07/07/2019

La Suède va rejoindre le programme Tempest !

2847307727.jpg

La Suède via son avionneur Saab va rejoindre les anglais de BAe Systems et les italiens de Leonardo, ainsi que les Pays-Bas au sein du programme du futur avion de combat européen « Tempest ». L’annonce devrait être officielle ces prochains jours et faire l’objet d’une conférence lors du RIAT 2019. Les discussiones entre BAe et Saab duraient depuis près de deux ans. 

Le programme Tempest vise à exploiter et à développer des capacités essentielles à la capacité aérienne de combat de la prochaine génération (NextGen) afin de conserver la position du Royaume-Uni en tant que leader mondial compétitif grâce à la compréhension des concepts, technologies et capacités futures.

La portée, la vitesse et la maniabilité de la charge utile veulent être la clé. Afin de détecter et d'intercepter les menaces, il est prétendu que les appareils sont équipés de capteurs à haute fréquence, de capteurs électro-optiques actifs et passifs et de mesures d'assistance électronique avancées.

D-zSeq6WsAAsa3J.jpg

Le système fonctionnera probablement avec des armes cinétiques et non cinétiques. L’intégration des armes à énergie dirigée par laser pour l’autodéfense et les combats en champ visuel est donc hautement probable. Les véhicules aériens sans pilote (UAV) via une baie de charge utile flexible permettent au système de gérer les environnements de déni de zone anti-accès dangereux.

Les forces aériennes du futur nécessiteront un système de combat extrêmement flexible et pouvant être appliqué à une grande variété d'opérations militaires. L'opérateur veut adapter rapidement le système pour exécuter de nouvelles fonctions ou modifier ses performances. Pour fournir un avantage significatif en termes d'information et d'efficacité de la mission, le futur système de combat aérien agira comme un «multiplicateur de force», interopérant avec un large éventail de systèmes en vol et au sol.

La mise en service du Tempest est prévue pour 2035-2040.

D-zSeqyW4AEZz75.jpg

Photo :maquette du Tempest @BAe Systems

13/06/2019

air2030, Le Gripen E ne participera pas aux essais !

CF5761E3-CD88-4491-8538-7033EAD2D31F.jpeg

L'Office fédéral de l'armement, armasuisse, a officiellement recommandé à Saab de ne pas soumettre le Gripen E aux prochains tests en vol en Suisse. Raison invoquée: les essais en vol ont été conçus afin d’évaluer uniquement des avions prévus pour être opérationnels en 2019. Or les tests en vol font partie de la procédure d’évaluation d’avions de chasse dont la livraison est attendue pour 2025. Si le Gripen E entrera en service et répondra à tous les critères requis plusieurs années avant les livraisons prévues par la Suisse, le plan de développement du Gripen E ne coïncide cependant pas avec le plan suisse et ne permet pas de procéder à des essais en vol avec des avions opérationnels en 2019. Saab a donc décidé de ne pas participer aux essais en vol suisses prévus du 24 au 28 juin à Payerne.

Il faut comprendre que certains systèmes à bord des Gripen E de préséries (39-8, 39-9, 39-10) sont encore à l’état de tests et non pleinement opérationnels. Il était spécifiquement précisé dans la demande d’armasuisse que l’ensemble des systèmes des avions qui participent aux essais en vol doivent incorporés une maturité opérationnelle.

À l’invitation d’armasuisse, Saab a transmis une offre pour le Gripen E le 25 janvier 2019. Depuis la soumission de cette offre en janvier, les attentes d’armasuisse en termes d’essais en vol ont évolué et l’Office attend désormais la participation d’avions entièrement opérationnels. Le Gripen E étant encore en cours de développement, Saab a présenté des solutions afin d’effectuer malgré tous les essais en vol suisses en 2019. Mais armasuisse a refusé la proposition consistant à compléter les essais en vol du Gripen E en effectuant les tests prévus pour juin.

