07/08/2015

Brésil, le sénat approuve le financement du Gripen !

 

Gripen-NG-Mock-up1-960x653.jpg

Brasilia, la dernière étape en vue de l’acquisition de la première tranche d’avions de Combat Saab Gripen E par le Brésil est terminée, le Sénat vient d’approuver l’accord de financement portant sur un montant de 4.6 milliards de dollars pour l'achat de 36 Gripen E.

L'accord, a été signé le 5 août entre le Ministère brésilien de la Défense et le Swedish Export Credit Corporation ( FMV)pour un plan de financement définitif.

 

Nouveau taux d’intérêt :

Selon l'accord, les taux d'intérêt annuels seront fixés à 2,19%, contre 2,54% initialement demandé par le gouvernement suédois. Le Brésil a 25 ans pour rembourser le prêt, avec une période de grâce de huit ans.

 

Trois tranches :

Le Brésil a annoncé son intention d'acquérir un premier lot de 36 avions Gripen E dans le cadre de son programme de modernisation F-X2 en décembre 2013. Les 15 premiers avions seront produit en Suède sur les installations de Saab  de Linköping, les autres appareils seront produits au Brésil. La première livraison est prévue en 2019 et le dernier en 2024.

Au total le Brésil prévoit d’acquérir un total de 108 Saab Gripen E, trois lots allant de 2019 jusqu'à 2032. Il est probable que les deux autres lots seront entièrement assemblés au Brésil, de même que les avions potentiellement acquis par des clients régionaux futurs.

A cela il faut ajouter le développement navale du Gripen E le « Sea Gripen » destiné à l’aéronavale. Actuellement l’industrie participe à près de 50% dans le développement du projet.

 

Equipement connu : 

Les Gripen E brésiliens disposeront des mêmes équipements de bord que la version suédoise (initialement proposée en Suisse), mais seront doté du missile courte-portée «A-Darter» de Denel Dynamics et pourra notamment emporter le nouveau missile multi-rôle «Marlin» du même concepteur. 

 

Le Saab JAS Gripen E MS21: 

 

Gripen-NG-Mockup-cockpit-960x653.jpg

 

Radar AESA : le radar AESA (Active Electronically Scanned Array)  ES05 «Raven» offre une ouverture exceptionnelle et unique au monde sur 200°, l'avion suédois peut voir là ou les autres sont aveugles et ceci grâce au système SWASHPLATE, alors que les radars concurrents ouvrent sur 140°. L'antenne radar produite par Selex-ES est de même conception que celle de l'Eurofighter.

 

IRST: (Infra-Red Seach and Track)le système de capteur passif/actif infrarouge Skyward-G produit par Selex-ES  est synchronisé (transmission de données d’acquisition entre les appareils) et offre également la capacité d’accrocher des missiles en rapprochement pour les combattre.

 

Electronique : le Gripen E dispose d’une nouvelle architecture électronique (Net Centric Warfare - NCW). Jugée dix fois plus rapide que ses concurrents. Le nouveau système central PPLI (Precise Participant Location and Identification) et relie l’ensemble aux pistes des capteurs internes et externes (RAVEN, IRST, EW39, pod ATFLIR) pour ensuite offrir les meilleures réponses aux menaces.

 

Large palette d’équipement : la famille « Gripen » est optimisée pour un choix d’armement et d’équipements connexes particulièrement large. Un utilisateur peut donc choisir, entre différents systèmes d’armes européens, américains, israéliens et brésiliens et sudafricain. Il en va de même pour les nacelles « recco » et de désignation laser.

 

Mode Supercruise  & biokérosène : le Gripen E dispose du nouveau moteur General-Electric F-414G avec mode « SuperCruise » qui permet de décoller sans postcombustion à pleine charge et d’atteindre Mach1,2. Avec ce mode, les décibels chutent à 99 contre 123 avec la postcombustion. De plus, le moteur F414G est le seul pour l’instant à être validé avec du biokérosène. La Suède prévoit d’ici 2025, de fabriquer 25% de biokérosène à base de compost à des fins écologiques, mais également pour diminuer sa dépendance au kérosène fossile.  

