24/11/2021

Le Gripen E entre en phase de livraison !

IMG_8308.jpeg

Ce 24 novembre, l’avionneur suédois Saab a tenu une réunion de haut niveau avec les autorités du Brésil et de la Suède pour présenter les six premiers avions de type Gripen E de série, qui ont quitté l'usine et sont entrés en phase de livraison. Les délégations des deux pays ont également eu l'occasion de discuter d'activités communes qui seront bénéfiques au programme Gripen.

La réunion a été suivie par : le général Carlos de Almeida Baptista Junior, commandant de l'armée de l'air brésilienne ; le général de division Carl-Johan Edström, commandant de l'armée de l'air suédoise ; Micael Johansson, président et chef de la direction de Saab et Jonas Hjelm, vice-président principal et chef du secteur d'activité Saab Aeronautics.

a3e79714881703f7_800x800ar.jpg

« Ces livraisons constituent une partie importante du renforcement de nos capacités et de la défense de la Suède. Le JAS 39 Gripen E augmentera la capacité de défense de la Suède, nous permettant de construire une armée de l'air plus forte et tactiquement supérieure pour chaque situation », a déclaré le général de division Carl-Johan Edström, commandant de l'armée de l'air suédoise.

« C'est un plaisir de suivre l'accomplissement d'une nouvelle étape dans le processus de livraison de l'avion F-39 Gripen, qui dirigera l'évolution de la capacité de combat de l'armée de l'air brésilienne. Ce projet représente un nouveau niveau technologique pour le Brésil et il est d'une importance fondamentale dans le développement de notre base de défense industrielle », a déclaré le général Carlos de Almeida Baptista Junior, commandant de l'armée de l'air brésilienne.

« Le démarrage de la phase de livraison en série de ces quatre avions pour l'armée de l'air brésilienne et deux pour l'armée de l'air suédoise est une réalisation extrêmement importante pour le programme Gripen. Cela montre que nous avons un produit mature et que nous remplissons nos obligations contractuelles », a déclaré Micael Johansson, président et chef de la direction de Saab. « Tout cela a été possible grâce à nos méthodes de travail intelligentes, nos technologies de production innovantes et notre étroite coopération avec les clients », a-t-il ajouté.

Durant cette présentation, plusieurs avions de série et d'essai ont été présentés aux autorités, qui ont également eu l'occasion de tester le nouveau simulateur d'entraînement de mission Gripen et de voir une démonstration aérienne avec des Gripen suédois et brésilien.

3412697983.jpg

Première livraison

La Force Aérienne Brésilienne (FAB) a réceptionné officiellement 4 F-39E à Linköping en Suède.  
Cet événement marque non seulement la livraison officielle du premier F-39E à la FAB en tant que  premier opérateur de l’avion au monde. Les avions seront transférés par voie maritime au premier semestre de 2022, entrant en service dans le 1er groupe de défense aérienne (1er GDA) dans le quartier 2, à Annapolis d'ici le milieu de l'année prochaine.

Le calendrier initial prévoyait la livraison d'ici la fin de l'année. Cependant, certains retards et ajustements ont dû être apportés en reportant la livraison. Par ailleurs, on apprend qu’il faut encore mettre en place un cursus spécifique au Brésil pour former les nouveaux pilotes, en vue d’une conversion en direction du Gripen  E. Actuellement, les pilotes brésiliens s’entraînent avec le Gripen C/D.
 

Le programme Gripen E/F

Le partenariat avec le Brésil a débuté en 2014, avec un contrat pour le développement et la production de 36 avions Gripen E/F pour l'armée de l'air brésilienne, y compris les systèmes, le support et l'équipement. Un vaste programme de transfert de technologie, en cours depuis dix ans, stimule le développement de l'industrie aéronautique locale par le biais de sociétés partenaires participant au programme brésilien du Gripen.