Saab reste en course pour l’instant :

Pour l’avionneur suédois c’est coup dur, celui-ci a communiqué publiquement sur l’avancement du développement du Gripen E à chaque fois qu’une nouvelle étape était franchie. Au moment de transmettre à Saab son invitation à participer à l’appel d’offres en 2018. Selon le communiqué de l’avionneur, celui-ci maintient pour l’instant son offre et déclare : « Nous sommes convaincus que le Gripen E est le meilleur choix que la Suisse puisse faire, et l’offre présentée en janvier 2019 tient toujours. Saab s’engage à livrer au moins 40 avions de chasse Gripen E en temps voulu ainsi qu’à respecter les critères requis et le budget planifié, y compris un concept d’assistance avec délégation locale qui garantira les coûts d’exploitation les plus abordables et le niveau d’autonomie le plus élevé ».

Analyse :

Si le programme du Gripen E évolue correctement selon le calendrier prévu, on pouvait effectivement craindre que l’avionneur suédois ne soit pas complètement prêt pour les essais. Le cadre fixé par armasuisse est particulièrement strict à tout point de vue et il n’y a pas de passe-droit, les avionneurs doivent cadrés avec les demandes sous peine d’être écartés. Finalement, il aura manqué quelques mois à Saab pour venir présenter un avion ayant atteint assez de maturité. Dommage.

 

Pour l’instant l’avionneur maintien son offre pour notre pays, mais les choses se compliquent énormément pour Saab. Il n’y aura pas de seconde chance et il est maintenant presque sûr que le choix se portera sur un autre concurrent. Et ceci d'autant plus que du côté du DDPS on se dirige clairement en direction de l'éviction du Gripen E !

10/06/2019

Vol inaugural pour le 3ème Gripen E !

0.jpeg

Saab a effectué le premier vol de son troisième Gripen E, le 39-10. L’avion a effectué une sortie de 57 minutes depuis les installations de l’avionneur à Linkoping aujour’dhui.

Piloté par Jakob Hogberg, pilote expérimental de Saab, le monomoteur rejoint ainsi les deux modèles précédents, qui avaient commencé les essais en vol en juin 2017 et en novembre 2018, respectivement. Le Gripen E n° 39-10 est au standard de production le plus proche.

Avec l’arrivée du Gripen E 39-10, les essais vont encore s’accélérer. Les essais du système tactique sont également en cours. Les avions de test ont maintenant dépassé largement les 100 heures de test en vol. Six pilotes travaillent actuellement sur le programme d’essai dont quatre sont dédiés au modèle E. Selon un pilote d'essai, l'avion 39-8 a effectué à lui seul 100 heures de vol, une référence déjà vérifiée: la plate-forme est soumise à des tests et à des inspections.

Le test pilote a également révélé: «Nous avons commencé à tester le nouveau système EW, c’est un système ambitieux et nous en attendons beaucoup. Il a été construit pour un environnement différent de celui des anciens missions de combattants ».

En outre, l'avion a volé et tiré le missile Meteor. De plus, la suite d'armes du Gripen E comprend des capacités air-air telles que les capacités de missiles AMRAAM, IRIS-T et AIM-9. L’avionique comprend un capteur passif de recherche et de poursuite infrarouge et des capteurs HMD. Un autre domaine clé pour la plate-forme est son développement de l'affichage du poste de pilotage. Celui-ci comprend un écran large, un affichage tête haute et un affichage monté sur le casque.

Par ailleurs, le biplace 39-7, soit l’avion de développement  (NG) devrait également reprendre ses vols dans un avenir proche pour appuyer le programme. Le 39-7 a récemment fait l’objet de mises à jour, notamment l’installation d’un nouveau dispositif d’affichage à grande surface dans le cockpit arrière, soit le grand écrans couleurs multifonction.

Eddy de la Motte, directeur de la division Gripen E/F de Saab, a déclaré fin avril que son objectif était de faire voler huit des avions de la nouvelle génération d'ici la fin de l'année, dont quatre appareils de production en cours de finalisation à Linkoping.

