06/08/2017

Avions d’attaques légers pour l’US Air Force ?

IMG_0047.JPG

L’US Air Force cherche désespérément un successeur au Fairchild A-10 qui doit encore rester en service jusqu’en 2020 au minimum et peut-être un peu plus. Pour l’instant, il n’existe pas de jet de combat susceptible de reprendre les lourdes et difficile tâches de l’A-10.

Une solution « light » ?

Les responsables de l’US Air Force ont récemment manifesté un intérêt pour une alternative à faible coût en ce qui concerne les missions de soutien aérien rapproché, du moins en ce qui concerne le opérations contre des groupes terroristes ne disposant pas de défense sol-air. Une autre solution devra être trouvée pour l’appui des unités au sol qui combattent des forces protégées par des moyens de défense aérienne.

Trois concurrents :

L'US Air Force prépare une campagne d’évaluation avec trois concurrents : le Beechcraft AT-6, le Cessna Textron Scorpion et l’Embraer A-29 « Super Tucano » dans le cadre d’une démonstration de capacités de soutien aérien rapproché léger. A noter que pour l’instant l’US Air Force n’a pas de fond disponible pour une future acquisition.

L’AT-6 Light Attack :

1850563766.jpg

Basé sur la cellule de son avion d’entraînement militaire AT-6, Beechcraft a développé une version d’attaque au sol & surveillance pour répondre aux besoins d’appui au sol des unités antiguérillas et de lutte contre les narcotrafiquants. Cette solution devrait convenir selon son constructeur d’évoluer à proximité directe des Forces au sol et ceci de manière plus proches que les actuels A-10.  La réalisation de l’AT-6 Light Attack est la conclusion de nombreux essais effectués entre le constructeur et  l’Air National Guard Reserve Command Test de l’Arizona. L’appareil intègre un système de gestion NetCentric  de combat dérivé de l’A-10, permettant l’utilisation d’un viseur de casque, une tourelle FLIR couplée à un armement complet. La cellule est renforcée et permet de résister aux impacts d’armes légères. L’AT-6 dispose également d’une turbine plus puissante que sont petit frère, une Pratt&Whitney PT6A-68D de 1600 chevaux.

L’appareil doit donc pouvoir évoluer et surveiller les frontières, ainsi que les secteurs proches d’unités au sol. Permettre de détecter tout mouvement adverse et d’apporter si besoin une réponse armée.

 Le Textron Scorpion :

270874267.8.jpg

Cessna et Bell Helicopter Textron sont partenaires pour le développement d’un avion de renseignement, surveillance et reconnaissance de nouvelle génération. Dénommé «Scorpion», cet aéronef est de conception entièrement en matériaux composites avec un cockpit en tandem. Il dispose de supports de capteurs rétractables, une baie pour des armes en interne et des points durs sur les ailes. Il est propulsé par turboréacteurs jumeaux produire pouvant produire 8’000 livres de poussée, son plafond pratique est de 45’000 pieds.

Le Scorpion est conçu pour répondre aux contraintes budgétaires de plus en plus strictes en vigueur actuellement. Il doit pouvoir répondre à diverses missions comme la sécurité intérieure en tant qu’appareil de recherche et de sauvetage, la lutte contre les narcotiques, mais aussi la reconnaissance du champ de bataille et l’appui au sol léger. Pour répondre à ces différentes missions, les concepteurs ont prévu une capacité de transition rapide entre la basse vitesse et la haute vitesse. Le Scorpion a une vitesse de croisière maximale de 450 ktas (517 mph)  avec un rayon d’action de 2’400 miles nautiques. L'avion peut transporter une charge utile interne jusqu'à 3000 Lbs.