Pendant cette période, plus de 350 techniciens et ingénieurs brésiliens participeront à une formation théorique et pratique en Suède pour acquérir les connaissances nécessaires pour effectuer les mêmes tâches au Brésil. Jusqu'à présent, plus de 230 professionnels ont suivi les cours et la plupart d'entre eux sont de retour dans le pays pour travailler au Gripen Design and Development Center (GDDN, du réseau anglais de conception et de développement Gripen).

Le Saab JAS Gripen E MS21 

99282551.jpg

Radar AESA : le radar AESA (Active Electronically Scanned Array) ES05 « Raven » offre une ouverture exceptionnelle et unique au monde sur 200°, l'avion suédois peut voir là ou les autres sont aveugles et ceci grâce au système SWASHPLATE, alors que les radars concurrents ouvrent sur 140°. L'antenne radar produite par Selex-ES est de même conception que celle de l'Eurofighter.

IRST: (Infra-Red Seach and Track) le système de capteur passif/actif infrarouge Skyward-G produit par Selex-ES  est synchronisé (transmission de données d’acquisition entre les appareils) et offre également la capacité d’accrocher des missiles en rapprochement pour les combattre.

Electronique : le Gripen E dispose d’une nouvelle architecture électronique (Net Centric Warfare - NCW). Jugée dix fois plus rapide que ses concurrents. Le nouveau système central PPLI (Precise Participant Location and Identification) et relie l’ensemble aux pistes des capteurs internes et externes (RAVEN, IRST, EW39, pod ATFLIR) pour ensuite offrir les meilleures réponses aux menaces. 

Large palette d’équipement : la famille « Gripen » est optimisée pour un choix d’armement et d’équipements connexes particulièrement large. Un utilisateur peut donc choisir, entre différents systèmes d’armes européens, américains, israéliens et brésiliens et sud-africain. Il en va de même pour les nacelles « recco » et de désignation laser. 

Mode Super Cruise  & bio kérosène : le Gripen E dispose du nouveau moteur General-Electric F-414G avec mode « Super Cruise » qui permet de décoller sans postcombustion à pleine charge et d’atteindre Mach1,2. Avec ce mode, les décibels chutent à 99 contre 123 avec la postcombustion. De plus, le moteur F414G est le seul pour l’instant à être validé avec du bio kérosène. La Suède prévoit d’ici 2025, de fabriquer 25% de bio kérosène à base de compost à des fins écologiques, mais également pour diminuer sa dépendance au kérosène fossile.  

Optimisé pour les drones : les Suédois sont les premiers à avoir anticipé l’usage d’ici 10 ans de drones tactiques en binôme avec des avions de combat, de ce fait le Gripen E est le premier avion a disposer d’une architecture permettant le chargement de logiciel en vue d’un tel emploi.

Leurres actifs de nouvelle génération : le Gripen sera le premier avion a disposer du leurre actif anti-missiles de nouvelle génération « BriteCloud ». Une fois largué, le « BriteCloud » recherche les menacent prioritaires en utilisant la technologie de mémoire numérique autonome (DRFM). Les impulsions radars sont captées dans l'ordinateur de bord du « BriteCloud », puis copiées en utilisant les fréquences de répétitions pour ensuite simuler une « fausse cible ». Cette fausse cible, si convaincante que le système de menace ne peut pas détecter la supercherie. Le « BriteCloud » pourra séduire même les menaces les plus modernes, loin de la plate-forme de tir.

Protection de guerre électronique nouvelle génération : 

Ce système s’intègre dans une architecture complète de guerre électronique (Warfare System) qui comprend les derniers développements avec la détection des missiles en approche de type électro-optique EW39 (ultra-violet) qui fonctionne avec les lances-leurres Saab BOH/BOL de dernière génération (ADIS) couplés avec le système d'alerte aéroporté passif (PAWS-2) d'Elbit Systems. Le PAWS-2 est systèmes d'avertissement de missiles IR (Infrarouge). Il fournit une alerte au personnel navigant de la présence de missiles hostiles et actifs.