L’armée de l’air suédoise recevra 60 Gripen E, le premier client à l’exportation, le Brésil, à déployer une flotte de 36 personnes comprenant 28 exemplaires monoplaces et huit avions de type F à deux places.

Photo :premier vol du Gripen E  39-10 @ Saab

 

 

 

 

 

25/05/2019

Les EAU préparent la réception du GlobalEye !

yourfile.jpg

Les Emirats Arabes Unis (EAU) sont sur le point de recevoir leur premier système de surveillance d’alerte précoce Saab GlobalEye dans les 12 prochains mois, a annoncé le directeur général de Saab, Hakan Buskhe.

Doté d'un radar à réseau de balayage électronique actif Saab Erieye ER monté au-dessus du fuselage de l'avion d'affaires modifié, GlobalEye fournira aux EAU la capacité d'effectuer simultanément des tâches d'alerte rapide en vol, ainsi qu'une surveillance maritime et terrestre.

Les EAU ont trois exemples en commande. Deux sont impliqués dans des essais en vol effectués sur ses sites de production de Linkoping en Suède et à Grenade, en Espagne, tandis que l’autre est actuellement en phase de modification et devrait voler vers la fin de l’année.

Lars Tossman, responsable des solutions radar chez Saab, a déclaré que des pilotes de l'Agence de la sécurité aérienne de l'Union européenne avaient pris place à bord de l'avion, qui obtiendrait un certificat de type supplémentaire de la part de l'autorité suédoise de navigabilité militaire. Les essais en vol de certification devraient bientôt s'achever, ajoute-t-il, le « GlobalEye » démontrant "d'excellentes performances système".

Entre-temps, l'équipement de base du GlobalEye à livré la station au sol aux EAU.

Les futurs clients du « GlobalEye » ou d’un dérivé dédié à la surveillance maritime de la plate-forme recevraient des avions conformes à la norme « Global 6500 » de Bombardier, qui comprend des moteurs Rolls-Royce Pearl plus puissants et certaines améliorations aérodynamiques.

Le GlobalEye AEW&C :

3700863098.jpg

Basé sur une cellule de jet d’affaires Global 6000, le « GlobalEye » offre les plus récentes technologies, cet impressionnant biréacteur peut relier Paris à Tokyo sans escale avec huit passagers et de trois à quatre membres d’équipage (en mode jet privé). Il peut franchir 6’000 milles marins (11’100 km) à Mach 0,85 avec jusqu’à huit passagers. De son côté la Société de Défense et de la sécurité Saab a installé sa nouvelle version du système de radar Saab « Erieye ER »intégrant la technologie GaN (nitrure de gallium),Le système « Swing Role Surveillance System » (SRSS) capable de détection simultanée et le suivi des cibles multiples dans les airs, sur terre et en mer.

Le système AEW&C « GlobalEye » dispose donc de la nouvelle version du radar « Erieye ER », le SRSS de type AESA qui offre une détection supérieure à 600 kilomètres. Les caractéristiques du système comprennent, la production d'onde adaptative (y compris la compression numérique, codées en phase d'impulsion), le traitement du signal et de poursuite de cible (TWS) tout au long de la couverture angulaire du système à l’aide de fréquences basses et moyennes. Le système permet une capacité de détection avant et en arrière du cap de l'avion.

En matière de détection maritime, le système est couplé avec le radar Leonardo 7500E AESA en bande I (8 à 12,5 GHz) ventral et d’une tourelle électro-optique. Le « GlobalEye » est capable de détecter des navires à environ 400 km et même des contacts plus petits, comme par exemple un jet ski et des bateaux gonflables (CPCR) et un périscope de sous-marin à très longue portée au-delà des 100 nautiques miles. L’ensemble du système est capable de fonctionner dans un environnement de guerre-électronique et de cyberguerre. L’identification de piste aérienne est facilitée par un IFF Mode 5 (ou norme nationale du client).