 

Optimisé pour les drones : les suédois sont les premiers à avoir anticipé l’usage d’ici 10 ans de drones tactiques en binôme avec des avions de combat, de ce fait le Gripen E est le premier avion a disposer d’un architecture permettant le chargement de logiciel en vue d’un tel emploi.

 

Leurre actif nouvelle génération : le Gripen sera le premier avion a disposer du leurre actif anti-missiles de nouvelle génération  «BriteCloud». Une fois largué, le «BriteCloud» recherche les menacent prioritaires en utilisant la technologie de mémoire numérique autonome (DRFM). Les impulsions radars sont captées dans l'ordinateur de bord du «BriteCloud», puis copiées en utilisant les fréquences de répétitions pour ensuite simuler une «fausse cible». Cette fausse cible, si convaincante que le système de menace ne peut pas détecter la supercherie. Le «BriteCloud» pourra séduire même les menaces les plus modernes, loin de la plate-forme de tir.

 

Protection de guerre électronique nouvelle génération : 

Ce système s’intègre dans une architecture complète de guerre électronique (Warfare System) qui comprend les derniers développements avec la détection des missiles en approche de type électro-optique EW39 (ultra-violet) qui fonctionne avec les lances-leurres Saab BOH/BOL de dernière génération (ADIS) couplés avec le système d'alerte aéroporté passif (PAWS-2) d'Elbit Systems. Le PAWS-2 est systèmes d'avertissement de missiles IR (Infrarouge). Il fournit une alerte au personnel navigant de la présence de missiles hostiles et actifs.

 

 

2251521495.jpg

 

Photos : 1 Gripen E FAB @ SGT 2 Cockpit  Rezende/FAB 2 Gripen E FAB @ SAAB

19/11/2014

Le Brésil confirme l’achat de 108 Gripen E !

3110671983.jpg

 

Sao Paulo, le Brésil confirme l’achat de 108 avions de combat Saab JAS-39 Gripen E MS21 pour équiper la Force aérienne du Brésil (FAB). Cette confirmation fait suite à l’achat de la première tranche de 36 Gripen E. 

 

Premier contrat : 

 

Le groupe suédois d'armement et d'aéronautique Saab avait annoncé annoncé le 27 octobre dernier avoir finalisé la vente de 36 avions Gripen E au Brésil pour 4,28 mrd EUR (5,2 mrd CHF) et engagé une coopération industrielle, avec notamment un transfert de compétence pendant dix ans. Ce contrat comprend le transfert de technologie, la mise en route d’une chaine de fabrication, la formation du personnel et la logistique, sans oublier l’armement complet des aéronefs et les pièces de rechanges. 

 

108 Gripen E popur l’IAF : 

 

Il restait à définir le nombre total de Gripen E qui équiperont la FAB, on estimait un potentiel de 80 à 120 aéronefs, le chiffre est cette fois confirmé, la FAB sera dotée de 108 Gripen E.  Ce chiffre ne prend pas en compte l’éventuel achat de «Sea Gripen» pour la Marine.

 

Livraison en trois lots: 

 

Les informations en provenances du Brésil et de la Suède confirme une livraison en trois  lot. Le nombre exactes d’aéronefs par lot n’est à ce jour pas rendu officiel. 

 

Equipement connu : 

 

Les Gripen E brésiliens disposeront des mêmes équipement de bord que la version suédoise (initialement proposée en Suisse), mais seront doté du missile courte-portée «A-Darter» de Denel Dynamics et pourra notamment emporter le nouveau missile multi-rôle «Marlin» du même concepteur. 

 

Premiers pilotes formés : 

 

Le Capitaine Gustavo de Oliveira Pascotto et le capitaine Ramon Santos Forneas se préparent à débuter une formation sur Gripen d’ici trois semaines. Actuellement, les deux pilotes participent des entraînement sur des simulateurs sur la aérienne suédoise de Skaraborg dans la partie ouest de la Suède. 

 

Le Saab JAS Gripen E MS21: 

 

Radar AESA : le radar AESA (Active Electronically Scanned Array)  ES05 «Raven» offre une ouverture exceptionnelle et unique au monde sur 200°, l'avion suédois peut voir là ou les autres sont aveugles et ceci grâce au système SWASHPLATE, alors que les radars concurrents ouvrent sur 140°. L'antenne radar produite par Selex-ES est de même conception que celle de l'Eurofighter.