IMG_8307.jpeg

Photos : 1,5,  Gripen E suédois & brésiliens 2 Cérémonie de remise 3 Gripen E 4 Cockpit @Cockpit 

 

 

05/10/2021

La Suède prépare l’arrivée du Gripen E !

gripen-e-1561-low.jpg

La Suède prépare activement l’entrée en service du Gripen E. La Force aérienne suédoise (SwAF) a décidé d’affecté les premiers appareils  à l’escadre F7 de Skaraborg près de Satenas dans le sud-ouest de la Suède.

Les premières livraisons du standard « E » du Gripen vont débuter en 2022. Les secondes escadres seront la F17 Blekinge à Ronneby, dans l'extrême sud de la Suède, et la F21 de Norrbotten  située dans le nord du pays. Puis, une quatrième base, celle d’Uppsala avec l’escadron F16.

Le SwAF dispose de 73 avions monoplaces Gripen C et 24 biplaces Gripen D. Plus tôt cette année, il a confirmé que le nombre d'anciens Gripen sera de 40 afin de disposer  d’un total de 100 avions Gripen « en deux variantes ».

Système Odométrique à cartographie 3D

De son côté l’avionneur Saab opté pour une solution de rechange afin de  faire face à la menace croissante posée par des parties hostiles perturbant les opérations via le brouillage GPS.  Si

la solution de prédilection a été les systèmes mondiaux de navigation par satellite GNSS, de graves brouillages du GPS ont été observés lors d'exercices militaires majeurs en Scandinavie, et des perturbations mineures peuvent également être causées par des événements naturels, tels que des éruptions solaires. Pour y remédier, Saab propose son système de navigation de terrain Ternav à l'imagerie odométrique en temps réel avec l’installation de caméra couplé à une cartographie 3D fourni par Maxar Technologies via une base de données de fusion de capteurs. Cela fournira une précision de position beaucoup plus grande que l'utilisation d'un équipement de mesure inertielle traditionnel.

En 2018, Saab et Maxar ont effectué des essais en vol du Gripen à l'aide d'une caméra logée dans un pod pour évaluer le potentiel d'un tel système, et en 2020, ce travail a été étendu à la réalisation d'un traitement en temps réel avec l'avion de démonstration Gripen E/F de l'avionneur. A termes, les Gripen E ainsi que les Gripen C/D améliorés pourront être dotés de cette technologie.

82189_gripencameracsaab_260496.jpg

Photos : 1 Gripen E en configuration chasse avec Meteor et Iris -T 2 Caméra œdométrique sous un Gripen E @ Saab

30/09/2021

Ravitaillement entre des Gripen C/D et l’A400M !

IMG_7933.jpeg

L'Agence suédoise du matériel de défense, FMV, en collaboration avec l'armée de l'air allemande, effectue des tests de ravitaillement en vol avec des avions de combat JAS-39 C/D Gripen de l'armée de l'air suédoise à partir de l'avion ravitailleur A400M de l'armée de l'air allemande. Le but est de valider la fonction ravitaillement en vol en réalisant un test en vol avec connexions et ravitaillement en vol. Les tests de ravitaillement en vol ont lieu avec les appareils de l’escadron F21 de la Flygflottij basé à Luleå et sont effectués pour le compte des Forces armées suédoise.

« L'Airbus A400M est le nouvel avion allemand, il peut à la fois transporter du fret et ravitailler d'autres avions, ce qui le rend très polyvalent. Pendant longtemps, nous avons eu une capacité de ravitaillement en vol limitée en Europe, donc dans ce cas les Allemands voudraient montrer qu'ils peuvent contribuer à réduire le besoin d'avions de ravitaillement en vol américains.

Augmentation de la disponibilité 

La possibilité de faire le plein en vol permet de grandes améliorations quant à la quantité et à la durée d'utilisation de l'avion pour diverses missions. De plus. Ces essais confirmeront l’interopérabilité entre les deux appareils. Un total de 7 vols seront effectués. Un ravitaillement de nuit est également prévu au programme. Au demeurant, l’intérêt de ces tests est donc partagé entre les suédois et les allemands et permettent d’augmenter les compétences de travail intra-europe. 

