  d’un avion de combat pose énormément de problèmes et rien n’est gagné d’avance.   Ces dernier jours, Saab a informé que les études de faisabilité et de conception pour l’adaptation de sa version Gripen NG était compatible avec un porte-avions.

Tony Ogilvy, directeur général et chef du Centre de Saab aéronautique au Royaume-Uni pour le Design Gripen naval , déclare : «  après des années de conception préliminaire et de pré-faisabilité de travail, les plans pour une version opérateur sur la base de la plate-forme du Gripen NG  sont maintenant terminé. Ce travail mené à bien par une équipe d’ ingénieurs suédois et britanniques s’est terminé  à la fin de Août». «Notre travail consistait à prendre la conception à un point où nous pouvons dire « oui, Saab peut construire une variante marine », et nous y sommes parvenus" a-t-il dit.

Le Gripen besoin d'un certain nombre de modifications pour le rendre compatible avec un porte-avions selon Saab. Ceci,  inclus train un d'atterrissage renforcé, une crosse d'arrêt, un mécanisme de fixation pour l'avion pour permettre le catapultage, ainsi que de s'assurer que l'aéronef est optimisé pour éviter l'érosion due à  l'eau salée.

Selon Saab, le  «Sea Gripen» sera configuré pour fonctionner à la fois CATOBAR (catapulte assisté au décollage, mais la reprise arrêtés) et STOBAR (décollage court, mais avec récupération arrêtés). 

Les clients potentiels sont notamment l'Inde mais surtout le Brésil avec qui le constructeur suédois travail,non seulement sur la version «Sea» mais également le Gripen E.  Concernant l’Inde, Saab a répondu à une demande d'information de l'Inde en 2009, et rester en contact avec le personnel de la marine indienne à Delhi et Goa. Notons au passage que la Thaïlande semble intéressée par la version navale.

 

SeaGripen-01.jpg


A suivre ...

 

Photos : Sea Gripen @ Saab Aerospace

 

13:33 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : gripen, saab, sea gripen, gripen naval |  Facebook | |

23/02/2011

Une version navalisée de l’Eurofighter ?

45867e75a9.jpg

 

 

Cette semaine, lors du Salon aéronautique Aero India 2011, le consortium EADS a présenté son projet de version « marine » de l’Eurofighter Typhoon II ! Cette étude, pour le développement potentiel, d’une version capable d’être optimisée pour une utilisation à partir d’un  porte-avions, est destinée pour l’instant, pour répondre à un besoin futur de la marine indienne.

Ces études ont porté sur l'évaluation des modifications de conception nécessaire, soit : simulations pilotées pour affiner les qualités de pilotage de l'avion et permettre  les discussions avec les fournisseurs. Les études indiquent que ces modifications sont possibles et conduirait à l'élaboration d'une version navalisée du Typhoon II.

L'élément le plus important du Typhoon navalisé est que son exceptionnel rapport poussée / poids, permet à l'avion de décoller d'un support sans l'aide d'une catapulte, mais avec un simple et beaucoup moins cher "tremplin". Des simulations détaillées ont montré que l'avion sera capable de décoller et d'atterrir de cette façon avec un armement  complet ainsi que la charge de carburant.

 

1506fbc586.jpg


La conception de base du Typhoon aide à minimiser les modifications nécessaires pour permettre à une version navalisée  de mener des opérations d’un bâtiment porteur.

La structure de l'avion est exceptionnellement forte, ayant été conçue dès le départ pour les charges dynamiques élevées lié aux manœuvres  de combat aérien extrême. Les modifications nécessaires sont limitées et comprennent un nouveau train d'atterrissage plus

résistant, une crosse d'appontage et le renforcement de modification localisée sur certains tronçons du fuselage notamment près du train d'atterrissage, ainsi que les mises à jour des moteurs EJ200.

Pour réduire la vitesse d'approche de l'avion et les charges résultant d'atterrissage, les ingénieurs  envisagent  d'étudier l'introduction d'une variante à poussée vectorielle du moteur EJ200 Eurojet. Des essais de poussée vectorielle ont d’ailleurs déjà été testés en usine

D’une manière générale, EADS estime que la version navalisée aurait 95% de compatibilité avec la version actuel de l’Eurofighter, les capteurs, les systèmes d’armes seront communs pour les deux variantes permettant une simplification de la formation du personnel. EADS se montre optimiste sur l’efficience commune des deux versions qui pourraient équiper l’Armée de l’air et la Marine.

 

417968966.jpg

Commentaires :

Décidément, la bataille pour un nouvel avion de combat en Inde comme au Brésil, donne des ailes aux constructeurs ! Dans le cas de l’Inde, EADS espère séduire les responsables militaires avec la possibilité de fournir un avion omnirôles non seulement dans le cadre du programme de l’Armée de l’air (MMRCA) mais également pour remplacer à terme les MIG-35M (version navale).

Cependant, il a y un sérieux problème, en décembre 2009, l'Etat-Major de la Marine indienne a indiqué  que le prochain  porte-avions de conception indienne serait équipé de catapultes à vapeur ! Ce qui ne peut que correspondre aux Rafale Marine et F/A-18 Super Hornet !

Mais, EADS pense aussi à l’Europe ou les flottes navales devront bientôt être modernisées. Je vous parlais il n’y pas si longtemps que le constructeur SAAB présentait lui aussi une version navalisée de son Gripen NG le « Sea Gripen » (voir lien) pour être en lice au Brésil. On retrouve dans les deux cas une optimisation des programmes pour mieux répondre aux besoins des clients potentiels.   D’ailleurs, il y a un constructeur  qui doit sourire, c’est Dassault, car lui, il  avait déjà anticipé ces mêmes besoins !