 

IRST: (Infra-Red Seach and Track) le système de capteur passif/actif infrarouge Skyward-G produit par Selex-ES  est synchronisé (transmission de données d’acquisition entre les appareils) et offre également la capacité d’accrocher des missiles en rapprochement pour les combattre.

 

Electronique : le Gripen E dispose d’une nouvelle architecture électronique (Net Centric Warfare - NCW). Jugée dix fois plus rapide que ses concurrents. Le nouveau système central PPLI (Precise Participant Location and Identification) et relie l’ensemble aux pistes des capteurs internes et externes (RAVEN, IRST, EW39, pod ATFLIR) pour ensuite offrir les meilleures réponses aux menaces.

 

Large palette d’équipement : la famille « Gripen » est optimisée pour un choix d’armement et d’équipements connexes particulièrement large. Un utilisateur peut donc choisir, entre différents systèmes d’armes européens, américains, israéliens et brésiliens et sudafricain. Il en va de même pour les nacelles « recco » et de désignation laser.

 

Mode Supercruise  & biokérosène : le Gripen E dispose du nouveau moteur General-Electric F-414G avec mode « SuperCruise » qui permet de décoller sans postcombustion à pleine charge et d’atteindre Mach1,2. Avec ce mode, les décibels chutent à 99 contre 123 avec la postcombustion. De plus, le moteur F414G est le seul pour l’instant à être validé avec du biokérosène. La Suède prévoit d’ici 2025, de fabriquer 25% de biokérosène à base de compost à des fins écologiques, mais également pour diminuer sa dépendance au kérosène fossile.  

 

Optimisé pour les drones : les suédois sont les premiers à avoir anticipé l’usage d’ici 10 ans de drones tactiques en binôme avec des avions de combat, de ce fait le Gripen E est le premier avion a disposer d’un architecture permettant le chargement de logiciel en vue d’un tel emploi.

 

Leurre actif nouvelle génération : le Gripen sera le premier avion a disposer du leurre actif anti-missiles de nouvelle génération  «BriteCloud». Une fois largué, le «BriteCloud» recherche les menacent prioritaires en utilisant la technologie de mémoire numérique autonome (DRFM). Les impulsions radars sont captées dans l'ordinateur de bord du «BriteCloud», puis copiées en utilisant les fréquences de répétitions pour ensuite simuler une «fausse cible». Cette fausse cible, si convaincante que le système de menace ne peut pas détecter la supercherie. Le «BriteCloud» pourra séduire même les menaces les plus modernes, loin de la plate-forme de tir.

 

 

Protection de guerre électronique nouvelle génération : 

Ce système s’intègre dans une architecture complète de guerre électronique (Warfare System) qui comprend les derniers développements avec la détection des missiles en approche de type électro-optique EW39 (ultra-violet) qui fonctionne avec les lances-leurres Saab BOH/BOL de dernière génération (ADIS) couplés avec le système d'alerte aéroporté passif (PAWS-2) d'Elbit Systems. Le PAWS-2 est systèmes d'avertissement de missiles IR (Infrarouge). Il fournit une alerte au personnel navigant de la présence de missiles hostiles et actifs.

 

3401972926.jpg

 

Photos :  Images de synthèse du futur Gripen E de la FAB @ FAB/Saab

 

15/07/2014

Nouveau viseur de casque pour Eurofighter & Gripen !

yourfile-1.jpg

 

Je vous l’annonçais lors de la campagne sur le Gripen E en Suisse, l’avion suédois ainsi que l’Eurofighter disposeront d’une nouvelle génération de viseur de casque. Dans le cadre de l’utilisation du missile courte portée Iris-T, l’Eurofighter et le Gripen disposaient d’un viseur de casque BAe «Cobra».

 

Nouveaux standards, nouveau viseur : 


Gripen E.jpg


 

Pour répondre aux besoins des nouveaux standards de l’Eurofighter T3 et Gripen E, l’équipementier BAe Systems a développé une nouvelle génération de viseur de casque en utilisant notamment les technologies développées pour le programme alternatif de casque du Lockheed-Martin F-35.