Calendrier de la SwAF

L'armée de l'air suédoise (SwAF) conservera un certain nombre de ses avions de combat Saab JAS 39 Gripen C/D au-delà de leur date de retraite actuellement prévue en 2026, consolidant ainsi un plan annoncé précédemment pour combler un déficit prévu dans le nombre de Gripen E. Le plan, annoncé par le ministère suédois de la Défense et confirmé par le constructeur Saab, s'inscrit dans le cadre d'une augmentation plus large des dépenses de défense nationale de plus de 40 % entre 2021 et 2025, révélée par le ministre suédois de la Défense Peter Hultqvist.

Sur les six escadrons actuels du Gripen C/D déployés par la SwAF, quatre devraient passer sur le Gripen E au cours des prochaines années et deux escadrons resteront opérationnels avec le Gripen C/D existants et jusqu’à la prochaine commande du standard « E ». Cette décision est la résultante de la livraison de seulement 60 Gripen E dans la période de 2022 à 2026.

 

IMG_7932.jpeg

Photos : Ravitaillement de Gripen C/D par un A400M allemand @ FMV

 

09/08/2021

L’Italie investi dans le Tempest !

77200_tempest_348955.jpg

Après l’annonce de Londres, c’est maintenant Rome qui se lance un nouvel investissement en vue du développement du « Team Tempest ». En effet, Rome va investir 2 milliards d'euros (2,4 milliards de dollars) dans le programme Tempest dans le cadre des plans divulgués dans le dernier document de planification pluriannuelle du pays (Documento Programmatico Pluriennale : DPP) pour 2021-2023.

Le ministère italien de la Défense (MoD) prévoyait d'allouer 60 millions d'euros entre 2021 et 2023, 90 millions d'euros entre 2024 et 2026 et 1,85 milliard d'euros entre 2027 et 2035 pour financer les capacités du futur système d’avion de combat européen « Tempest » en collaboration avec L’Angleterre et la Suède. Selon un communiqué de presse, se sont près de 6 milliards d'euros qui seront dédiés pour la recherche et le développement par les partenaires du programme, tandis que les financements d'acquisition et de soutien restent encore à définir.

Pour l’Italie, le Tempest fait partie des sept programmes « phares » jugés d'importance stratégique pour le secteur de la défense, car il présente des opportunités croissantes de coopération internationale, une valeur technologique élevée et de solides retours sur investissement pour l'industrie nationale. Le programme verra le ministère de la Défense soutenu par le ministère de l'Économie et des Finances, le ministère du Développement économique, le ministère de l'Université et de la Recherche et le ministère de l'Innovation numérique.

Comme indiqué dans le DPP, le Tempest est envisagé comme un chasseur habité/avec équipage optionnel, capable d'opérer dans des environnements très contestés et dégradés, et fera partie d'un système de systèmes (SoS) plus large et en réseau - le Future Combat Air Système (FCAS) – qui comprendra des véhicules aériens sans pilote (UAV), des systèmes d'armes et de capteurs, ainsi que d'autres actifs et technologies aéronautiques actuels et futurs. 

Rappel 

Le Tempest a été lancé en 2018 après que la France et l'Allemagne ont opté pour leur propre programme aérien de combat de nouvelle génération sans le Royaume-Uni. Le projet étudie une suite de technologies à utiliser dans un système aérien de combat, qui pourrait impliquer des aéronefs avec et sans pilote, des drones et des armes laser.

Le Tempest est la pièce maîtresse de la stratégie aérienne de combat britannique et a été conçu pour aider à préserver l’expertise du pays en matière d’aérospatiale militaire. L'objectif est de développer un système aérien de combat de sixième génération qui entrera en service au milieu des années 2030. Le gouvernement a engagé 2 milliards de livres sterling pour financer les premières étapes du projet.

De nouvelles méthodes de travail 

Le programme Tempest adopte de nouveaux processus et de nouvelles façons d'aborder les défis pour non seulement faire du Tempest FCAS un « système de systèmes », capable de vaincre la menace et d'obtenir avec succès les effets souhaités dans les opérations futures, mais également obtenu avec un développement et une fabrication ayant une efficacité maximale pour réduire les coûts et les temps de développement de moitié de ce qui peut être réalisé traditionnellement.

