28/06/2017

Second S-92 pour les garde-côtes coréens !

1.jpeg

La Garde-côtière de Corée du Sud a accepté la livraison de son deuxième hélicoptère S-92 pour la recherche et le sauvetage après une cérémonie qui a eu lieu hier. Les garde-côtes coréens exploitaient pour l’instant un seul hélicoptère S-92 depuis mars 2014. À ce jour, cet hélicoptère a effectué plus de 850 heures de vol, sauvant plus de 30 vies dans les missions de recherche et de sauvetage et de transport médical d'urgence (MEDEVAC). A noter que deux autres S-92 sont en option pour un complément d’achat.

Le Sikorsky S-92 :

En tant que plateforme de recherche dédiée au sauvetage, l'hélicoptère  S-92 est équipé de systèmes de pointe, y compris un système de contrôle de vol automatique qui permet au pilote de voler en mode de recherche pré-programmés et effectuer des manœuvres délicates. Doté d’une avionique numérique le S-92 dispose d’une panoplie complète :  un radar météorologique, un capteur infrarouge avant et un système de vidéo numérique pour enregistrer les sauvetages.

Au total, se sont quatre Sikorsky S-92 qui équiperont progressivement la Garde côtière irlandaise, l'appareil accepté est le 33ème hélicoptère du type S-92 en version SAR a achetés auprès de Sikorsky Aircraft, depuis 2004. Des s-92 volent déjà en Ecosse sous contrat de la Grande-Bretagne.

Sikorsky a livré 151 hélicoptère  S-92 pour les opérateurs dans le monde entier depuis 2004. Parmi ces appareils, 33 sont engagés dans les opérations SAR. La flotte a accumulé un total de 370.000 heures de vol. La disponibilité des avions s'élève à 95%.

Photo: S-92 des garde-côtes coréens@ Sikorsky

08/02/2016

Singapour cherche un remplaçant à ses Super Puma !

365841465.jpg

La République de Singapour Air Force (RSAF) vient de lancer un programme en vue de trouver un remplaçant à sa flotte d’hélicoptère Super Puma/ Cougar composée de 32 appareils. La flotte de Super Puma/Cougar est âgée de 27ans.

Si la flotte d’hélicoptères Super Puma/ Cougar est très bien entretenue, les fuselages vieillissent et imposent une charge de maintenance importante. De plus, le climat chaud et humide à tendance à augmenter la corrosion.

Le futur hélicoptère devra répondre à plusieurs spécifications, dont la capacité à être déployé sur des frégates de la Marine. Les capacités de recherche et sauvetage (SAR) sont une priorités, ainsi qu’une maintenance facilitée pour de petites équipes.

Trois concurrents :

Pour l’instant, trois concurrents sont déjà annoncés, il s’agit de Bell/Boeing avec le V-22 « Osprey », l’Airbus Helicopters avec le NH90 NFH et Sikorsky avec le S-92.

Bell-Boeing MV-22 «Osprey» :

V-22-Osprey.jpg

Le V-22 « Osprey » est aéronef de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner  les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent. Pour se comporter comme  un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et  de vol à haute altitude. A ce jour, 230 V-22 sont en service sur un total de 360 appareils commandés. Le programme «Joint Advanced Vertical Lift Aircraft» est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopter et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre.

 

Le NH90 NFH : 

814245111.jpg

La variante NH-90 NFH est principalement conçue pour la lutte anti-sous-marine (ASM) et la guerre de surface. Les ensembles complets d'équipement de mission permettent à un large éventail de missions supplémentaires comme la recherche et le sauvetage (SAR), la patrouille maritime, ravitaillement vertical, le transport de troupes, l'évacuation médicale ainsi que le soutien amphibie. L'hélicoptère est conçu pour les opérations de jour comme de nuit dans des conditions météorologiques défavorables partir du pont d’un navire, il peut fonctionner à partir de petites frégates, même en haute mer. Le programme NH-90 fait appel à un nombre important d’innovations technologiques dans l’emploi de matériaux composites au niveau de la structure et l’intégration de systèmes modulaires utilisant la technologie numérique. Premier appareil doté en série de commandes de vol électriques, il possède une grande manœuvrabilité et agilité qui lui permettent d’assurer des missions de jour comme de nuit même dans de très mauvaises conditions météo. De plus, le NH-90 possède un haut niveau de sécurité et de survivabilité.

Le S-92 :

s92-legacy2-2x.jpg

Le Sikorsky S-92 est un hélicoptère de transport susceptible de remplacer les H-3 Sea King. Le premier appareil a été livré en septembre 2004. Principalement utiliser pour le ravitaillement des plates-formes pétrolières et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 Cyclone. Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le Sea King. Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement.

 

Photos : 1 Super Puma singapourien@ RSAF 2 V-22 @ USM 3 NH-90 NFH@ Airbus Helicopter 4 S-92 @ Sikorsky

 

 

21/06/2014

Le Canada finalise l’accord du CH-148 !

226401-v1-MHP.jpg


 

 

Le Canada et Sikorsky ont finalement accepté les modifications contractuelles nécessaires pour permettre l'acquisition et le soutien des hélicoptères maritimes CH-148 «Cyclone». Le Canada préparait depuis un an la formation des équipages dans le but de l’arrivée de l’hélicoptère Sikorsky CH-148 «Cyclone», restait à régler les derniers éléments de la transaction.