Le A-29 « Super Tucano :

4120012122.jpg

Le « Super Tucano » A-29 est doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C deux fois plus puissant que celui du Tucano de base et dispose d’une hélice Hartzell à cinq pales. Son fuselage est également plus long et deux mitrailleuses de 12,7mm Herstal M3P sont incorporées dans des ailes, dotées d’un nouveau profil. Effectuant fréquemment des missions à basse altitude et donc exposé à des tirs terrestres, l’habitacle du « Super Tucano » est protégé par un blindage en Kevlar. Un train d’atterrissage renforcé permet d’utiliser des pistes sommairement aménagées. L’appareil possède 5 points d’accrochage, dont un sous le fuselage, permettant d’emporter jusqu’à 1’500 kg d’armement selon diverses combinaisons. Ainsi, un canon de 20 mm peut être installé sous le fuselage, auquel s’ajoute, soit des bombes en chute libre ou guidées, des roquettes ou des missiles de types : AIM-9 Sidewinder, des MAA-1 Piranha ou des Python 3/4. Des réservoirs extérieurs de carburant peuvent également être utilisés pour augmenter l’autonomie de l’appareil. 

Photos : 1 Les trois concurrents 2 L’AT-6 @ Beechraft 3 le Scorpion@ Textron 4 l’A-29 @ Embraer

 

 

24/12/2016

Premier vol pour le Scorpion de série !

Scorpion-final.jpg

Wichita, Textron Inc. a annoncé avoir réussi le premier vol de son petit jet Scorpion de série. Cette étape du programme suit de près la récente capacité a engagé des armes.

L'avion a décollé de McConnell Air Force Base à Wichita et a effectué une série de manœuvres pendant le vol d'une heure et 42 minute. Le jet bimoteur s’est très bien comporté et a été piloté par des pilotes d'essai expérimentaux Don Parker et Dave Sitz, qui ont vérifié l'avionique et les performances aérodynamiques ainsi qu'un certain nombre de systèmes de l’aéronef.

La dernière version du Scorpion intègre un certain nombre d'améliorations basées sur les commentaires des clients cible ainsi que les résultats du programme d'essais en vol complet. Le programme a accumulé plus de 800 heures de vol dans les deux essais et paramètres opérationnels dans le monde réel.

La société a également annoncé que l’avion sera doté d’une avionique Garmin G3000 intégrée de pilotage avancé et est optimisée pour les opérations militaires rigoureuses. Le système G3000 nouvellement configuré dispose d'un grand écran haute définition complétée par deux contrôleurs à écran tactile haute définition et offre une plus grande capacité de la mission dans la position du poste de pilotage avant et une capacité de navigation supplémentaire dans la position de cockpit arrière.

En plus de la nouvelle avionique, des modifications ont été apportées à la cellule avec un empennage horizontal arrière amélioré pour une meilleure performance à haute vitesse, une conception de trains d'atterrissage simplifiée, une nouvelle génération de Heads Up Display (HUD) et l’introduction du système HOTAS.

Le Textron Scorpion :

Cessna et Bell Helicopter Textron sont partenaires pour le développement d’un avion de renseignement, surveillance et reconnaissance de nouvelle génération. Dénommé «Scorpion», cet aéronef est de conception entièrement en matériaux composites avec un cockpit en tandem. Il dispose de supports de capteurs rétractables, une baie pour des armes en interne et des points durs sur les ailes. Il est propulsé par turboréacteurs jumeaux produire pouvant produire 8’000 livres de poussée, son plafond pratique est de 45’000 pieds.

Le Scorpion est conçu pour répondre aux contraintes budgétaires de plus en plus strictes en vigueur actuellement. Il doit pouvoir répondre à diverses missions comme la sécurité intérieure en tant qu’appareil de recherche et de sauvetage, la lutte contre les narcotiques, mais aussi la reconnaissance du champ de bataille et l’appui au sol léger. Pour répondre à ces différentes missions, les concepteurs ont prévu une capacité de transition rapide entre la basse vitesse et la haute vitesse.

Le Scorpion a une vitesse de croisière maximale de 450 ktas (517 mph)  avec un rayon d’action de 2’400 miles nautiques. L'avion peut transporter une charge utile interne jusqu'à 3000 Lbs.