Au cœur du programme de développement, les initiateurs du programme Tempest mettent un accent beaucoup plus marqué sur la collaboration que sur les projets aériens de combat antérieurs, non seulement entre les entreprises britanniques, mais aussi au niveau international. Il s’agit par exemple de ne pas reproduire les erreurs commises avec le programme de l’Eurofighter.

La Team Tempest bénéficie désormais de l’expertise industrielle de l’Italie et de la Suède dans un effort tri-national. Travailler ensemble permet non seulement de tirer les innovations de tous les secteurs de l'industrie, y compris les PME, mais réduit considérablement la duplication des efforts et par conséquent, les coûts.

La nouvelle approche du développement de Tempest consiste à introduire des innovations en dehors du secteur de la défense, en s'appuyant sur la technologie commerciale apportée par les industries de l'énergie, du nucléaire et de l'automobile, par exemple. Le secteur financier est également à l'étude pour apporter une assistance technologique significative dans le domaine crucial de la cybersécurité.

3553689275.jpg

Photo : le futur Tempest @ Leonardo

24/06/2021

Seconde partie des essais pour le T-7A « Red Hawk » !

4264509087.jpg

L’avionneur américain Boeing a lancé cette semaine les essais en vol de la phase II destinés aux  prototypes T-7A « Red Hawk ».

Cette semaine l’avion a repris ses tests en vol et effectués trois vols, soit les premiers depuis plusieurs mois. À l'automne dernier, les deux premiers prototypes d'avions avaient effectué 246 sorties avant d'entrer dans une période de modification.  Les ingénieurs de Boeing avaient chargé un correctif logiciel le 17 juin pour un problème de stabilité aérodynamique identifié la semaine dernière par l'US Air Force.

Selon le pilote d’essai Steve Schmidt, "L'avion a fonctionné à merveille et comme prévu"

Préparation pour la production

Le premier tronçon de cellule arrière de l’appareil de série est déjà arrivé de suède et a été fixé sur la partie avant de l’avion, les ailes et les ailerons vont bientôt être montés. L’US Air Force s'attend maintenant à ce que la phase de production à large échelle du T-7A débute d’ici 2023. Cette étape a été retardée sensiblement par l'impact des perturbations du COVID-19 sur la chaîne d'approvisionnement de Boeing et de Saab, soit de 9 mois par rapport au calendrier initial. 

Le T-7A « Red Hawk » de Boeing/Saab 

Le T-7A « Red Hawk » de Boeing/Saab comporte une double queue, un grand cockpit avec une excellente visibilité. Des éléments de type LERX ont été repris de la famille F/A-18 « Hornet ». Le T-7A dispose d’un seul moteur General Electric F404 également utilisé sur le "Hornet" et le "Gripen". Boeing affirme que la conception et la performance de l'avion à double-queue fourni un excellent contrôle, et une très bonne stabilité pour le ravitaillement. Darryl Davis, le président de Boeing's Phantom Works, a déclaré que l'avion a été conçu pour répondre à toutes les exigences du programme, et a noté qu'il offrira un angle d'attaque haut (AoA) et de haute performance en matière d’accélération. Boeing a également souligné que la conception du poste de pilotage offre un positionnement idéal pour l'instructeur avec une très bonne visibilité, tant pour l'instruction en vol que pour la formation avancée en combat aérien visuel. L'offre de Boeing/Saab utilise un cockpit moderne, semblable à celui d'un combattant, avec un écran reconfigurable à grande surface (LAD) qui imite ceux trouvés dans le F-22 et le F-35 et le nouveau Gripen E. Le « Red Hawk » est également compatible avec les lunettes de vision nocturne. Le Boeing/Saab T-7A est doté d'une capacité interne de ravitaillement en vol et il dispose d’un point d'ancrage central pour transporter des équipements connexes comme des nacelles.

boeing3.jpg

Photos : le T-7A « Red Hawk » @ Boeing/Saab