Alors ! Porte-avions avec catapulte à gaz ou pont  tremplin ? Dans le cas du premier choix le Rafale et le Super Hornet ont de bonnes longueurs d'avance sur le Sea Gripen et le Typhoon Naval !!

R3-43.jpg

 

 

Lien sur le Sea Gripen :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/01/18/bresil-ind...


Photos : 1 & 2 Images de synthèse de la version navalisée de l’Eurofighter destinée à la marine Indienne@ EADS 2 le Sea Gripen @SAAB 3 Rafale Marine@Dassault

18/01/2010

Brésil & Inde : SAAB propose le SEA Gripen !

 

 

5wwdnt.jpg

 

 

Engagé dans la phase primaire d’un nouvel avion de combat pour le Brésil et l’Inde, le constructeur Suédois se profile déjà pour la suite, fournir un avion pour l’aéronavale de ces deux pays. La navalisation du Gripen NG est en préparation avec le SEA Gripen !


La surprise de SAAB :

Les informations des constructeurs sur l’enveloppe proposée à chaque client potentiels restent très confidentielles, on le voit notamment en Suisse. Si dans certains pays les constructeurs se livrent  une bataille médiatique via des sociétés de communication dans la presse locale, celle-ci n’en est en fait qu’une guerre psychologique dont il faut se méfier!

Depuis quelques jours, une information a été confirmée par SAAB sur la possibilité de navaliser sont Gripen NG en vue d’équiper les marines brésiliennes et indiennes. Actuellement, le Gripen NG (voir lien) est proposé à ces deux pays pour équiper leurs Forces aériennes, mais ces deux pays cherchent également un avion pour leur porte-avions.

SAAB avait dans son offre une petite surprise : le SEA Gripen !

SeaGripen_.jpg

 

 

Projet SEA Gripen :

L’idée d’une version navale du Gripen existe depuis le milieu des années nonante, mais tant l’aviation suédoise que les premiers clients de l’avion n’ayant pas un tel besoin, le projet est resté en sommeil. L’entrée en compétition pour le Brésil et l’Inde à donc simplement réveiller le projet !

Le but est simple, fournir un avion moderne omnirole avec un prix raisonnable dont la taille permet une intégration facile dans un porte-avions de petites dimensions ! Ce qui est le cas pour ces deux clients, le Brésil ayant racheté le bon vieux «Foch» aujourd’hui baptisé «Sao Paulo» et l’Inde ayant opté pour un navire neuf, mais de taille limitée.

Le SEA Gripen répondra en terme de CATOBAR (Catapult Assisted Take Off Arrested Recovery), ainsi que STOBAR (Short Take Off Arrested Recovery) avec cependant une sensible différence de masse au décollage MTOW (Maximum Take-Off Weight). Dans une conception CATOBAR, le SEA Gripen aura une masse maximale au décollage de 16,500 kg et une masse maximale à l'atterrissage de 11,500 kilogrammes. Dans une conception STOBAR elle dépend de la physique du transporteur. En gros, la charge de carburant et d'armes dans les opérations STOBAR sera un tiers de moins que la charge utile dans les opérations de CATOBAR.

Pour ce faire, SAAB n’a pas eu à faire de grandes modifications sur le Gripen NG, car celui-ci reprend les capacités de décollage court optimisés sur la version Gripen C/D utilisable sur les autoroutes. La vitesse d’atterrissage et naturellement basse et l’avion permet déjà une descente en contrôle avec une forte pente (précision-glide). Les Gripen ayant une cellule à la base renforcée, aucune modification ne sera nécessaire. Toujours selon SAAB, les Gripen sont optimisés pour une maintenance facilitée notamment pour des soldats de milices (ravitaillement et ré-équipement en 10 minutes), le SEA Gripen sera donc parfaitement intégrable en milieu clos qu’offre un navire.

Alors, que tous les capteurs, avionique et armes ainsi que le moteur Volvo/GE 414 du Gripen NG sera proposé dans la variante de la marine, le Gripen mer, disposera d’un nouveau châssis de train d’atterrissage et d’un crochet d’arrêt. L’envergure étant petite, il n’y aura pas besoin de le doter d’ailes repliables.

Le Gripen mer sera environ 400 kg plus lourd que le Gripen NG, avec une cellule dont le poids atteindra  à vide entre 7500-8000 kg. 

L’industrie brésilienne déjà sur le Gripen:

Bien que rien ne soit encore acquis, SAAB tient ici une sérieuse option, au Brésil (voir lien)

des entreprises participent déjà au développement du Gripen NG et donc de la version navale de celui-ci. Une option sérieuse donc pour la vente de l’avion à ce pays. Par ailleurs, les concurrents pensaient à torts être les seuls à pouvoir se positionner pour la marine (Rafale & Super Hornet) hors voilà que le Gripen se pose également en concurrent. Certes, cette version ne vole pas encore, mais le Gripen NG, lui oui ! De plus, le constructeur suédois dispose d’un peu de temps devant lui, puisque l’achat par le Brésil et l’Inde d’un avion navaliser ne se fera pas dans l’immédiat !

SeaGripen_032_landb copy.jpg

 

 

Liens sur l’achat d’avion de combat au Brésil & Inde ( re-lire ou à découvrir !) :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/09/28/partenaria...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/08/19/l-inde-va-...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/06/15/le-bresil-...


Photos : Images de synthèse du SEA Gripen. @ SAAB - Gripen