 

Le BAe «Striker II» : 

 

Le nouveau viseur de casque destiné à l’Eurofighter T3 et Gripen E dispose d'un écran de casque innovant. La capacité de vision nocturne sera intégré dans le casque sans le besoin de lunettes séparées. Le système est plus léger que les modèles actuels, il est optimisé pour la sécurité, la protection et le confort. Il offre une pleine capacité, le jour ou la nuit, et dans des conditions météorologiques défavorables. Le système devrait offrir une pleine capacité d’affichage binoculaire sur 40 degrés. Il offrira également une protection contre les faisceaux laser et disposera d’un système audio avancé.


6319585891_f7496985c6_b.jpg


 

 

Photos: 1 Le Striker II de BAe Systems@ Bae  2 Gripen @ Saab 3 Eurofighter T3 @ Airbus Group

13/02/2014

Gripen, l’avenir des Forces Aériennes !

ankunft_gripen.parsys.00011.Image.direct.jpg


 

 

Dans ce quatrième volet consacré à l’acquisition de l’avion de combat Gripen E, nous allons compléter les informations évoquées avec l’article «Gripen, un besoin fondamental». Nous allons retracer l’évolution des FA ces dernières années et placer le Gripen E, dans le contexte des besoins avenir.

 

Evolution des Forces Aériennes : 


 

kennzahlen.parsys.29494.Image.jpg


 

Ces vingt dernières années, nos Forces aériennes ont été du point de vue des aéronefs, en pleine mutation. Avec une dotation de plus de 300 appareils, l’aviation militaire est progressivement descendue à moins d’une centaine aujourd’hui. L’arrivée du Boeing F/A-18 C/D «Hornet» a notamment permis de repositionner notre aviation au plus haut niveau technologique. Celui-ci avait été perdu depuis plusieurs années, les Mirages IIIS n’étant depuis le milieu des années quatre-vingts plus à la pointe de la technologie en matière d’interception hors de la portée visuelle (BVR). Avec le retrait des Hawker Hunter MK58 en 1994, notre aviation perdait également sa capacité d’attaque au sol tactique, puis avec le départ des Mirages IIIRS au début des années 2000, la capacité de reconnaissance tactique se perdit également.

 

Avec le départ des derniers Northrop F-5 E/F «Tiger II» prévu en 2016, dont l’obsolescence à la fois technique, conjuguée à une maintenance toujours plus onéreuse, ne laisse donc plus qu’un seul appareil en activité, le F/A-18 «Hornet». 

 

 

Les difficultés d’une flotte trop petite : 

 

En cas d’événement nécessitant un contrôle et une protection accrus, tel le Forum économique mondial (WEF), à Davos, ou l’Euro 08, la conférence Genève 2, les avions de combat peuvent, pendant une période limitée, être opérationnels après un temps de préparation très bref.

Les Forces aériennes effectuent en permanence des missions de police aérienne. Cela inclut la surveillance et le contrôle ponctuel des aéronefs d’Etats étrangers qui requièrent une « diplomatic clearance » pour survoler le territoire suisse, ainsi que l’interception des avions violant gravement les règles du trafic ou la souveraineté sur l’espace aérien. Conformément aux directives de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), ces avions sont interceptés et accompagnés en dehors de l’espace interdit ou jusqu’à une base aérienne où ils pourront se poser en toute sécurité. En outre, les Forces aériennes aident aussi les aéronefs ayant des problème de radio ou de navigation.

 

Lors de crises ou de conflits armés jusqu’ici, les Forces aériennes suisses étaient en mesure d’assurer, pendant une période très limitée, leur mission de défense aérienne avec leurs 32 jets de combat du type F/A-18 «Hornet», utilisant leurs 54 F-5 Tiger, de jour et par bonne visibilité, pour appuyer ces derniers. 

En raison de l’exigüité de l’espace aérien suisse, les avions sont engagés à partir de secteurs d’attente en l’air pour contrôler et imposer les interdictions de survol, car leur maintien au sol, même en état d’alarme, ne leur permettrait généralement pas de décoller en temps voulu pour mener à bien une intervention. Lorsqu’il est nécessaire d’assurer un maximum de sécurité, il doit être possible de surveiller intégralement l’espace aérien et d’aller immédiatement au devant d’objets volants non identifiés ou non coopératifs.