 

Livraison en deux phases : 

 

On notera que selon les termes de l'accord modifié par la Force aérienne royale du Canada (RCAF) que les premiers CH-148 ne répondront pas entièrement au cahier des charges. Il faudra attendre 2018 est une mise à niveau de la part de Sikorsky, pour y répondre de manière complète. Au total, le programme «Cyclone» aura pris 10 de retard sur le calendrier initial.

 

Beaucoup de critiques : 

 

Le programme CH-148 «Cyclone» est souvent cité au Canada, comme l'un des pires exemples de l'approvisionnement militaire. Couvrant un total de 28 hélicoptères, le Canada dépensera 1,9 milliards de dollars canadiens (1,8 milliard de dollars) pour acquérir les CH-148, soit  une variante militarisée du S-92. De plus il faudra une dépense additionnel de 5,7 milliards de dollars pour les maintenir jusqu'en 2038. Rappelons que le contrat initial datant de 2004 parlait d’un coût d'entretien de 3,2 milliards de dollars sur une période de 20 ans.

 

Le Sikorsky CH-148 «Cyclone» : 

 

Le Sikorsky CH-148 "Cyclone" (dérivé de la version civile S-92) est un hélicoptère de transport susceptible de remplacer les H-3 Sea King. Le premier appareil a été livré en septembre 2004. Principalement utiliser pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 Cyclone.

 

Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le Sea King. Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Actuellement, près de 200 appareils volent dans le monde.


 

3447786819.5.jpg


Photos : 1 Le CH-148 «Cyclone» 2 Formation du personnel de la RCAF@ RCAF

23:22 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sikorsky, ch-148 cyclone, rcaf, canada, s-92 |  Facebook | |

03/01/2012

Le premier S-92 de la Garde côtière irlandaise !

 

 

S-92_IRCG_ramp.jpg

 

 

Coatesville, Pennsylvanie - Sikorsky Aircraft Corporation, vient d’achevé la production du premeir Sikorsky S-92 destiné à la Garde côtière irlandaise. Equipé pour la recherche et le sauvetage (SAR), l'hélicoptère va fournir une couverture pour des missions sur l’Océan Atlantique.

Basé à Shannon, le nouvel hélicoptère  remplacera l'actuel hélicoptère, un Sikorsky S-61 qui a servit durant 20 années.

En tant que plateforme de recherche dédiée au sauvetage, l'hélicoptère  S-92 est équipé de systèmes de pointe, y compris un système de contrôle de vol automatique qui permet au pilote de voler en mode de recherche pré-programmés et effectuer des manœuvres délicates. Doté d’une avionique numérique le S-92 dispose d’une panoplie complète :  un radar météorologique, un capteur infrarouge avant et un système de vidéo numérique pour enregistrer les sauvetages.

Au total, se sont quatre Sikorsky S-92 qui équiperont progressivement la Garde côtière irlandaise, l'appareil accepté est le 33ème hélicoptère du type S-92 en version SAR a achetés auprès de Sikorsky Aircraft, depuis 2004. Des s-92 volent déjà en Ecosse sous contrat de la Grande-Bretagne.

Sikorsky a livré 151 hélicoptère  S-92 pour les opérateurs dans le monde entier depuis 2004. Parmi ces appareils, 33 sont engagés dans les opérations SAR. La flotte a accumulé un total de 370.000 heures de vol. La disponibilité des avions s'élève à 95%.

Photo : le premier S-92 des Gardes côtes irlandais @ Sikorsky

 

09/05/2011

L’Hélicoptère secret utilisé contre Ben Laden !

teaserbreit.jpg

Suite à l'opération "Neptune Spear"pour éliminer Ben Laden, des photos en haute définition ont été "vendues" à Reuters par des pakistanais témoins sur place, concernant les restent d’un hélicoptère d’un genre nouveau qui provoqua de nombreuse interrogations.

Stealth Hawk ?

Voici les premières informations concernant l’appareil « secret » développé par Sikorsky issus du Black-Hawk et du S-92. L’appareil utilise une technologie furtive qui diminue le bruit en plus du rayonnement radar. De plus,  aucun rivet n'est apparent.

Ce nouvel appareil semble, reprendre passablement des technologies développées pour le défunt programme du RAH-66 Comanche, la signature radar  était 600 fois plus faible et la signature infrarouge 4 fois plus faible et le niveau sonore 2 fois plus faible. En pratique, le Comanche aurait pu s'approcher quatre fois plus près d'une cible sans être repéré !

8065b635-752f-4a63-ae97-84beaff28a19_Full.jpg

On sait que les USA développent des équipements militaires au travers de programme secret un hélicoptère moyen de transport de troupes, permettant d'opérer des actions clandestines de nuit partout sur la planète.

Nous voici à l’aube d’une nouvelle générations d’aéronefs furtifs qui va certainement faire couler beaucoup d’encre ces prochains mois !

Pourquoi ce crash ?

Alors que le Pentagone enquête sur les raisons de cet atterrissage en catastrophe, la version officielle indique qu’un problème mécanique est à l’origine de cet accident. Plusieurs thèses sont avancées sur l’origine de la panne, mais celle qui revient le plus souvent est une température ambiante supérieure d’une dizaine de degrés celsius aux prévisions faites par la météo. En effet, les turbines d’hélicoptères sont très sensibles à la chaleur en altitude et Abbottābād se trouve à 1260m d’altitude. Il arrive parfois que les rotations par minute (RPM) du rotor principal de l’appareil chutent subitement dans ces conditions, ce qui est accentué lorsque les tuyères sont dotées de filtres à infrarouge.

mh-x3.jpg
Photos : 1 & 3 : représentation du Steath Hawk par David Cenciotti/Ugo Crisponi
2 les restes de la queue @ Reuters