2885718238.jpg

Photos : 1 le premier GlobalEye destiné aux EAU Essais en vol du prototype @ Saab

17/02/2019

Début de production pour le Gripen E !

20181112-en-3115716-1.jpg

L’avionneur suédois Saab avance, selon les prévisions de son programme Gripen E. Le directeur général, Hakan Buskhe, a révélé qu'il avait lancé la production en série du chasseur au début de cette année.

S'exprimant lors de la présentation des résultats annuels le 15 février, M. Buskhe a déclaré que l'avancement du programme avait été réalisé "dans la première semaine de janvier". Saab est sous contrat pour produire 60 exemplaires de la nouvelle génération de la famille « Gripen » de type E/F pour l'armée de l'air suédoise (E) et 36 exemplaires des modèles (E/F) en partenariat avec Embraer pour le Brésil.

Après les premières livraisons prévues aux deux clients avant la fin de l'année, le Gripen E devrait être disponible en Suède à partir de 2021, selon l'administration du matériel de défense JVM de Stockholm. La capacité opérationnelle initiale a déjà été définie pour 2023.

brazilian-gripen plant_1502.jpg

Des lots additionnels pour le Brésil et la Suède :

Pendant ce temps, M. Buskhe confirme: "Nous sommes en discussion sur un prochain lot pour le Brésil" et suggère que les achats subséquents pourraient être avancés vers 2021 ou 2022. Le Brésil désire acheté un total de 120 Gripen E/F.

De son côté, le commandant de l'armée de l'air suédoise a également indiqué récemment que son service était intéressé par l'acquisition de 60 Gripen E supplémentaires.

Collaboration avec le Brésil :

L’année dernière, le programme brésilien « Gripen » a été productif, avec plusieurs étapes importantes. Le premier avion brésilien est en production finale à Linköping.  La mise en place effective des résultats importants du développement conjoint des Gripen E et F à Linköping et du Réseau de conception et de développement Gripen (GDDN), dans l’État de São Paulo, au Brésil.

Depuis le début du programme de transfert de technologie en octobre 2015, plus de 120 ingénieurs brésiliens ont participé à des formations théoriques et pratiques sur le tas en Suède dans plusieurs disciplines techniques liées au développement, à la production et à la maintenance de l'aéronef. Ces ingénieurs sont rentrés au Brésil et la plupart d’entre eux travaillent actuellement pour le RDG.

Au total, plus de 350 spécialistes brésiliens (ingénieurs, techniciens et opérateurs d'assemblage) seront formés en Suède jusqu'à la fin du programme de transfert de technologie, qui comprend plus de 60 projets de compensation. Dorénavant, la «formation en cours d’emploi» en Suède sera axée sur les essais en vol, la vérification et la production.

Aujourd'hui, 115 ingénieurs brésiliens et 18 expatriés suédois travaillent dans le GDDN. Ils participent aux travaux de développement du Gripen E/F dans des domaines tels que les systèmes de véhicules, l'ingénierie aéronautique, la conception de cellules, l'installation de systèmes, l'intégration de systèmes, l'avionique, l'interface homme-machine et les communications.


Proche d’un accord sur le Tempest ?

L’avionneur suédois a laissé entendre que la société serait sur le point de se joindre aux efforts du système britannique de combat aérien pour le futur (FCAS). Le directeur général de la société, Hakan Bushke, a déclaré aux investisseurs que la société avait eu «des discussions fructueuses» avec le Royaume-Uni. Il a déclaré que toute stratégie de coopération relative à un futur programme devrait «construire notre capacité, pas le vider. Si cela devrait se concrétiser, la Suède deviendrait le second partenaire des anglais de BAe Systems, après les Italiens de Leonardo.

 

2583336977.jpg

Photos : 1 & 3 Gripen E de présérie 2 Chaine de fabrication @ Saab