 

Pour ce faire, il est indispensable de maintenir en l’air 2 patrouilles à 2 appareils voire plus selon la situation, soit 4 appareils au moins : lorsqu’une patrouille est engagée dans une intervention, l’autre peut continuer sa surveillance de l’espace aérien. Selon les modèles mathématiques des Forces aériennes, une telle mission, effectuée par 32 F/A-18 à eux seuls, pourrait être menée 24 heures sur 24 pendant deux semaines environ. Mais au-delà, il n’y aurait pas suffisamment d’avions pour assurer pleinement la relève. Cette capacité pourrait être améliorée avec le remplacement du F-5  Tiger II par un avion de combat plus performant.

 

La dotation minimale : 


 

fb3.jpg


Pour répondre à l’état situationnelle des menaces, on établit les dotations minimales suivantes (besoins en aéronefs) :

 

Temps de paix : 50 appareils soit 5 escadrilles d’avions multirôles.

 

Conflits : un minimum de 60 à 70 appareils soit 6 à 7 escadrilles d’avions multirôles.



 

gripen,forces aériennes,oui au gripen,référendum gripen,votation gripen,loi gripen,gripen schweiz,gripen blog,saab gripen e


 

Le terme dotation minimale, comprend le nombre minimum d’avions de combat permettant d’assurer l’ensemble des missions assignées à la chasse. Cela comprend les missions de souverainetés aériennes (police du ciel), la reconnaissance, l’appuis au sol, la formation de nouveaux pilotes et le maintien des capacités opérationnelles des pilotes confirmés ainsi que des unités de maintenance au sol (milices & professionnels). On doit également tenir compte des temps de révisions des appareils (maintenance) dans la dotation journalière de la flotte. 


 

fb2.jpg


 

Les Forces Aériennes de demain :

 

Avec l’arrivée de l’avion de combat multirôle Saab JAS Gripen E en 2018, nos Forces Aériennes pourront retrouver les compétences de l’attaque au sol tactique, la reconnaissance aérienne tactique. En matière de combat aérien l’arrivée du radar AESA couplé à un IRST (capteur infrarouge passif/actif) permettra à celles-ci, d’entrer de pleins pieds dans la capacité de détection d’appareils furtifs (aéronefs & drones), ainsi que la compétence antibalistique à longue portée, soit la compétence de réponse efficacement aux nouvelles menaces. De plus, afin de pouvoir (enfin) offrir une surveillance 24/24, l’arrivée de l’avion suédois est indispensable.


 

sui.parsys.90773.1.photo.Photogallery.jpg


 

En conclusion:

 

Sans l’acquisition de l’avion de combat Gripen E, nos Forces Aériennes ne pourront plus garantir une police du ciel efficace lors d’évènements particuliers et cas de situations conflictuelles. De plus, nos FA ne pourront pas non plus fournir de prestation complètes en matière de reconnaissance ni d’appuis au sol ! Nos Forces Aériennes ne pourront pas non plus se préparer à contrer les nouvelles menaces engendrées par la multiplication des aéronefs furtifs et la prolifération de missile balistique.

 

Au contraire, le Gripen E permettra à nos Forces Aériennes de continuer à être performantes ! Le nouvel avion de combat s’inscrit dans un objectif de modernisation des FA tout azimut, qui comprend : le renouvellement des systèmes de DCA (Rapier & canon 35mm) avec un système de nouvelle génération, l’arrivée du nouveau drone de reconnaissance, le remplacement des radars tactiques mobiles à basse altitudes TAFLIR. 


 

551327_625820127483377_2638354_n.jpg


 

 

Liens sur les articles précédents : 

 

Les mensonges des référendaires : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/14/gripen-les...

 

 

Gripen, un besoin fondamental :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/22/gripen-un-...

 

Anti-Gripen, un comité de pieds-nickelés : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/06/anti-gripe...

 

 

Infographies : DDPS/FA

 

Photos : Gripen F de développement en Suisse @ DDPA/Swiss Air Force