 

IMG_4174-2.jpg

Photos : 1 Le premier Scorpion de série au décollage @ Textron 2 Cockpit du Scorpion @ Anton Balakchiev

 

 

23/10/2016

Le Scorpion démontre ses capacités d’appui au sol !

yourfile-1.jpg

Le Textron Scorpion a démonté pour la première fois ses cappacités d’appui au sol légers, lors d’un exercice de tir sur le polygone de White Sands Missile Range au Nouveau-Mexique.

L’appareil est actuellement basé à Holloman AFB au Nouveau-Mexique. Le Scorpion de développement lancé trois types de munitions différentes au cours des essais qui ont eu lieu entre le 10 et le 14 octobre. L’appareil a tirer des roquettes Hydra-70 non guidées, des missiles Lockheed Martin AGM-114F « Hellfire » et pour terminer les roquettes à guidage laser BAe Advanced Precision Kill Weapon Systems (APKWS).

Le Textron Scorpion :

Cessna et Bell Helicopter Textron sont partenaires pour le développement d’un avion de renseignement, surveillance et reconnaissance de nouvelle génération. Dénommé «Scorpion», cet aéronef est de conception entièrement en matériaux composites avec un cockpit en tandem. Il dispose de supports de capteurs rétractables, une baie pour des armes en interne et des points durs sur les ailes. Il est propulsé par turboréacteurs jumeaux produire pouvant produire 8’000 livres de poussée, son plafond pratique est de 45’000 pieds.

Le Scorpion est conçu pour répondre aux contraintes budgétaires de plus en plus strictes en vigueur actuellement. Il doit pouvoir répondre à diverses missions comme la sécurité intérieure en tant qu’appareil de recherche et de sauvetage, la lutte contre les narcotiques, mais aussi la reconnaissance du champ de bataille et l’appui au sol léger. Pour répondre à ces différentes missions, les concepteurs ont prévu une capacité de transition rapide entre la basse vitesse et la haute vitesse.

Le Scorpion a une vitesse de croisière maximale de 450 ktas (517 mph)  avec un rayon d’action de 2’400 miles nautiques. L'avion peut transporter une charge utile interne jusqu'à 3000 Lbs.

 

yourfile.jpg

Photos : tirs de munitions du Scorpion @ Textron

13/12/2013

Vol inaugural pour le Scorpion !

unnamed.jpg


 

WICHITA , Kansas la société Textron en collaboration avec Cessna, vient de valider le premier du «Scorpion», soit un aéronef de renseignement de surveillance et de reconnaissance (ISR).

 

Le prototype du «Scorpion» a décollé de la piste de la base aérienne de McConnell, pour un premier vol vol d’une durée d’une heure et quarante minutes. Ce premier vol a été effectué aux mains des pilotes d’essais Dan Hinson et David Sitz. De l’avis des deux pilotes, l’avion a montré sa stabilité et sa réactivité correspondant étroitement à tous les paramètres prévus pour les manœuvres de ce premier vol.

 

Le Scorpion de Cessna Textron :  


 

yourfile-2.jpg



 

 


 

Cessna et Bell Helicopter Textron sont partenaires pour le développement d’un avion de dévoilé renseignement, surveillance et reconnaissance de nouvelle génération. Dénommé «Scorpion», cet aéronef est de conception entièrement en matériaux composites avec un cockpit en tandem. Il dispose de supports de capteurs rétractables, une baie pour des armes en interne et des points durs sur les ailes. Il est propulsé par turboréacteurs jumeaux produire pouvant produire 8’000 livres de poussée, son plafond pratique est de 45’000 pieds.

 

Le Scorpion est conçu pour répondre aux contraintes budgétaires de plus en plus strictes en vigueur actuellement. Il doit pouvoir répondre à diverses missions comme la sécurité intérieure en tant qu’appareil de recherche et de sauvetage, la lutte contre les narcotiques, mais aussi la reconnaissance du champ de bataille et l’appuis au sol léger. Pour répondre à ces différentes missions, les concepteurs ont prévu une capacité de transition rapide entre la basse vitesse et la haute vitesse.

 

Le Scorpion a une vitesse de croisière maximale de 450 ktas (517 mph)  avec un rayon d’action de 2’400 miles nautiques. L'avion peut transporter une charge utile interne jusqu'à £ 3000.

 

Analyse: 

 

Cessna et Bell Textron répondent ici, avec un aéronef piloté qui n’a pas de concurrent. Cependant, on peut se demander, si cet appareil à véritablement un marché devant lui, avec l’avènement des drones. En effet, il est déjà possible d’assurer ce genre de missions sans les inconvénients d’avoir un équipage et de fait de disposer d’un appareil moins cher à l’emploi. Cet appareil ne répond-il pas à un besoin défini dans les années 60 ? Telles sont les questions que l'on peut aisément se poser aujourd'hui !


 

unnamed-1.jpg


 

Photos : 1 Scorpion en vol 2 Chaine d’assemblage 3 Au décollage @ Cessna Textron


22:24 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cessna, textron, scorpion, bell textron scorpion |  Facebook | |

14/07/2011

Premier baptême du feu pour les EA-18G « Growler » !

 

 

EA-18G_VAQ-132_CAG_Bird_in_flight_2009.jpg

 

 

ST. LOUIS, Boeing Les EA-18G « Growler » exploité par l’escadron de guerre électronique VAQ-132 « Scorpion » ont réussi leur baptême du feu pour ce type d’appareil ! Le groupe vient de rentrer sur sa base d’attache à Whidbey Island Naval Air Station, Etat de Washington après avoir été engagé en Irak puis en Libye.

 

L’Irak et surtout la Libye :

 

Les EA-18G « Growler » du VAQ-132 « Scorpion » viennent de terminer un déploiement de huit mois au sein de l'US Central Command (CENTCOM) en Irak  et l'US Africa Command (AFRICOM),  dans le cadre des opérations dans le ciel Libyen. Le premier déploiement en Irak fut assez court pour l’escadron, qui fut engagé dès les premières heures, au-dessus de la Libye afin de neutraliser, les défenses anti-aériennes et d’opérer une saturation des moyens radars et électronique, fidèles au dictateur Kadhafi. Ces appareils étaient stationnés sur la base aérienne d’Aviano en Italie.

 

Depuis le départ du VAQ-132 du théâtre des opérations, le squadron VAQ-141 « Shadowhawks »  également doté de EA-18G « Growler » a reprit le flambeau à bord du porte-avions l'USS George HW Bush  (CVN77) et marque ainsi le premier engagement des « Growler »  en mer depuis une flottille de bâtiments de surface.

 

110709-N-ZK021-005.jpg

 

L’US Navy satisfaite du EA-18G :

 

Le Capt Mark Darrah, Directeur du programme d’introduction du Super Hornet et de l’EA-18G ne cache pas sa satisfaction en ce qui concerne l’emploi du nouvel appareil, selon les premiers commentaires des pilotes du VAQ-132, l’EA-18G a parfaitement répondu au attentes de ceux-ci, les pilotes ont pu tirer de nombreuses expériences et mettre à profits l’ensemble des systèmes qui composent  le système d’arme du « Growler ».

 

Rappel sur le EA-18G « Growler » :

 

 L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur  EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage  couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218 lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Vaq-132.gif

 

 

 

Les systèmes embarqués du Growler lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

-  Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contre partie le Growler dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS  qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

Capacités ECM :

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

Capacités de tirs :

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Elimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du Growler de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

 

VAQ132_Small.jpg

 

Photos : 1 EA-18G « Growler » du VAQ-132 « Scorpion » 2 VAQ-132 en vol 3 Emblème du VAQ-132 4 L’escadron VAQ-132 à son arrivée à Whidbey @ US Navy

 

 

08:03 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : us anvy, ea-18g, growler, vaq-132, scorpion, irak. libye |  Facebook | |